Le film rwandais "La miséricorde de la jungle" remporte le Fespaco du cinquantenaire

Le film rwandais "La miséricorde de la jungle" remporte le Fespaco du cinquantenaire

Le film rwandais "The Mercy of the jungle" (La miséricorde de la jungle), de Joël Karekezi, a remporté samedi l'Etalon d'Or de Yennenga du 26e Fespaco, une édition marquée par la révélation d'agressions sexuelles contre les femmes dans le cinéma africain.

"C'est un grand honneur pour moi, toute mon équipe et toute cette jeune génération, on va continuer à faire des films", a déclaré le cinéaste de 33 ans après la cérémonie de clôture du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco).

"C'est magnifique ! Il y a travaillé des années, il s'est créé tout seul", en apprenant "le cinéma sur internet", "c'est un scénario très fort", a déclaré son producteur Aurélien Bodinaux.

Le film suit la dérive de deux soldats rwandais perdus dans la jungle lors de la deuxième guerre du Congo en 1998. Plus qu'un film de guerre, il s'agit d'une réflexion sur l'absurdité de ce conflit terriblement meurtrier, comme de toutes les guerres, magnifiée par des images superbes de la jungle du Kivu.

Joël Karekezi "a grandi lui-même dans les camps de réfugiés à la suite du génocide rwandais" de 1994, a expliqué son producteur.

"C'est un film sur la vie et sur la paix", a confié le réalisateur.

Le film rafle aussi le prix d'interprétation masculine décerné à Marc Zinga (Les rayures du zèbre, Dheepan) pour son rôle du Sergent Xavier, un soldat épuisé par les guerres sans fin, interprété avec puissance et justesse.

Le trophée a été remis en présence du président rwandais Paul Kagame, le Rwanda étant le pays invité du Fespaco cette année.

L'Etalon d'argent récompense "Karma", de l'Egyptien Khaled Youssef, et l'Etalon de bronze va à "Fatwa", de Ben Mohmound (Tunisie).

Le prix d'interprétation féminine revient à Samantha Mugotsia, pour son rôle dans "Rafiki", de la Kényane Wanuri Kahiu. Ce film, projeté à Cannes en 2018, avait été censuré dans son pays parce qu'il racontait une histoire d'amour entre deux femmes.

- Polémique -

"Desrances" de la Burkinabè Apolline Traore, qui a remporté un franc succès auprès de son public, ne remporte qu'un prix technique (décors).

L'édition du cinquantenaire du Fespaco n'aura donc pas récompensé une femme, à l'instar des 25 Fespaco précédents depuis la création du festival en 1969. Une étrangeté qui a provoqué une polémique, de nombreuses voix s'élevant pour qu'une femme soit primée.

Le festival a par ailleurs été marqué par la révélation d'agressions sexuelles contre les femmes dans le monde du cinéma africain, touchant aussi bien des actrices que des réalisatrices et des techniciennes.

Inspirées par les mouvements #MeToo et #Balancetonporc, deux actrices, la Française Nadège Beausson-Diagne et la Burkinabè Azata Soro, ont accusé des cinéastes africains de harcèlement sexuel et d'agressions contre elles.

Azata Soro a été agressé lors d'un tournage en 2017 par le cinéaste burkinabè Tahirou Tasséré Ouedraogo, qui lui a lacéré le visage avec un tesson de bouteille.

Deux collectifs de femmes, "Cinéastes non-alignées" et "Noire n’est pas mon métier", ont lancé un mouvement, #Memepaspeur, pour "libérer la parole des femmes" en Afrique, espérant encourager d'autres femmes à témoigner.

Malgré les craintes pour la sécurité, le Fespaco n'aura été troublé par aucun incident. Les autorités burkinabè ont déployé des mesures de sécurité maximum en raison du risque d'attentat, le Burkina Faso étant depuis quatre ans la cible de groupes jihadistes perpétrant des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, y compris au coeur de Ouagadougou.

Les festivaliers ont afflué dans la capitale du "pays des hommes intègres", qui comme tous les deux ans (le Fespaco étant biennal) a connu une belle animation. Aux projections des films en compétition, surtout les séances du soir, les organisateurs ont dû refuser du monde.

Restaurants et hôtels ont fait le plein, certains festivaliers devant loger chez l'habitant, a rapporté le directeur de l'Observatoire national du Tourisme, Bassirou Balboné.

Le 19e Marché international du cinéma et de la télévision africains (MICA), qui se tenait en parallèle du Fespaco, a également été un succès avec un grand nombre d'exposants et de visiteurs, selon Alain Modot, vice-président de la société de distribution DIFFA, spécialisée sur les films africains.
Le palmarès du 26e Fespaco

Palmarès 2019 du 26e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) :

Etalon d'or de Yennenga : "The Mercy of the jungle" (La miséricorde de la jungle), de Joël Karekezi (Rwanda)

Etalon d'argent : "Karma", de Khaled Youssef (Egypte)

Etalon de bronze : "Fatwa", de Ben Mohmound (Tunisie)

Prix d'interprétation masculine : Marc Zinga, pour "The Mercy of the jungle" (Rwanda)

Prix d'interprétation féminine : Samantha Mugotsia, pour "Rafiki" (Kenya)

Scénario : "Regarde moi", de Nejib Belkadhi (Tunisie)

Image : "Mabata Bata", de Joan Luis Sol de Carvalho (Mozambique)

Son : "Karma", de Khaled Youssef (Egypte)

Musique : "Sew the Winter to My Skin", de Jahmil X.t. Qubeka, Afrique du Sud

Décor : "Desrances", de Apolline Traore (Burkina Faso)

Montage : "Mabata Bata", de Joan Luis Sol de Carvalho (Mozambique)

Prix Oumarou Ganda du meilleur premier film : "Jusqu’à la fin des temps", de Yasmine Chouikh (Algérie)

Poulain d'or Court-métrage fiction : "Black Mamba", de Amel Guellaty (Tunisie)

Etalon d'or Documentaire long métrage : "Le loup d’or de Balolé", de Aïcha Boro Leterrier (Burkina Faso)

Poulain d'or Documentaire court métrage: "Against all odds" (Contre toute attente) de Charity Resian Nampaso et Andréa Iannetta (Kenya/Italie)

Série TV : "Little stories, big reality" (Petites histoires, grandes vérités), de Ambrose B. Cooke (Ghana)

Animation : "Briska" de Nadia Raïs (Tunisie)

Avec AFP

Videos

Culture

Un portrait du guitariste légendaire Jimi Hendrix dans la ville portuaire d'Essaouira, au Maroc. (FADEL SENNA / AFP)

Maroc: la légende de Jimi Hendrix bien entretenue dans un village, 50 ans après sa mort

A l'été 1969, Jimi Hendrix fit un bref séjour à Essaouira, une cité fortifiée très touristique au sud du Maroc. De ce voyage, il ne reste pas d'image ni de bande son, mais d'innombrables mythes qui nourrissent la légende de l'icône du rock. Dans le village de Diabat, situé à cinq kilomètres de la ville, certains assurent l'avoir croisé, d'autres disent lui avoir parlé...
KTP

Makea Production : le projet KTP pour promouvoir la musique urbaine africaine

Depuis plusieurs années la musique urbaine truste les premières places des Charts. Les artistes d’origines africaines s’imposent de plus en plus comme des acteurs clé du secteur. Avec son partenariat avec Sony Music France, Makea Production lance un nouveau projet fédérateur pour les artistes urbains africains.
Amazones du Dahomey (WIKIMEDIA COMMONS)

Décès d'Hélène d’Almeida-Topor, l’historienne de l'Afrique coloniale qui a fait connaître "les amazones du Dahomey"

Hélène d'Almeida-Topor s’installe avec son mari béninois, à Porto Novo, au Bénin, en 1960. Agrégée d’histoire, elle enseigne au lycée, puis à l’université. Très vite son intérêt se porte sur la recherche avec une thèse sur "l’histoire économique du Dahomey (1890-1920)" soutenue en 1987.
Couverture ©DR

Littérature - Cyriaque Kouba Nkouamoussou : « Mes héros sont souvent des personnages-victimes »

Ingénieur agronome, Cyriaque Kouba Nkouamoussou s’adonne à l’écriture. Une passion qu’il essaie de transformer en vocation, aussi n’hésite-t-il pas à se jeter à l’eau, sans la crainte d’une hypothermie littéraire. Après Royan, l’enfance volée (Edilivre, 2019), il vient de publier un roman, ou plutôt un conte, Trahison et chantage (Le Lys Bleu Editions).
Couverture ©DR

Rentrée littéraire 2020 : Moyila Ngonda publie « Pour l’amour de Zaïna », un roman réaliste

Docteur en Relations Internationales, diplômé entre autres en Communication Sociale, Moyila Ngonda est haut-fonctionnaire au Ministère des Affaires Étrangères et ancien diplomate de la Mission Permanente du Congo auprès des Nations Unies à New York et à Genève, Ministre Plénipotentiaire de 2e classe et Chargé d’Affaires à l’Ambassade de la République Démocratique du Congo à Paris, avant d’occuper le même poste actuellement à Riyad, en Arabie Saoudite.
Des immigrés somaliens fuient devant la police qui tente d'éviter des affrontements en marge d'une manifestation contre les étrangers, le 24 février 2017 à Pretoria / AFP

Un collectif d’écrivains et poètes écrivent sur le racisme en Afrique du Sud

Ils viennent de plusieurs pays, du Maroc, de l’Angola, de la Côte-d’Ivoire, d’Haïti, etc. Ils ont tous la particularité d’avoir écrit des livres. Ensemble, ils ont écrit un recueil de poèmes pour réfléchir sur le racisme entre Noirs en Afrique du Sud. En 2019, plusieurs immigrants africains ont été, au quotidien, confrontés à une «africanaphobie» qui prend racine dans l’histoire du pays et que le gouvernement semble alimenter. 
Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire ©Anton Belo/Shutterstock

Egypte : Les pyramides de Gizeh ont rouvert au public

L'Egypte a décidé mi-juin de rouvrir son espace aérien ainsi qu'une partie de ses sites touristiques, afin de relancer le tourisme, un secteur qui a enregistré de lourdes pertes financières pendant les quelque trois mois de fermeture dus à la maladie Covid-19. Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire, ont ainsi rouvert au public.Une "énergie très spéciale" lors de la réouverture