[Interview] Lexxus Legal: « J’ai fait ma part pour que les Congolais se sentent concerné »

Lexxus Legal

Leader du hip-hop congolais, Lexxus Legal fait partie de ces artistes qui font valoir leur citoyenneté. Il dénonce la situation délétère en République Démocratique du Congo sans perdre de vu sa passion qu’est le rap. Après la sortie de son quatrième album « Léop’art » et la septième édition du festival AiR D’iCi dont il est l’initiateur, Lexxus fait le bilan. Interview.

 Oeil d’Afrique: Quel bilan titrez-vous au sujet des ventes et de l’accueil de votre dernier album « Léopard »?  

Lexxus Legal

: L’album « Léop’art » est une autoproduction qui n’a pas forcément suscité des énormes ventes. Nous l’avons fait pour le Congo parce que nous voulions prendre position par rapport à tout ce qui se passe dans notre pays. Et dire ce que nous disons dans « Léop’art » ne provoque pas un succès en terme de vente. Mais nous tenons à remercier ceux qui ont fait l’effort d’acheter l’album. 

La distribution des albums et l’encaissement des droits d’auteurs ont toujours été une difficulté pour les artistes Africains. L’avènement du numérique et du streaming va t-il afin permettre aux artistes musiciens de vivre de leurs créations? 

L’avancement téchnologique dans la distribution musicale est une chose que j’observe depuis plusieurs années. On a connu la fin des cassettes pour le CD puis le MP3 et aujourd’hui la chanson est totalement dématérialisée. Je pourrais comme certains aiment le faire surfer sur la tendance et dire que c’est une bonne chose. Mais je me réserve car, on a couru trop vite et nous n’avons pas fait le bilan de ce que toutes ces évolutions apportent aux artistes. Si en Occident cela paraît efficace, en Afrique et surtout ici au Congo, le grand problème est l’absence de solution pour la récupération des ces sommes d’argent. Le mode de paiement numérique et tout le mécanisme de bancarisation ne sont pas mises en place pour permettre à ce marche d’éclore.  

Quelle est la place du rap dans le paysage musical congolais ? Comment réussissez vous à vivre à côté de la rumba qui semble être l’unique visage de la musique congolaise?  

Cela fait près de trente ans que le Hip-hop est arrivé au Congo. On a même vu Papa Wemba, Koffi Olomide ou JB Mpiana et le Wenge s’essayent au Rap. Il coexiste à côté de la rumba qui est effectivement établi depuis bien plus longtemps. Et le succès de la rumba est incontestable au Congo. Il y a aujourd’hui toute une génération qui a grandi avec le rap et qui je l’espère va ouvrer à la structuration du mouvement et proposer des créations plus innovantes, trouver une manière de raconter notre réalité, parler des choses extrêmement graves tout en restant léger comme on le fait dans le zouglou. 

Vous êtes l’initiateur du festival AiR DiCi qui est à sa septième édition. Vous avez également signer un accord de partenariat avec le festival Red One. Une manière d’assoir encore plus le rap en RD Congo.  

AiR D’iCi est un festival dont nous pouvons être fiers. Depuis sept ans, nous nous effforçons de mettre sur scène des artistes (hiphop) locaux qui n’ont pas forcement la chance de monter sur scène. Le partenariat avec Red one va également dans le sens de ce que nous réalisons avec Air d’Ici. C’est un combat qui n’a d’autres buts que de mettre la lumière sur des talents qui n’ont pas une exposition via une scène professionnelle. 

En dehors de vos expressions scéniques, vous avez fait de votre page Facebook, une place où vous n’hésitez pas à réagir aux sujets d’actualité.  

Oui, j’ai toujours fait un effort de réagir, faire valoir ma citoyenneté. Ce que je dis sur ma page Facebook, je le dis également à la télévision et à la radio. Je ne suis pas de ceux qui se cachent.  Dans ce qui se passe au Congo, il s’agit avant tout de nous. C’est une erreur que d’autres de ma corporation commentent en choisissant de se taire. 

Le titre « Cas na Nga » a touché endorment les mélomanes. Vous avez avec un jeu de mot bien choisi dénoncer la tragédie qui se déroule dans la region du Kasaï. Cela fait-il de vous un artiste engagé ? 

Cette chanson englobe toute la problématique congolaise des victimes. Nous avons voulu interpelle chaque Congolais contre cette injustice sociale. Nous ne pouvons pas faire comme si ce qui se passe à Beni ou à Kananga ne concerne pas Kinsashsa ou d’autres villes du pays. Je considère qu’à notre niveau (Oliverman et Becky), j’ai fait ma part pour que les Congolais se sentent concerné par tout ce qui se passe dans ce pays. 

 

Le mouvement des combattants interdisent depuis environ dix ans les concerts des artistes congolais en Europe. Au mois de juin et puis en juillet 2017, ils ont réussi à faire annuler les concerts de Fally Ipupa et d’Heritier Watanabe. Quel est votre perception des revendications des combattants ? 

C’est dérangeant de voir cette problématique revenir sous le feu de l’actualité. Surtout lorsque cela revient pour des mauvaises raisons. 

J’ai toujours soutenu la liberté d’expression et j’étais un fervent partisan lorsque j’ai vu les Congolais se soulever à l’étranger pour le changement au pays. L’autre question est de savoir, combien d’artistes peuvent réellement venir jouer en Europe. Ils ne sont pas plus de cinq. Voila pourquoi, il n’y a pas vraiment de solidarité entre ceux qui veulent jouer en Europe et ceux qui sont au Congo. On s’attaque à la mauvaise cible. 

C’est qui est intéressant, c’est de voir une diaspora qui dénonce un certain comportement chez les artistes, mais ne fait pas d’efforts pour promouvoir des artistes qui répondent à leurs exigences. 

Je suis de ceux qui continuent de croire que l’existence des combattants est nécessaire pour dénoncer ce qui se passer ici. 

Je crois également qu’il y a une autre manière de faire avec les musiciens. Pourquoi interdire alors qu’il y a le boycott?  

Selon vous qu’est-ce qu’avoir 20 ans aujourd’hui au Congo?  

Avoir 20 ans au Congo, c’est n’avoir connu qu’un seul président de la république. C’est ne pas connaître son pays puisque le voyage à l’intérieur n’est pas développé. Avoir 20 ans au Congo, c’est ne pas avoir eu l’occasion voter. C’est pour 98% de cette population ne jamais voir voyager dans un autre pays.  

Et comment définiriez-vous le Congo de 2017? 

C’est un pays ou la jeunesse se montre déterminée et dépitée en même temps. Le Congo en 2017, c’est toujours ce pays qui riche en sous-sol mais qui ne permet toujours pas à sa population de sortir de la misère. Le Congo de 2017, c’est un pays qui où se déroule des massacres connus de tous. Et moi, je me refuse désormais d’aller parler à la soit disante communauté internationale qui est totalement au courant de ce qui se passe chez nous. 

 

Propos recueillis par Roger MusandjiOeil d’Afrique

 

 

 

Videos

Culture

Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.
Sa famille a annoncé qu’Aretha Franklin était décédée ce jeudi à son domicile de Detroit d’un cancer du pancréas. | PHOTO JEFF KOWALSKY / EPA

Aretha Franklin est morte, la soul perd sa dame

Aretha Franklin est morte. La chanteuse américaine âgée de 76 ans est décédée jeudi, annonce l’agence AP qui relaie un communiqué de sa famille. La reine de la soul était hospitalisée dans un état grave, avait-on appris lundi. Elle laisse derrière elle des titres de légendes comme « Think », « Respect » ou « I say a little prayer ».
Le musicien et député ougandais Bobi Wine (au centre) lors d'une manifestation à Kampala le 11 juillet 2018 contre une taxte controversée sur l'utilisation des réseaux sociaux. | AFP | Isaac Kasamani

Une pop star ougandaise menacée d'être traduite devant un tribunal militaire

Le député d'opposition et chanteur ougandais Robert Kyagulanyi, plus connu sous le nom de Bobi Wine, doit être traduit devant un tribunal militaire pour possession présumée d'armes à feu, suite à son arrestation, a annoncé jeudi un porte-parole militaire.Selon la police, Robert Kyagulanyi, était en possession de deux fusils, un acte passible de comparution devant de la justice militaire selon la loi ougandaise.
Des piles de livres et des tableaux de l'époque victorienne à la bibliothèque McMillan datant de l'époque coloniale, le 24 juillet 2018 à Nairobi, au Kenya | AFP | TONY KARUMBA

Restaurer des bibliothèques coloniales, le pari fou de deux Kényanes

Malgré la vétusté de la bibliothèque McMillan, un imposant bâtiment à colonnades des années 1930, une petite dizaine d'habitants de Nairobi ont fait le déplacement pour profiter de la tranquillité du lieu et des rares ouvrages disponibles.Bientôt, ces usagers pourront profiter d'un espace moderne et rénové. C'est le pari d'Angela Wachuka, éditrice, et Wanjiru Koinange, auteure, qui œuvrent à la restauration de trois bibliothèques de Nairobi laissées à l'abandon depuis des décennies.
De jeunes Centrafricains en plein entraînement de capoeira, le 1er juillet 2018 à Bangui | AFP | CHARLES BOUESSEL

A Bangui, la capoeira pour surmonter la guerre et la violence

"La capoeira m'a donné une famille", lance Oussein, président de l'association Abada Capoeira Centrafrique, au milieu d'une quarantaine de filles et garçons emportés dans une danse féline rythmée par les percussions.Chaque dimanche, ces jeunes de tous les horizons se rassemblent au "Stade 20.000 places" de Bangui pour s'entraîner et renouer des liens abîmés par la guerre et la violence qui frappent leur pays depuis des années.
Le chanteur congolais Koffi Olomidé, ici à Kinshasa en août 2012, avait été condamné à trois mois de prison avec sursis pour "coups et blessures volontaires" contre son producteur Photo JUNIOR KHANNA. AFP

Agressions sexuelles et séquestrations: la star congolaise Koffi Olomidé "souhaite" comparaître en France

Le chanteur congolais Koffi Olomidé, renvoyé en procès en France où il est accusé d'avoir agressé sexuellement quatre de ses danseuses en région parisienne, désire comparaître devant la justice, a déclaré lundi son avocat. "Il souhaite ardemment comparaître" pour "pouvoir répondre personnellement à ses juges et le cas échéant à ses accusatrices", a indiqué Emmanuel Marsigny à l'AFP.
Le musicien malien Kassé Mady Diabaté se produit lors d'un festival de Jazz à Bamako le 30 avril 2016.

Disparition de Kassé Mady Diabaté, grande voix du Mali

Le chanteur Kassé Mady Diabaté, l'une des plus grandes voix du Mali, descendant d'une longue lignée de griots mandingues, s'est éteint jeudi à Bamako, vendredi son entourage.Victime d'un accident vasculaire cérébral en mars, le chanteur, né en 1949 à Kela, près de Kangaba, à une centaine de kilomètres de la capitale, au cœur du "Mandé", berceau de l'empire du Mali au XIIIème siècle, est décédé à la clinique Pasteur de Bamako, a indiqué à l'AFP son frère, Amara Diabaté.