[Interview] Lexxus Legal: « J’ai fait ma part pour que les Congolais se sentent concerné »

Lexxus Legal

Leader du hip-hop congolais, Lexxus Legal fait partie de ces artistes qui font valoir leur citoyenneté. Il dénonce la situation délétère en République Démocratique du Congo sans perdre de vu sa passion qu’est le rap. Après la sortie de son quatrième album « Léop’art » et la septième édition du festival AiR D’iCi dont il est l’initiateur, Lexxus fait le bilan. Interview.

 Oeil d’Afrique: Quel bilan titrez-vous au sujet des ventes et de l’accueil de votre dernier album « Léopard »?  

Lexxus Legal

: L’album « Léop’art » est une autoproduction qui n’a pas forcément suscité des énormes ventes. Nous l’avons fait pour le Congo parce que nous voulions prendre position par rapport à tout ce qui se passe dans notre pays. Et dire ce que nous disons dans « Léop’art » ne provoque pas un succès en terme de vente. Mais nous tenons à remercier ceux qui ont fait l’effort d’acheter l’album. 

La distribution des albums et l’encaissement des droits d’auteurs ont toujours été une difficulté pour les artistes Africains. L’avènement du numérique et du streaming va t-il afin permettre aux artistes musiciens de vivre de leurs créations? 

L’avancement téchnologique dans la distribution musicale est une chose que j’observe depuis plusieurs années. On a connu la fin des cassettes pour le CD puis le MP3 et aujourd’hui la chanson est totalement dématérialisée. Je pourrais comme certains aiment le faire surfer sur la tendance et dire que c’est une bonne chose. Mais je me réserve car, on a couru trop vite et nous n’avons pas fait le bilan de ce que toutes ces évolutions apportent aux artistes. Si en Occident cela paraît efficace, en Afrique et surtout ici au Congo, le grand problème est l’absence de solution pour la récupération des ces sommes d’argent. Le mode de paiement numérique et tout le mécanisme de bancarisation ne sont pas mises en place pour permettre à ce marche d’éclore.  

Quelle est la place du rap dans le paysage musical congolais ? Comment réussissez vous à vivre à côté de la rumba qui semble être l’unique visage de la musique congolaise?  

Cela fait près de trente ans que le Hip-hop est arrivé au Congo. On a même vu Papa Wemba, Koffi Olomide ou JB Mpiana et le Wenge s’essayent au Rap. Il coexiste à côté de la rumba qui est effectivement établi depuis bien plus longtemps. Et le succès de la rumba est incontestable au Congo. Il y a aujourd’hui toute une génération qui a grandi avec le rap et qui je l’espère va ouvrer à la structuration du mouvement et proposer des créations plus innovantes, trouver une manière de raconter notre réalité, parler des choses extrêmement graves tout en restant léger comme on le fait dans le zouglou. 

Vous êtes l’initiateur du festival AiR DiCi qui est à sa septième édition. Vous avez également signer un accord de partenariat avec le festival Red One. Une manière d’assoir encore plus le rap en RD Congo.  

AiR D’iCi est un festival dont nous pouvons être fiers. Depuis sept ans, nous nous effforçons de mettre sur scène des artistes (hiphop) locaux qui n’ont pas forcement la chance de monter sur scène. Le partenariat avec Red one va également dans le sens de ce que nous réalisons avec Air d’Ici. C’est un combat qui n’a d’autres buts que de mettre la lumière sur des talents qui n’ont pas une exposition via une scène professionnelle. 

En dehors de vos expressions scéniques, vous avez fait de votre page Facebook, une place où vous n’hésitez pas à réagir aux sujets d’actualité.  

Oui, j’ai toujours fait un effort de réagir, faire valoir ma citoyenneté. Ce que je dis sur ma page Facebook, je le dis également à la télévision et à la radio. Je ne suis pas de ceux qui se cachent.  Dans ce qui se passe au Congo, il s’agit avant tout de nous. C’est une erreur que d’autres de ma corporation commentent en choisissant de se taire. 

Le titre « Cas na Nga » a touché endorment les mélomanes. Vous avez avec un jeu de mot bien choisi dénoncer la tragédie qui se déroule dans la region du Kasaï. Cela fait-il de vous un artiste engagé ? 

Cette chanson englobe toute la problématique congolaise des victimes. Nous avons voulu interpelle chaque Congolais contre cette injustice sociale. Nous ne pouvons pas faire comme si ce qui se passe à Beni ou à Kananga ne concerne pas Kinsashsa ou d’autres villes du pays. Je considère qu’à notre niveau (Oliverman et Becky), j’ai fait ma part pour que les Congolais se sentent concerné par tout ce qui se passe dans ce pays. 

 

Le mouvement des combattants interdisent depuis environ dix ans les concerts des artistes congolais en Europe. Au mois de juin et puis en juillet 2017, ils ont réussi à faire annuler les concerts de Fally Ipupa et d’Heritier Watanabe. Quel est votre perception des revendications des combattants ? 

C’est dérangeant de voir cette problématique revenir sous le feu de l’actualité. Surtout lorsque cela revient pour des mauvaises raisons. 

J’ai toujours soutenu la liberté d’expression et j’étais un fervent partisan lorsque j’ai vu les Congolais se soulever à l’étranger pour le changement au pays. L’autre question est de savoir, combien d’artistes peuvent réellement venir jouer en Europe. Ils ne sont pas plus de cinq. Voila pourquoi, il n’y a pas vraiment de solidarité entre ceux qui veulent jouer en Europe et ceux qui sont au Congo. On s’attaque à la mauvaise cible. 

C’est qui est intéressant, c’est de voir une diaspora qui dénonce un certain comportement chez les artistes, mais ne fait pas d’efforts pour promouvoir des artistes qui répondent à leurs exigences. 

Je suis de ceux qui continuent de croire que l’existence des combattants est nécessaire pour dénoncer ce qui se passer ici. 

Je crois également qu’il y a une autre manière de faire avec les musiciens. Pourquoi interdire alors qu’il y a le boycott?  

Selon vous qu’est-ce qu’avoir 20 ans aujourd’hui au Congo?  

Avoir 20 ans au Congo, c’est n’avoir connu qu’un seul président de la république. C’est ne pas connaître son pays puisque le voyage à l’intérieur n’est pas développé. Avoir 20 ans au Congo, c’est ne pas avoir eu l’occasion voter. C’est pour 98% de cette population ne jamais voir voyager dans un autre pays.  

Et comment définiriez-vous le Congo de 2017? 

C’est un pays ou la jeunesse se montre déterminée et dépitée en même temps. Le Congo en 2017, c’est toujours ce pays qui riche en sous-sol mais qui ne permet toujours pas à sa population de sortir de la misère. Le Congo de 2017, c’est un pays qui où se déroule des massacres connus de tous. Et moi, je me refuse désormais d’aller parler à la soit disante communauté internationale qui est totalement au courant de ce qui se passe chez nous. 

 

Propos recueillis par Roger MusandjiOeil d’Afrique

 

 

 

Videos

Culture

Les hasards du destin ©DR

Congo - Littérature : Les hasards du destin de Ferréol Gassackys, un roman empreint de symboles et de gravité

Homme politique et député de Poto-Poto (3ème arrondissement de Brazzaville), Ferréol Gassackys est aussi un homme de Culture. En témoigne son premier roman, Les hasards du destin, paru en juin dernier chez L’Harmattan, une invite à l’introspection.
Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango» ©DR

Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango»

La rentrée littéraire en France n’a pas fini de livrer toutes ses dernières pépites. Dans un communiqué de presse transmis à la rédaction de Œil d’Afrique, la Maison d’éditions Captiot annonce la sortie de Tchapalo Tango, premier roman du journaliste ivoirien Fidèle Goulyzia. «Tchapalo Tango» ou l’histoire d’un jeune journaliste entré dans le métier par un heureux hasard, qui y fait ses armes, brille, mais dérange par sa plume. Il est contraint de fuir son pays, Dougoutiana, pour échapper à une arrestation programmée sous le chef d’accusation de complicité de terrorisme.
Christine de Ben Enwonwu s'est vendu plus d'un million de livres aux enchères à Londres. (HANDOUT / SOTHEBY'S)

Le tableau "Christine" du Nigérian Ben Enwonwu vendu plus d'un million de livres à Londres, sept fois plus que l'estimation

Un portrait réalisé par l'artiste nigérian Ben Enwonwu s'est vendu plus d'un million de livres aux enchères à Londres après que la famille possédant le tableau a réalisé l'importance de l'artiste grâce à une simple recherche internet.Intitulé Christine et représentant une jeune femme noire à la robe décolletée jaune, chapeau assorti, regardant avec douceur vers le côté, le tableau a été adjugé 1,1 million de livres (1,3 million d'euros), soit sept fois plus que l'estimation haute. 
Livre posthume de Côme Manckassa Aimé Césaire ou l’illusion de la liberté

Livre : splendide Côme Mankassa !

Il a quitté la terre des hommes il y a de cela quatre ans, laissant derrière lui un manuscrit sur un monument des Lettres, Aimé Césaire. Grâce à la détermination de ses enfants, l’Essai Aimé Césaire, ou l’illusion de la liberté vient de voir le jour aux éditions françaises Le Lys Bleu. Florilège. 
Le chanteur congolais Koffi Olomide rend hommage au chanteur ivoirien DJ Arafat le 31 août 2019 à Abidjan

RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France

Le roi de la musique congolaise, Koffi Olomide, dénonce l'interdiction de huit de ses chansons en République démocratique du Congo, une mesure qui parasite l'annonce de son retour en France pour un concert début 2020. "Il y a trop d'abus de pouvoir", déclare à l'AFP le musicien de 63 ans, qui est dans la ligne de mire d'une "commission de censure des chansons et des spectacles" placée sous la tutelle du ministère de la Justice en RDC.
La foule brandissant un portrait de DJ Arafat, lors de l’hommage rendu au stade Felix Houphouet-Boigny d’Abidjan. AFP/Issouf Sanogo

Côte d’Ivoire : des milliers de fans aux funérailles de DJ Arafat

Un hommage national. Des milliers de fans ont rendu hommage à la star du coupé-décalé, le chanteur ivoirien DJ Arafat, lors d'une cérémonie qui a duré toute la nuit de vendredi à samedi, et à l'issue de laquelle un incident majeur est survenu : son cercueil a été ouvert par une foule de jeunes agités.
Visite du fort de Cape Coast, haut lieu de la traire négrière situé à 150 kilomètres au sud-ouest de la capitale ghanéenne Accra, le 28 juillet 2019. Siphiwe Sibeko / REUTERS

Ghana: "l'Année du retour" attire les touristes afro-américains

La pasteur américaine Roxanne Caleb a les yeux embués en sortant d'un donjon obscur où des esclaves africains étaient détenus avant de traverser l'Atlantique vers les Etats-Unis. "Je n'étais pas prête à voir cela. J'ai le coeur brisé", confie-t-elle à l'AFP alors qu'elle visite le fort de Cape Coast, sur la côte du Ghana. "Je n'arrive toujours pas à imaginer qu'un humain traite un autre être comme un rat", ajoute-t-elle.