[Interview] Bod Djani : "Le futur de la musique urbaine, c'est l'Afrique"

Le producteur Bob Djani

Après une longue carrière d'animateur radio, Bob Djani choisi la musique afin d'aider les jeunes talents qui n'ont pas l'opportunité de signer en maison de disquesL'homme aux allures de boxeur est  présent là où il y a la misère sociale, une manière pour lui de ne jamais oublier qu'il est natif de Makeaun quartier populaire au Cameroun. Interview.  

Œil d'Afrique: Comment passe-t-on du journalisme production musicale ?   

Bob Djani: De mon expérience radiophonique, j'ai vu des talents souffrir de l'absence d'intérêts des maisons de disques. La loi du business fait que ce n'est pas toujours les meilleurs qui bénéficient de la bourse des maisons de disques. A la radio Génération (à Paris), je côtoyais beaucoup de talents négligés par les majors, j'ai décidé de créer mon premier label indepedenza puis une autre société de distribution afin de s'assurer un circuit complet.  

Vous êtes de la génération qui connu ce qu'on qualifie de "l'âge d'or du rap français". Quel regard portez-vous sur la nouvelle génération du rap français? 

Je ne suis pas de ceux qui pensent que le rap était mieux avant. Ceux qui disent le contraire doivent se souvenir de leurs 18 ans et des critiques sur la musique qu'ils étaient à l'époque. Chaque génération mérite ses idoles. J'ai aidé à la diffusion de MHD et de Gradur dans les grands médias. Je crois au talent et rien d'autre. 

Aujourd'hui vous avez fait le choix de produire les artistes basés en Afrique. Pourquoi? 

Je suis un mélomane. Je suis un amoureux de la musique. J'aime toutes les musiques. Le choix de produire des artistes sur le continent s'est fait tout simplement suite des rencontres. Je suis né au quartier Makea au Cameroun et j'ai un profond rejet de l'injustice sociale. Si aujourd'hui je peux par mon expérience aider certains talents à internationaliser leur musique alors pourquoi ne pas le faire ?   

Vous êtes à la tête de Makea Production. Que contient votre catalogue? 

Nous avons deux groupes basés en France. Il s'agit du groupe Orgami et Aristone qui est un artiste solo. En Afrique, nous avons signé Tony Nobody. C'est l'artiste qui va dans quelques mois devenir le numéro un en Afrique. Vous allez être surpris par la qualité de sa musique.  

Après la domination congolaise, la musique africaine se fait de plus en plus nigériane. Comment analysez-vous cette mutation? 

Les gens ne se rendent pas compte de la chance de l'Afrique en terme musical. La diversité qui existe sur le continent pousse les artistes à être dans le souci de l'innovation. Et je peux vous dire que le futur de la musique urbaine c'est l'Afrique. C'est sur cela que nous devons travailler. Nul n'est besoin de comparer les Congolais aux Nigérians. Nous sommes dans l'air de la mondialisation musicale. Nos artistes sont décomplexés et c'est cela aussi notre force aujourd'hui. 

On assiste régulièrement aux clashs entre les rappeurs et leurs managers ou leurs producteurs. Comment, expliquez-vous qu'après toutes les histoires de contrats mal ficelés et connus de tous, certains artistes continuent de se réveiller avec la gueule de bois ?  

Toutes ces affaires sont dues à un manque d'encadrement. Ces artistes ne sont pas formés et arrivent dans un milieu où il est question de droit et d'entrepreneuriat. Ils méconnaissent totalement leurs droits. Il est donc facile pour certains d'en profiter. Au-delà de la musique, c'est aux artistes de faire en sorte de maîtriser leur environnement afin d'éviter les pièges. 

Votre dernier mot. 

Le rendez-vous à ne surtout pas manquer est la sortie de Tony Nobody. Un artiste vraiment talentueux qui va surprendre plus d'un. Merci.

Propos recueillis par Roger MusandjiOeil d'Afrique

Videos

Culture

La rappeuse kenyane Muthoni Drummer Queen à Rennes le 7 décembre 2018

Aux Trans Musicales, Muthoni Drummer Queen livre son ode au Kenya et aux femmes

Figure du hip-hop kenyan, elle est rappeuse, percussionniste et femme d'affaires: Muthoni Drummer Queen monte sur la scène des Trans Musicales vendredi avec l'album "She", un condensé contestataire et féministe d'expériences vécues par des "héroïnes" kenyanes ordinaires.
Des pièces du Musée des civilisations noires inauguré le 6 décembre 2018 à Dakar afp.com - SEYLLOU

De Toumaï à l'anti-colonialisme, les "civilisations noires" entrent au musée à Dakar

Le crâne de "Toumaï", un fourneau à métal ancien, un sabre symbole de la résistance anti-coloniale: pour son inauguration jeudi à Dakar, le Musée des civilisations noires (MCN) célèbre l'homme noir, au moment où progresse l'idée d'une restitution à l'Afrique de son patrimoine culturel.
Rania Youssef, lors de la séance photo à l'occasion de la cérémonie de clôture du festival du cinéma du Caire (Egypte), le 29 novembre 2018.

Egypte : l'actrice Rania Youssef ne risque plus la prison, avec ou sans robe noire

Les poursuites contre Rania Youssef pour "incitation à la débauche"ont été levées. La robe que portait l'actrice égyptienne lors de la clôture du Festival international du film du Caire avait été jugée par certains trop transparente, trop suggestive ou provocante. Embrasement des réseaux sociaux. Les deux avocats qui s'étaient saisis du dossier ont finalement retiré leur plainte.
« Très fier » de Martin Fayulu, Fally Ipupa lui souhaite « bonne chance » pour la présidentielle en RDC © Capture d’écran de TV5MONDE

Elections en RDC: "Bonne chance, mon vieux" lance Fally Ipupa à l'opposant Fayulu

La star de la musique congolaise Fally Ipupa, empêché de chanter en France en 2017 sous la pression d'opposants anti-Joseph Kabila, a souhaité "bonne chance" au candidat de l'opposition Martin Fayulu pour l'élection présidentielle en République démocratique du Congo. "Je suis très, très fier de lui. D'ailleurs c'est très bien que les politiciens arrivent à se mettre d'accord pour l'intérêt du pays. En tous cas... bonne chance à mon vieux Martin Fayulu", a déclaré l'artiste sur TV5Monde.
H Lui-meme

Interview - H Lui-même, la nouvelle voix de la scène afro-pop

La scène afro-pop est en ébullition. Un nouveau talent fait parler de lui depuis peu. Musicien d'origine congolaise, H Lui-meme propose des compositions combinant des éléments de la Rumba et ceux de la RnB. Né à Goma en République Démocratique du Congo, Il est le troisième d'une famille de 7 enfants. Son père a fuit la démocratie du Congo en tant que réfugié politique et a été notaire de la ville de Goma pendant plusieurs années.
La réalisatrice Wanuri Kahiu (G) et les actrices Samantha Mugatsia et Sheila Munyiva au 71ème festival international du film, Cannes, le 9 mai 2018. AP

"Rafiki" : un film pour célébrer une Afrique "joyeuse"

Interdit dans son pays au motif qu'il traite de l'amour entre deux femmes, le film kényan "Rafiki" pourra être vu pendant sept jours à Nairobi et espérer ainsi être en lice pour les Oscars. "Je pleure. Je suis dans un aéroport français. Quelle JOIE! Notre constitution est FORTE! Remerciez la liberté d'expression!!!!", a réagi sur Twitter la réalisatrice Wanuri Kahiu qui entend montrer, à travers son film, une image pop et "joyeuse" de l'Afrique.
Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.