Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.

Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.

Bercée par le calme de la nuit, à la lumière de quelques lampes à pétrole apportées par les spectateurs, Melissa Djimadja, 18 ans, profite de cette soirée pour elle inédite.

C’est "la première fois de ma vie qu'on me raconte une histoire entre hommes et animaux", s'enthousiasme-t-elle. Dans cette histoire digne du Petit Chaperon Rouge dévoré par le loup, la petite villageoise désobéissante est, elle, sauvée par son voisin chasseur qui parvient à effrayer les méchantes bêtes.

"On m’a toujours interdit de siffler la nuit sans que je comprenne pourquoi. Désormais j'en sais davantage", lance la lycéenne, pressée de se concentrer sur une nouvelle histoire racontée cette fois-ci par Amélie Armao, une "conteuse professionnelle" venue de France et passée par le Togo voisin pour s'inspirer de nouvelles fables.

"J’ai débuté ma carrière de conteuse par des contes africains", explique-t-elle. "Je les trouve plein de messages drôles, et plein de philosophie".

Pour Chris-Maël Tonoukouin, enseignant dans un établissement privé de Cotonou, cette soirée de contes est l'occasion de retrouver avec plaisir des sensations depuis longtemps oubliées.

"Dans le bon vieux temps, nous nouions des draps de lit au-dessus de nous et nous nous asseyions à même le sol, autour d’une lampe à pétrole", se souvient le professeur de français. "On écoutait nos grands-parents raconter ces histoires drôles entre êtres humains et animaux."

- "Sagesse africaine" -

Si M. Tonoukouin est aussi nostalgique, c'est que cette tradition de l'oralité, si importante en Afrique de l'Ouest, se perd peu à peu.

"Nous devons agir, à travers les contes, pour que la sagesse africaine ne soit pas complètement emportée dans les tombes par les vieillards qui meurent", explique Raoul Atchaka, représentant national de l'association Mémoires d’Afrique.

Ainsi, tous les soirs du 14 août, le Bénin "réveille les contes", comme il dit, "pour que les populations elles-mêmes s’approprient les contes et continuent à les enseigner aux jeunes générations".

L’association avait lancé en 2000 un concours d'écriture auquel ont participé plus d'un millier de jeunes Béninois. Il a permis de rassembler plus de 1.500 contes et légendes et de publier ensuite plusieurs ouvrages.

"Le conte, qu’il soit pris comme genre littéraire et/ou discipline artistique, est pour nous une forme de perpétuation des savoirs, des langues, des pratiques et de l'histoire des peuples", estime Patrice Toton, conteur professionnel béninois en France.

Son association, "Katoulati", active dans les deux pays, entend démocratiser le conte auprès de publics variés, allant des écoles primaires aux centres de loisirs, en passant, de manière plus inattendue, par les lieux de pouvoir comme les ministères ou le Parlement.

Mais pour Carmen Toudonou, auteure béninoise, l'avenir du conte africain ne se trouve pas dans les palabres, sous les arbres ou au bord des rivières, mais dans les livres.

"J'encourage les écrivains d'ici à mieux s'intéresser à ce genre, pour pouvoir offrir à nos enfants des histoires à travers lesquelles ils peuvent se reconnaître, s'identifier", explique-t-elle à l'AFP.

"Nous devons leur créer des héros africains, aux côtés des Blanche-Neige et autres Petit Chaperon Rouge", assène cette auteure de nombreux livres pour enfants. "À charge ensuite pour les parents de leur lire très tôt des histoires, pour en faire plus tard des amoureux de belles histoires, des amoureux de la lecture".

Et peut-être que dans 100 ans, les enfants béninois se souviendront encore qu'il ne faut pas siffler la nuit, au risque de réveiller la colère des bêtes féroces.

 

Videos

Culture

H Lui-meme

Interview - H Lui-même, la nouvelle voix de la scène afro-pop

La scène afro-pop est en ébullition. Un nouveau talent fait parler de lui depuis peu. Musicien d'origine congolaise, H Lui-meme propose des compositions combinant des éléments de la Rumba et ceux de la RnB. Né à Goma en République Démocratique du Congo, Il est le troisième d'une famille de 7 enfants. Son père a fuit la démocratie du Congo en tant que réfugié politique et a été notaire de la ville de Goma pendant plusieurs années.
La réalisatrice Wanuri Kahiu (G) et les actrices Samantha Mugatsia et Sheila Munyiva au 71ème festival international du film, Cannes, le 9 mai 2018. AP

"Rafiki" : un film pour célébrer une Afrique "joyeuse"

Interdit dans son pays au motif qu'il traite de l'amour entre deux femmes, le film kényan "Rafiki" pourra être vu pendant sept jours à Nairobi et espérer ainsi être en lice pour les Oscars. "Je pleure. Je suis dans un aéroport français. Quelle JOIE! Notre constitution est FORTE! Remerciez la liberté d'expression!!!!", a réagi sur Twitter la réalisatrice Wanuri Kahiu qui entend montrer, à travers son film, une image pop et "joyeuse" de l'Afrique.
Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.
Sa famille a annoncé qu’Aretha Franklin était décédée ce jeudi à son domicile de Detroit d’un cancer du pancréas. | PHOTO JEFF KOWALSKY / EPA

Aretha Franklin est morte, la soul perd sa dame

Aretha Franklin est morte. La chanteuse américaine âgée de 76 ans est décédée jeudi, annonce l’agence AP qui relaie un communiqué de sa famille. La reine de la soul était hospitalisée dans un état grave, avait-on appris lundi. Elle laisse derrière elle des titres de légendes comme « Think », « Respect » ou « I say a little prayer ».
Le musicien et député ougandais Bobi Wine (au centre) lors d'une manifestation à Kampala le 11 juillet 2018 contre une taxte controversée sur l'utilisation des réseaux sociaux. | AFP | Isaac Kasamani

Une pop star ougandaise menacée d'être traduite devant un tribunal militaire

Le député d'opposition et chanteur ougandais Robert Kyagulanyi, plus connu sous le nom de Bobi Wine, doit être traduit devant un tribunal militaire pour possession présumée d'armes à feu, suite à son arrestation, a annoncé jeudi un porte-parole militaire.Selon la police, Robert Kyagulanyi, était en possession de deux fusils, un acte passible de comparution devant de la justice militaire selon la loi ougandaise.
Des piles de livres et des tableaux de l'époque victorienne à la bibliothèque McMillan datant de l'époque coloniale, le 24 juillet 2018 à Nairobi, au Kenya | AFP | TONY KARUMBA

Restaurer des bibliothèques coloniales, le pari fou de deux Kényanes

Malgré la vétusté de la bibliothèque McMillan, un imposant bâtiment à colonnades des années 1930, une petite dizaine d'habitants de Nairobi ont fait le déplacement pour profiter de la tranquillité du lieu et des rares ouvrages disponibles.Bientôt, ces usagers pourront profiter d'un espace moderne et rénové. C'est le pari d'Angela Wachuka, éditrice, et Wanjiru Koinange, auteure, qui œuvrent à la restauration de trois bibliothèques de Nairobi laissées à l'abandon depuis des décennies.
De jeunes Centrafricains en plein entraînement de capoeira, le 1er juillet 2018 à Bangui | AFP | CHARLES BOUESSEL

A Bangui, la capoeira pour surmonter la guerre et la violence

"La capoeira m'a donné une famille", lance Oussein, président de l'association Abada Capoeira Centrafrique, au milieu d'une quarantaine de filles et garçons emportés dans une danse féline rythmée par les percussions.Chaque dimanche, ces jeunes de tous les horizons se rassemblent au "Stade 20.000 places" de Bangui pour s'entraîner et renouer des liens abîmés par la guerre et la violence qui frappent leur pays depuis des années.