Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.

Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.

Bercée par le calme de la nuit, à la lumière de quelques lampes à pétrole apportées par les spectateurs, Melissa Djimadja, 18 ans, profite de cette soirée pour elle inédite.

C’est "la première fois de ma vie qu'on me raconte une histoire entre hommes et animaux", s'enthousiasme-t-elle. Dans cette histoire digne du Petit Chaperon Rouge dévoré par le loup, la petite villageoise désobéissante est, elle, sauvée par son voisin chasseur qui parvient à effrayer les méchantes bêtes.

"On m’a toujours interdit de siffler la nuit sans que je comprenne pourquoi. Désormais j'en sais davantage", lance la lycéenne, pressée de se concentrer sur une nouvelle histoire racontée cette fois-ci par Amélie Armao, une "conteuse professionnelle" venue de France et passée par le Togo voisin pour s'inspirer de nouvelles fables.

"J’ai débuté ma carrière de conteuse par des contes africains", explique-t-elle. "Je les trouve plein de messages drôles, et plein de philosophie".

Pour Chris-Maël Tonoukouin, enseignant dans un établissement privé de Cotonou, cette soirée de contes est l'occasion de retrouver avec plaisir des sensations depuis longtemps oubliées.

"Dans le bon vieux temps, nous nouions des draps de lit au-dessus de nous et nous nous asseyions à même le sol, autour d’une lampe à pétrole", se souvient le professeur de français. "On écoutait nos grands-parents raconter ces histoires drôles entre êtres humains et animaux."

- "Sagesse africaine" -

Si M. Tonoukouin est aussi nostalgique, c'est que cette tradition de l'oralité, si importante en Afrique de l'Ouest, se perd peu à peu.

"Nous devons agir, à travers les contes, pour que la sagesse africaine ne soit pas complètement emportée dans les tombes par les vieillards qui meurent", explique Raoul Atchaka, représentant national de l'association Mémoires d’Afrique.

Ainsi, tous les soirs du 14 août, le Bénin "réveille les contes", comme il dit, "pour que les populations elles-mêmes s’approprient les contes et continuent à les enseigner aux jeunes générations".

L’association avait lancé en 2000 un concours d'écriture auquel ont participé plus d'un millier de jeunes Béninois. Il a permis de rassembler plus de 1.500 contes et légendes et de publier ensuite plusieurs ouvrages.

"Le conte, qu’il soit pris comme genre littéraire et/ou discipline artistique, est pour nous une forme de perpétuation des savoirs, des langues, des pratiques et de l'histoire des peuples", estime Patrice Toton, conteur professionnel béninois en France.

Son association, "Katoulati", active dans les deux pays, entend démocratiser le conte auprès de publics variés, allant des écoles primaires aux centres de loisirs, en passant, de manière plus inattendue, par les lieux de pouvoir comme les ministères ou le Parlement.

Mais pour Carmen Toudonou, auteure béninoise, l'avenir du conte africain ne se trouve pas dans les palabres, sous les arbres ou au bord des rivières, mais dans les livres.

"J'encourage les écrivains d'ici à mieux s'intéresser à ce genre, pour pouvoir offrir à nos enfants des histoires à travers lesquelles ils peuvent se reconnaître, s'identifier", explique-t-elle à l'AFP.

"Nous devons leur créer des héros africains, aux côtés des Blanche-Neige et autres Petit Chaperon Rouge", assène cette auteure de nombreux livres pour enfants. "À charge ensuite pour les parents de leur lire très tôt des histoires, pour en faire plus tard des amoureux de belles histoires, des amoureux de la lecture".

Et peut-être que dans 100 ans, les enfants béninois se souviendront encore qu'il ne faut pas siffler la nuit, au risque de réveiller la colère des bêtes féroces.

 

Videos

Culture

Erickson Le Zulu

Décès en France de Ecrickson le Zulu, l'un des précurseurs du coupé-décalé

L'artiste-chanteur Eric Bosiki dit Erickson Le Zulu, l'un des précurseurs du Coupé-décalé (Musique urbaine en vogue en Côte d'Ivoire) d'origine Congolaise, est décédé dimanche en France des suites d'une maladie. Selon ces sources, l'ex-star du Coupé-décalé aurait été emportée par une cirrhose de foie et une hépatite B. Erickson le Zulu était très adulé des mélomanes ivoiriens dans les années 2000.
Hommage à Franco Luambo Makiadi : Bedel Baouna publie « La vie des hommes », un théâtre haletant (Couverture du livre)

Hommage à Franco Luambo Makiadi : Bedel Baouna publie « La vie des hommes », un théâtre haletant

Il y a 30 ans (et 4 mois) s’éteignait le Grand-Maître Franco Luambo Makiadi en Belgique, l’un des papes de le Rumba congolaise moderne. Mais sa mort physique ne sonna pas le glas de son immense œuvre. Bien au contraire, elle reste d’actualité, et plus que jamais vivante. Parmi ses multiples « chroniques sociales », « La vie des hommes ». A coup de phrases dures, Franco y souligne la mécanique du drame, que vit Malelisa, femme au foyer, délaissée par un mari volage, adepte de toutes les marques de bière.
Roman : « Paris la Défonce », une alacrité d’écriture

Roman : « Paris la Défonce », une alacrité d’écriture

« Qu’est-ce que le style ? Une manière compliquée de raconter des choses simples ou une manière simple de raconter des choses compliquées ? » (Jean Cocteau) Elisabeth Ndala, elle, sans détour a opté pour une manière simple de raconter une histoire compliquée. Sa nouvelle, ou plutôt son roman – puisqu’il n’y a pas unité de temps, d’action et de lieu -, « Paris la Défonce », est un enjouement littéraire. Il n’y a pas de dialogues ; ils sont du moins dilués dans le discours narrativisé, comme pour marquer plus de distance.
Le rappeur Akon ©DR

Le rappeur Akon va investir dans un projet écotouristique au Sénégal

Le rappeur Akon a décidé d'investir dans l'écotourisme sur la côte Atlantique au Sénégal, le pays d'origine de sa famille, ont indiqué jeudi des responsables du gouvernement et du secteur. Connu pour ses tubes R&B "Locked Up" ou "Smack That", le chanteur et producteur américano-sénégalais de 46 ans a signé mardi au Sénégal un accord avec la société publique Sapco (Société d'aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal).
Brazzaville ma mère de Bedel Baouna de la gravité du style © Couverture du livre

Littérature - Brazzaville, ma mère de Bedel Baouna : de la gravité, du style

Ouvrir ce roman comme l’on pénètre Brazzaville, s'enivrer de la trame ciselée comme des couleurs et des odeurs… Brazzaville, ma mère vous retient ; une fois le roman ouvert, vous n’avez plus envie de le refermer, « comme si un levier magnétique s'enclenchait au fil des pages ». Une immersion dans l’imaginaire congolais…  
Cyriaque Kouba Nkouamoussou

Littérature - « Royan, l’enfance volée » : Cyriaque Kouba nous émeut

Né au Congo, Cyriaque Kouba Nkouamoussou vit entre Brazzaville et Paris. Ingénieur-agronome, Enseignant-assistant à l’ENSAF (Ecole nationale supérieure d’agronomie et de foresterie), il s’adonne à l’écriture à ses heures perdues. Son premier roman, Royan, l’enfance volée, aborde le sujet délicat et gravissime des enfants de la rue, accusés parfois (à tort) « de sorciers ». 
L'acteur, réalisateur et DJ britannique Idris Elba ©DR

L'acteur Idris Elba devient citoyen de la Sierra-Léone

L'acteur, réalisateur et DJ britannique Idris Elba est devenu citoyen sierra-léonais et a reçu un passeport diplomatique des mains du président Julius Maada Bio vendredi, lors de sa première visite dans le pays d'origine de son père, a rapporté un correspondant de l'AFP.