Ghana: "l'Année du retour" attire les touristes afro-américains

Visite du fort de Cape Coast, haut lieu de la traire négrière situé à 150 kilomètres au sud-ouest de la capitale ghanéenne Accra, le 28 juillet 2019. Siphiwe Sibeko / REUTERS

La pasteur américaine Roxanne Caleb a les yeux embués en sortant d'un donjon obscur où des esclaves africains étaient détenus avant de traverser l'Atlantique vers les Etats-Unis.

"Je n'étais pas prête à voir cela. J'ai le coeur brisé", confie-t-elle à l'AFP alors qu'elle visite le fort de Cape Coast, sur la côte du Ghana.

"Je n'arrive toujours pas à imaginer qu'un humain traite un autre être comme un rat", ajoute-t-elle.

Roxanne Caleb fait partie des visiteurs afro-américains se déplaçant en masse pour l'"Année du retour" du Ghana. Ce sont douze mois pendant lesquels le pays d'Afrique de l'Ouest, qui fut un des importants pays de départ de la traite négrière entre les XVe et XVIIIe siècles, organise des événements pour commémorer le premier bateau d'esclave arrivé en Virginie il y a 400 ans.

Le fort de Cape Coast, à 150 km au sud-ouest de la capitale Accra, est prisé des visiteurs. Murs blanchis à la chaux, rangées de canons, le fort était une des dizaines de prisons parsemant la côte atlantique où étaient emprisonnés les esclaves avant leur voyage vers le Nouveau Monde.

Parmi les Afro-américains célèbres qui visitent le site historique, une délégation du Congressional Black Caucus, le groupe parlementaire rassemblant les élus de la communauté afro-américaine s'y est rendue le mois dernier, menée par la présidente démocrate de la chambre basse du Congrès américain Nancy Pelosi.

- Ne pas oublier l'histoire -

Pour les touristes, la visite est un rite de passage plein d'émotion.

Pour Sampson Nii Addy, agent pénitentiaire de la police de Montgoméry en Alabama, cette visite entreprise avec sa famille a été "éducative".

"Je pense que tous les Noirs devraient venir ici apprendre l'histoire et comment les gens étaient traités", a assuré l'homme de 52 ans à l'AFP. "On ne peut pas oublier l'histoire, mais on peut toujours en tirer des leçons", a-t-il ajouté.

Le Ghana, une des démocraties les plus stables du continent africain, tente d'inciter les Afro-américains à découvrir leurs origines, voire à s'installer de manière permanente.

En 2009, le président américain Barack Obama avait visité le fort de Cape Coast avec toute sa famille, décrivant l'endroit comme un lieu "de tristesse profonde".

Avec "l'Année du retour", le pays espère voir augmenter son nombre de visiteurs de 350.000 en 2018 à 500.000 cette année, dont 45.000 Afro-américains.

Selon Kojo Keelson qui a été guide dans la région pendant neuf ans, le Ghana attend quelque 830 millions d'euros de recettes touristiques cette année.

"C'est comme un pèlerinage. Cette année, nous avons beaucoup plus d'Afro-Américains que les années précédentes".

Akwasi Awua Ababio, coordinateur des événements de "l'Année du retour", souligne les forts taux d'occupation des hôtels et affirme que "l'enthousiasme est au rendez-vous, nous avons beaucoup de personnes venant des Etats-Unis et des Caraïbes".

Selon lui, le Ghana espère stimuler son économie mais aussi convaincre les descendants d'esclaves de s'y installer pour de bon, afin d'aider le pays à se développer.

"Nous devons penser à comment les accueillir pour tirer parti de leur expertise et de leurs réseaux", ajoute Akwasi Awua Ababio.

Avec AFP

Videos

Culture

Le rappeur Akon ©DR

Le rappeur Akon va investir dans un projet écotouristique au Sénégal

Le rappeur Akon a décidé d'investir dans l'écotourisme sur la côte Atlantique au Sénégal, le pays d'origine de sa famille, ont indiqué jeudi des responsables du gouvernement et du secteur. Connu pour ses tubes R&B "Locked Up" ou "Smack That", le chanteur et producteur américano-sénégalais de 46 ans a signé mardi au Sénégal un accord avec la société publique Sapco (Société d'aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal).
Brazzaville ma mère de Bedel Baouna de la gravité du style © Couverture du livre

Littérature - Brazzaville, ma mère de Bedel Baouna : de la gravité, du style

Ouvrir ce roman comme l’on pénètre Brazzaville, s'enivrer de la trame ciselée comme des couleurs et des odeurs… Brazzaville, ma mère vous retient ; une fois le roman ouvert, vous n’avez plus envie de le refermer, « comme si un levier magnétique s'enclenchait au fil des pages ». Une immersion dans l’imaginaire congolais…  
Cyriaque Kouba Nkouamoussou

Littérature - « Royan, l’enfance volée » : Cyriaque Kouba nous émeut

Né au Congo, Cyriaque Kouba Nkouamoussou vit entre Brazzaville et Paris. Ingénieur-agronome, Enseignant-assistant à l’ENSAF (Ecole nationale supérieure d’agronomie et de foresterie), il s’adonne à l’écriture à ses heures perdues. Son premier roman, Royan, l’enfance volée, aborde le sujet délicat et gravissime des enfants de la rue, accusés parfois (à tort) « de sorciers ». 
L'acteur, réalisateur et DJ britannique Idris Elba ©DR

L'acteur Idris Elba devient citoyen de la Sierra-Léone

L'acteur, réalisateur et DJ britannique Idris Elba est devenu citoyen sierra-léonais et a reçu un passeport diplomatique des mains du président Julius Maada Bio vendredi, lors de sa première visite dans le pays d'origine de son père, a rapporté un correspondant de l'AFP.
Seysey ©DR

Seysey : un Français aux Latin Grammy Awards

Le producteur et compositeur Seysey originaire du Val d’Oise est l’un des rares Français à avoir décroché une nomination lors de la prestigieuse cérémonie de remise de prix. “New Chapter ?” c’est sur cette note énigmatique que Seysey s’efface des réseaux sociaux en avril dernier avant de signer son grand retour, 7 mois plus tard sur Instragram. Et une chose est sure, on était loin d’imaginer ce qu’il préparait ! 
Les hasards du destin ©DR

Congo - Littérature : Les hasards du destin de Ferréol Gassackys, un roman empreint de symboles et de gravité

Homme politique et député de Poto-Poto (3ème arrondissement de Brazzaville), Ferréol Gassackys est aussi un homme de Culture. En témoigne son premier roman, Les hasards du destin, paru en juin dernier chez L’Harmattan, une invite à l’introspection.
Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango» ©DR

Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango»

La rentrée littéraire en France n’a pas fini de livrer toutes ses dernières pépites. Dans un communiqué de presse transmis à la rédaction de Œil d’Afrique, la Maison d’éditions Captiot annonce la sortie de Tchapalo Tango, premier roman du journaliste ivoirien Fidèle Goulyzia. «Tchapalo Tango» ou l’histoire d’un jeune journaliste entré dans le métier par un heureux hasard, qui y fait ses armes, brille, mais dérange par sa plume. Il est contraint de fuir son pays, Dougoutiana, pour échapper à une arrestation programmée sous le chef d’accusation de complicité de terrorisme.