France : Feu vert du Sénat à des restitutions de biens culturels au Sénégal et au Bénin

Des statues béninoises exposées au musée du quai Branly à Paris, en 2007. • Crédits : OLIVIER LABAN-MATTEI - AFP

Le Sénat à majorité de droite a donné mercredi 4 novembre à l'unanimité, après l'Assemblée nationale, son feu vert à la restitution de biens culturels au Sénégal et au Bénin, malgré des critiques sur «la méthode», pointée comme «un fait du prince».

Pour «mieux encadrer scientifiquement», dans le futur, ce type de procédures, le Sénat a introduit dans le projet de loi la création d'un «Conseil national chargé de réfléchir aux questions de circulation et de retour de biens culturels extra-européens». Cette initiative a toutefois peu de chances de prospérer dans la navette parlementaire, le gouvernement y étant opposé.

Le projet de loi répond à une volonté de refonder les relations culturelles avec l'Afrique exprimée par le président Emmanuel Macron en novembre 2017 à Ouagadougou. Le transfert au Bénin porte sur 26 pièces du «Trésor de Béhanzin» provenant du pillage du palais d'Abomey en 1892. Elles sont aujourd'hui au musée du Quai Branly-Jacques Chirac à Paris. Le Sénégal doit récupérer un sabre et son fourreau attribués à El Hadj Omar Tall, grande figure militaire et religieuse ouest-africaine du XIXe siècle. Détenu par le Musée de l'Armée à Paris, ce sabre est exposé à Dakar dans le cadre d'un prêt de longue durée.

Ces œuvres sont «devenues de véritables lieux de mémoire», a affirmé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, tandis que plusieurs orateurs soulignaient leur «forte charge symbolique». Le projet de loi «ne remet nullement en cause le principe d'inaliénabilité» des collections des musées nationaux français, a assuré la ministre. La restitution «n'est pas un acte de repentance, mais un acte d'amitié et de confiance» envers le Bénin et le Sénégal, a-t-elle encore dit.

Selon Claudine Lepage (PS), «elles peuvent jouer un rôle majeur» pour permettre à la jeunesse «de retisser le lien avec son Histoire et de renforcer son identité». Pour la rapporteure Catherine Morin-Desailly (centriste), «la démarche est fondée d'un point de vue éthique». «Ce qui est en cause c'est la méthode», par laquelle «la décision politique a prévalu sur toutes les formes de débat», a-t-elle ajouté. Le projet de loi «se contente d'exécuter une décision présidentielle», a regretté Max Brisson (LR). «Cette loi d'exception étant fondée sinon sur le fait du prince, du moins sur la raison d'État, elle en appellera d'autres au rythme des demandes qui vont se multiplier», a-t-il relevé, appelant à définir un cadre. Selon Pierre Ouzoulias (CRCE à majorité communiste), «la forme juridique adaptée aurait du être un traité international». Il «aurait eu l'avantage de préciser les engagements de la France, au titre de l'aide au développement», pour le transport des œuvres ou la construction des installations qui vont les accueillir.

À l’issue d'un débat sémantique, le Sénat a substitué aux termes «restitution» et «remettre» utilisés dans le texte initial les termes «retour» et «transférer».

Avec AFP

Videos

Culture

Des statues béninoises exposées au musée du quai Branly à Paris, en 2007. • Crédits : OLIVIER LABAN-MATTEI - AFP

France : Feu vert du Sénat à des restitutions de biens culturels au Sénégal et au Bénin

Le Sénat à majorité de droite a donné mercredi 4 novembre à l'unanimité, après l'Assemblée nationale, son feu vert à la restitution de biens culturels au Sénégal et au Bénin, malgré des critiques sur «la méthode», pointée comme «un fait du prince».
Youssou N'dour

Youssou N'dour intègre l'Académie royale de musique de Suède, "une fierté" pour l’Afrique

Youssou N'dour figure parmi les neuf nouveaux membres de la prestigieuse Académie royale de musique de Suède. L'artiste sénégalais a été présenté comme un "innovateur" de la musique traditionnelle ouest-africaine. L'académicien africain
Un portrait du guitariste légendaire Jimi Hendrix dans la ville portuaire d'Essaouira, au Maroc. (FADEL SENNA / AFP)

Maroc: la légende de Jimi Hendrix bien entretenue dans un village, 50 ans après sa mort

A l'été 1969, Jimi Hendrix fit un bref séjour à Essaouira, une cité fortifiée très touristique au sud du Maroc. De ce voyage, il ne reste pas d'image ni de bande son, mais d'innombrables mythes qui nourrissent la légende de l'icône du rock. Dans le village de Diabat, situé à cinq kilomètres de la ville, certains assurent l'avoir croisé, d'autres disent lui avoir parlé...
KTP

Makea Production : le projet KTP pour promouvoir la musique urbaine africaine

Depuis plusieurs années la musique urbaine truste les premières places des Charts. Les artistes d’origines africaines s’imposent de plus en plus comme des acteurs clé du secteur. Avec son partenariat avec Sony Music France, Makea Production lance un nouveau projet fédérateur pour les artistes urbains africains.
Amazones du Dahomey (WIKIMEDIA COMMONS)

Décès d'Hélène d’Almeida-Topor, l’historienne de l'Afrique coloniale qui a fait connaître "les amazones du Dahomey"

Hélène d'Almeida-Topor s’installe avec son mari béninois, à Porto Novo, au Bénin, en 1960. Agrégée d’histoire, elle enseigne au lycée, puis à l’université. Très vite son intérêt se porte sur la recherche avec une thèse sur "l’histoire économique du Dahomey (1890-1920)" soutenue en 1987.
Couverture ©DR

Littérature - Cyriaque Kouba Nkouamoussou : « Mes héros sont souvent des personnages-victimes »

Ingénieur agronome, Cyriaque Kouba Nkouamoussou s’adonne à l’écriture. Une passion qu’il essaie de transformer en vocation, aussi n’hésite-t-il pas à se jeter à l’eau, sans la crainte d’une hypothermie littéraire. Après Royan, l’enfance volée (Edilivre, 2019), il vient de publier un roman, ou plutôt un conte, Trahison et chantage (Le Lys Bleu Editions).
Couverture ©DR

Rentrée littéraire 2020 : Moyila Ngonda publie « Pour l’amour de Zaïna », un roman réaliste

Docteur en Relations Internationales, diplômé entre autres en Communication Sociale, Moyila Ngonda est haut-fonctionnaire au Ministère des Affaires Étrangères et ancien diplomate de la Mission Permanente du Congo auprès des Nations Unies à New York et à Genève, Ministre Plénipotentiaire de 2e classe et Chargé d’Affaires à l’Ambassade de la République Démocratique du Congo à Paris, avant d’occuper le même poste actuellement à Riyad, en Arabie Saoudite.