De Toumaï à l'anti-colonialisme, les "civilisations noires" entrent au musée à Dakar

Des pièces du Musée des civilisations noires inauguré le 6 décembre 2018 à Dakar afp.com - SEYLLOU

Le crâne de "Toumaï", un fourneau à métal ancien, un sabre symbole de la résistance anti-coloniale: pour son inauguration jeudi à Dakar, le Musée des civilisations noires (MCN) célèbre l'homme noir, au moment où progresse l'idée d'une restitution à l'Afrique de son patrimoine culturel.

Pour marquer l'événement, qualifié d'"historique" par le président sénégalais Macky Sall, des spectacles de chants, de danses, de rap et de slam, mêlant tradition et modernité, hommages aux ancêtres, aux grandes figures des civilisations noires, de Martin Luther King à Thomas Sankara, ou encore aux "tirailleurs sénégalais", se sont succédé lors d'une cérémonie de plusieurs heures retransmise en direct par la télévision sénégalaise.

"Ce jour fait ressurgir en nous les précurseurs du panafricanisme et de l'identité africaine", a déclaré Macky Sall après avoir coupé le ruban et visité rapidement les vastes salles du musée, un bâtiment monumental, inspiré des cases rondes de Casamance (sud), inauguré sept ans après la pose de la première pierre par son prédécesseur, Abdoulaye Wade (2000-2012).

En fin d'après-midi, le musée, financé à hauteur de plus de 30 millions d'euros par la Chine, a ouvert ses portes au grand public.

Vieux de 7 millions d'années, le crâne du plus ancien hominidé exhumé au monde, surnommé "Toumaï", est "venu exceptionnellement du Tchad", s'est réjoui le président sénégalais, qui s'exprimait devant des centaines d'invités.

Ce vestige exceptionnel cohabite avec d'autres créations de l'homme noir ou de témoins de sa présence dans le processus de l'évolution humaine: outils en pierre, mégalithes datant de plus de 1.700 ans, hiéroglyphes égyptiens, masques rituels et même oeuvres d'artistes contemporains, telles une création du plasticien malien Abdoulaye Konaté intitulée "Non au jihad à Tombouctou".

Un fourneau ancien ayant servi à produire du fer est exposé à côté d'un sabre ramené de France et attribué à un résistant anti-colonial et chef jihadiste ouest-africain du XIXe siècle, El Hadji Omar Tall.

"Nous sommes dans la continuité de l'Histoire. A travers les âges, l'Afrique a inventé, façonné et transformé, participant ainsi sans arrêt au flux des innovations. Notre devoir est de rester les sentinelles vigilantes de l'héritage des Anciens", a poursuivi M. Sall.

- 'Dialogue des cultures' -

Le MCN "est un instrument au service du dialogue des cultures, un réceptacle bouillant et bouillonnant de l'interculturalité pour un nouveau regard sur l'Afrique et sa diaspora, qui reconnaît notre part dans la grande aventure humaine", a relevé Macky Sall.

Cette inauguration intervient alors qu'un rapport remis fin novembre au président français Emmanuel Macron, rédigé par deux universitaires la Française Bénédicte Savoy et le Sénégalais Felwine Sarr, préconise de faciliter les restitutions d'oeuvres aux anciennes colonies.

Le chef de l'Etat sénégalais a dit espérer que ce rapport "ouvre la voie à un dialogue serein et apaisé sur le rapatriement du patrimoine africain", tandis que son homologue comorien, Azali Assoumani, seul chef d'Etat étranger ayant fait le déplacement, saluait "le souhait du président Emmanuel Macron de rendre à l'Afrique son patrimoine".

A l'image du MCN, la réhabilitation ou la construction de musées modernes à travers l'Afrique bat en brèche l'argument du manque d'infrastructures adaptées, souvent opposé aux demandes de restitution, que des pays comme la France affirment vouloir faciliter.

Le musée national de Côte d'Ivoire, à Abidjan, "est à même de récupérer et d'accueillir ces différentes œuvres quand elles seront de retour", a souligné récemment le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, alors que Bénin prévoit d'ouvrir d'ici 2020 quatre musées modernes dans des villes historiques.

Le nouvel établissement dakarois "revendique le statut de musée moderne" où "l'on peut maîtriser la température et l'humidité dans chacune des salles", avait souligné à cet égard son directeur, Hamady Bocoum, quelques jours avant l'ouverture.

D'une surface de 14.000 m2, le Musée des civilisations noires peut accueillir 18.000 pièces. Il devra être "non pas un espace de nostalgie mais un creuset de la créativité, une fabrique de l'estime de soi", a souligné jeudi le président son comité scientifique, le recteur de l'Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, Ibrahima Thioub.

L'idée d'un musée des civilisations noires avait été lancée par le poète Léopold Sédar Senghor, premier président sénégalais (1960-1980), lors du premier Festival mondial des arts nègres en 1966 à Dakar.

Avec AFP

Videos

Culture

La rappeuse kenyane Muthoni Drummer Queen à Rennes le 7 décembre 2018

Aux Trans Musicales, Muthoni Drummer Queen livre son ode au Kenya et aux femmes

Figure du hip-hop kenyan, elle est rappeuse, percussionniste et femme d'affaires: Muthoni Drummer Queen monte sur la scène des Trans Musicales vendredi avec l'album "She", un condensé contestataire et féministe d'expériences vécues par des "héroïnes" kenyanes ordinaires.
Des pièces du Musée des civilisations noires inauguré le 6 décembre 2018 à Dakar afp.com - SEYLLOU

De Toumaï à l'anti-colonialisme, les "civilisations noires" entrent au musée à Dakar

Le crâne de "Toumaï", un fourneau à métal ancien, un sabre symbole de la résistance anti-coloniale: pour son inauguration jeudi à Dakar, le Musée des civilisations noires (MCN) célèbre l'homme noir, au moment où progresse l'idée d'une restitution à l'Afrique de son patrimoine culturel.
Rania Youssef, lors de la séance photo à l'occasion de la cérémonie de clôture du festival du cinéma du Caire (Egypte), le 29 novembre 2018.

Egypte : l'actrice Rania Youssef ne risque plus la prison, avec ou sans robe noire

Les poursuites contre Rania Youssef pour "incitation à la débauche"ont été levées. La robe que portait l'actrice égyptienne lors de la clôture du Festival international du film du Caire avait été jugée par certains trop transparente, trop suggestive ou provocante. Embrasement des réseaux sociaux. Les deux avocats qui s'étaient saisis du dossier ont finalement retiré leur plainte.
« Très fier » de Martin Fayulu, Fally Ipupa lui souhaite « bonne chance » pour la présidentielle en RDC © Capture d’écran de TV5MONDE

Elections en RDC: "Bonne chance, mon vieux" lance Fally Ipupa à l'opposant Fayulu

La star de la musique congolaise Fally Ipupa, empêché de chanter en France en 2017 sous la pression d'opposants anti-Joseph Kabila, a souhaité "bonne chance" au candidat de l'opposition Martin Fayulu pour l'élection présidentielle en République démocratique du Congo. "Je suis très, très fier de lui. D'ailleurs c'est très bien que les politiciens arrivent à se mettre d'accord pour l'intérêt du pays. En tous cas... bonne chance à mon vieux Martin Fayulu", a déclaré l'artiste sur TV5Monde.
H Lui-meme

Interview - H Lui-même, la nouvelle voix de la scène afro-pop

La scène afro-pop est en ébullition. Un nouveau talent fait parler de lui depuis peu. Musicien d'origine congolaise, H Lui-meme propose des compositions combinant des éléments de la Rumba et ceux de la RnB. Né à Goma en République Démocratique du Congo, Il est le troisième d'une famille de 7 enfants. Son père a fuit la démocratie du Congo en tant que réfugié politique et a été notaire de la ville de Goma pendant plusieurs années.
La réalisatrice Wanuri Kahiu (G) et les actrices Samantha Mugatsia et Sheila Munyiva au 71ème festival international du film, Cannes, le 9 mai 2018. AP

"Rafiki" : un film pour célébrer une Afrique "joyeuse"

Interdit dans son pays au motif qu'il traite de l'amour entre deux femmes, le film kényan "Rafiki" pourra être vu pendant sept jours à Nairobi et espérer ainsi être en lice pour les Oscars. "Je pleure. Je suis dans un aéroport français. Quelle JOIE! Notre constitution est FORTE! Remerciez la liberté d'expression!!!!", a réagi sur Twitter la réalisatrice Wanuri Kahiu qui entend montrer, à travers son film, une image pop et "joyeuse" de l'Afrique.
Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.