De Toumaï à l'anti-colonialisme, les "civilisations noires" entrent au musée à Dakar

Des pièces du Musée des civilisations noires inauguré le 6 décembre 2018 à Dakar afp.com - SEYLLOU

Le crâne de "Toumaï", un fourneau à métal ancien, un sabre symbole de la résistance anti-coloniale: pour son inauguration jeudi à Dakar, le Musée des civilisations noires (MCN) célèbre l'homme noir, au moment où progresse l'idée d'une restitution à l'Afrique de son patrimoine culturel.

Pour marquer l'événement, qualifié d'"historique" par le président sénégalais Macky Sall, des spectacles de chants, de danses, de rap et de slam, mêlant tradition et modernité, hommages aux ancêtres, aux grandes figures des civilisations noires, de Martin Luther King à Thomas Sankara, ou encore aux "tirailleurs sénégalais", se sont succédé lors d'une cérémonie de plusieurs heures retransmise en direct par la télévision sénégalaise.

"Ce jour fait ressurgir en nous les précurseurs du panafricanisme et de l'identité africaine", a déclaré Macky Sall après avoir coupé le ruban et visité rapidement les vastes salles du musée, un bâtiment monumental, inspiré des cases rondes de Casamance (sud), inauguré sept ans après la pose de la première pierre par son prédécesseur, Abdoulaye Wade (2000-2012).

En fin d'après-midi, le musée, financé à hauteur de plus de 30 millions d'euros par la Chine, a ouvert ses portes au grand public.

Vieux de 7 millions d'années, le crâne du plus ancien hominidé exhumé au monde, surnommé "Toumaï", est "venu exceptionnellement du Tchad", s'est réjoui le président sénégalais, qui s'exprimait devant des centaines d'invités.

Ce vestige exceptionnel cohabite avec d'autres créations de l'homme noir ou de témoins de sa présence dans le processus de l'évolution humaine: outils en pierre, mégalithes datant de plus de 1.700 ans, hiéroglyphes égyptiens, masques rituels et même oeuvres d'artistes contemporains, telles une création du plasticien malien Abdoulaye Konaté intitulée "Non au jihad à Tombouctou".

Un fourneau ancien ayant servi à produire du fer est exposé à côté d'un sabre ramené de France et attribué à un résistant anti-colonial et chef jihadiste ouest-africain du XIXe siècle, El Hadji Omar Tall.

"Nous sommes dans la continuité de l'Histoire. A travers les âges, l'Afrique a inventé, façonné et transformé, participant ainsi sans arrêt au flux des innovations. Notre devoir est de rester les sentinelles vigilantes de l'héritage des Anciens", a poursuivi M. Sall.

- 'Dialogue des cultures' -

Le MCN "est un instrument au service du dialogue des cultures, un réceptacle bouillant et bouillonnant de l'interculturalité pour un nouveau regard sur l'Afrique et sa diaspora, qui reconnaît notre part dans la grande aventure humaine", a relevé Macky Sall.

Cette inauguration intervient alors qu'un rapport remis fin novembre au président français Emmanuel Macron, rédigé par deux universitaires la Française Bénédicte Savoy et le Sénégalais Felwine Sarr, préconise de faciliter les restitutions d'oeuvres aux anciennes colonies.

Le chef de l'Etat sénégalais a dit espérer que ce rapport "ouvre la voie à un dialogue serein et apaisé sur le rapatriement du patrimoine africain", tandis que son homologue comorien, Azali Assoumani, seul chef d'Etat étranger ayant fait le déplacement, saluait "le souhait du président Emmanuel Macron de rendre à l'Afrique son patrimoine".

A l'image du MCN, la réhabilitation ou la construction de musées modernes à travers l'Afrique bat en brèche l'argument du manque d'infrastructures adaptées, souvent opposé aux demandes de restitution, que des pays comme la France affirment vouloir faciliter.

Le musée national de Côte d'Ivoire, à Abidjan, "est à même de récupérer et d'accueillir ces différentes œuvres quand elles seront de retour", a souligné récemment le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, alors que Bénin prévoit d'ouvrir d'ici 2020 quatre musées modernes dans des villes historiques.

Le nouvel établissement dakarois "revendique le statut de musée moderne" où "l'on peut maîtriser la température et l'humidité dans chacune des salles", avait souligné à cet égard son directeur, Hamady Bocoum, quelques jours avant l'ouverture.

D'une surface de 14.000 m2, le Musée des civilisations noires peut accueillir 18.000 pièces. Il devra être "non pas un espace de nostalgie mais un creuset de la créativité, une fabrique de l'estime de soi", a souligné jeudi le président son comité scientifique, le recteur de l'Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, Ibrahima Thioub.

L'idée d'un musée des civilisations noires avait été lancée par le poète Léopold Sédar Senghor, premier président sénégalais (1960-1980), lors du premier Festival mondial des arts nègres en 1966 à Dakar.

Avec AFP

Videos

Culture

Erickson Le Zulu

Décès en France de Ecrickson le Zulu, l'un des précurseurs du coupé-décalé

L'artiste-chanteur Eric Bosiki dit Erickson Le Zulu, l'un des précurseurs du Coupé-décalé (Musique urbaine en vogue en Côte d'Ivoire) d'origine Congolaise, est décédé dimanche en France des suites d'une maladie. Selon ces sources, l'ex-star du Coupé-décalé aurait été emportée par une cirrhose de foie et une hépatite B. Erickson le Zulu était très adulé des mélomanes ivoiriens dans les années 2000.
Hommage à Franco Luambo Makiadi : Bedel Baouna publie « La vie des hommes », un théâtre haletant (Couverture du livre)

Hommage à Franco Luambo Makiadi : Bedel Baouna publie « La vie des hommes », un théâtre haletant

Il y a 30 ans (et 4 mois) s’éteignait le Grand-Maître Franco Luambo Makiadi en Belgique, l’un des papes de le Rumba congolaise moderne. Mais sa mort physique ne sonna pas le glas de son immense œuvre. Bien au contraire, elle reste d’actualité, et plus que jamais vivante. Parmi ses multiples « chroniques sociales », « La vie des hommes ». A coup de phrases dures, Franco y souligne la mécanique du drame, que vit Malelisa, femme au foyer, délaissée par un mari volage, adepte de toutes les marques de bière.
Roman : « Paris la Défonce », une alacrité d’écriture

Roman : « Paris la Défonce », une alacrité d’écriture

« Qu’est-ce que le style ? Une manière compliquée de raconter des choses simples ou une manière simple de raconter des choses compliquées ? » (Jean Cocteau) Elisabeth Ndala, elle, sans détour a opté pour une manière simple de raconter une histoire compliquée. Sa nouvelle, ou plutôt son roman – puisqu’il n’y a pas unité de temps, d’action et de lieu -, « Paris la Défonce », est un enjouement littéraire. Il n’y a pas de dialogues ; ils sont du moins dilués dans le discours narrativisé, comme pour marquer plus de distance.
Le rappeur Akon ©DR

Le rappeur Akon va investir dans un projet écotouristique au Sénégal

Le rappeur Akon a décidé d'investir dans l'écotourisme sur la côte Atlantique au Sénégal, le pays d'origine de sa famille, ont indiqué jeudi des responsables du gouvernement et du secteur. Connu pour ses tubes R&B "Locked Up" ou "Smack That", le chanteur et producteur américano-sénégalais de 46 ans a signé mardi au Sénégal un accord avec la société publique Sapco (Société d'aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal).
Brazzaville ma mère de Bedel Baouna de la gravité du style © Couverture du livre

Littérature - Brazzaville, ma mère de Bedel Baouna : de la gravité, du style

Ouvrir ce roman comme l’on pénètre Brazzaville, s'enivrer de la trame ciselée comme des couleurs et des odeurs… Brazzaville, ma mère vous retient ; une fois le roman ouvert, vous n’avez plus envie de le refermer, « comme si un levier magnétique s'enclenchait au fil des pages ». Une immersion dans l’imaginaire congolais…  
Cyriaque Kouba Nkouamoussou

Littérature - « Royan, l’enfance volée » : Cyriaque Kouba nous émeut

Né au Congo, Cyriaque Kouba Nkouamoussou vit entre Brazzaville et Paris. Ingénieur-agronome, Enseignant-assistant à l’ENSAF (Ecole nationale supérieure d’agronomie et de foresterie), il s’adonne à l’écriture à ses heures perdues. Son premier roman, Royan, l’enfance volée, aborde le sujet délicat et gravissime des enfants de la rue, accusés parfois (à tort) « de sorciers ». 
L'acteur, réalisateur et DJ britannique Idris Elba ©DR

L'acteur Idris Elba devient citoyen de la Sierra-Léone

L'acteur, réalisateur et DJ britannique Idris Elba est devenu citoyen sierra-léonais et a reçu un passeport diplomatique des mains du président Julius Maada Bio vendredi, lors de sa première visite dans le pays d'origine de son père, a rapporté un correspondant de l'AFP.