Décès d'Hélène d’Almeida-Topor, l’historienne de l'Afrique coloniale qui a fait connaître "les amazones du Dahomey"

Amazones du Dahomey (WIKIMEDIA COMMONS)

Hélène d'Almeida-Topor s’installe avec son mari béninois, à Porto Novo, au Bénin, en 1960. Agrégée d’histoire, elle enseigne au lycée, puis à l’université. Très vite son intérêt se porte sur la recherche avec une thèse sur "l’histoire économique du Dahomey (1890-1920)" soutenue en 1987.

Elle se penche notamment sur les conséquences de la crise de 1929 sur les économies africaines, largement dominées à l'époque par la monoculture d’exportation. L’histoire économique de l’Afrique subsaharienne était en ces temps un terrain totalement inexploré.

Une histoire de l’Afrique

Mais elle est surtout connue pour son livre-référence : L’Afrique du XXe siècle ; "C’est un livre important parce que c’est la première fois qu’il y avait vraiment l’Histoire de l’Afrique, essentiellement subsaharienne, un manuel d’Histoire, si vous voulez, pour l’enseignement supérieur" affirme son amie, l'historienne Catherine Coquery-Vidrovitch interrogée par TV5.

Dans les années soixante, Hélène d'Almeida-Topor parvient à interviewer les dernières Amazones encore vivantes et en tirera un livre : Les amazones : Une armée de femmes dans l'Afrique précoloniale. Elle fait connaître en France, ces redoutables femmes-combattantes qui constituent les troupes d’élite du roi Béhanzin. "Eduquées pour la guerre, vouées au combat, elles attaquent toujours les premières, galvanisent le courage des soldats masculins par leur stupéfiante intrépidité". Toujours en tête des troupes, elles impressionnent l’ennemi, décapitant et hissant leurs têtes sur des pics.

Une armée de femmes

A la fin du XIXe siècle, elles se battent avec panache contre les troupes françaises, mais succombent devant un ennemi mieux armé. Elles disparaissent en même temps que l'indépendance de leur pays. Hélène d'Almeida-Topor a également pu interroger, à Abomey, le frère du roi Béhanzin qui avait utilisé cette armée de femmes, presque unique dans l'histoire africaine.

"En avant de l'armée royale marchaient les amazones, leur colonel en tête, reconnaissable aux cornes d'argent fixées sur ses cheveux crépelés. Les féticheurs, les gardes royaux, agitant la queue de cheval qui leur sert de marque distinctive, suivaient les amazones, puis venaient les troupes régulières."

Les indépendances africaines

Avec Catherine Coquery-Vidrovitch, Hélène d'Almeida-Topor organise en 2010 un colloque consacré aux "Cinquante ans d'indépendances africaines" des États francophones, en rappelant à la fois "la force et parfois la violence des combats menés pour en arriver là", l'enthousiasme extraordinaire qui a accompagné l'indépendance, et en restituant le contexte, "une vague mondiale d'émancipation" avec des échos en Amérique et aux Antilles, et enfin, les nouveaux rapports de force induits par l'arrivée de nouveaux pays indépendants sur la scène mondiale. Toujours d'actualité alors que l'on célèbre cette année le soixantième anniversaire des indépendances africaines.

Ironie de l’histoire, Hélène d’Almeida Topor, qui a connu le Bénin, aux premières heures de l’indépendance, y est morte le 1er août 2020, jour anniversaire de cette indépendance.

Videos

Culture

Un portrait du guitariste légendaire Jimi Hendrix dans la ville portuaire d'Essaouira, au Maroc. (FADEL SENNA / AFP)

Maroc: la légende de Jimi Hendrix bien entretenue dans un village, 50 ans après sa mort

A l'été 1969, Jimi Hendrix fit un bref séjour à Essaouira, une cité fortifiée très touristique au sud du Maroc. De ce voyage, il ne reste pas d'image ni de bande son, mais d'innombrables mythes qui nourrissent la légende de l'icône du rock. Dans le village de Diabat, situé à cinq kilomètres de la ville, certains assurent l'avoir croisé, d'autres disent lui avoir parlé...
KTP

Makea Production : le projet KTP pour promouvoir la musique urbaine africaine

Depuis plusieurs années la musique urbaine truste les premières places des Charts. Les artistes d’origines africaines s’imposent de plus en plus comme des acteurs clé du secteur. Avec son partenariat avec Sony Music France, Makea Production lance un nouveau projet fédérateur pour les artistes urbains africains.
Amazones du Dahomey (WIKIMEDIA COMMONS)

Décès d'Hélène d’Almeida-Topor, l’historienne de l'Afrique coloniale qui a fait connaître "les amazones du Dahomey"

Hélène d'Almeida-Topor s’installe avec son mari béninois, à Porto Novo, au Bénin, en 1960. Agrégée d’histoire, elle enseigne au lycée, puis à l’université. Très vite son intérêt se porte sur la recherche avec une thèse sur "l’histoire économique du Dahomey (1890-1920)" soutenue en 1987.
Couverture ©DR

Littérature - Cyriaque Kouba Nkouamoussou : « Mes héros sont souvent des personnages-victimes »

Ingénieur agronome, Cyriaque Kouba Nkouamoussou s’adonne à l’écriture. Une passion qu’il essaie de transformer en vocation, aussi n’hésite-t-il pas à se jeter à l’eau, sans la crainte d’une hypothermie littéraire. Après Royan, l’enfance volée (Edilivre, 2019), il vient de publier un roman, ou plutôt un conte, Trahison et chantage (Le Lys Bleu Editions).
Couverture ©DR

Rentrée littéraire 2020 : Moyila Ngonda publie « Pour l’amour de Zaïna », un roman réaliste

Docteur en Relations Internationales, diplômé entre autres en Communication Sociale, Moyila Ngonda est haut-fonctionnaire au Ministère des Affaires Étrangères et ancien diplomate de la Mission Permanente du Congo auprès des Nations Unies à New York et à Genève, Ministre Plénipotentiaire de 2e classe et Chargé d’Affaires à l’Ambassade de la République Démocratique du Congo à Paris, avant d’occuper le même poste actuellement à Riyad, en Arabie Saoudite.
Des immigrés somaliens fuient devant la police qui tente d'éviter des affrontements en marge d'une manifestation contre les étrangers, le 24 février 2017 à Pretoria / AFP

Un collectif d’écrivains et poètes écrivent sur le racisme en Afrique du Sud

Ils viennent de plusieurs pays, du Maroc, de l’Angola, de la Côte-d’Ivoire, d’Haïti, etc. Ils ont tous la particularité d’avoir écrit des livres. Ensemble, ils ont écrit un recueil de poèmes pour réfléchir sur le racisme entre Noirs en Afrique du Sud. En 2019, plusieurs immigrants africains ont été, au quotidien, confrontés à une «africanaphobie» qui prend racine dans l’histoire du pays et que le gouvernement semble alimenter. 
Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire ©Anton Belo/Shutterstock

Egypte : Les pyramides de Gizeh ont rouvert au public

L'Egypte a décidé mi-juin de rouvrir son espace aérien ainsi qu'une partie de ses sites touristiques, afin de relancer le tourisme, un secteur qui a enregistré de lourdes pertes financières pendant les quelque trois mois de fermeture dus à la maladie Covid-19. Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire, ont ainsi rouvert au public.Une "énergie très spéciale" lors de la réouverture