Covid-19 : "Pata Pata", le tube planétaire de Miriam Makeba ressort avec des paroles anticoronavirus

La chanteuse béninoise Angélique Kidjo

C'est la chanteuse béninoise Angélique Kidjo qui interprète la nouvelle version de "Pata Pata" dans le but d'encourager les gestes barrières sur tout le continent africain.

La chanson de renommée mondiale Pata Pata, tube de danse sud-africain sorti en 1967, est rééditée avec de nouvelles paroles. Sur la mélodie identique à l'originale, des couplets adaptés sont destinés à diffuser des informations sur le coronavirus aux communautés vulnérables, à travers des programmes à la radio. "Pata Pata", qu'on peut traduire par "touche touche" dans la langue Xhosa, a été écrite par la célèbre chanteuse anti-apartheid Miriam Makeba, décédée en 2008. Elle l'avait baptisée ainsi en s'inspirant d'un mouvement de danse populaire à Johannesburg à l'époque.

Pas de "Pata Pata" pour ne pas attraper le Covid-19

La nouvelle version chantée par l'artiste béninoise Angélique Kidjo (à écouter ici) contient des paroles telles que "Nous devons garder nos mains propres et ne pas avoir de Pata Pata" ... "Ne touchez pas votre visage, gardez vos distances s'il vous plaît" et "no-Pata Pata".

Réalisée sous la houlette de l'agence des Nations unies pour l'enfance (Unicef), la reprise de la chanson de Makeba sera diffusée à partir du 23 avril 2020 sur plus de 15 stations de radio à travers tous les pays africains.

"Cela semble si simple et pourtant, il est encore très difficile de transmettre des informations aux personnes dans les régions les plus reculées ou aux personnes qui n'ont pas Internet", explique le porte-parole de l'Unicef James Elder à la Fondation Thomson Reuters. Pour lui, "la radio fait l'affaire".

"J'espère que dans nos espaces confinés, nous pourrons danser ..."

Mais ce n'est pas tout. Selon M. Elder, la chanson est également destinée à répandre la joie dans les moments difficiles. En souvenir du moment de la sortie de l'original, qualifié en son temps de "chanson la plus provocatrice du monde" parce qu'elle parlait de réjouissances sous l'apartheid en Afrique du Sud.

Surnommée Mama Africa, Miriam Makeba a largement contribué à faire connaître la musique du continent à travers le monde. Elle a été l'amie et le mentor d'Angélique Kidjo, elle-même ambassadrice de bonne volonté de l'Unicef et l'une des plus grandes célébrités africaines de la dernière décennie.

Dans un communiqué, la chanteuse béninoise a rendu hommage aux représentants de la musique africaine disparus, comme l'icône du jazz camerounais, le saxophoniste Manu Dibango, mort du coronavirus en mars 2020.

"Manu m'a inspirée. Miriam m'a inspirée. Et Pata Pata m'a donné de l'espoir", écrit-elle, ajoutant que "Pata Pata a toujours été là pour les gens en période de lutte. J'espère que dans nos espaces confinés, nous pourrons danser à nouveau."

Oeil d'Afrique avec Reuters 

Videos

Culture

Un portrait du guitariste légendaire Jimi Hendrix dans la ville portuaire d'Essaouira, au Maroc. (FADEL SENNA / AFP)

Maroc: la légende de Jimi Hendrix bien entretenue dans un village, 50 ans après sa mort

A l'été 1969, Jimi Hendrix fit un bref séjour à Essaouira, une cité fortifiée très touristique au sud du Maroc. De ce voyage, il ne reste pas d'image ni de bande son, mais d'innombrables mythes qui nourrissent la légende de l'icône du rock. Dans le village de Diabat, situé à cinq kilomètres de la ville, certains assurent l'avoir croisé, d'autres disent lui avoir parlé...
KTP

Makea Production : le projet KTP pour promouvoir la musique urbaine africaine

Depuis plusieurs années la musique urbaine truste les premières places des Charts. Les artistes d’origines africaines s’imposent de plus en plus comme des acteurs clé du secteur. Avec son partenariat avec Sony Music France, Makea Production lance un nouveau projet fédérateur pour les artistes urbains africains.
Amazones du Dahomey (WIKIMEDIA COMMONS)

Décès d'Hélène d’Almeida-Topor, l’historienne de l'Afrique coloniale qui a fait connaître "les amazones du Dahomey"

Hélène d'Almeida-Topor s’installe avec son mari béninois, à Porto Novo, au Bénin, en 1960. Agrégée d’histoire, elle enseigne au lycée, puis à l’université. Très vite son intérêt se porte sur la recherche avec une thèse sur "l’histoire économique du Dahomey (1890-1920)" soutenue en 1987.
Couverture ©DR

Littérature - Cyriaque Kouba Nkouamoussou : « Mes héros sont souvent des personnages-victimes »

Ingénieur agronome, Cyriaque Kouba Nkouamoussou s’adonne à l’écriture. Une passion qu’il essaie de transformer en vocation, aussi n’hésite-t-il pas à se jeter à l’eau, sans la crainte d’une hypothermie littéraire. Après Royan, l’enfance volée (Edilivre, 2019), il vient de publier un roman, ou plutôt un conte, Trahison et chantage (Le Lys Bleu Editions).
Couverture ©DR

Rentrée littéraire 2020 : Moyila Ngonda publie « Pour l’amour de Zaïna », un roman réaliste

Docteur en Relations Internationales, diplômé entre autres en Communication Sociale, Moyila Ngonda est haut-fonctionnaire au Ministère des Affaires Étrangères et ancien diplomate de la Mission Permanente du Congo auprès des Nations Unies à New York et à Genève, Ministre Plénipotentiaire de 2e classe et Chargé d’Affaires à l’Ambassade de la République Démocratique du Congo à Paris, avant d’occuper le même poste actuellement à Riyad, en Arabie Saoudite.
Des immigrés somaliens fuient devant la police qui tente d'éviter des affrontements en marge d'une manifestation contre les étrangers, le 24 février 2017 à Pretoria / AFP

Un collectif d’écrivains et poètes écrivent sur le racisme en Afrique du Sud

Ils viennent de plusieurs pays, du Maroc, de l’Angola, de la Côte-d’Ivoire, d’Haïti, etc. Ils ont tous la particularité d’avoir écrit des livres. Ensemble, ils ont écrit un recueil de poèmes pour réfléchir sur le racisme entre Noirs en Afrique du Sud. En 2019, plusieurs immigrants africains ont été, au quotidien, confrontés à une «africanaphobie» qui prend racine dans l’histoire du pays et que le gouvernement semble alimenter. 
Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire ©Anton Belo/Shutterstock

Egypte : Les pyramides de Gizeh ont rouvert au public

L'Egypte a décidé mi-juin de rouvrir son espace aérien ainsi qu'une partie de ses sites touristiques, afin de relancer le tourisme, un secteur qui a enregistré de lourdes pertes financières pendant les quelque trois mois de fermeture dus à la maladie Covid-19. Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire, ont ainsi rouvert au public.Une "énergie très spéciale" lors de la réouverture