Congo Fashion Week: au royaume de la Sape, la mode fait avec les moyens du bord

La mode se fraie un chemin avec les moyens du bord en RDC.

Le manteau aux épaules prolongées de Richie Maya, l'exubérance classique de Zoe Eleng'Art... La mode se fraie un chemin avec les moyens du bord en République démocratique du Congo, pourtant le berceau des exubérances vestimentaires de la "Sape".

"Le Congo a du talent!". Tel était le cri de guerre des maîtres de cérémonie de la sixième "Congo fashion week". Organisée de jeudi à samedi dans un hôtel à Kinshasa, le grand rendez-vous annuel de la mode congolaise a mis en valeur la créativé d'une quinzaine de designers et de stylistes largement inconnus au-delà des neuf frontières de leur immense pays, dont ils ne sont jamais sortis pour certains d'entre eux.

Rien à voir avec la célébrité quasi-mondiale de la Société des ambianceurs et des personnes élégantes (Sape), l'une des marques de fabrique de Kinshasa, popularisée par feu la star de la rumba Papa Wemba avec ses tenues flamboyantes.

La notoriété internationale des "Sapeurs" n'a pas d'effet sur la renommée des créateurs congolais dans les capitales de la mode, New York, Paris, Milan, Tokyo... ni même en Afrique du Sud, à Lagos ou à Dakar.

"Tous ces sapeurs ne s'habillent pas made in Congo. Ils s'habillent en Jean-Paul Gaultier, en Dior, en Chanel. Ils sont complexés parce qu'ils préfèrent aller mettre des trucs qui sont fait ailleurs. Alors qu'à Kinshasa, il y a plein de bon designers", regrette Richie Maya, jeune styliste autodidacte de 27 ans.

"Nous sensibilisons nos frères et nos soeurs pour qu'ils nous prennent au sérieux, et qu'ils ne portent pas que des marques des Européens et des Américains", renchérit Zoe Eleng'Art, un créateur de Lubumbashi.

"Je rêve d'une marque d'origine congolaise qui serait achetée dans le monde entier", ajoute le jeune homme de 23 ans vêtu de l'une de ses créations, un costume trois pièces en satin coton avec des fermetures éclair.

- Vitrine annuelle -

"Je vends l'ensemble 200 dollars. Un ensemble comme ça, ce n'est pas moins de 5.000 euros en Europe", sourit-il, pas peu fier d'avoir déjà vendu une veste de smoking en pagne en Afrique du Sud, de vivre de sa passion et d'ouvrir la semaine prochaine une boutique à Lubumbashi.

Dans un pays où des millions de personnes vivent avec moins de deux dollars par jour, stylistes et designers se font connaître sur les réseaux sociaux ou des sites de vente en ligne. Congo Fashion week est leur seule vitrine annuelle.

Sous le chapiteau loué à un grand hôtel, le pagne africain et les tissus occidentaux mélangent leurs formes et leurs couleurs. "Backstage", les mannequins se changent à la va-vite dans un vestiaire improvisé à l'air libre, au péril parfois de leur intimité.

La Congo Fashion week est l'oeuvre de deux soeurs, Marie-Claire et Marie-France Idikayi, des Congolaises expatriées à Londres, qui ont jonglé avec les imprévus jusqu'à la dernière minute.

Un des sponsors a par exemple annoncé au dernier moment qu'il réduisait sa cotisation de 10.000 à 1.000 dollars, menaçant jusqu'au dernier moment la location du chapiteau donc la manifestation elle-même, raconte l'une d'elle.

"A Kinshasa il n'y a pas assez d'événements mettant en valeur la mode", déplore Richie Maya, qui a enregistré un beau succès avec son manteau à col large et ses robes de soirée à même la peau portées par des créatures de rêve - mannequin professionnelle en agence, certes, mais à mi-temps et étudiantes pour la plupart.

Comme sur tous les podiums du monde, les tendances et les styles évoluent d'une année sur l'autre. "Lors de Congo Fashion Week 2015 et 2016, j'avais métissé du pagne aux tissus occidentaux. Cette année, je me suis dit qu'il était temps que je fasse voir au monde qu'en dehors du pagne, je sais manipuler plein d'autre matière", poursuit Richie Maya, qui rêve d'ouvrir une école de mode pour les autodidactes comme lui. Et de conquérir les podiums du monde entier.

Videos

Culture

Les hasards du destin ©DR

Congo - Littérature : Les hasards du destin de Ferréol Gassackys, un roman empreint de symboles et de gravité

Homme politique et député de Poto-Poto (3ème arrondissement de Brazzaville), Ferréol Gassackys est aussi un homme de Culture. En témoigne son premier roman, Les hasards du destin, paru en juin dernier chez L’Harmattan, une invite à l’introspection.
Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango» ©DR

Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango»

La rentrée littéraire en France n’a pas fini de livrer toutes ses dernières pépites. Dans un communiqué de presse transmis à la rédaction de Œil d’Afrique, la Maison d’éditions Captiot annonce la sortie de Tchapalo Tango, premier roman du journaliste ivoirien Fidèle Goulyzia. «Tchapalo Tango» ou l’histoire d’un jeune journaliste entré dans le métier par un heureux hasard, qui y fait ses armes, brille, mais dérange par sa plume. Il est contraint de fuir son pays, Dougoutiana, pour échapper à une arrestation programmée sous le chef d’accusation de complicité de terrorisme.
Christine de Ben Enwonwu s'est vendu plus d'un million de livres aux enchères à Londres. (HANDOUT / SOTHEBY'S)

Le tableau "Christine" du Nigérian Ben Enwonwu vendu plus d'un million de livres à Londres, sept fois plus que l'estimation

Un portrait réalisé par l'artiste nigérian Ben Enwonwu s'est vendu plus d'un million de livres aux enchères à Londres après que la famille possédant le tableau a réalisé l'importance de l'artiste grâce à une simple recherche internet.Intitulé Christine et représentant une jeune femme noire à la robe décolletée jaune, chapeau assorti, regardant avec douceur vers le côté, le tableau a été adjugé 1,1 million de livres (1,3 million d'euros), soit sept fois plus que l'estimation haute. 
Livre posthume de Côme Manckassa Aimé Césaire ou l’illusion de la liberté

Livre : splendide Côme Mankassa !

Il a quitté la terre des hommes il y a de cela quatre ans, laissant derrière lui un manuscrit sur un monument des Lettres, Aimé Césaire. Grâce à la détermination de ses enfants, l’Essai Aimé Césaire, ou l’illusion de la liberté vient de voir le jour aux éditions françaises Le Lys Bleu. Florilège. 
Le chanteur congolais Koffi Olomide rend hommage au chanteur ivoirien DJ Arafat le 31 août 2019 à Abidjan

RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France

Le roi de la musique congolaise, Koffi Olomide, dénonce l'interdiction de huit de ses chansons en République démocratique du Congo, une mesure qui parasite l'annonce de son retour en France pour un concert début 2020. "Il y a trop d'abus de pouvoir", déclare à l'AFP le musicien de 63 ans, qui est dans la ligne de mire d'une "commission de censure des chansons et des spectacles" placée sous la tutelle du ministère de la Justice en RDC.
La foule brandissant un portrait de DJ Arafat, lors de l’hommage rendu au stade Felix Houphouet-Boigny d’Abidjan. AFP/Issouf Sanogo

Côte d’Ivoire : des milliers de fans aux funérailles de DJ Arafat

Un hommage national. Des milliers de fans ont rendu hommage à la star du coupé-décalé, le chanteur ivoirien DJ Arafat, lors d'une cérémonie qui a duré toute la nuit de vendredi à samedi, et à l'issue de laquelle un incident majeur est survenu : son cercueil a été ouvert par une foule de jeunes agités.
Visite du fort de Cape Coast, haut lieu de la traire négrière situé à 150 kilomètres au sud-ouest de la capitale ghanéenne Accra, le 28 juillet 2019. Siphiwe Sibeko / REUTERS

Ghana: "l'Année du retour" attire les touristes afro-américains

La pasteur américaine Roxanne Caleb a les yeux embués en sortant d'un donjon obscur où des esclaves africains étaient détenus avant de traverser l'Atlantique vers les Etats-Unis. "Je n'étais pas prête à voir cela. J'ai le coeur brisé", confie-t-elle à l'AFP alors qu'elle visite le fort de Cape Coast, sur la côte du Ghana. "Je n'arrive toujours pas à imaginer qu'un humain traite un autre être comme un rat", ajoute-t-elle.