Côte d’Ivoire : des milliers de fans aux funérailles de DJ Arafat

La foule brandissant un portrait de DJ Arafat, lors de l’hommage rendu au stade Felix Houphouet-Boigny d’Abidjan. AFP/Issouf Sanogo

Un hommage national. Des milliers de fans ont rendu hommage à la star du coupé-décalé, le chanteur ivoirien DJ Arafat, lors d'une cérémonie qui a duré toute la nuit de vendredi à samedi, et à l'issue de laquelle un incident majeur est survenu : son cercueil a été ouvert par une foule de jeunes agités.

« Le gouvernement de Côte d'Ivoire dit son infinie reconnaissance à DJ Arafat, de son vrai nom Ange Didier Houon, pour son immense contribution au rayonnement artistique et à l'influence culturelle de notre pays », a déclaré le ministre ivoirien de la Culture, Maurice Bandaman, en début de cérémonie.

« Le gouvernement nous autorise à le décorer à titre posthume dans l'ordre national du mérite culturel », a poursuivi M. Bandaman, soulignant que DJ Arafat dont « la mort est un conte tragique n'est pas le créateur du coupé-décalé, mais c'est lui qui par son talent et son génie propre le rend mondialement célèbre ».

« Il a fortement transformé le coupé-décalé, en ajoutant des sonorités nouvelles, des bruits mélodiques à l'image de la pop music et du rock », a encore salué le ministre ivoirien dans son hommage solennel, affirmant que « le coupé-décalé entre les mains de DJ Arafat se métamorphosa radicalement ».

« Est-ce que les Chinois sont là ? »

« Est-ce que les Chinois (NDLR : le surnom donné aux innombrables fans de l'artiste) sont là ? », a lancé Didier Bléou, célèbre animateur de télé en Côte d'Ivoire, aux jeunes venus des quatre coins d'Abidjan pour la cérémonie d'hommage musical qui se déroule au stade Félix Houphouët-Boigny, le plus grand du pays, dans une ambiance festive.

« Il (Arafat) ne peut pas nous quitter comme ça. Nous sommes des Chinois, il fallait qu'on soit présents », a lancé François, un élève de terminale, venu d'Abobo, un quartier populaire de la capitale économique ivoirienne. « C'est notre idole », a confié Marguerite Yao, arborant un T-shirt à l'effigie de l'artiste sur lequel on pouvait lire : « Adieu Daishinkan », un des surnoms du chanteur, lié à un héros de BD.

De nombreuses stars ivoiriennes et africaines devaient se produire toute la nuit pour cet hommage grandiose rendu par l'Etat ivoirien : Serge Beynaud, Ismaël Isaac, Koffi Olomidé, Davido, Fally Ipupa, entre autres.

Des écrans géants dans tout Abidjan

Le quartier du stade était quadrillé depuis le matin par les forces de l'ordre. Quelque 6500 hommes ont été déployés, selon la radio-télévision publique ivoirienne, pour éviter les débordements. DJ Arafat, de son vrai nom Ange Didier Houon, est mort le 12 août des suites d'un accident de moto à Abidjan. L'annonce de sa mort avait donné lieu à des scènes d'hystérie parmi ses fans.

Genre musical, mais aussi attitude, le coupé-décalé, musique au rythme endiablé utilisant souvent des sons électroniques, est né en 2003 dans les boîtes de nuit ivoiriennes pour se disséminer ensuite dans toute l'Afrique.

Des écrans géants ont été installés dans des quartiers populaires d'Abidjan, dont Yopougon, Koumassi, Abobo, ainsi qu'à Cocody-Angré où résidait DJ Arafat, pour suivre la cérémonie qui sera aussi retransmise en direct par la Radio-Télévision publique ivoirienne.

Samedi matin, la dépouille de l'artiste, père de cinq enfants, a été ensuite inhumée au cimetière de Williamsville, dans la commune populaire d'Adjamé, à Abidjan. Signe de la popularité hors norme de l'artiste, sa tombe et son cercueil ont été ouverts par des fans juste après l'inhumation, selon des images circulant sur les réseaux sociaux.

Videos

Culture

Les hasards du destin ©DR

Congo - Littérature : Les hasards du destin de Ferréol Gassackys, un roman empreint de symboles et de gravité

Homme politique et député de Poto-Poto (3ème arrondissement de Brazzaville), Ferréol Gassackys est aussi un homme de Culture. En témoigne son premier roman, Les hasards du destin, paru en juin dernier chez L’Harmattan, une invite à l’introspection.
Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango» ©DR

Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango»

La rentrée littéraire en France n’a pas fini de livrer toutes ses dernières pépites. Dans un communiqué de presse transmis à la rédaction de Œil d’Afrique, la Maison d’éditions Captiot annonce la sortie de Tchapalo Tango, premier roman du journaliste ivoirien Fidèle Goulyzia. «Tchapalo Tango» ou l’histoire d’un jeune journaliste entré dans le métier par un heureux hasard, qui y fait ses armes, brille, mais dérange par sa plume. Il est contraint de fuir son pays, Dougoutiana, pour échapper à une arrestation programmée sous le chef d’accusation de complicité de terrorisme.
Christine de Ben Enwonwu s'est vendu plus d'un million de livres aux enchères à Londres. (HANDOUT / SOTHEBY'S)

Le tableau "Christine" du Nigérian Ben Enwonwu vendu plus d'un million de livres à Londres, sept fois plus que l'estimation

Un portrait réalisé par l'artiste nigérian Ben Enwonwu s'est vendu plus d'un million de livres aux enchères à Londres après que la famille possédant le tableau a réalisé l'importance de l'artiste grâce à une simple recherche internet.Intitulé Christine et représentant une jeune femme noire à la robe décolletée jaune, chapeau assorti, regardant avec douceur vers le côté, le tableau a été adjugé 1,1 million de livres (1,3 million d'euros), soit sept fois plus que l'estimation haute. 
Livre posthume de Côme Manckassa Aimé Césaire ou l’illusion de la liberté

Livre : splendide Côme Mankassa !

Il a quitté la terre des hommes il y a de cela quatre ans, laissant derrière lui un manuscrit sur un monument des Lettres, Aimé Césaire. Grâce à la détermination de ses enfants, l’Essai Aimé Césaire, ou l’illusion de la liberté vient de voir le jour aux éditions françaises Le Lys Bleu. Florilège. 
Le chanteur congolais Koffi Olomide rend hommage au chanteur ivoirien DJ Arafat le 31 août 2019 à Abidjan

RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France

Le roi de la musique congolaise, Koffi Olomide, dénonce l'interdiction de huit de ses chansons en République démocratique du Congo, une mesure qui parasite l'annonce de son retour en France pour un concert début 2020. "Il y a trop d'abus de pouvoir", déclare à l'AFP le musicien de 63 ans, qui est dans la ligne de mire d'une "commission de censure des chansons et des spectacles" placée sous la tutelle du ministère de la Justice en RDC.
La foule brandissant un portrait de DJ Arafat, lors de l’hommage rendu au stade Felix Houphouet-Boigny d’Abidjan. AFP/Issouf Sanogo

Côte d’Ivoire : des milliers de fans aux funérailles de DJ Arafat

Un hommage national. Des milliers de fans ont rendu hommage à la star du coupé-décalé, le chanteur ivoirien DJ Arafat, lors d'une cérémonie qui a duré toute la nuit de vendredi à samedi, et à l'issue de laquelle un incident majeur est survenu : son cercueil a été ouvert par une foule de jeunes agités.
Visite du fort de Cape Coast, haut lieu de la traire négrière situé à 150 kilomètres au sud-ouest de la capitale ghanéenne Accra, le 28 juillet 2019. Siphiwe Sibeko / REUTERS

Ghana: "l'Année du retour" attire les touristes afro-américains

La pasteur américaine Roxanne Caleb a les yeux embués en sortant d'un donjon obscur où des esclaves africains étaient détenus avant de traverser l'Atlantique vers les Etats-Unis. "Je n'étais pas prête à voir cela. J'ai le coeur brisé", confie-t-elle à l'AFP alors qu'elle visite le fort de Cape Coast, sur la côte du Ghana. "Je n'arrive toujours pas à imaginer qu'un humain traite un autre être comme un rat", ajoute-t-elle.