Côte d'Ivoire: dernier hommage à Bernard Dadié, "père de la littérature ivoirienne"

Les obsèques du "père de la littérature ivoirienne" Bernard Dadié, le 12 avril 2019 à Abdjan

Le père de la littérature ivoirienne, l'écrivain Bernard Dadié, décédé à l'âge de 103 ans, a été inhumé vendredi à Abidjan en présence d'une foule importante et après des hommages militaires.

Une foule composée d'anonymes et de personnalités politiques, dont le ministre ivoirien de la Culture, Maurice Bandaman, l'ex-première Dame Simone Gbagbo ou l'ancien Premier ministre Charles Konan Banny, ont assisté à la messe de requiem.

Le cardinal d'Abidjan, Mgr Jean-Pierre Kutwa, a décrit "un homme affectif cultivant l'amour et vénérant la vérité".

"Nous avons besoin aujourd’hui dans notre Côte d'Ivoire de beaucoup d'amour et beaucoup de vérité pour que notre pays (...) soit toujours debout pour des siècles et des siècles", a affirmé le religieux dans son discours.

Après la messe, trois détachements de l'armée ivoirienne ont rendu les honneurs militaires à l'écrivain dont le cercueil, recouvert du drapeau national orange-blanc-vert, était dressé sur le parvis de la Cathédrale St Paul du Plateau, avant son enterrement au cimetière de Williamsville.

Bernard Dadié, décédé le 9 mars, a abordé tous les genres littéraires: poésie, roman, chroniques, contes traditionnels et surtout théâtre.

En 1950 il publie un recueil de poèmes engagés, "Afrique debout !" qui dénonce les relations de domination entre Blancs et Noirs dans l'Afrique coloniale.

Son autobiographie romancée, "Climbié", parue en 1952, est sans doute son oeuvre la plus célèbre, également très critique vis-à-vis du colonialisme. En 1980, son roman "Les jambes du fils de Dieu" (1980) remporte aussi un franc succès.

Bernard Dadié a reçu deux fois le grand prix littéraire d'Afrique noire avec "Patron de New York" (1965) et "La ville où nul ne meurt" (1968).

Videos

Culture

Seysey ©DR

Seysey : un Français aux Latin Grammy Awards

Le producteur et compositeur Seysey originaire du Val d’Oise est l’un des rares Français à avoir décroché une nomination lors de la prestigieuse cérémonie de remise de prix. “New Chapter ?” c’est sur cette note énigmatique que Seysey s’efface des réseaux sociaux en avril dernier avant de signer son grand retour, 7 mois plus tard sur Instragram. Et une chose est sure, on était loin d’imaginer ce qu’il préparait ! 
Les hasards du destin ©DR

Congo - Littérature : Les hasards du destin de Ferréol Gassackys, un roman empreint de symboles et de gravité

Homme politique et député de Poto-Poto (3ème arrondissement de Brazzaville), Ferréol Gassackys est aussi un homme de Culture. En témoigne son premier roman, Les hasards du destin, paru en juin dernier chez L’Harmattan, une invite à l’introspection.
Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango» ©DR

Littérature: Ivresse du pouvoir et liberté de la presse s’empoignent dans «Tchapalo Tango»

La rentrée littéraire en France n’a pas fini de livrer toutes ses dernières pépites. Dans un communiqué de presse transmis à la rédaction de Œil d’Afrique, la Maison d’éditions Captiot annonce la sortie de Tchapalo Tango, premier roman du journaliste ivoirien Fidèle Goulyzia. «Tchapalo Tango» ou l’histoire d’un jeune journaliste entré dans le métier par un heureux hasard, qui y fait ses armes, brille, mais dérange par sa plume. Il est contraint de fuir son pays, Dougoutiana, pour échapper à une arrestation programmée sous le chef d’accusation de complicité de terrorisme.
Christine de Ben Enwonwu s'est vendu plus d'un million de livres aux enchères à Londres. (HANDOUT / SOTHEBY'S)

Le tableau "Christine" du Nigérian Ben Enwonwu vendu plus d'un million de livres à Londres, sept fois plus que l'estimation

Un portrait réalisé par l'artiste nigérian Ben Enwonwu s'est vendu plus d'un million de livres aux enchères à Londres après que la famille possédant le tableau a réalisé l'importance de l'artiste grâce à une simple recherche internet.Intitulé Christine et représentant une jeune femme noire à la robe décolletée jaune, chapeau assorti, regardant avec douceur vers le côté, le tableau a été adjugé 1,1 million de livres (1,3 million d'euros), soit sept fois plus que l'estimation haute. 
Livre posthume de Côme Manckassa Aimé Césaire ou l’illusion de la liberté

Livre : splendide Côme Mankassa !

Il a quitté la terre des hommes il y a de cela quatre ans, laissant derrière lui un manuscrit sur un monument des Lettres, Aimé Césaire. Grâce à la détermination de ses enfants, l’Essai Aimé Césaire, ou l’illusion de la liberté vient de voir le jour aux éditions françaises Le Lys Bleu. Florilège. 
Le chanteur congolais Koffi Olomide rend hommage au chanteur ivoirien DJ Arafat le 31 août 2019 à Abidjan

RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France

Le roi de la musique congolaise, Koffi Olomide, dénonce l'interdiction de huit de ses chansons en République démocratique du Congo, une mesure qui parasite l'annonce de son retour en France pour un concert début 2020. "Il y a trop d'abus de pouvoir", déclare à l'AFP le musicien de 63 ans, qui est dans la ligne de mire d'une "commission de censure des chansons et des spectacles" placée sous la tutelle du ministère de la Justice en RDC.
La foule brandissant un portrait de DJ Arafat, lors de l’hommage rendu au stade Felix Houphouet-Boigny d’Abidjan. AFP/Issouf Sanogo

Côte d’Ivoire : des milliers de fans aux funérailles de DJ Arafat

Un hommage national. Des milliers de fans ont rendu hommage à la star du coupé-décalé, le chanteur ivoirien DJ Arafat, lors d'une cérémonie qui a duré toute la nuit de vendredi à samedi, et à l'issue de laquelle un incident majeur est survenu : son cercueil a été ouvert par une foule de jeunes agités.