Burkina : ouverture du Mica, le marché du cinéma et de la télévision africains

Marché international du cinéma et de la télévision africains

La 19e édition du Marché international du cinéma et de la télévision africains (Mica), rendez-vous entre producteurs, distributeurs, diffuseurs et porteurs de projets, s'est ouverte dimanche à Ouagadougou en marge du Fespaco.

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), biennal, fête son cinquantenaire.

Créé en 1983, soit 14 ans après le Fespaco, le Mica est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent, souvent confrontés à un manque d'espace pour la promotion de leurs oeuvres, d'avoir un marché autonome et propre au film africain, a expliqué sa directrice Suzanne Kourouma.

"Le Mica offre aux films africains une chance de pouvoir trouver un distributeur ou un acheteur en dehors de leur marché", a-t-elle souligné.

Installé place de la Nation, au coeur de la capitale burkinabè, le Mica offre jusqu'au 1er mars des espaces multifonctionnels pour des séances de visionnage, des rencontres de promotion et d'échanges et l'exposition de films africains.

Près d'une centaine de films, tous genres confondus, y sont présentés, indépendamment des programmations du Fespaco.

"Le Mica, c'est vraiment un marché. C'est là que chacun vient faire ses emplettes en terme de productions audiovisuelles, notamment les diffuseurs, les télévisions, les responsables de festivals", a estimé le réalisateur burkinabè Boubacar Diallo, qui espère faire de "bonnes affaires" avec son dernier long métrage "Le Bonnet de Modibo".

"C'est une bonne occasion de trouver des cinéastes africains et des producteurs (...) mais il n'y a pas encore assez d'acheteurs", a regretté Alain Modot, un distributeur de 135 producteurs de 30 pays africains.

Outre les rencontres d'affaires, le salon du Mica va accueillir des ateliers, des tables rondes et des masters classes.

"Je suis là avec un projet pour rencontrer d'autres réalisateur qui ont traité le même sujet, qui est l'orpaillage et l'implantation des mines. Le Mica est une très bonne plateforme pour les cinéastes de pouvoir échanger et avoir de bons contacts", a déclaré Bouna Chérif Fofana, réalisateur malien.

"Ce marché du film qui accompagne le Fespaco depuis 34 ans, crée une vitrine pour les oeuvres de nos cinéastes africains et de la diaspora", a souligné le ministre burkinabè du Commerce Harouna Kaboré, appelant les acteurs du cinéma à "l'animer, le rendre plus rayonnant, plus compétitif par la qualité de (leurs) oeuvres".

"Le Mica doit pouvoir promouvoir les oeuvres africaines en offrant des services comparables aux standards du marché international pour mieux valoriser les oeuvres produites par les créateurs africains (et) porteuses d'identité propre", a estimé le directeur général du Développement et de la Coopération internationale de la Commission Européenne, Stéfano Manservisi, parrain du 19e Mica.

AFP

Videos

Culture

Un portrait du guitariste légendaire Jimi Hendrix dans la ville portuaire d'Essaouira, au Maroc. (FADEL SENNA / AFP)

Maroc: la légende de Jimi Hendrix bien entretenue dans un village, 50 ans après sa mort

A l'été 1969, Jimi Hendrix fit un bref séjour à Essaouira, une cité fortifiée très touristique au sud du Maroc. De ce voyage, il ne reste pas d'image ni de bande son, mais d'innombrables mythes qui nourrissent la légende de l'icône du rock. Dans le village de Diabat, situé à cinq kilomètres de la ville, certains assurent l'avoir croisé, d'autres disent lui avoir parlé...
KTP

Makea Production : le projet KTP pour promouvoir la musique urbaine africaine

Depuis plusieurs années la musique urbaine truste les premières places des Charts. Les artistes d’origines africaines s’imposent de plus en plus comme des acteurs clé du secteur. Avec son partenariat avec Sony Music France, Makea Production lance un nouveau projet fédérateur pour les artistes urbains africains.
Amazones du Dahomey (WIKIMEDIA COMMONS)

Décès d'Hélène d’Almeida-Topor, l’historienne de l'Afrique coloniale qui a fait connaître "les amazones du Dahomey"

Hélène d'Almeida-Topor s’installe avec son mari béninois, à Porto Novo, au Bénin, en 1960. Agrégée d’histoire, elle enseigne au lycée, puis à l’université. Très vite son intérêt se porte sur la recherche avec une thèse sur "l’histoire économique du Dahomey (1890-1920)" soutenue en 1987.
Couverture ©DR

Littérature - Cyriaque Kouba Nkouamoussou : « Mes héros sont souvent des personnages-victimes »

Ingénieur agronome, Cyriaque Kouba Nkouamoussou s’adonne à l’écriture. Une passion qu’il essaie de transformer en vocation, aussi n’hésite-t-il pas à se jeter à l’eau, sans la crainte d’une hypothermie littéraire. Après Royan, l’enfance volée (Edilivre, 2019), il vient de publier un roman, ou plutôt un conte, Trahison et chantage (Le Lys Bleu Editions).
Couverture ©DR

Rentrée littéraire 2020 : Moyila Ngonda publie « Pour l’amour de Zaïna », un roman réaliste

Docteur en Relations Internationales, diplômé entre autres en Communication Sociale, Moyila Ngonda est haut-fonctionnaire au Ministère des Affaires Étrangères et ancien diplomate de la Mission Permanente du Congo auprès des Nations Unies à New York et à Genève, Ministre Plénipotentiaire de 2e classe et Chargé d’Affaires à l’Ambassade de la République Démocratique du Congo à Paris, avant d’occuper le même poste actuellement à Riyad, en Arabie Saoudite.
Des immigrés somaliens fuient devant la police qui tente d'éviter des affrontements en marge d'une manifestation contre les étrangers, le 24 février 2017 à Pretoria / AFP

Un collectif d’écrivains et poètes écrivent sur le racisme en Afrique du Sud

Ils viennent de plusieurs pays, du Maroc, de l’Angola, de la Côte-d’Ivoire, d’Haïti, etc. Ils ont tous la particularité d’avoir écrit des livres. Ensemble, ils ont écrit un recueil de poèmes pour réfléchir sur le racisme entre Noirs en Afrique du Sud. En 2019, plusieurs immigrants africains ont été, au quotidien, confrontés à une «africanaphobie» qui prend racine dans l’histoire du pays et que le gouvernement semble alimenter. 
Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire ©Anton Belo/Shutterstock

Egypte : Les pyramides de Gizeh ont rouvert au public

L'Egypte a décidé mi-juin de rouvrir son espace aérien ainsi qu'une partie de ses sites touristiques, afin de relancer le tourisme, un secteur qui a enregistré de lourdes pertes financières pendant les quelque trois mois de fermeture dus à la maladie Covid-19. Les pyramides du plateau de Gizeh, site phare du tourisme égyptien près du Caire, ont ainsi rouvert au public.Une "énergie très spéciale" lors de la réouverture