Aux racines de la kizomba, la danse angolaise qui séduit le monde

Un couple de danseur de Kizomba. Capture d'écran source Youtube

Mabor. Un entrelacs de rues de terre battue, au coeur de Luanda. D'une cour jaunie par la poussière montent quelques notes d'une musique entraînante. Pour les jeunes du quartier, c'est l'heure du cours de kizomba, la danse angolaise qui a conquis le monde.

"Stop ! Les garçons restent immobiles, maintenant seules les filles bougent. Voilà, comme ça, c'est bien". Engoncé dans une chemise d'un violet éblouissant, Vitor Espeçao harangue ses élèves comme un officier ses troupes à la manoeuvre.

Les danseurs s'exécutent. Sous l'oeil intéressé d'une poignée de gamins, les corps chaloupent, se déhanchent et s'enroulent de façon de plus en plus suggestive.

"C'est ce que j'aime dans cette danse", s'enthousiasme leur professeur, "la joie, l'allégresse et l'harmonie".

L'origine de la kizomba fait l'objet de débats entre experts aussi acharnés qu'ésotériques. D'origine angolaise, mâtinée d'influences antillaises et capverdiennes, retenons qu'elle est popularisée dans les années 1990 par le chanteur Eduardo Paim.

Son nom vaut toutes les étiquettes. Il signifie "fête" en kimbundu, une des langues les plus parlées d'Angola.

La kizomba s'inspire de la semba, considérée comme la danse "traditionnelle" du pays. Toute en ondulations, elle se pratique en couple, serrés voire collés mais à un rythme plus lent, moins saccadé et plus sensuel que la semba.

Les Angolais l'ont très vite adoptée.

 

- 'Besoin d'affection' -

"C'est un style très calme, très suave. On ne fait pas beaucoup de mouvements et on danse calmement", décrit une de ses adeptes, Elsa Domingos Cardoso, une étudiante de 22 ans. "Que ce soit la kizomba ou la semba, danser me donne de la joie".

Après avoir conquis son pays d'origine, la kizomba a envahi ces dernières années les pistes de danses de toute l'Europe, avant de déferler sur le reste du monde.

"C'est normal que ça marche partout", juge Mario Contreiras. Amateur de la première heure, cet architecte de Luanda est devenu un ardent promoteur de la kizomba.

"Notre monde a besoin d'affection", explique-t-il doctement. "Nous, nous dansons la kizomba en nous enlaçant. En Europe et dans le monde, ils n'ont pas l'équivalent. Alors quand ils découvrent une danse qui vient de l'Afrique où les gens s'enlacent, même s'ils ne se connaissent pas (...) ça leur plaît forcément."

Devenue un phénomène de mode, la kizomba s'enseigne désormais à Paris, New York ou Johannesburg.

Jusque-là plus connu pour sa guerre civile et son pétrole que pour sa culture, l'Angola est parvenu à se faire ainsi une petite place sur la scène mondiale de la danse.

S'il est plutôt fier de la publicité faite à son pays, Zelo Castelo Branco avoue toutefois ne plus trop reconnaître "sa" kizomba dans celle qui se pratique à l'étranger. A trop voyager, bougonne l'animateur de Radio Lac, elle a perdu son âme.

"Tout le monde danse la kizomba, c'est bien. Mais ceux qui l'enseignent à l'étranger en ont changé le style", déplore le disc-jockey en puriste. "Ce n'est plus celle, traditionnelle et familiale, que nous dansons avec nos femmes, nos enfants, nos parents (...), c'est extravagant, c'est presque de la tarraxinha".

- 'Notre culture' -

Tarraxinha (prononcer tarachinia), le gros mot est lâché ! Une variante de la kizomba, plus lente et à faire rougir les amateurs les plus blasés de "pole dance". Dans le très chrétien Angola, la tarraxinha est presque exclusivement réservée aux adultes consentants.

Mateos Vandu Mavila, un des patrons de la troupe de danse qui s'entraîne dans le quartier de Mabor, ne se permet en tout cas pas de l'inscrire au menu des danseurs de sa troupe lorsqu'elle se produit dans des fêtes ou des mariages.

"Tout dépend de l'âge des gens qui participent à la fête", assure-t-il. "Nous, on ne cautionne pas le fait que des jeunes dansent la tarraxinha (...) elle est bien trop sensuelle."

Mario Contreiras regrette lui aussi cette confusion presque contre nature entre kizomba et tarraxinha. "Le monde a cherché à associer la kizomba à la sensualité et à un certain érotisme (mais) pour nous, c'est quelque chose de très sérieux, c'est notre forme d'expression, notre culture".

C'est pour défendre cette culture que cet architecte a rejoint le projet "kizomba dans la rue", créé en 2012: tous les dimanches à la nuit tombée, il transforme le front de mer de Luanda en piste de danse, le temps d'un cours informel, gratuit et ouvert à tous.

"L'objectif, c'est de promouvoir la kizomba (...), de donner l'opportunité de l'apprendre et de valoriser la culture angolaise", proclame Manuel Miguel, 26 ans, un des artisans de l'opération.

Ce soir encore, des dizaines de danseurs, experts ou débutants ont répondu présent à l'appel, pour le plus grand bonheur de Mario Contreiras. "La kizomba est le miroir de ce que nous sommes et de notre culture", insiste-t-il. "L'Angola c'est la fête et la kizomba c'est l'Angola".

Avec AFP

 

Videos

Culture

Des piles de livres et des tableaux de l'époque victorienne à la bibliothèque McMillan datant de l'époque coloniale, le 24 juillet 2018 à Nairobi, au Kenya | AFP | TONY KARUMBA

Restaurer des bibliothèques coloniales, le pari fou de deux Kényanes

Malgré la vétusté de la bibliothèque McMillan, un imposant bâtiment à colonnades des années 1930, une petite dizaine d'habitants de Nairobi ont fait le déplacement pour profiter de la tranquillité du lieu et des rares ouvrages disponibles.Bientôt, ces usagers pourront profiter d'un espace moderne et rénové. C'est le pari d'Angela Wachuka, éditrice, et Wanjiru Koinange, auteure, qui œuvrent à la restauration de trois bibliothèques de Nairobi laissées à l'abandon depuis des décennies.
De jeunes Centrafricains en plein entraînement de capoeira, le 1er juillet 2018 à Bangui | AFP | CHARLES BOUESSEL

A Bangui, la capoeira pour surmonter la guerre et la violence

"La capoeira m'a donné une famille", lance Oussein, président de l'association Abada Capoeira Centrafrique, au milieu d'une quarantaine de filles et garçons emportés dans une danse féline rythmée par les percussions.Chaque dimanche, ces jeunes de tous les horizons se rassemblent au "Stade 20.000 places" de Bangui pour s'entraîner et renouer des liens abîmés par la guerre et la violence qui frappent leur pays depuis des années.
Le chanteur congolais Koffi Olomidé, ici à Kinshasa en août 2012, avait été condamné à trois mois de prison avec sursis pour "coups et blessures volontaires" contre son producteur Photo JUNIOR KHANNA. AFP

Agressions sexuelles et séquestrations: la star congolaise Koffi Olomidé "souhaite" comparaître en France

Le chanteur congolais Koffi Olomidé, renvoyé en procès en France où il est accusé d'avoir agressé sexuellement quatre de ses danseuses en région parisienne, désire comparaître devant la justice, a déclaré lundi son avocat. "Il souhaite ardemment comparaître" pour "pouvoir répondre personnellement à ses juges et le cas échéant à ses accusatrices", a indiqué Emmanuel Marsigny à l'AFP.
Le musicien malien Kassé Mady Diabaté se produit lors d'un festival de Jazz à Bamako le 30 avril 2016.

Disparition de Kassé Mady Diabaté, grande voix du Mali

Le chanteur Kassé Mady Diabaté, l'une des plus grandes voix du Mali, descendant d'une longue lignée de griots mandingues, s'est éteint jeudi à Bamako, vendredi son entourage.Victime d'un accident vasculaire cérébral en mars, le chanteur, né en 1949 à Kela, près de Kangaba, à une centaine de kilomètres de la capitale, au cœur du "Mandé", berceau de l'empire du Mali au XIIIème siècle, est décédé à la clinique Pasteur de Bamako, a indiqué à l'AFP son frère, Amara Diabaté.
Le chanteur tanzanien Diamond Platnumz pose avant les MTV Europe Music Awards à Milan le 25 octobre 2015. | AFP/Archives | GIUSEPPE CACACE

Tanzanie: arrestation du chanteur Diamond Platnumz pour "indécence"

L'un des artistes tanzaniens les plus populaires actuellement, le chanteur Diamond Platnumz, a été arrêté pour diffusion de photos "indécentes", a annoncé mardi devant le parlement le ministre de l'Information et des Arts Harrison Mwakyembe.
Le chanteur sierra-léonais Emmerson Bockarie dans son studio à Freetown, le 9 mars 2018 | AFP | ISSOUF SANOGO

Sierra-Leone: la "pop star du peuple", bête noire des autorités

Pour un musicien habitué à être insulté par le président de la République et à recevoir des menaces de mort anonymes à chaque nouvel album, Emmerson Bockarie, pop star sierra-léonaise, rit beaucoup.Le populaire chanteur, bête noire des gouvernements successifs de son pays depuis le début de sa carrière il y a quinze ans, pouffe au souvenir des innombrables fois où des politiciens ont essayé en vain de réduire son influence.
Salif Traoré, dit A'Salfo, le leader de Magic System, groupe star de la musique ivoirienne et promoteur du festival, le 5 août 2017 à Abidjan | AFP/Archives | Sia KAMBOU

Côte d'Ivoire: festival de musique contre l'immigration en Europe

Le Festival des musiques urbaines d'Anoumabo (Femua) réunira 14 artistes africains de renom, du 17 au 22 avril à Abidjan, pour chanter contre l'immigration clandestine d'Africains en Europe, ont annoncé mercredi les organisateurs.La 11e édition du Femua aura pour thème "jeunesse africaine et immigration clandestine", "une question d'actualité", a déclaré à l'AFP Salif Traoré, dit A'Salfo, le leader de Magic System, groupe star de la musique ivoirienne et promoteur du festival.