Aux racines de la kizomba, la danse angolaise qui séduit le monde

Un couple de danseur de Kizomba. Capture d'écran source Youtube

Mabor. Un entrelacs de rues de terre battue, au coeur de Luanda. D'une cour jaunie par la poussière montent quelques notes d'une musique entraînante. Pour les jeunes du quartier, c'est l'heure du cours de kizomba, la danse angolaise qui a conquis le monde.

"Stop ! Les garçons restent immobiles, maintenant seules les filles bougent. Voilà, comme ça, c'est bien". Engoncé dans une chemise d'un violet éblouissant, Vitor Espeçao harangue ses élèves comme un officier ses troupes à la manoeuvre.

Les danseurs s'exécutent. Sous l'oeil intéressé d'une poignée de gamins, les corps chaloupent, se déhanchent et s'enroulent de façon de plus en plus suggestive.

"C'est ce que j'aime dans cette danse", s'enthousiasme leur professeur, "la joie, l'allégresse et l'harmonie".

L'origine de la kizomba fait l'objet de débats entre experts aussi acharnés qu'ésotériques. D'origine angolaise, mâtinée d'influences antillaises et capverdiennes, retenons qu'elle est popularisée dans les années 1990 par le chanteur Eduardo Paim.

Son nom vaut toutes les étiquettes. Il signifie "fête" en kimbundu, une des langues les plus parlées d'Angola.

La kizomba s'inspire de la semba, considérée comme la danse "traditionnelle" du pays. Toute en ondulations, elle se pratique en couple, serrés voire collés mais à un rythme plus lent, moins saccadé et plus sensuel que la semba.

Les Angolais l'ont très vite adoptée.

 

- 'Besoin d'affection' -

"C'est un style très calme, très suave. On ne fait pas beaucoup de mouvements et on danse calmement", décrit une de ses adeptes, Elsa Domingos Cardoso, une étudiante de 22 ans. "Que ce soit la kizomba ou la semba, danser me donne de la joie".

Après avoir conquis son pays d'origine, la kizomba a envahi ces dernières années les pistes de danses de toute l'Europe, avant de déferler sur le reste du monde.

"C'est normal que ça marche partout", juge Mario Contreiras. Amateur de la première heure, cet architecte de Luanda est devenu un ardent promoteur de la kizomba.

"Notre monde a besoin d'affection", explique-t-il doctement. "Nous, nous dansons la kizomba en nous enlaçant. En Europe et dans le monde, ils n'ont pas l'équivalent. Alors quand ils découvrent une danse qui vient de l'Afrique où les gens s'enlacent, même s'ils ne se connaissent pas (...) ça leur plaît forcément."

Devenue un phénomène de mode, la kizomba s'enseigne désormais à Paris, New York ou Johannesburg.

Jusque-là plus connu pour sa guerre civile et son pétrole que pour sa culture, l'Angola est parvenu à se faire ainsi une petite place sur la scène mondiale de la danse.

S'il est plutôt fier de la publicité faite à son pays, Zelo Castelo Branco avoue toutefois ne plus trop reconnaître "sa" kizomba dans celle qui se pratique à l'étranger. A trop voyager, bougonne l'animateur de Radio Lac, elle a perdu son âme.

"Tout le monde danse la kizomba, c'est bien. Mais ceux qui l'enseignent à l'étranger en ont changé le style", déplore le disc-jockey en puriste. "Ce n'est plus celle, traditionnelle et familiale, que nous dansons avec nos femmes, nos enfants, nos parents (...), c'est extravagant, c'est presque de la tarraxinha".

- 'Notre culture' -

Tarraxinha (prononcer tarachinia), le gros mot est lâché ! Une variante de la kizomba, plus lente et à faire rougir les amateurs les plus blasés de "pole dance". Dans le très chrétien Angola, la tarraxinha est presque exclusivement réservée aux adultes consentants.

Mateos Vandu Mavila, un des patrons de la troupe de danse qui s'entraîne dans le quartier de Mabor, ne se permet en tout cas pas de l'inscrire au menu des danseurs de sa troupe lorsqu'elle se produit dans des fêtes ou des mariages.

"Tout dépend de l'âge des gens qui participent à la fête", assure-t-il. "Nous, on ne cautionne pas le fait que des jeunes dansent la tarraxinha (...) elle est bien trop sensuelle."

Mario Contreiras regrette lui aussi cette confusion presque contre nature entre kizomba et tarraxinha. "Le monde a cherché à associer la kizomba à la sensualité et à un certain érotisme (mais) pour nous, c'est quelque chose de très sérieux, c'est notre forme d'expression, notre culture".

C'est pour défendre cette culture que cet architecte a rejoint le projet "kizomba dans la rue", créé en 2012: tous les dimanches à la nuit tombée, il transforme le front de mer de Luanda en piste de danse, le temps d'un cours informel, gratuit et ouvert à tous.

"L'objectif, c'est de promouvoir la kizomba (...), de donner l'opportunité de l'apprendre et de valoriser la culture angolaise", proclame Manuel Miguel, 26 ans, un des artisans de l'opération.

Ce soir encore, des dizaines de danseurs, experts ou débutants ont répondu présent à l'appel, pour le plus grand bonheur de Mario Contreiras. "La kizomba est le miroir de ce que nous sommes et de notre culture", insiste-t-il. "L'Angola c'est la fête et la kizomba c'est l'Angola".

Avec AFP

 

Videos

Culture

(1/5)Jeanne Mbula élue Miss ronde de la région de Grands lacs, entourée des dauphines à Bukavu, Sud-Kivu, RDC, 3 janvier 2016. (VOA/Ernest Muhero)

Election de "miss ronde" dans la région des Grands lacs

Les femmes de la région de Grands lacs pesant plus de 90 kilos ont désormais une ambassadrice.  La Congolaise Jeanne Mbula, 20 ans, et pesant 95 kilos, a remporté la couronne de Miss ronde de la région de Grands lacs lors d’un concours organisé à Bukavu, dans l’est de la RDC.Elles étaient 15 candidates présélectionnées au Rwanda, au Burundi et en RDC pour participer à ce concours de beauté.
Un homme, atteint de « déficience mentale » selon la police, a endommagé lundi à coups de burin la statue féminine de l’emblématique fontaine Ain El Fouara de Sétif (Algérie) | CAPTURE D'ECRAN

Algérie: Une statue emblématique de Sétif vandalisée au burin

Un vandale vraisemblablement atteint d’une « déficience mentale » a attaqué au burin la statue d’une femme nue sur la fontaine Ain El Fouara, à Sétif (Algérie). La sculpture, emblématique pour les habitants de la ville, est endommagée au visage et aux seins.Un homme, atteint de « déficience mentale » selon la police, a endommagé lundi à coups de burin la statue féminine de l’emblématique fontaine Ain El Fouara de Sétif (Algérie), à 300 km à l’est d’Alger.
Jason Derulo avec les participants de Coke Studio Africa 2017

Coke Studio Africa rassemble les talents et célèbre la diversité de l’art musical africain

On savait que l’Afrique aime la musique. Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir sur les chaînes de télévision des émissions dédiées à la musique. Le choix est large. Entre les concours de chants, les interviews d’artistes et les lives, le public africain en a désormais pour son compte. 
Captures d'écrans du clip de la chanteuse Shyma

La chanteuse Shyma condamnée à 2 ans de prison pour "incitation à la débauche" en Egypte

Un tribunal du Caire a condamné mardi une jeune chanteuse égyptienne à deux ans de prison pour "incitation à la débauche" après son apparition dans un clip particulièrement suggestif, a indiqué une source judiciaire.Cette peine a été assortie d'une amende de 10.000 livres égyptiennes (480 euros). Le réalisateur du clip Mohamed Gamal a écopé de la même peine, selon la même source. Ils peuvent tous les deux interjeter appel.
Isabel Antonio, devant des millions de téléspectateurs émus, dans l'émission "The Voice Brasil"

Une jeune congolaise à la voix d'or émeut le Brésil

Il y a deux ans, Isabel Antonio fuyait son pays, la République Démocratique du Congo, déchirée par la guerre civile. Mardi dernier, la jeune fille de 16 ans chantait devant des millions de téléspectateurs émus, dans l'émission "The Voice Brasil".
Le chanteur congolais, Fally Ipupa

Décès d'un Congolais à Cap Town : Fally Ipupa appelle à la conscience humaine et au respect de la mémoire du défunt

C'est par un communiqué de presse dont la redaction d'Oeil d'Afrique a réçu une copie que le chanteur Congolais Fally Ipupa explique la tragédie qui s'est derouléé à Cape Town (Afrique du Sud) avec mort d'homme.
Jason Derulo avec les artistes de l'édition 2017 de Coke Studio Africa

La star americaine Jason Derulo en collaboration avec les participants de Coke Studio Africa 2017

Coke Studio Africa, l’émission qui permet chaque année aux artistes africains de fusionner leurs styles avec des artistes internationaux compte parmi ces invités de marque, la star de la R&B, Jason Derulo. Une collaboration qui permet aux participants de cette saison de partager avec la star aux 50 millions de singles vendus. Jason Derulo, c'est l'homme aux 11 disques de platines. C'est également des titres comme ‘Wiggle’, ‘Whatcha’ Say’, ‘Talk Dirty’, ‘It Girl’, ‘In My Head’, ‘Trumpets’ and ‘Marry Me’, connus par tous les amoureux des mélodies et du danse floor.