Au Gabon, slammer pour faire parler les quartiers populaires

Franck Noël Mackosso

"Porter la voix des sans-voix": double champion de slam du Gabon, Franck Noël Mackosso, alias "No", veut montrer la réalité peu reluisante et le quotidien de galère des quartiers populaires de Libreville.

Ce jour-là, pour une session de rap et de slam improvisés, No a tenu à retourner là où il a grandi, dans le sud de la capitale gabonaise.

Sur la dalle de béton attenante à son ancien logement, à côté d'une vieille carcasse de voiture et à quelques mètres de la voie rapide qui traverse Libreville, il retrouve ses amis du quartier, avant de se lancer dans ses mélodies parlées.

"Le Gabonais a un problème, et pour saigner l'abcès (...) j'ai décidé d'enlever trois lettres au mot +problème+ pour en faire un +poème+", lance No, la voix posée et l'articulation travaillée.

Un cahier et un crayon dans le sac à dos, un débit de parole plutôt lent au premier abord: sous ses airs calmes, le jeune homme de 28 ans peut accélérer la cadence. Alors, les mots fusent, comme des revendications.

"Parlons des détournements de fonds, des falsifications des papiers, du prix des appropriations voire même des non-justifications de certaines arrestations... Parlons des morts et des martyrs, de l'amour et de la liberté d'expression..."

- Dire la 'réalité' -

Le slammeur veut parler de la "réalité" sans être encarté politiquement, comme beaucoup d'artistes de musiques urbaines gabonais le sont.

Le problème du Gabon ? "Ce n'est pas Ali ou Ping (le président gabonais Ali Bongo et l'opposant Jean Ping, qui conteste toujours l'élection de 2016, ndlr), le vrai problème, c'est la mentalité des Gabonais", répond-il à l'AFP.

"Le +mec+ qui jette les ordures partout dans la rue est le même qui se plaint du problème d'insalubrité", harangue-t-il en référence aux nombreuses grèves des services de propreté du Gabon qui font s'entasser les sacs poubelles dans les rues du pays.

"Le slam me permet de dire tout haut ce que d'aucuns disent tout bas", dit-il dans un sourire. "Il y a des gens qui ne savent pas ce que, nous, on vit dans les quartiers."

Mi-septembre, No s'est produit à l'Institut français du Gabon, à Libreville, dans le cadre d'un événement consacré au cinéaste David Mboussou. "Ce que No slamme, c'est ce que je vis avec mes enfants tous les jours", s'est réjouie Maria, venue le voir avec ses trois enfants.

"Tout le monde a besoin d'entendre des gens qui leur ressemblent. Et avec No, ce qui est important, c'est qu'il ressemble aux gens du quartier, il est du quartier, et surtout, il parle des choses dont les gens du quartier veulent qu'on discute à de plus hauts niveaux", corrobore à l'AFP Nick Hella, de la web-tv gabonaise Nya, qui réalise un documentaire sur l'artiste.

Videos

Culture

La réalisatrice Wanuri Kahiu (G) et les actrices Samantha Mugatsia et Sheila Munyiva au 71ème festival international du film, Cannes, le 9 mai 2018. AP

"Rafiki" : un film pour célébrer une Afrique "joyeuse"

Interdit dans son pays au motif qu'il traite de l'amour entre deux femmes, le film kényan "Rafiki" pourra être vu pendant sept jours à Nairobi et espérer ainsi être en lice pour les Oscars. "Je pleure. Je suis dans un aéroport français. Quelle JOIE! Notre constitution est FORTE! Remerciez la liberté d'expression!!!!", a réagi sur Twitter la réalisatrice Wanuri Kahiu qui entend montrer, à travers son film, une image pop et "joyeuse" de l'Afrique.
Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.
Sa famille a annoncé qu’Aretha Franklin était décédée ce jeudi à son domicile de Detroit d’un cancer du pancréas. | PHOTO JEFF KOWALSKY / EPA

Aretha Franklin est morte, la soul perd sa dame

Aretha Franklin est morte. La chanteuse américaine âgée de 76 ans est décédée jeudi, annonce l’agence AP qui relaie un communiqué de sa famille. La reine de la soul était hospitalisée dans un état grave, avait-on appris lundi. Elle laisse derrière elle des titres de légendes comme « Think », « Respect » ou « I say a little prayer ».
Le musicien et député ougandais Bobi Wine (au centre) lors d'une manifestation à Kampala le 11 juillet 2018 contre une taxte controversée sur l'utilisation des réseaux sociaux. | AFP | Isaac Kasamani

Une pop star ougandaise menacée d'être traduite devant un tribunal militaire

Le député d'opposition et chanteur ougandais Robert Kyagulanyi, plus connu sous le nom de Bobi Wine, doit être traduit devant un tribunal militaire pour possession présumée d'armes à feu, suite à son arrestation, a annoncé jeudi un porte-parole militaire.Selon la police, Robert Kyagulanyi, était en possession de deux fusils, un acte passible de comparution devant de la justice militaire selon la loi ougandaise.
Des piles de livres et des tableaux de l'époque victorienne à la bibliothèque McMillan datant de l'époque coloniale, le 24 juillet 2018 à Nairobi, au Kenya | AFP | TONY KARUMBA

Restaurer des bibliothèques coloniales, le pari fou de deux Kényanes

Malgré la vétusté de la bibliothèque McMillan, un imposant bâtiment à colonnades des années 1930, une petite dizaine d'habitants de Nairobi ont fait le déplacement pour profiter de la tranquillité du lieu et des rares ouvrages disponibles.Bientôt, ces usagers pourront profiter d'un espace moderne et rénové. C'est le pari d'Angela Wachuka, éditrice, et Wanjiru Koinange, auteure, qui œuvrent à la restauration de trois bibliothèques de Nairobi laissées à l'abandon depuis des décennies.
De jeunes Centrafricains en plein entraînement de capoeira, le 1er juillet 2018 à Bangui | AFP | CHARLES BOUESSEL

A Bangui, la capoeira pour surmonter la guerre et la violence

"La capoeira m'a donné une famille", lance Oussein, président de l'association Abada Capoeira Centrafrique, au milieu d'une quarantaine de filles et garçons emportés dans une danse féline rythmée par les percussions.Chaque dimanche, ces jeunes de tous les horizons se rassemblent au "Stade 20.000 places" de Bangui pour s'entraîner et renouer des liens abîmés par la guerre et la violence qui frappent leur pays depuis des années.
Le chanteur congolais Koffi Olomidé, ici à Kinshasa en août 2012, avait été condamné à trois mois de prison avec sursis pour "coups et blessures volontaires" contre son producteur Photo JUNIOR KHANNA. AFP

Agressions sexuelles et séquestrations: la star congolaise Koffi Olomidé "souhaite" comparaître en France

Le chanteur congolais Koffi Olomidé, renvoyé en procès en France où il est accusé d'avoir agressé sexuellement quatre de ses danseuses en région parisienne, désire comparaître devant la justice, a déclaré lundi son avocat. "Il souhaite ardemment comparaître" pour "pouvoir répondre personnellement à ses juges et le cas échéant à ses accusatrices", a indiqué Emmanuel Marsigny à l'AFP.