Au Gabon, slammer pour faire parler les quartiers populaires

Franck Noël Mackosso

"Porter la voix des sans-voix": double champion de slam du Gabon, Franck Noël Mackosso, alias "No", veut montrer la réalité peu reluisante et le quotidien de galère des quartiers populaires de Libreville.

Ce jour-là, pour une session de rap et de slam improvisés, No a tenu à retourner là où il a grandi, dans le sud de la capitale gabonaise.

Sur la dalle de béton attenante à son ancien logement, à côté d'une vieille carcasse de voiture et à quelques mètres de la voie rapide qui traverse Libreville, il retrouve ses amis du quartier, avant de se lancer dans ses mélodies parlées.

"Le Gabonais a un problème, et pour saigner l'abcès (...) j'ai décidé d'enlever trois lettres au mot +problème+ pour en faire un +poème+", lance No, la voix posée et l'articulation travaillée.

Un cahier et un crayon dans le sac à dos, un débit de parole plutôt lent au premier abord: sous ses airs calmes, le jeune homme de 28 ans peut accélérer la cadence. Alors, les mots fusent, comme des revendications.

"Parlons des détournements de fonds, des falsifications des papiers, du prix des appropriations voire même des non-justifications de certaines arrestations... Parlons des morts et des martyrs, de l'amour et de la liberté d'expression..."

- Dire la 'réalité' -

Le slammeur veut parler de la "réalité" sans être encarté politiquement, comme beaucoup d'artistes de musiques urbaines gabonais le sont.

Le problème du Gabon ? "Ce n'est pas Ali ou Ping (le président gabonais Ali Bongo et l'opposant Jean Ping, qui conteste toujours l'élection de 2016, ndlr), le vrai problème, c'est la mentalité des Gabonais", répond-il à l'AFP.

"Le +mec+ qui jette les ordures partout dans la rue est le même qui se plaint du problème d'insalubrité", harangue-t-il en référence aux nombreuses grèves des services de propreté du Gabon qui font s'entasser les sacs poubelles dans les rues du pays.

"Le slam me permet de dire tout haut ce que d'aucuns disent tout bas", dit-il dans un sourire. "Il y a des gens qui ne savent pas ce que, nous, on vit dans les quartiers."

Mi-septembre, No s'est produit à l'Institut français du Gabon, à Libreville, dans le cadre d'un événement consacré au cinéaste David Mboussou. "Ce que No slamme, c'est ce que je vis avec mes enfants tous les jours", s'est réjouie Maria, venue le voir avec ses trois enfants.

"Tout le monde a besoin d'entendre des gens qui leur ressemblent. Et avec No, ce qui est important, c'est qu'il ressemble aux gens du quartier, il est du quartier, et surtout, il parle des choses dont les gens du quartier veulent qu'on discute à de plus hauts niveaux", corrobore à l'AFP Nick Hella, de la web-tv gabonaise Nya, qui réalise un documentaire sur l'artiste.

Videos

Culture

La rappeuse kenyane Muthoni Drummer Queen à Rennes le 7 décembre 2018

Aux Trans Musicales, Muthoni Drummer Queen livre son ode au Kenya et aux femmes

Figure du hip-hop kenyan, elle est rappeuse, percussionniste et femme d'affaires: Muthoni Drummer Queen monte sur la scène des Trans Musicales vendredi avec l'album "She", un condensé contestataire et féministe d'expériences vécues par des "héroïnes" kenyanes ordinaires.
Des pièces du Musée des civilisations noires inauguré le 6 décembre 2018 à Dakar afp.com - SEYLLOU

De Toumaï à l'anti-colonialisme, les "civilisations noires" entrent au musée à Dakar

Le crâne de "Toumaï", un fourneau à métal ancien, un sabre symbole de la résistance anti-coloniale: pour son inauguration jeudi à Dakar, le Musée des civilisations noires (MCN) célèbre l'homme noir, au moment où progresse l'idée d'une restitution à l'Afrique de son patrimoine culturel.
Rania Youssef, lors de la séance photo à l'occasion de la cérémonie de clôture du festival du cinéma du Caire (Egypte), le 29 novembre 2018.

Egypte : l'actrice Rania Youssef ne risque plus la prison, avec ou sans robe noire

Les poursuites contre Rania Youssef pour "incitation à la débauche"ont été levées. La robe que portait l'actrice égyptienne lors de la clôture du Festival international du film du Caire avait été jugée par certains trop transparente, trop suggestive ou provocante. Embrasement des réseaux sociaux. Les deux avocats qui s'étaient saisis du dossier ont finalement retiré leur plainte.
« Très fier » de Martin Fayulu, Fally Ipupa lui souhaite « bonne chance » pour la présidentielle en RDC © Capture d’écran de TV5MONDE

Elections en RDC: "Bonne chance, mon vieux" lance Fally Ipupa à l'opposant Fayulu

La star de la musique congolaise Fally Ipupa, empêché de chanter en France en 2017 sous la pression d'opposants anti-Joseph Kabila, a souhaité "bonne chance" au candidat de l'opposition Martin Fayulu pour l'élection présidentielle en République démocratique du Congo. "Je suis très, très fier de lui. D'ailleurs c'est très bien que les politiciens arrivent à se mettre d'accord pour l'intérêt du pays. En tous cas... bonne chance à mon vieux Martin Fayulu", a déclaré l'artiste sur TV5Monde.
H Lui-meme

Interview - H Lui-même, la nouvelle voix de la scène afro-pop

La scène afro-pop est en ébullition. Un nouveau talent fait parler de lui depuis peu. Musicien d'origine congolaise, H Lui-meme propose des compositions combinant des éléments de la Rumba et ceux de la RnB. Né à Goma en République Démocratique du Congo, Il est le troisième d'une famille de 7 enfants. Son père a fuit la démocratie du Congo en tant que réfugié politique et a été notaire de la ville de Goma pendant plusieurs années.
La réalisatrice Wanuri Kahiu (G) et les actrices Samantha Mugatsia et Sheila Munyiva au 71ème festival international du film, Cannes, le 9 mai 2018. AP

"Rafiki" : un film pour célébrer une Afrique "joyeuse"

Interdit dans son pays au motif qu'il traite de l'amour entre deux femmes, le film kényan "Rafiki" pourra être vu pendant sept jours à Nairobi et espérer ainsi être en lice pour les Oscars. "Je pleure. Je suis dans un aéroport français. Quelle JOIE! Notre constitution est FORTE! Remerciez la liberté d'expression!!!!", a réagi sur Twitter la réalisatrice Wanuri Kahiu qui entend montrer, à travers son film, une image pop et "joyeuse" de l'Afrique.
Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.