A Bangui, la capoeira pour surmonter la guerre et la violence

De jeunes Centrafricains en plein entraînement de capoeira, le 1er juillet 2018 à Bangui | AFP | CHARLES BOUESSEL

"La capoeira m'a donné une famille", lance Oussein, président de l'association Abada Capoeira Centrafrique, au milieu d'une quarantaine de filles et garçons emportés dans une danse féline rythmée par les percussions.

Chaque dimanche, ces jeunes de tous les horizons se rassemblent au "Stade 20.000 places" de Bangui pour s'entraîner et renouer des liens abîmés par la guerre et la violence qui frappent leur pays depuis des années.

"Ils ne s'occupent pas de savoir qui est de quelle ethnie, de quelle religion, de quel quartier, qui est enfant des rues, enfant défavorisé, enfant éduqué, handicapé, sorti des groupes armés", explique Marion, une Française résidant à Bangui, qui a rencontré Oussein en cherchant un club de capoeira, un art martial afro-brésilien.

Elle l'a accompagné dans le développement de l'association, créée en 2017 et dont l'histoire commence en République démocratique du Congo (RDC) dans le camp de réfugiés de Mole (nord), où des milliers de Centrafricains avaient trouvé refuge à partir de 2013.

Cette année-là, la Séléka, une rébellion à majorité musulmane venue du nord de la RCA, a pris le pouvoir à Bangui et depuis, les violences n'ont pratiquement plus cessé en Centrafrique placée sous la coupe des groupes armés.

A Mole, cinq Centrafricains, Vicky, Oussein, Mexent, Jephte, Vital, et deux Centrafricaines, Beliva et Nancy, découvrent la capoeira avec l'aide du Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) et du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

"Quand on a quitté la RCA, à cause de la guerre, on était tous traumatisés. Certains ont vu leurs parents tués. C’était un peu chaud dans le camp et le HCR a cherché des moyens d'adoucir les gens" en mettant en place des activités comme le football, "mais ça finissait souvent en bagarre", se souvient Oussein. "Alors, ils ont ramené la capoeira".

Vicky se rappelle lui que, dans le camp, "il y avait des jeunes avec une mauvaise mentalité, qui prenaient des drogues". Quand la capoeira a commencé, "ça a enlevé tous les mauvais esprits, moi-même ça m'a défoulé, ça m'a permis d'oublier ce qui s’était passé, ça nous a permis d'oublier nos traumatismes".

- "Capoeira pour la paix" -

Et puis, affirme Oussein, la pratique de cet art martial a permis d'améliorer les relations souvent tendues entre Congolais et réfugiés centrafricains, d'où l'idée de l'implanter à Bangui, pour aider à surmonter celles, également compliquées, entre chrétiens et musulmans.

"On s'est dit, OK, nos quartiers sont divisés, pourquoi ne pas créer" un club de capoeira "et réunir nos enfants?"

A leur retour à Bangui en 2016, Oussein et ses amis de Mole ont donc commencé à donner bénévolement des cours de capoeira dans leurs quartiers respectifs, en plus des rencontres dominicales au stade. Des entraînements ont également lieu à la fondation "Voix du cœur" qui s'occupe des enfants des rues.

La capoeira, c'est pour Oussein "beaucoup d'amour, de famille. On se retrouve dans un cocon". Mais c'est aussi une porte d'entrée vers l'éducation. La devise de l'association, scandée par les jeunes à la fin de l'entraînement, en témoigne: "capoeira pour la paix, la cohabitation, l'amour, le respect de l'autre et la maîtrise de soi".

Pour Marion, les participants "font plus que pratiquer un sport, ils souhaitent contribuer à pacifier les jeunes et les éduquer à des valeurs de solidarité, de non-violence et de tolérance".

Vicky n'oublie pas, lui, une autre particularité essentielle à ses yeux de la capoeira qui "vient de l'Afrique". Ce sont "les esclaves africains qui l'ont développée au Brésil, c'est une fierté pour moi de faire les choses de mes ancêtres. C'est notre culture".

En 2016, Oussein et Vicky s'étaient vu remettre leur diplôme de capoeira par Caroline de Hanovre, princesse de Monaco.

Ils aimeraient à leur tour pouvoir organiser à Bangui une cérémonie de "graduation" de la capoeira pour les 250 enfants de l'association qui manque cependant cruellement de moyens et recherche des soutiens.

Videos

Culture

Un conteur professionnel s'adresse au public place Sainte-Cécile à Cotonou, le 14 août 2018, dans le cadre du festival Mémoires d'Afrique | AFP | YANICK FOLLY

Il était une fois... des contes africains à perpétuer

Assis en demi-cercle sur la place Sainte-Cécile à Cotonou, un public de 7 à 77 ans écoute religieusement le conteur raconter l'histoire de la petite fille qui, désobéissant à ses parents, a sifflé la nuit et bien failli se faire dévorer toute crue par des animaux sauvages.Comme chaque année au Bénin, entre le 14 et le 15 août, plus d'une trentaine de communes, petits villages ou grandes villes accueillent la nuit des contes: une fête organisée par l'association franco-béninoise Mémoires d’Afrique depuis une vingtaine d'années.
Sa famille a annoncé qu’Aretha Franklin était décédée ce jeudi à son domicile de Detroit d’un cancer du pancréas. | PHOTO JEFF KOWALSKY / EPA

Aretha Franklin est morte, la soul perd sa dame

Aretha Franklin est morte. La chanteuse américaine âgée de 76 ans est décédée jeudi, annonce l’agence AP qui relaie un communiqué de sa famille. La reine de la soul était hospitalisée dans un état grave, avait-on appris lundi. Elle laisse derrière elle des titres de légendes comme « Think », « Respect » ou « I say a little prayer ».
Le musicien et député ougandais Bobi Wine (au centre) lors d'une manifestation à Kampala le 11 juillet 2018 contre une taxte controversée sur l'utilisation des réseaux sociaux. | AFP | Isaac Kasamani

Une pop star ougandaise menacée d'être traduite devant un tribunal militaire

Le député d'opposition et chanteur ougandais Robert Kyagulanyi, plus connu sous le nom de Bobi Wine, doit être traduit devant un tribunal militaire pour possession présumée d'armes à feu, suite à son arrestation, a annoncé jeudi un porte-parole militaire.Selon la police, Robert Kyagulanyi, était en possession de deux fusils, un acte passible de comparution devant de la justice militaire selon la loi ougandaise.
Des piles de livres et des tableaux de l'époque victorienne à la bibliothèque McMillan datant de l'époque coloniale, le 24 juillet 2018 à Nairobi, au Kenya | AFP | TONY KARUMBA

Restaurer des bibliothèques coloniales, le pari fou de deux Kényanes

Malgré la vétusté de la bibliothèque McMillan, un imposant bâtiment à colonnades des années 1930, une petite dizaine d'habitants de Nairobi ont fait le déplacement pour profiter de la tranquillité du lieu et des rares ouvrages disponibles.Bientôt, ces usagers pourront profiter d'un espace moderne et rénové. C'est le pari d'Angela Wachuka, éditrice, et Wanjiru Koinange, auteure, qui œuvrent à la restauration de trois bibliothèques de Nairobi laissées à l'abandon depuis des décennies.
De jeunes Centrafricains en plein entraînement de capoeira, le 1er juillet 2018 à Bangui | AFP | CHARLES BOUESSEL

A Bangui, la capoeira pour surmonter la guerre et la violence

"La capoeira m'a donné une famille", lance Oussein, président de l'association Abada Capoeira Centrafrique, au milieu d'une quarantaine de filles et garçons emportés dans une danse féline rythmée par les percussions.Chaque dimanche, ces jeunes de tous les horizons se rassemblent au "Stade 20.000 places" de Bangui pour s'entraîner et renouer des liens abîmés par la guerre et la violence qui frappent leur pays depuis des années.
Le chanteur congolais Koffi Olomidé, ici à Kinshasa en août 2012, avait été condamné à trois mois de prison avec sursis pour "coups et blessures volontaires" contre son producteur Photo JUNIOR KHANNA. AFP

Agressions sexuelles et séquestrations: la star congolaise Koffi Olomidé "souhaite" comparaître en France

Le chanteur congolais Koffi Olomidé, renvoyé en procès en France où il est accusé d'avoir agressé sexuellement quatre de ses danseuses en région parisienne, désire comparaître devant la justice, a déclaré lundi son avocat. "Il souhaite ardemment comparaître" pour "pouvoir répondre personnellement à ses juges et le cas échéant à ses accusatrices", a indiqué Emmanuel Marsigny à l'AFP.
Le musicien malien Kassé Mady Diabaté se produit lors d'un festival de Jazz à Bamako le 30 avril 2016.

Disparition de Kassé Mady Diabaté, grande voix du Mali

Le chanteur Kassé Mady Diabaté, l'une des plus grandes voix du Mali, descendant d'une longue lignée de griots mandingues, s'est éteint jeudi à Bamako, vendredi son entourage.Victime d'un accident vasculaire cérébral en mars, le chanteur, né en 1949 à Kela, près de Kangaba, à une centaine de kilomètres de la capitale, au cœur du "Mandé", berceau de l'empire du Mali au XIIIème siècle, est décédé à la clinique Pasteur de Bamako, a indiqué à l'AFP son frère, Amara Diabaté.