Le prix d'une assiette de riz dans le monde: de 1 € aux USA à 273 € au Soudan du Sud

Là où à New York s’acheter un repas ne coûte environ qu’1 €, ce même plat coûte près de 273 € au Soudan du Sud.

Pour sensibiliser à la faim dans le monde, le Programme alimentaire mondial vient de publier une étude sur le prix d’une assiette composée des mêmes ingrédients partout sur la planète. Des États-Unis au Soudan du Sud, les aliments n’ont définitivement pas la même valeur. En 2016, 795 millions de personnes ont eu faim dans le monde. Et selon le Programme alimentaire mondial, ce chiffre devrait augmenter en 2017. L’organisme en charge de la lutte contre la faim dans le monde avance une raison claire pour expliquer la difficulté des gens à se nourrir dans certains endroits du globe : le prix trop élevé des aliments. Et pour cause, dans les pays riches, la majorité des gens ne dépensent qu’une petite partie de leur revenu pour se nourrir, alors que dans les pays plus pauvres, acheter les ingrédients qui composeront leur assiette peut s’avérer très coûteux. Le prix d’une assiette dans 34 pays Pour essayer de déterminer le vrai coût d’une assiette dans le monde, le World Food Programme a publié un classement recensant le prix d’une portion de nourriture pour un repas en fonction du revenu moyen des habitants de chaque pays. L’organisme a ainsi calculé quel pourcentage du salaire moyen occupait le prix d’un repas aux États-Unis, à Haïti, au Bangladesh ou encore au Malawi. Ils ont ainsi obtenu le prix moyen d’une assiette basique de nourriture dans pas moins de 34 pays différents. Et le résultat est criant d’inégalité. Là où à New York s’acheter un repas ne coûte environ qu’1 €, ce même plat coûte près de 273 € au Soudan du Sud. Car les New-yorkais ne dépensent que 0,6 % de leur salaire pour manger, alors que les Sud-Soudanais doivent débourser 155 % de leur paie journalière. Pourtant composée d’une simple dose de haricots rouges, de condiments (riz, pain, maïs), d’huile végétale, de tomates, d’oignons et d’eau, cette assiette n’a donc pas la même valeur aux yeux des habitants de la planète.  Source