La Côte d'Ivoire espère gagner 3,5 milliards de dollars en 2025 grâce à l'Agoa

(1/3)La chargée d'affaires de l'ambassade des Etats-Unis, Katherine Brucker, aux côtés du Premier ministre ivoirien lors de la présentation de la stratégie Agoa à Abidjan, le 30 octobre 2017. (VOA/Georges Ibrahim Tounkara)
La Côte d'Ivoire veut tirer le maximum de profit de l'Agoa, ce dispositif qui exonère de droits de douane de nombreux produits africains exportés vers les États Unis. Dans cette optique, le gouvernement ivoirien vient de se doter d'une stratégie.
 
La loi sur la croissance et les opportunités en Afrique, Agoa, a été adoptée le 18 mai 2000 par le Congrès américain et confère des préférences commerciales à 38 pays africains subsahariens, dont la Côte d'Ivoire.
 
Près de 7000 produits exportés vers les États-Unis sont ainsi exonérés de droits de douane. La Côte d’Ivoire entend donc booster ses exportations à travers la mise sur pied d'une nouvelle stratégie.
 
"Les avantages, c'est que l'on sait où l'on va, avec des objectifs quantifiés", a déclaré Souleymane Diarrassouba, ministre ivoirien du Commerce. "Nous sommes à 1 milliard de dollars en 2017, mais nous souhaitons passer à 3,5 milliards de dollars en 2025" en exportation.
 
Ali Keita, directeur-général de Karité Afrique souligne que "l'Agoa est une grande opportunité pour les exportateurs du continent". "Cela nous permettra d'entraîner les entreprises dans les importations, c'est une chance que nous devons saisir", assure-t-il.
 
La chargée d'affaires de l'ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Katherine Brucker, espère pour sa part que la Côte d'Ivoire saura tirer le maximum de profit de cette opportunité.
 
"C'est une grande opportunité, surtout dans six secteurs ciblés", explique Katherine Brucker, "il y a une grande volonté, mais il va falloir travailler d'arrache-pied".
 
L'Agoa prend fin en 2025 et ne devrait pas être reconduit selon le gouvernement américain.