Cameroun Téléphonie :Grave crise entre les partenaires à Nexttel

Nexttel Cameroun

Malgré une plainte introduite par Alhadji Baba Danpullo et enrôlée au tribunal de première instance de Douala-Bonanjo au motif de contraindre les Vietnamiens de Nexttel aux exercices de l’évaluation et la contre expertise des équipements techniques et les logiciels frauduleux qu’ils ont installés à grands coûts de milliards de F CFA, ces derniers n’ont jamais admis que le partenaire camerounais pose un regard lucide sur leur apport dans la construction de Viettel Cameroun SA.

Viettel Global Investment Jsc, « maison mère », en partenariat avec Viettel Cameroun SA, a beau clamé avoir investi 210 milliards F CFA dans le cadre de la mise en place de la compagnie de téléphonie mobile Nexttel Cameroun et fluidifié le secteur de l’emploi au Cameroun, rien n’enlève qu’il ne s’agit ni plus ni moins que de chimères, de la fausse parade et des feux d’artifice.

A preuve, en plein cœur de leur offensive aux allures de marketing et de communication, les Vietnamiens ne disent pas avoir transporté au Cameroun des générateurs vétustes de seconde gamme chargés d’alimenter les sites, des générateurs dont le caractère défectueux a été rapidement décelé, poussant le partenaire camerounais à recourir à des emprunts dans les banques locales à concurrence de 50 milliards de francs Cfa.

Doutes sur la sincérité des investissements

Il n y a pas que les équipements techniques vétustes qui ont été surévalués. Les logiciels d’installation étaient frauduleux. Ce qui est de nature à remettre en cause l’investissement de 210 milliards prétendument consenti par les Vietnamiens.

La partie camerounaise qui pense qu’il s’agit d’un apport de type déclaratif, sans preuve, a demandé à s’assoir avec le partenaire vietnamien pour évaluer par l’intervention d’un cabinet indépendant d’études comptables et financières à l’effet de déterminer l’apport de chaque partenaire en valeur réelle, Viettel Global Investment Jsc a refusé toute évaluation et contre expertise. Entretemps, Alhadji Baba Danpullo avait besoin de cette évaluation pour faire le point sur la sincérité des investissements du partenaire vietnamien.

C’est alors que Baba Ahmadou Danpullo dont les actions, 30% (la minorité de blocages), s’est rendu compte d’avoir été en permanence floué et dupé.

Ayant découvert la supercherie et la fourberie d’un partenaire vietnamien en affaires qui, jusqu’à ici, s’est livré dans un sport favori de délinquance économique et d’arnaque, le partenaire camerounais est convaincu que la partie vietnamienne a déversé des équipements techniques au rabais de provenance ambiguë.

La meilleure ? Viettel Global Investment a poussé la trahison en affaires en utilisant le mode d’emploi en langue vietnamien, les magasiniers, ingénieurs et techniciens ne parlant que du Vietnamien. Toute chose qui a constitué un véritable frein à la collaboration entre les parties.

Face à des partenaires camerounais bloqués et diminués par des Vietnamiens qui ne parlent ni n’entendent aucune des deux langues officielles que sont l’anglais et le français, Viettel Global Investment en profite pour faire du dumping. L’essentiel des équipements facturés au partenaire camerounais mais sans grande importance et utilité pour les besoins de la cause, a fait le transit avant d’être acheminés dans d’autres pays d’Afrique.

Assignation en justice

Baba Danpullo découvre en outre une avalanche d’un trop plein des équipements et du matériel technique qui, de jour en jour, attrape la rouille dans le magasin. Le Pca de Viettel Cameroun SA se rend davantage compte dans ce même sillage, de 300 conteneurs d’équipements frauduleux facturés aux frais de Viettel Cameroun SA, mais détournés de la destination Cameroun vers un autre pays.

Face à l’entêtement de Viettel Global Investment à soumettre ses prix et coûts des équipements à la contre expertise, le tribunal de première instance de Douala-Bonanjo lui a servi une assignation au mois de mai 2018, aux fins d’expertise pour l’estimation ou l’évaluation du coût, des frais de première installation et de l’apport en industrie est servie à la partie vietnamienne.

Le juge des référés est requis. Le partenaire camerounais sollicite une mission d’expertise crédible. Quatre cabinets internationaux d’expertise comptable et financière représentés au pays sont suggérés.

Statuant publiquement, contradictoirement en matière de référés le magistrat-président, le juge a procédé, le 18 mai 2018, à la désignation du cabinet KPMG-Cameroun représenté par René Libong, expert comptable agréé près de la Cour d’appel du Littoral. Travail à faire : déterminer le coût des équipements techniques corporels et incorporels (notamment les logiciels) acquis et fournis par la société Viettel Global Investment Jsc et destinés à l’exploitation des activités de la société Viettel Cameroun SA, la qualité des dits équipements au regard des standards internationaux et des normes en la matière, les garanties données par les fournisseurs au moment de l’acquisition des dits équipements.

Le tribunal a fixé le travail de l’expert commis à la tâche dans un délai de deux mois. Les Vietnamiens n’ont jamais donné droit à la décision de justice. Pourquoi refusent-ils que le partenaire camerounais pose un regard lucide sur leur apport dans la construction de Viettel Cameroun SA ?

Climat délétère

A l’heure actuelle, c’est toujours l’escalade entre les actionnaires de l’opérateur de mobile Viettel Cameroun qui opère sous la marque Nexttel. La société est quasiment divisée en deux camps, constitués d’une part par les partisans de Baba Danpullo, le milliardaire camerounais qui contrôle 30% du capital de Nexttel, à travers la société Bestinver Cameroon SA, et d’autre part par les partisans de Viettel Global Investment S.A, groupe télécoms placé sous la coupe du ministère vietnamien de la Défense, qui détient 70% des actifs du 3ème opérateur de mobile au Cameroun.

Le climat délétère qui règne au sein de cette entreprise des télécoms est tel que, apprend-on de bonnes sources, le dernier directeur commercial et marketing, recruté après près d’un an de vacance du poste, n’a pu tenir que trois mois avant de finalement claquer la porte. A l’origine de cette bataille entre les deux actionnaires de Nexttel, des accusations de gestion unilatérale de l’entreprise, matérialisées par le refus des responsables de Viettel Global Investment SA d’instaurer le principe de la double signature, soutient-on chez Bestinver Cameroon SA qui accuse également la partie vietnamienne d’importer massivement la main-d’œuvre, au détriment des Camerounais qui seraient ainsi marginalisés par l’actionnaire majoritaire.

Babine NSOA