Congo Brazza : un Proche de Bouya en collusion avec Bollore au Port de Pointe -Noire

Le ministre des grands travaux, Jean-Jacques Bouya

La convention de concession reliant la société Congo Terminal filiale de Bolloré et le port de Pointe-Noire (Congo -Brazza) va telle finir par éclabousser ceux qui manœuvrent dans l'ombre ?

Une nouvelle fois, il s'agit d'accords qui ne sont pas respectés. Une nouvelle fois, ceux qui devraient faire respecter la loi sont défaillants et laissent faire ce qui est inimaginable sous d'autres cieux. 

Au port de Pointe-Noire, le puissant Bolloré ne finit pas de provoquer la colère des autres acteurs économiques. En effet, c'est via sa filiale, Congo Terminal que la société française avait signé une convention de concession du terminal aux conteneurs des quais G et D du port congolais. Un accord qui devait être renouvelé  tout les dix ans. Alors que le dit accord arrivé à son terme n'a toujours pas été renégocie, deux projets d'avenants à la convention ont été présentés afin de permettre à Congo Terminal d'élargir son champ d'activités sur le port de Pointe-Noire.

Il se trouve que dans cette OPA sur le port de Pointe-Noire qui ne dit pas son nom   le vizir Bollore a trouvé un Allié de taille, Bhalat Séraphin, un inconditionnel du ministre des grands travaux Jean-Jacques Bouya qui en connivence avec le Directeur Générale de Congo terminal, Laurent palayer foulent au pied les lois et règlements de l’exploitation de la plate forme portuaire.

Comment peut-on expliquer la présence du DG du port de Pointe-Noire dans les réunions du Conseil d’Administration de Congo Terminale ? Si ce n’est ce qu’une collusion scabreuse qui nuit aux intérêts de l’Etat !

Les avenants à la convention de concession sont pourtant très explicites; car selon nos sources, dans une correspondance datée de mai 2017, entre le ministère des transports et le directeur du port de Pointe-Noire, Il est expliqué que le projet du premier avenant a pour but de donner à la société Congo Terminal l'exclusivité des opérations de livraison en zone portuaire et urbaine du port de Pointe-Noire. L'avenant 2 vient modifier la convention en permettant la réalisation exclusive des opérations de déchargement et de chargement des navires conventionnels sur les quais G et D par la société Congo de terminal.

C’est au grand dam des opérateurs intervenants sur le port que le DG du port sensé administrer les opérations sur la plage forme portuaire au nom de l’Etat Congolais baisse sa culotte sans nul doute pour récolter des bénéfices pécuniaires. Car il dit à qui veut l’entendre,  « le pays nous appartient et nous sommes au pouvoir »