Winnie Mandela: "La corruption est le maillon faible de l'ANC"

Winnie Mandela, ex-épouse de Nelson Mandela (c) et le président sud-africain Jacob Zuma (g), le 30 juin 2017 à Johannesburg | MUJAHID SAFODIEN

L'ex-épouse de Nelson Mandela, figure de la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud, appelle à un "changement de leadership" à la tête du Congrès national africain (ANC) qu'elle juge affaibli par les accusations de corruption, dans un entretien à l'hebdomadaire Jeune Afrique à paraître dimanche.

"La corruption, c'est le maillon faible de l'ANC", lance Winnie Mandela, dans une pique directe au président du pays et du parti, Jacob Zuma, mis en cause dans une série de scandales et qui doit normalement se retirer en 2019 à l'issue de son second mandat de cinq ans à la tête du pays.

"Il est plus que temps de changer de leadership si nous voulons continuer à gouverner ce pays. L'ANC a besoin de sang nouveau pour mener l'Afrique du Sud sur le chemin de la liberté", estime cette militante de 80 ans, harcelée et emprisonnée à plusieurs reprises entre 1960 et 1990.

Au pouvoir depuis la chute officielle de l'apartheid en 1994, l'ANC est affaibli par le ralentissement de l'économie sud-africaine et les divisions autour de la succession de M. Zuma.

Le parti de feu Nelson Mandela a essuyé un cinglant revers lors des élections locales de 2016, où il a dû céder à l'opposition le contrôle de plusieurs municipalités emblématiques, comme Johannesburg et Pretoria.

Mme Mandela ne se prononce pas sur son candidat favori à la direction du parti, qui doit élire son nouveau chef en décembre. Deux font actuellement la course en tête: l'actuel vice-président Cyril Ramaphosa, chef des frondeurs anti-Zuma, et Nkosazana Dlamini-Zuma, l'ancienne dirigeante de l'Union africaine (UA), qui a le soutien du chef de l'Etat, son ex-mari.

Mais elle estime vivre "l'une des périodes les plus sombres de l'histoire de notre parti. L'ANC n'est pas parvenu à réussir sa mue, du mouvement de libération qu'il fut, avec tous ses rêves, en parti de gouvernement".

"Très peu de gens ont réellement profité de la libération de ce pays: 53% des jeunes sont au chômage, un tiers de la population vit au niveau ou au-dessous du seuil de pauvreté", déplore-t-elle, en appelant à un "changement radical" à la tête du pays.

Pour l'ex-épouse de Nelson Mandela, connue pour ne pas mâcher ses mots, la nation Arc-en-ciel que ce dernier appelait de ses voeux, constitue "un mythe total", "un voeu pieu".

"La réconciliation n'a été qu'une façade", assène-t-elle. "Je vis à Soweto, un township créé par le régime d'apartheid pour parquer les Noirs. Un quart de siècle après l'abolition de l'apartheid, il n'y a toujours pas un seul Blanc à Soweto. (...) Où est le changement ?"

Videos

Analyses et Opinions

Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, en visite officielle au Burundi, passant les troupes en revue avec son homologue Christian Nkurunziza le 13 avril 2018 à Bujumbura. © DR – DCP Burundi

Ali Bongo intensifie son action diplomatique en Afrique Centrale

Ali Bongo Ondimba était en fin de semaine dernière en visite officielle au Burundi. Le chef de l’Etat gabonais, qui est également le président en exercice de la CEEAC, s’est montré ces derniers mois très actif sur le plan diplomatique, notamment en Afrique Centrale. Voici pourquoi.
Alep | REUTERS/Omar Sanadik

Syrie : La diplomatie des moutons de Panurge.

Le président syrien Bachar al-Assad est accusé d’avoir utilisé des armes chimiques il y a une dizaine de jours contre la population de la ville de Douma dans la Ghouta orientale. C’est pour répondre à cette attaque que les Etats-Unis de Donald Trump, suivies par la France et la Grande-Bretagne, ont lancé dans la nuit de vendredi à samedi des frappes contre des cibles militaires du régime syrien.
Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié le 10 avril au palais présidentiel d'Abidjan. © Présidence Côte d'Ivoire

Rencontre Ouattara - Bédié : Décryptage d'un rendez-vous présidentiel

La rencontre qui semblait impossible a fini par avoir lieu. Le Président Ivoirien Alassane Ouattara a reçu Henri Kona Bédié, président du PDCI-RDA. Décryptage d'un rendez-vous présidentiel.La dernière rencontre des hommes avait eu il y a près de six mois. Ado et Bédié s'étaient alors entretenus le 31 octobre 2017, à la résidence abidjanaise du présidnet du PDCI-RDA.
Vladimir Poutine devra faire un choix entre la Syrie et Israël

Géopolitique: Poutine devra faire un choix entre la Syrie et Israël

C’est en observant ce qui se passe en Syrie qu’on réalise à quel point les questions géopolitiques peuvent être complexes. La Russie et l’Iran soutiennent la Syrie face aux États-Unis et leurs valets européens.
Le président nigérian Muhammadu Buhari

Le président nigérian Muhammadu Buhari candidat pour un second mandat

Le président nigérian Muhammadu Buhari a officiellement annoncé lundi son intention de se présenter pour un second mandat lors des élections générales prévues en février 2019, mettant un terme à des mois de spéculations dans le pays le plus peuplé d'Afrique."Le président Buhari vient d'annoncer son intention d'obtenir l'investiture du All progressive Congress (APC) et de concourir pour un second mandat aux élections de 2019", a annoncé le compte officiel Twitter de la présidence.  
Le président Congolais, Denis Sassou Nguesso

Congo Brazza : s’achemine-t-on vers une opération mains propres ?

À l’orée de la venue du FMI, qui avait exigé du Congo, une lutte accrue contre la corruption, nos sources nous indiquent une vaste opération de mise aux arrêts de plusieurs cadres et hauts fonctionnaires soupçonnés de corruption. Le Président Congolais Denis Sassou Ngeusso a-t-il cédé aux exigences du FMI ou est-ce une façon de plaire aux bailleurs ? 
L'avocat français Eric Dupont-Moretti / Le Président congolais Denis Sassou Nguesso | Montage Oeil d'Afrique

Congo /Brazza: l'avocat Eric Dupont-Moretti décline l’offre de Brazzaville

Contacté par le Régime de Brazzaville qui dépêcha Mr Obili le conseiller juridique du Président Sassou qui ne ménagea aucun effort pour convaincre Maître Moretti à prendre en main la défense de l’Etat Congolais dans l’affaire du procès contre le général Mokoko, Dupont Moretti a décliné l’offre .