Victoire de Trump : Charles Onana invite les Clinton à demander l'asile politique au Rwanda

Bill Clinton et Hillary Clinton, 24 September 2014. EPA/RAY STUBBLEBINE

Humiliés, ridiculisés et battus, vont-ils enfin se décider à apprendre l'humilité ? Il s'agit bien des médias dits de masse. Ils ont effectivement déclaré la guerre à Donald Trump, l'ont insulté, maltraité et banni pour cause de « débilité » aggravée. Ils ont pris fait et cause pour sa rivale, Hillary Clinton, l'ont encensée, portée, célébrée et magnifiée, pour rien. Elle a échoué, elle a chuté, elle s'écroule à nouveau, presque définitivement. Cette fois, ce n'est pas pour un malaise car elle ne se relèvera plus. Et les cachets contre la pneumonie ne suffiront pas. 

Ses soutiens médiatiques sont hagards, ils se demandent ce qui a bien pu se passer. Ils se demandent où sont passés les Africains-Américains et les Hispaniques, sur qui comptait Hillary pour aller à la Maison Blanche. Pourtant, ils ont réquisitionnés des cars pour les ramasser devant des églises, comme du bétail, et les conduire directement devant les bureaux de vote, avec des sandwiches et du coca. Depuis qu'on les avait oubliés, on s'est souvenu brusquement qu'ils pouvaient servir, qu'ils étaient utiles, qu'ils pouvaient voter non pas pour le candidat de leur choix mais seulement pour les démocrates et pour Hillary. Il fallait fuir le monstre, le dangereux, la grand satan, bref le mal incarné, celui qui n'a jamais été ni gouverneur, ni sénateur ni secrétaire d'Etat mais que l'on désigne partout comme raciste, horrible, malfaisant et débile. 

Aux yeux des médias Hillary n'a jamais été raciste, elle n'a jamais dit du mal de son « ami » de circonstance : le président sortant. Elle n'a jamais fait le moindre mal. Elle est dans « l'axe du bien » puisque même les Bush, partout bienfaisants, ont voté pour elle. Même la mamy Babara Bush a dit qu'elle ne sait pas « comment des femmes peuvent voter pour Trump ». Le coup de pouce de mamy n'a manifestement pas suffi. Des femmes ont quand-même voté pour le « sexiste » à moitié « débile ». Elles sont peut-être aussi « débiles » pour ne pas voir le talent de l'avocate Clinton. Mais combien de fois Hillary a-t-elle pris la parole pour s'indigner des bavures policières qui inondent les sites américains contre les Africains-Américains ? Combien de fois l'a-t-on vu défendre les injustices touchant des Africains-Américains condamnés à tort et qui encombrent depuis des années les couloirs de la mort ?  Certains Africains-Américains nous ont dit qu'ils en avaient marre de voter depuis plus 60 ans pour les démocrates sans jamais voir de changement dans leurs droits les plus élémentaires. Certains ont même avoué avoir voté pour Trump car ils étaient choqués par la propagande obscène des médias américains en faveur des Clinton. Ceux-là doivent aussi être des « débiles »...

Certains amis hispaniques nous ont dit qu'on les prenait pour des « boucliers humains » dans le combat qui était mené contre Trump. Ils avouaient que cette façon de les utiliser dans un combat qui n'était pas le leur frisait le mépris et l'humiliation. Ils ne trouvaient pas les mots crus de Trump pire que l'hypocrisie d'Hillary. Ont-ils été « débiles » eux aussi ? 

Voilà tout de même des éléments qui, pour des éditorialistes et commentateurs chevronnés des médias de masse, auraient été utiles à la réflexion. Mais il y a longtemps que la réflexion et l'analyse ont déserté les grandes rédactions. Il y a très longtemps qu'ils ont choisi d'éliminer ou d'exclure ceux qui pensent à côté ou qui pensent mal, selon eux. Ils les traitent de « radicaux », de « théoriciens du complot » ou de « complotistes ». Ils ont inventé un lexique injurieux et « éliminatoire » pour disqualifier ceux qui posent parfois de vraies questions et qui soulèvent de vrais problèmes. 

Alors, à cette heure, il semble bien que ce soit définitivement TRUMP ; les mécontents et les inquiets peuvent fuir vers un pays africain qui n'est pas raciste et qui est très respectueux des droits de l'Homme : le Rwanda, dont le président-dictateur Paul Kagame, après avoir fait assassiner des millions de Rwandais et de Congolais, est demeuré un grand ami des Clinton. D'autre peuvent aussi saisir en urgence le comité des droits de l'Homme de l'ONU pour demander à s'exiler au Sud-Soudan, en Somalie, en RDC, en Afghanistan ou en Syrie. Au cas où leur demandes étaient rejetées, ils peuvent téléphoner directement à Fidel Castro pour voir s'il peut demander à Raoul, son frère, d'intervenir à titre humanitaire pour tous les Américains qui ont peur de Trump. Si toutes ces voies échouent, alors il faut rejoindre les Blacks Panthers et proposer à Hillary Clinton, la non-raciste, d'en être la présidente d'honneur. Peut-être qu'elle peut devenir l'avocate de Mumia Abu Jamal et l'aider à sortir de prison. Ce serait une belle reconversion et une action salvatrice pour la lutte contre le racisme et l'injustice...

Charles Onana

Videos

Analyses et Opinions

Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.
Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT
Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.