Victoire de Trump : Charles Onana invite les Clinton à demander l'asile politique au Rwanda

Bill Clinton et Hillary Clinton, 24 September 2014. EPA/RAY STUBBLEBINE

Humiliés, ridiculisés et battus, vont-ils enfin se décider à apprendre l'humilité ? Il s'agit bien des médias dits de masse. Ils ont effectivement déclaré la guerre à Donald Trump, l'ont insulté, maltraité et banni pour cause de « débilité » aggravée. Ils ont pris fait et cause pour sa rivale, Hillary Clinton, l'ont encensée, portée, célébrée et magnifiée, pour rien. Elle a échoué, elle a chuté, elle s'écroule à nouveau, presque définitivement. Cette fois, ce n'est pas pour un malaise car elle ne se relèvera plus. Et les cachets contre la pneumonie ne suffiront pas. 

Ses soutiens médiatiques sont hagards, ils se demandent ce qui a bien pu se passer. Ils se demandent où sont passés les Africains-Américains et les Hispaniques, sur qui comptait Hillary pour aller à la Maison Blanche. Pourtant, ils ont réquisitionnés des cars pour les ramasser devant des églises, comme du bétail, et les conduire directement devant les bureaux de vote, avec des sandwiches et du coca. Depuis qu'on les avait oubliés, on s'est souvenu brusquement qu'ils pouvaient servir, qu'ils étaient utiles, qu'ils pouvaient voter non pas pour le candidat de leur choix mais seulement pour les démocrates et pour Hillary. Il fallait fuir le monstre, le dangereux, la grand satan, bref le mal incarné, celui qui n'a jamais été ni gouverneur, ni sénateur ni secrétaire d'Etat mais que l'on désigne partout comme raciste, horrible, malfaisant et débile. 

Aux yeux des médias Hillary n'a jamais été raciste, elle n'a jamais dit du mal de son « ami » de circonstance : le président sortant. Elle n'a jamais fait le moindre mal. Elle est dans « l'axe du bien » puisque même les Bush, partout bienfaisants, ont voté pour elle. Même la mamy Babara Bush a dit qu'elle ne sait pas « comment des femmes peuvent voter pour Trump ». Le coup de pouce de mamy n'a manifestement pas suffi. Des femmes ont quand-même voté pour le « sexiste » à moitié « débile ». Elles sont peut-être aussi « débiles » pour ne pas voir le talent de l'avocate Clinton. Mais combien de fois Hillary a-t-elle pris la parole pour s'indigner des bavures policières qui inondent les sites américains contre les Africains-Américains ? Combien de fois l'a-t-on vu défendre les injustices touchant des Africains-Américains condamnés à tort et qui encombrent depuis des années les couloirs de la mort ?  Certains Africains-Américains nous ont dit qu'ils en avaient marre de voter depuis plus 60 ans pour les démocrates sans jamais voir de changement dans leurs droits les plus élémentaires. Certains ont même avoué avoir voté pour Trump car ils étaient choqués par la propagande obscène des médias américains en faveur des Clinton. Ceux-là doivent aussi être des « débiles »...

Certains amis hispaniques nous ont dit qu'on les prenait pour des « boucliers humains » dans le combat qui était mené contre Trump. Ils avouaient que cette façon de les utiliser dans un combat qui n'était pas le leur frisait le mépris et l'humiliation. Ils ne trouvaient pas les mots crus de Trump pire que l'hypocrisie d'Hillary. Ont-ils été « débiles » eux aussi ? 

Voilà tout de même des éléments qui, pour des éditorialistes et commentateurs chevronnés des médias de masse, auraient été utiles à la réflexion. Mais il y a longtemps que la réflexion et l'analyse ont déserté les grandes rédactions. Il y a très longtemps qu'ils ont choisi d'éliminer ou d'exclure ceux qui pensent à côté ou qui pensent mal, selon eux. Ils les traitent de « radicaux », de « théoriciens du complot » ou de « complotistes ». Ils ont inventé un lexique injurieux et « éliminatoire » pour disqualifier ceux qui posent parfois de vraies questions et qui soulèvent de vrais problèmes. 

Alors, à cette heure, il semble bien que ce soit définitivement TRUMP ; les mécontents et les inquiets peuvent fuir vers un pays africain qui n'est pas raciste et qui est très respectueux des droits de l'Homme : le Rwanda, dont le président-dictateur Paul Kagame, après avoir fait assassiner des millions de Rwandais et de Congolais, est demeuré un grand ami des Clinton. D'autre peuvent aussi saisir en urgence le comité des droits de l'Homme de l'ONU pour demander à s'exiler au Sud-Soudan, en Somalie, en RDC, en Afghanistan ou en Syrie. Au cas où leur demandes étaient rejetées, ils peuvent téléphoner directement à Fidel Castro pour voir s'il peut demander à Raoul, son frère, d'intervenir à titre humanitaire pour tous les Américains qui ont peur de Trump. Si toutes ces voies échouent, alors il faut rejoindre les Blacks Panthers et proposer à Hillary Clinton, la non-raciste, d'en être la présidente d'honneur. Peut-être qu'elle peut devenir l'avocate de Mumia Abu Jamal et l'aider à sortir de prison. Ce serait une belle reconversion et une action salvatrice pour la lutte contre le racisme et l'injustice...

Charles Onana

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?