Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches. 

 

C’est le résultat des constitutions qui ne sont africaines que par le nom. En finissant avec les régimes avec un parti unique, les pays africains ont majoritairement opté pour une nouvelle constitution limitant le nombre de mandats à deux. Bien qu’il s’agisse du texte suprême de ces nouvelles nations démocratiques, on assiste régulièrement à sa révision et plus particulièrement à l’article verrouillant la limitation de mandats. 

 

Congo Brazza, Burundi, Rwanda, Ouganda 

 

Dénis Sassou Nguesso au Congo-Brazza, Pierre Nkurunziza au Burundi, Paul Kagame au Rwanda, Yoweri Museveni en Ouganda ont tous réussi à changer les règles du jeu pour être candidat à leur propre succession alors que la constitution ne leur permettait pas. 

 

Pour le Président du Congo Brazzaville et ses homologues du Rwanda et de l'Ouganda sont passés par voie référendaire pour obtenir le pass pour un possible troisième mandat. 

 

Du côté de Pierre Nkurunziza au Burundi, c'est l'interprétation de la nouvelle constitution et l'absence d'un effet rétroactif qui lui a finalement permis d'être candidat à sa propre succession. 

 

Depuis ces tentatives gagnantes, d'autres présidents sur le continent se verraient bien reproduire ce qui a fonctionné ailleurs. Les cas de Joseph Kabila en Republique Démocratique du Congo, d'Alassane Ouatarra en Côte d'Ivoire et d'Alpha Condé en Guinée conakry inquietent les observateurs de la vie politique africaine. 

 

Kabila et l'impossible troisième mandat 

 

Alors que le Président congolais refuse de se prononcer publiquement sur son avenir politique, ses partisans l'implorent de ne pas abandonner le pouvoir et continuer sa mission qui a été selon les membres de la majorité présidentielle entachés par plusieurs guerres civiles et ainsi empêcher Joseph Kabila d'avoir les pleins pouvoirs sur l'ensemble du territoire congolais. 

 

L'opposition politique reste ferme sur le respect de la loi et la limitation du nombre de mandats. Pour elle, Joseph Kabila est hors-mandat depuis le 19 décembre 2016. Depuis la signature des accords de la CENCO sous l'égide des prêtres, l'opposition peut compter sur le soutien des hommes d'église qui comptent bien faire respecter les engagements pris devant eux. 

 

Pour ce faire, elle compte intensifier la campagne « pas de troisième mandat présidentiel/pas de révision constitutionnelle » lancée par Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques du Congo (CALCC) fin mai. Il s’agit, pour cette structure de l’Église catholique congolaise, de mieux faire connaître le contenu de l’Accord de sortie de crise de la Saint-Sylvestre, signé en 2016 par le parti présidentiel et l’opposition, sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). 

 

Entre le 25 juillet et le 8 août 2018, le processus électoral va connaître une étape décisive avec l’ouverture du dépôt des candidatures à l’élection présidentielle. 

 

Jusque-là, Joseph Kabila ne s’est pas encore prononcé sur une éventuelle candidature. Mais de nombreux observateurs estiment que le débat posé par le parti présidentiel est une façon de mieux préparer les Congolais à l’annonce de sa candidature. 

 

Alassane Ouatarra fait durer le suspense. 

 

Le président ivoirien Alassane Ouattara, dont le deuxième mandat s'achève en 2020, a déclaré qu'il n'excluait pas un troisième mandat alors que la bataille pour sa succession a déjà commencé, dans un entretien à l'hebdomadaire Jeune Afrique. 

 

"La nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes", a déclaré M. Ouattara, interrogé sur la possibilité de se représenter. 

 

Après avoir longtemps écarté cette possibilité, le président Ouattara estime désormais que le changement de Constitution de 2016 a remis tous les compteurs à zéro et que ses élections de 2010 et 2015 ne comptent pas. 

 

Cette interprétation, qui est souvent diffusée par ses partisans est largement remise en cause par l'opposition, mais aussi par une grande partie de la communauté internationale. 

 

De leur côté, certains observateurs estiment que le président utilise la "menace" de se représenter pour faire taire les querelles internes nées de la guerre de succession qui a déjà commencé.

 

En même temps, le président tente de transformer en parti la coalition au pouvoir afin d'organiser une primaire pour la présidentielle de 2020. 

 

La transformation en un parti unifié du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) est un serpent de mer de la politique ivoirienne depuis une dizaine d'années. 

 

Voulue par le président Ouattara, elle se heurtait à des réticences au sein de son propre parti, mais surtout de ses alliés et notamment du principal d'entre eux le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), de l'ancien président Henri Konan Bédié, qui a permis son élection en 2010 et 2015. 

 

Videos

Analyses et Opinions

Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.