Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches. 

 

C’est le résultat des constitutions qui ne sont africaines que par le nom. En finissant avec les régimes avec un parti unique, les pays africains ont majoritairement opté pour une nouvelle constitution limitant le nombre de mandats à deux. Bien qu’il s’agisse du texte suprême de ces nouvelles nations démocratiques, on assiste régulièrement à sa révision et plus particulièrement à l’article verrouillant la limitation de mandats. 

 

Congo Brazza, Burundi, Rwanda, Ouganda 

 

Dénis Sassou Nguesso au Congo-Brazza, Pierre Nkurunziza au Burundi, Paul Kagame au Rwanda, Yoweri Museveni en Ouganda ont tous réussi à changer les règles du jeu pour être candidat à leur propre succession alors que la constitution ne leur permettait pas. 

 

Pour le Président du Congo Brazzaville et ses homologues du Rwanda et de l'Ouganda sont passés par voie référendaire pour obtenir le pass pour un possible troisième mandat. 

 

Du côté de Pierre Nkurunziza au Burundi, c'est l'interprétation de la nouvelle constitution et l'absence d'un effet rétroactif qui lui a finalement permis d'être candidat à sa propre succession. 

 

Depuis ces tentatives gagnantes, d'autres présidents sur le continent se verraient bien reproduire ce qui a fonctionné ailleurs. Les cas de Joseph Kabila en Republique Démocratique du Congo, d'Alassane Ouatarra en Côte d'Ivoire et d'Alpha Condé en Guinée conakry inquietent les observateurs de la vie politique africaine. 

 

Kabila et l'impossible troisième mandat 

 

Alors que le Président congolais refuse de se prononcer publiquement sur son avenir politique, ses partisans l'implorent de ne pas abandonner le pouvoir et continuer sa mission qui a été selon les membres de la majorité présidentielle entachés par plusieurs guerres civiles et ainsi empêcher Joseph Kabila d'avoir les pleins pouvoirs sur l'ensemble du territoire congolais. 

 

L'opposition politique reste ferme sur le respect de la loi et la limitation du nombre de mandats. Pour elle, Joseph Kabila est hors-mandat depuis le 19 décembre 2016. Depuis la signature des accords de la CENCO sous l'égide des prêtres, l'opposition peut compter sur le soutien des hommes d'église qui comptent bien faire respecter les engagements pris devant eux. 

 

Pour ce faire, elle compte intensifier la campagne « pas de troisième mandat présidentiel/pas de révision constitutionnelle » lancée par Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques du Congo (CALCC) fin mai. Il s’agit, pour cette structure de l’Église catholique congolaise, de mieux faire connaître le contenu de l’Accord de sortie de crise de la Saint-Sylvestre, signé en 2016 par le parti présidentiel et l’opposition, sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). 

 

Entre le 25 juillet et le 8 août 2018, le processus électoral va connaître une étape décisive avec l’ouverture du dépôt des candidatures à l’élection présidentielle. 

 

Jusque-là, Joseph Kabila ne s’est pas encore prononcé sur une éventuelle candidature. Mais de nombreux observateurs estiment que le débat posé par le parti présidentiel est une façon de mieux préparer les Congolais à l’annonce de sa candidature. 

 

Alassane Ouatarra fait durer le suspense. 

 

Le président ivoirien Alassane Ouattara, dont le deuxième mandat s'achève en 2020, a déclaré qu'il n'excluait pas un troisième mandat alors que la bataille pour sa succession a déjà commencé, dans un entretien à l'hebdomadaire Jeune Afrique. 

 

"La nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes", a déclaré M. Ouattara, interrogé sur la possibilité de se représenter. 

 

Après avoir longtemps écarté cette possibilité, le président Ouattara estime désormais que le changement de Constitution de 2016 a remis tous les compteurs à zéro et que ses élections de 2010 et 2015 ne comptent pas. 

 

Cette interprétation, qui est souvent diffusée par ses partisans est largement remise en cause par l'opposition, mais aussi par une grande partie de la communauté internationale. 

 

De leur côté, certains observateurs estiment que le président utilise la "menace" de se représenter pour faire taire les querelles internes nées de la guerre de succession qui a déjà commencé.

 

En même temps, le président tente de transformer en parti la coalition au pouvoir afin d'organiser une primaire pour la présidentielle de 2020. 

 

La transformation en un parti unifié du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) est un serpent de mer de la politique ivoirienne depuis une dizaine d'années. 

 

Voulue par le président Ouattara, elle se heurtait à des réticences au sein de son propre parti, mais surtout de ses alliés et notamment du principal d'entre eux le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), de l'ancien président Henri Konan Bédié, qui a permis son élection en 2010 et 2015. 

 

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?