Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches. 

 

C’est le résultat des constitutions qui ne sont africaines que par le nom. En finissant avec les régimes avec un parti unique, les pays africains ont majoritairement opté pour une nouvelle constitution limitant le nombre de mandats à deux. Bien qu’il s’agisse du texte suprême de ces nouvelles nations démocratiques, on assiste régulièrement à sa révision et plus particulièrement à l’article verrouillant la limitation de mandats. 

 

Congo Brazza, Burundi, Rwanda, Ouganda 

 

Dénis Sassou Nguesso au Congo-Brazza, Pierre Nkurunziza au Burundi, Paul Kagame au Rwanda, Yoweri Museveni en Ouganda ont tous réussi à changer les règles du jeu pour être candidat à leur propre succession alors que la constitution ne leur permettait pas. 

 

Pour le Président du Congo Brazzaville et ses homologues du Rwanda et de l'Ouganda sont passés par voie référendaire pour obtenir le pass pour un possible troisième mandat. 

 

Du côté de Pierre Nkurunziza au Burundi, c'est l'interprétation de la nouvelle constitution et l'absence d'un effet rétroactif qui lui a finalement permis d'être candidat à sa propre succession. 

 

Depuis ces tentatives gagnantes, d'autres présidents sur le continent se verraient bien reproduire ce qui a fonctionné ailleurs. Les cas de Joseph Kabila en Republique Démocratique du Congo, d'Alassane Ouatarra en Côte d'Ivoire et d'Alpha Condé en Guinée conakry inquietent les observateurs de la vie politique africaine. 

 

Kabila et l'impossible troisième mandat 

 

Alors que le Président congolais refuse de se prononcer publiquement sur son avenir politique, ses partisans l'implorent de ne pas abandonner le pouvoir et continuer sa mission qui a été selon les membres de la majorité présidentielle entachés par plusieurs guerres civiles et ainsi empêcher Joseph Kabila d'avoir les pleins pouvoirs sur l'ensemble du territoire congolais. 

 

L'opposition politique reste ferme sur le respect de la loi et la limitation du nombre de mandats. Pour elle, Joseph Kabila est hors-mandat depuis le 19 décembre 2016. Depuis la signature des accords de la CENCO sous l'égide des prêtres, l'opposition peut compter sur le soutien des hommes d'église qui comptent bien faire respecter les engagements pris devant eux. 

 

Pour ce faire, elle compte intensifier la campagne « pas de troisième mandat présidentiel/pas de révision constitutionnelle » lancée par Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques du Congo (CALCC) fin mai. Il s’agit, pour cette structure de l’Église catholique congolaise, de mieux faire connaître le contenu de l’Accord de sortie de crise de la Saint-Sylvestre, signé en 2016 par le parti présidentiel et l’opposition, sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). 

 

Entre le 25 juillet et le 8 août 2018, le processus électoral va connaître une étape décisive avec l’ouverture du dépôt des candidatures à l’élection présidentielle. 

 

Jusque-là, Joseph Kabila ne s’est pas encore prononcé sur une éventuelle candidature. Mais de nombreux observateurs estiment que le débat posé par le parti présidentiel est une façon de mieux préparer les Congolais à l’annonce de sa candidature. 

 

Alassane Ouatarra fait durer le suspense. 

 

Le président ivoirien Alassane Ouattara, dont le deuxième mandat s'achève en 2020, a déclaré qu'il n'excluait pas un troisième mandat alors que la bataille pour sa succession a déjà commencé, dans un entretien à l'hebdomadaire Jeune Afrique. 

 

"La nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes", a déclaré M. Ouattara, interrogé sur la possibilité de se représenter. 

 

Après avoir longtemps écarté cette possibilité, le président Ouattara estime désormais que le changement de Constitution de 2016 a remis tous les compteurs à zéro et que ses élections de 2010 et 2015 ne comptent pas. 

 

Cette interprétation, qui est souvent diffusée par ses partisans est largement remise en cause par l'opposition, mais aussi par une grande partie de la communauté internationale. 

 

De leur côté, certains observateurs estiment que le président utilise la "menace" de se représenter pour faire taire les querelles internes nées de la guerre de succession qui a déjà commencé.

 

En même temps, le président tente de transformer en parti la coalition au pouvoir afin d'organiser une primaire pour la présidentielle de 2020. 

 

La transformation en un parti unifié du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) est un serpent de mer de la politique ivoirienne depuis une dizaine d'années. 

 

Voulue par le président Ouattara, elle se heurtait à des réticences au sein de son propre parti, mais surtout de ses alliés et notamment du principal d'entre eux le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), de l'ancien président Henri Konan Bédié, qui a permis son élection en 2010 et 2015. 

 

Videos

Analyses et Opinions

Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.
Des manifestants brandissent des pancartes appelant à libérer Hajar Raissouni, journaliste marocaine condamnée à un an de prison pour "avortement illégal" et relations sexuelles hors mariage, à Rabat, le 2 octobre 2019. (STRINGER / AFP)

Maroc : le collectif des "Hors-la-loi" demande l'arrêt des poursuites liées aux mœurs

Un collectif auteur d'un manifeste "Hors-la-loi" signé par 10 000 personnes a demandé au parquet marocain de suspendre l'application de "lois liberticides" punissant de prison le sexe hors-mariage, l'adultère et l'avortement. Le manifeste des "Hors-la loi" a été publié le 23 septembre au moment du procès d'Hajar Raïssouni, une journaliste condamnée le 30 septembre à un an de prison ferme pour "avortement illégal" et "débauche" (sexe hors mariage) et dont les proches ont dit à l'AFP qu'elle ferait appel.