[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.

Balzac disait qu’une vie humaine est une somme de petits secrets misérables. Les spécialistes de l’histoire humaine nous expliquent qu’elle est une succession de guerres, conflits, de souffrances et d’infamies en tous genres. Depuis 250 ans, notre espèce réalise même l’exploit de saboter à grande échelle l’essentiel : l’air, l’eau et les terres. On détruit aussi la biodiversité pourtant indispensable à notre survie. Nous déréglons même le climat de notre planète qui est à l’image de la situation financière des pays : inquiétant ! Nous avons déclenché des guerres mondiales, fait Auschwitz, les horreurs des colonisations et décolonisations ou le génocide du Rwanda. Ce qui se passe encore aujourd’hui en Tchétchénie ou au Moyen-Orient montre qu’en fait nous avons peu évolué. Le trafic humain, le trafic de drogues, la corruption battent leur plein autant que le commerce des armes.  Il y a le terrorisme dit islamiste produit par quelques psychopathes aussi lâches que désespérés mais aussi le terrorisme chimique qui tue beaucoup plus. La pédophilie de prêtres ici et là dans le monde, couverte par leur hiérarchie, est autant odieuse.Nous savons tout cela mais nous continuons de voter ou de ne pas voter par habitude ou colère, souvent sans discernement et c’est pareil pour notre façon d’être et nos actes désastreux de consommation. Nous trions mal nos déchets alors même que nous devrions en produire de moins en moins. Selon l’ONG « Global Footprint Network »,

le 1/08/2018 a marqué « l’Earth overshoot day », le Jour du dépassement de la Terre (qui était en 1997 à fin septembre). Depuis cette date, l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la planète peut renouveler en un an. Concrètement, pour subvenir à nos besoins, l’équivalent de 1,7 planète serait nécessaire.

Que dire de la non-éducation de nos enfants abandonnés à des écrans omniprésents et abêtissants ?! Tout cela sur fond de brouillard électromagnétique grave pour notre santé à tous et grave pour nos démocraties puisque GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) règnent de plus en plus. L’intelligence artificielle bouleverse les Économies et les emplois.

Le sort que nous réservons aux animaux est symptomatique de nos tares de conscience : on en torture à mort des millions chaque année pour concevoir des maquillages, pratiquer une expérimentation animale évitable et produire des fourrures inutiles, on subventionne encore les corridas, les batteries mondiales regorgent de milliards d’animaux cruellement élevés et on prélève sans vergogne 100 millions de tonnes de poissons dans nos mers et océans.Dans ce tableau général, pas étonnant que le pauvre migrant mexicain ou syrien soit si mal accueilli ! Pourtant, l’évolution historique ou climatique peut faire de nous, demain, un futur migrant ! J’ai bien conscience des difficultés d’accueil d’une multitude de personnes venues d’ailleurs vu les problématiques d’aujourd’hui de notre pays et de notre continent. 

Accueillir tout le monde est impossible, mais opposer la misère à la misère, fermer son cœur, traduit hélas trop bien la médiocrité de l’espèce humaine d’aujourd’hui.

Nos comportements sont irresponsables, irrespectueux et les perpétuer conduit à notre perte. Soit nous développons les qualités humaines pour respecter la Nature et l’animal, pour respecter les différences, pour être autonome et apprendre la frugalité heureuse, pour choisir la coopération plutôt que la compétition et pour contribuer à bâtir un monde où des millions de gens ne soient plus contraints de fuir leur pays et les aider quand ils se trouvent dans cette impasse, 

soit notre pseudo-civilisation connaît son dernier siècle. 

Les souffrances infligées aux migrants du monde entier, qu’ils soient mexicains ou syriens, est la honte de notre espèce. Après des millions d’années d’humanisation, des millions d’années de progrès techniques significatifs, l’organisation actuelle de l’humanité génère encore de terribles souffrances liées à la faiblesse de notre conscience et à la fermeture de nos cœurs.

Oui, nos enfants nous accuseront des souffrances qu’ils subiront.

Oui, il est urgent de procéder à cet examen de conscience individuel et collectif, permis par cette arrivée de migrants.Oui, il faut respecter le courage et la souffrance de ces individus qui fuient leur sol pour le nôtre

Oui, on peut trouver des solutions dans nos villages désertés, dans les communes volontaires et chez les familles demandeuses autant qu’en aidant les pays concernés à redevenir vivables.

 

Jean Marc Governatori

Co-secrétaire national de l’Alliance écologiste indépendante

Videos

Analyses et Opinions

©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.