[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.

Balzac disait qu’une vie humaine est une somme de petits secrets misérables. Les spécialistes de l’histoire humaine nous expliquent qu’elle est une succession de guerres, conflits, de souffrances et d’infamies en tous genres. Depuis 250 ans, notre espèce réalise même l’exploit de saboter à grande échelle l’essentiel : l’air, l’eau et les terres. On détruit aussi la biodiversité pourtant indispensable à notre survie. Nous déréglons même le climat de notre planète qui est à l’image de la situation financière des pays : inquiétant ! Nous avons déclenché des guerres mondiales, fait Auschwitz, les horreurs des colonisations et décolonisations ou le génocide du Rwanda. Ce qui se passe encore aujourd’hui en Tchétchénie ou au Moyen-Orient montre qu’en fait nous avons peu évolué. Le trafic humain, le trafic de drogues, la corruption battent leur plein autant que le commerce des armes.  Il y a le terrorisme dit islamiste produit par quelques psychopathes aussi lâches que désespérés mais aussi le terrorisme chimique qui tue beaucoup plus. La pédophilie de prêtres ici et là dans le monde, couverte par leur hiérarchie, est autant odieuse.Nous savons tout cela mais nous continuons de voter ou de ne pas voter par habitude ou colère, souvent sans discernement et c’est pareil pour notre façon d’être et nos actes désastreux de consommation. Nous trions mal nos déchets alors même que nous devrions en produire de moins en moins. Selon l’ONG « Global Footprint Network »,

le 1/08/2018 a marqué « l’Earth overshoot day », le Jour du dépassement de la Terre (qui était en 1997 à fin septembre). Depuis cette date, l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la planète peut renouveler en un an. Concrètement, pour subvenir à nos besoins, l’équivalent de 1,7 planète serait nécessaire.

Que dire de la non-éducation de nos enfants abandonnés à des écrans omniprésents et abêtissants ?! Tout cela sur fond de brouillard électromagnétique grave pour notre santé à tous et grave pour nos démocraties puisque GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) règnent de plus en plus. L’intelligence artificielle bouleverse les Économies et les emplois.

Le sort que nous réservons aux animaux est symptomatique de nos tares de conscience : on en torture à mort des millions chaque année pour concevoir des maquillages, pratiquer une expérimentation animale évitable et produire des fourrures inutiles, on subventionne encore les corridas, les batteries mondiales regorgent de milliards d’animaux cruellement élevés et on prélève sans vergogne 100 millions de tonnes de poissons dans nos mers et océans.Dans ce tableau général, pas étonnant que le pauvre migrant mexicain ou syrien soit si mal accueilli ! Pourtant, l’évolution historique ou climatique peut faire de nous, demain, un futur migrant ! J’ai bien conscience des difficultés d’accueil d’une multitude de personnes venues d’ailleurs vu les problématiques d’aujourd’hui de notre pays et de notre continent. 

Accueillir tout le monde est impossible, mais opposer la misère à la misère, fermer son cœur, traduit hélas trop bien la médiocrité de l’espèce humaine d’aujourd’hui.

Nos comportements sont irresponsables, irrespectueux et les perpétuer conduit à notre perte. Soit nous développons les qualités humaines pour respecter la Nature et l’animal, pour respecter les différences, pour être autonome et apprendre la frugalité heureuse, pour choisir la coopération plutôt que la compétition et pour contribuer à bâtir un monde où des millions de gens ne soient plus contraints de fuir leur pays et les aider quand ils se trouvent dans cette impasse, 

soit notre pseudo-civilisation connaît son dernier siècle. 

Les souffrances infligées aux migrants du monde entier, qu’ils soient mexicains ou syriens, est la honte de notre espèce. Après des millions d’années d’humanisation, des millions d’années de progrès techniques significatifs, l’organisation actuelle de l’humanité génère encore de terribles souffrances liées à la faiblesse de notre conscience et à la fermeture de nos cœurs.

Oui, nos enfants nous accuseront des souffrances qu’ils subiront.

Oui, il est urgent de procéder à cet examen de conscience individuel et collectif, permis par cette arrivée de migrants.Oui, il faut respecter le courage et la souffrance de ces individus qui fuient leur sol pour le nôtre

Oui, on peut trouver des solutions dans nos villages désertés, dans les communes volontaires et chez les familles demandeuses autant qu’en aidant les pays concernés à redevenir vivables.

 

Jean Marc Governatori

Co-secrétaire national de l’Alliance écologiste indépendante

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.