Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.

« J’espère que les diplomates et les chefs d’Etats africains vont suffisamment préparer leurs cahiers de stratégie pour savoir très précisément ce qu’ils attendent de la Russie parce qu’il me semble que ce n’est pas la coopération économique avec l’aide budgétaire comme on en voit dans les autres pays qu’ils auront » à Sotchi, a notamment dit M. Keumayou, président du Club de l’Information Africaine.

Depuis 2014 et suite à « l’annexion » de la Crimée, autrefois ukrainienne, par la Russie, cette dernière est frappée par une série de sanctions occidentales sans précédent, qui ont mené son économie au bord de la récession. D’où, souligne l’éditorialiste camerounais, « la Russie n’a visiblement pas d’argent pour apporter une aide financière ou économique aux pays africains ».

A en croire M. Keumayou, la seule chose que la Russie est capable d’offrir aux pays africains, dans ces conditions, est son droit de véto qu’elle peut faire valoir pour protéger l’intégrité territoriale de certains Etats et bloquer des résolutions pouvant leur être défavorables.

Si la Russie n’a pas grand-chose à proposer au continent noir, elle attendra, cependant, des Africains qu’ils lui vendent des matières premières à un prix préférentiel et dans des conditions similaires à celles obtenues par la Chine ou les autres pays, a-t-il souligné.

Toutefois, relativise le journaliste camerounais, la Russie étant elle-même productrice de certaines matières premières qu’on trouve en Afrique n’accordera pas beaucoup d’intérêt sur ce plan.

Cela le pousse à dire que Vladimir Poutine « ne va pas beaucoup donner, mais attendra beaucoup de la part des africains et surtout l’Afrique sera très probablement une variable d’ajustement dans la diplomatie russe plus qu’autre chose ».

Partant de cette analyse, il dit espérer que « les Africains iront à ce sommet en tant que groupe africain parce que s’ils y vont en rangs dispersés, probablement c’est ce qui va se passer, c’est la Russie qui tirera avantage de la situation ».

Revenant sur les raisons de l’organisation de ce tout premier sommet entre et l’ancienne puissance soviétique et les pays africains, Louis Magloire Keumayou a souligné la nécessité pour la Russie de « réaffirmer son rayonnement sur le plan militaire et celui des matières premières mais également l’élargissement de son champ d’influence qui s’était rétréci avec l’implosion de l’Union soviétique ».

« Elle a commencé avec la RCA en matière de coopération militaire et je pense qu’elle va accroitre cette coopération sur le plan sécuritaire en allant chercher également d’autres partenaires vers le Sahel », a-t-il fait remarquer.

Selon l’analyste, le sommet de Sotchi sera donc « une occasion pour la Russie de montrer qu’elle est aussi intéressante que tous les autres membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU mais également que tous les autres pays émergents qui vont aujourd’hui trouver des parts de croissance en Afrique ».

Avec APA

Videos

Analyses et Opinions

Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.