Sommet de la Francophonie : les dessous du mini sommet sur la RCA .

Faustin-Archange Touadéra, Président de la Centrafrique

Se sentant démarquer par Moscou à Bangui, Paris essaie de rabattre ses cartes pour ne pas perdre totalement la place sur le terrain. L’enjeu est à la fois géopolitique et géostratégique et prend les allures d’une guerre Froide entre Moscou et Paris qui utilise ses anciens relais du pré-carré pour faire barrage à Moscou. Ce dernier implante une base régionale, en filigrane le contrôle des matières premières centrafricaines.

Au cours du mini-sommet qui a réuni autour des Présidents Macron, Idriss DebySassou, Touadera, et le président de la commission de l’Union Africaine le Tchadien Moussa Faki, la France a tenté selon nos sources à mettre en garde le chef de l’État Centrafricain Touadera sur l’accélération de ses relations militaires avec la Russie.

Il est à noter que deux semaines avant le sommet d'Erevan Emmanuel Macron avait dépêché son conseiller Afrique Frank Paris auprès de plusieurs chefs d’État de la zone Cemac notamment Sassou et Debby . En se souvient de la mise en garde peu diplomatique de Jean-Yves le Drian au président Touadera dans les couloirs des Nations unies à New York. La tension est vive dans la région. Les députés Centrafricains ont adopté une résolution autorisant à Moscou et Khartoum de s’impliquer dans la résolution de la crise centrafricaine mettant à demi-teinte en touche la médiation de la région menée par le chef de l’Etat Congolais Dénis Sassou Nguesso.

En effet selon nos sources, malgré les réticences d'Emmanuel Macron qui se passe pour un chantre du multilatéralisme, son ministre Jean-Yves Le Drian sous les conseils avisés des officiers de la DGSE ont utilisé Sassou et Debby pour faire fléchir Touadera à ne pas surtout laisser la Russie installée une base militaire en RCA. Ce projet est très mal perçu par Paris et ses alliés de l’OTAN.

Droit dans ses bottes, Touadera n’a pas fléchi et aurait fait observer à Macron que Sassou et Deby ont régulièrement joué un double jeu en RCA. La crise en RCA est en partie alimentée par les puissances régionales qui tirent depuis des années les ficelles au grand dam du peuple Centrafricain.

Les troupes tchadiennes et les troupes congolaises qui ont successivement quitté Bangui se sont livrées dans des trafics de tous genres. La France au courant n’a jamais dit mot fait observer un diplomate Centrafricain. Touadera ne compte pas fléchir aux injonctions de Sassou et Debby . Touadera n’est pas Bozize ni Djotodja qui dépendaient de Djamena et Brazza . Touadera s’est affranchi et tisse sa toile avec le soutien de Moscou renchéri un analyste de la région.

Depuis le rapprochement entre Bangui et Moscou, les vieux barbouzes de la France-Afrique se réveillent.

Rodrigue Fénelon 

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.