Sindika Dokolo et la question de l’influence angolaise en RDC

Sindika Dokolo, initiateur du mouvement citoyen "Les Congolais Debout"

J’ai attentivement suivi l’interview que le compatriote Sindika Dokolo a accordée aux journalistes Cheik Fita et Amba Westshi. Sa réponse à la question de M. Wetshi sur l’influence de l’Angola dans les affaires congolaises est assez intéressante. « Il y en a qui voient l’ombre de l’Angola derrière vous. Que répondez-vous à tous ceux qui pensent que l’Angola voudrait faire une sorte d’OPA, comme les Rwandais avec l’AFLD... » lui demande le journaliste. Dans sa réponse, Sindika Dokolo souligne que ce sont les troupes angolaises qui ont délogé les troupes rwandaises qui s’étaient emparées du barrage d’Inga, avant de les rapatrier au Rwanda via l’Angola; et d’ajouter : « Je n’ai pas vu pour si peu des Angolais en train de gérer aux destinées du Congo, je n’ai pas vu des Angolais chefs d’état-major, je n’ai pas vu des Angolais opérer des postes importants dans l’administration, dans l’armée, dans les services de sécurité, etc. »

En gros, le compatriote Dokolo explique aux Congolais que l’intervention de l’Angola en RDC, en 1998, était tout à fait désintéressée, contrairement à l’implication rwandaise qui était motivée par d’inavouables desseins. S’il est vrai que l’Angola ne poursuit pas les mêmes objectifs que le Rwanda au Congo, il est absolument faux de prétendre que Luanda est intervenu au côté de Kinshasa pour les seuls beaux yeux des Congolais. Deux facteurs expliquent l’intervention de l’Angola. Primo : l’organe de sécurité et de défense de la SADC stipule qu’en cas d’agression extérieure contre un pays membre, les autres État membres doivent intervenir pour le soutenir. Secundo (et c’est la raison la plus importante) : la situation intérieure qui prévaut en Angola à l’époque – le pays est toujours divisé entre les régions tenues par le gouvernement central et celles contrôlées par l’Unita de Jonas Savimbi – explique l’intervention dans la mesure où les rebelles de l'Unita, qui entretenaient des rapports pour le moins étroits avec le Rwanda qui venait d’envahir le Congo avec la bénédiction des USA, utilisaient la RDC comme base arrière.

En outre, l’intervention de l’Angola au Congo était loin d’être désintéressée, elle répondait avant tout aux impératifs des intérêts angolais. La suite des événements est venue confirmer que ce pays avait intérêt à voir son grand voisin fragilisé. C’était une revanche sur l’histoire après des années de soutien apporté par le Zaïre de Mobutu à l’Unita de Jonas Savimbi. Ainsi donc, après avoir rapatrié les envahisseurs rwandais qui avaient occupé Inga sur demande des États-Unis, Luanda s’attela à maintenir le statu quo sur le front militaire à l'Est, entérinant la division du pays en deux. Après l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila dans des circonstances non élucidées jusqu’à ce jour, le numéro un angolais Edouardo dos Santos décide de soutenir son successeur, Joseph Kabila. Petit détail non sans intérêt : certaines sources soupçonnent l’Angola d’avoir pris part au complot, ou du moins d’en avoir été informé.

Depuis janvier 2001, «Kabila fils» évolue à l’ombre de Dos Santos. C’est son protégé. En 2007, Luanda, qui occupait impunément le territoire de Kahemba, a dépêché ses troupes à Kinshasa pour mater les hommes de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba qui affrontaient la garde présidentielle. En 2006, il « salue » l’élection frauduleuse de Joseph Kabila. Idem en 2011. Ce soutien de Dos Santos à Kabila semble par ailleurs expliquer le silence de Kinshasa dans plusieurs dossiers l’opposant à Luanda : l’occupation du territoire de Kahemba, le dossier du pétrole congolais pompé impunément par l’Angola voici plusieurs décennies, pour ne citer que ces deux cas. Ce n’est pas demain que l’influence de l’Angola en RDC prendra fin. Lorsque Sindika Dokolo laisse entendre que les Angolais n’ont pas occupé les institutions et le territoire congolais au même titre que les Rwandais, dont l’objectif principal est de morceler le Congo pour rattacher certaines parties à leur pays, je lui réponds OUI, tout en lui rappelant qu’on n’a pas nécessairement besoin d’occuper ou d’infiltrer les institutions d’un pays pour le dominer; il suffit d’avoir quelques nationaux sans scrupules et/ou naïfs jouant les marionnettes ou les "nègres de service" des intérêts étrangers et le tour est joué. Sur ce, je bois mon lait nsambarisé...

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?