Sindika Dokolo et la question de l’influence angolaise en RDC

Sindika Dokolo, initiateur du mouvement citoyen "Les Congolais Debout"

J’ai attentivement suivi l’interview que le compatriote Sindika Dokolo a accordée aux journalistes Cheik Fita et Amba Westshi. Sa réponse à la question de M. Wetshi sur l’influence de l’Angola dans les affaires congolaises est assez intéressante. « Il y en a qui voient l’ombre de l’Angola derrière vous. Que répondez-vous à tous ceux qui pensent que l’Angola voudrait faire une sorte d’OPA, comme les Rwandais avec l’AFLD... » lui demande le journaliste. Dans sa réponse, Sindika Dokolo souligne que ce sont les troupes angolaises qui ont délogé les troupes rwandaises qui s’étaient emparées du barrage d’Inga, avant de les rapatrier au Rwanda via l’Angola; et d’ajouter : « Je n’ai pas vu pour si peu des Angolais en train de gérer aux destinées du Congo, je n’ai pas vu des Angolais chefs d’état-major, je n’ai pas vu des Angolais opérer des postes importants dans l’administration, dans l’armée, dans les services de sécurité, etc. »

En gros, le compatriote Dokolo explique aux Congolais que l’intervention de l’Angola en RDC, en 1998, était tout à fait désintéressée, contrairement à l’implication rwandaise qui était motivée par d’inavouables desseins. S’il est vrai que l’Angola ne poursuit pas les mêmes objectifs que le Rwanda au Congo, il est absolument faux de prétendre que Luanda est intervenu au côté de Kinshasa pour les seuls beaux yeux des Congolais. Deux facteurs expliquent l’intervention de l’Angola. Primo : l’organe de sécurité et de défense de la SADC stipule qu’en cas d’agression extérieure contre un pays membre, les autres État membres doivent intervenir pour le soutenir. Secundo (et c’est la raison la plus importante) : la situation intérieure qui prévaut en Angola à l’époque – le pays est toujours divisé entre les régions tenues par le gouvernement central et celles contrôlées par l’Unita de Jonas Savimbi – explique l’intervention dans la mesure où les rebelles de l'Unita, qui entretenaient des rapports pour le moins étroits avec le Rwanda qui venait d’envahir le Congo avec la bénédiction des USA, utilisaient la RDC comme base arrière.

En outre, l’intervention de l’Angola au Congo était loin d’être désintéressée, elle répondait avant tout aux impératifs des intérêts angolais. La suite des événements est venue confirmer que ce pays avait intérêt à voir son grand voisin fragilisé. C’était une revanche sur l’histoire après des années de soutien apporté par le Zaïre de Mobutu à l’Unita de Jonas Savimbi. Ainsi donc, après avoir rapatrié les envahisseurs rwandais qui avaient occupé Inga sur demande des États-Unis, Luanda s’attela à maintenir le statu quo sur le front militaire à l'Est, entérinant la division du pays en deux. Après l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila dans des circonstances non élucidées jusqu’à ce jour, le numéro un angolais Edouardo dos Santos décide de soutenir son successeur, Joseph Kabila. Petit détail non sans intérêt : certaines sources soupçonnent l’Angola d’avoir pris part au complot, ou du moins d’en avoir été informé.

Depuis janvier 2001, «Kabila fils» évolue à l’ombre de Dos Santos. C’est son protégé. En 2007, Luanda, qui occupait impunément le territoire de Kahemba, a dépêché ses troupes à Kinshasa pour mater les hommes de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba qui affrontaient la garde présidentielle. En 2006, il « salue » l’élection frauduleuse de Joseph Kabila. Idem en 2011. Ce soutien de Dos Santos à Kabila semble par ailleurs expliquer le silence de Kinshasa dans plusieurs dossiers l’opposant à Luanda : l’occupation du territoire de Kahemba, le dossier du pétrole congolais pompé impunément par l’Angola voici plusieurs décennies, pour ne citer que ces deux cas. Ce n’est pas demain que l’influence de l’Angola en RDC prendra fin. Lorsque Sindika Dokolo laisse entendre que les Angolais n’ont pas occupé les institutions et le territoire congolais au même titre que les Rwandais, dont l’objectif principal est de morceler le Congo pour rattacher certaines parties à leur pays, je lui réponds OUI, tout en lui rappelant qu’on n’a pas nécessairement besoin d’occuper ou d’infiltrer les institutions d’un pays pour le dominer; il suffit d’avoir quelques nationaux sans scrupules et/ou naïfs jouant les marionnettes ou les "nègres de service" des intérêts étrangers et le tour est joué. Sur ce, je bois mon lait nsambarisé...

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.