Sindika Dokolo et la question de l’influence angolaise en RDC

Sindika Dokolo, initiateur du mouvement citoyen "Les Congolais Debout"

J’ai attentivement suivi l’interview que le compatriote Sindika Dokolo a accordée aux journalistes Cheik Fita et Amba Westshi. Sa réponse à la question de M. Wetshi sur l’influence de l’Angola dans les affaires congolaises est assez intéressante. « Il y en a qui voient l’ombre de l’Angola derrière vous. Que répondez-vous à tous ceux qui pensent que l’Angola voudrait faire une sorte d’OPA, comme les Rwandais avec l’AFLD... » lui demande le journaliste. Dans sa réponse, Sindika Dokolo souligne que ce sont les troupes angolaises qui ont délogé les troupes rwandaises qui s’étaient emparées du barrage d’Inga, avant de les rapatrier au Rwanda via l’Angola; et d’ajouter : « Je n’ai pas vu pour si peu des Angolais en train de gérer aux destinées du Congo, je n’ai pas vu des Angolais chefs d’état-major, je n’ai pas vu des Angolais opérer des postes importants dans l’administration, dans l’armée, dans les services de sécurité, etc. »

En gros, le compatriote Dokolo explique aux Congolais que l’intervention de l’Angola en RDC, en 1998, était tout à fait désintéressée, contrairement à l’implication rwandaise qui était motivée par d’inavouables desseins. S’il est vrai que l’Angola ne poursuit pas les mêmes objectifs que le Rwanda au Congo, il est absolument faux de prétendre que Luanda est intervenu au côté de Kinshasa pour les seuls beaux yeux des Congolais. Deux facteurs expliquent l’intervention de l’Angola. Primo : l’organe de sécurité et de défense de la SADC stipule qu’en cas d’agression extérieure contre un pays membre, les autres État membres doivent intervenir pour le soutenir. Secundo (et c’est la raison la plus importante) : la situation intérieure qui prévaut en Angola à l’époque – le pays est toujours divisé entre les régions tenues par le gouvernement central et celles contrôlées par l’Unita de Jonas Savimbi – explique l’intervention dans la mesure où les rebelles de l'Unita, qui entretenaient des rapports pour le moins étroits avec le Rwanda qui venait d’envahir le Congo avec la bénédiction des USA, utilisaient la RDC comme base arrière.

En outre, l’intervention de l’Angola au Congo était loin d’être désintéressée, elle répondait avant tout aux impératifs des intérêts angolais. La suite des événements est venue confirmer que ce pays avait intérêt à voir son grand voisin fragilisé. C’était une revanche sur l’histoire après des années de soutien apporté par le Zaïre de Mobutu à l’Unita de Jonas Savimbi. Ainsi donc, après avoir rapatrié les envahisseurs rwandais qui avaient occupé Inga sur demande des États-Unis, Luanda s’attela à maintenir le statu quo sur le front militaire à l'Est, entérinant la division du pays en deux. Après l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila dans des circonstances non élucidées jusqu’à ce jour, le numéro un angolais Edouardo dos Santos décide de soutenir son successeur, Joseph Kabila. Petit détail non sans intérêt : certaines sources soupçonnent l’Angola d’avoir pris part au complot, ou du moins d’en avoir été informé.

Depuis janvier 2001, «Kabila fils» évolue à l’ombre de Dos Santos. C’est son protégé. En 2007, Luanda, qui occupait impunément le territoire de Kahemba, a dépêché ses troupes à Kinshasa pour mater les hommes de l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba qui affrontaient la garde présidentielle. En 2006, il « salue » l’élection frauduleuse de Joseph Kabila. Idem en 2011. Ce soutien de Dos Santos à Kabila semble par ailleurs expliquer le silence de Kinshasa dans plusieurs dossiers l’opposant à Luanda : l’occupation du territoire de Kahemba, le dossier du pétrole congolais pompé impunément par l’Angola voici plusieurs décennies, pour ne citer que ces deux cas. Ce n’est pas demain que l’influence de l’Angola en RDC prendra fin. Lorsque Sindika Dokolo laisse entendre que les Angolais n’ont pas occupé les institutions et le territoire congolais au même titre que les Rwandais, dont l’objectif principal est de morceler le Congo pour rattacher certaines parties à leur pays, je lui réponds OUI, tout en lui rappelant qu’on n’a pas nécessairement besoin d’occuper ou d’infiltrer les institutions d’un pays pour le dominer; il suffit d’avoir quelques nationaux sans scrupules et/ou naïfs jouant les marionnettes ou les "nègres de service" des intérêts étrangers et le tour est joué. Sur ce, je bois mon lait nsambarisé...

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.
Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT
Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.
Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Pourquoi Guillaume Soro n’a pas signé sa lettre de Démission ?

L’actualité Ivoirienne est dominée depuis peu par la démission ou non de Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale. Le président Ouattara lors de la cérémonie de présentation de vœux à la presse avait annoncé lui-même que Guillaume Soro devrait démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale en février. Mais contre toute attente, ce dernier a refusé de signer la lettre de démission qui lui a été apportée l
Maurice Kamto à Yaounde 30 septembre 2018

Cameroun: Paul Biya embastille Maurice Kamto dans le sang

Une barbarie indicible a lieu au Cameroun. Le régime de Paul Biya vient de blesser par tirs de balles réelles des manifestants citoyens dans les rues du pays. Le Président élu du pays, le Professeur Maurice Kamto et certains de ses proches conseillers ont été emprisonnés hier, au mépris total des libertés pourtant garanties par la constitution. Notre correspondant Saint-Just Massoda raconte.