Rwanda: un scandale international qui ne choque personne.

La tragédie des hutus rwandais ne date pas d'hier.| Image d'archives|Source DR

Voici un scandale international qui ne choque personne. Les « organisations des droits de l'Homme » sont muettes, les États occidentaux violent au grand jour toutes les conventions internationales qui protègent des personnes acquittées devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR). Même la cour européenne des droits de l'Homme tourne le dos à ces Rwandais, qui ont été emprisonnés pendant dix, treize, quatorze ou quinze ans pour rien. Le FPR, les médias occidentaux et plusieurs organisations internationales des droits de l'Homme les avaient accusés d'avoir planifié le génocide dans leur pays. Avant même d'être arrêtés, ils étaient déjà tous ou quasiment tous condamnés. Ce sont des Hutus Rwandais. Ils étaient présumés coupables alors qu'en démocratie, on a coutume de dire qu'avant d'être jugé, on bénéficie de la présomption d'innocence. Eux n'ont pas eu ce privilège. A partir de 1994, être Hutu, même si l'on n'était pas présent au Rwanda pendant les massacres, on était présumé coupable. 

C'est ainsi que l'histoire officielle a traité 85% de la population rwandaise, c'est-à-dire l'équivalent de 85% de la population, française, belge, allemande, américaine, etc. Finalement, le TPIR n'a pas réussi à prouver l'existence d'un plan de génocide. Ils n'ont pas été indemnisés d'avoir passé une décennie ou plus en prison pour une mauvaise ou pour une bonne blague. Pour les vainqueurs de la guerre civile rwandaise, le plan d'un génocide existe, ils l'ont vu, ils en ont la preuve mais cette fameuse preuve n'a jamais été présentée devant le TPIR. C'est un peu comme les preuves des « escadrons de la mort » en Côte d'Ivoire et les prétendus massacres de Gbagbo fabriqués de toutes pièces par Ocampo. Tout le monde en parle mais elles sont invisibles, introuvables, inexistantes. Vous connaissez l'adage : « Malheur aux vaincus » ! Avec la justice internationale, il ne faut jamais être du « mauvais côté » ! Les Hutus étaient du « mauvais côté ». Ils ont été vaincus par Kagame et ils avaient la communauté internationale contre eux. Ils ont payé et continuent de payer une dette qu'ils n'ont jamais contractée. Leur seul tort : ils sont Hutus et perdants de la guerre civile de 1994. Même acquittés de tous les chefs d'accusations, ils restent des parias ou des individus qui seraient susceptibles de « troubler l'ordre public ». C'est ce qui figure souvent sur les documents officiels que délivrent très fièrement des services consulaires, des ministères de l'intérieur ou des Affaires étrangères, de France, de Belgique, du Canada, des États-Unis, d'Allemagne, des Pays-Bas, de Grande-Bretagne, etc. Être Hutu Rwandais est une galère sans nom au Rwanda et à l'étranger. Il suffit que n'importe quel débile mental se pointe dans un service administratif pour dire : « celui-là a commis le génocide en 1994 », même si sa famille est française, belge, allemande, etc. Il est d'office suspecté et mis en « observation » pendant un an, trois ans, cinq ans, ça dépend. Il n'a droit à rien et ne peut rejoindre sa famille ni en Europe ni en Amérique. Diplômé, ancien ministre, ingénieur, peu importe. C'est un Hutu. Pis, si Paul Kagame écrit pour dire que celui qui a été acquitté par le TPIR ou qui n'a jamais été recherché par ce dernier a quand-même « commis un génocide » ou qu'il est « recherché par le gouvernement rwandais », la France, la Belgique, l'Allemagne, exécute la demande du criminel de guerre, parfois avec un peu de zèle. C'est le dictateur africain qui dicte sa loi aux Occidentaux, moyennant quelques kilogrammes de diamants ou de coltan. C'est bien pour entretenir des « relations amicales ». 

Conclusion, il faut cessez d'être Hutu, trouver le moyen pour dire qu'on est Tutsi et victime du génocide. Ce sera mieux. Mais attention, si on réussi à devenir Tutsi, par la grâce du Saint-esprit, il ne faut ni dénoncer ni s'opposer, parce que là, ce ne sera plus le risque de « trouble à l'ordre public », ce sera plutôt la « menace à la sécurité d’État ». Alors il vous reste à trouver le moyen de devenir HUTUSI. Ça, c'est pas garantie !

 

Charles Onana

Videos

Analyses et Opinions

Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT
Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.
Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Pourquoi Guillaume Soro n’a pas signé sa lettre de Démission ?

L’actualité Ivoirienne est dominée depuis peu par la démission ou non de Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale. Le président Ouattara lors de la cérémonie de présentation de vœux à la presse avait annoncé lui-même que Guillaume Soro devrait démissionner de la présidence de l’Assemblée nationale en février. Mais contre toute attente, ce dernier a refusé de signer la lettre de démission qui lui a été apportée l
Maurice Kamto à Yaounde 30 septembre 2018

Cameroun: Paul Biya embastille Maurice Kamto dans le sang

Une barbarie indicible a lieu au Cameroun. Le régime de Paul Biya vient de blesser par tirs de balles réelles des manifestants citoyens dans les rues du pays. Le Président élu du pays, le Professeur Maurice Kamto et certains de ses proches conseillers ont été emprisonnés hier, au mépris total des libertés pourtant garanties par la constitution. Notre correspondant Saint-Just Massoda raconte.
Le Président ivoirien Alassane Ouatarra

Côte d'Ivoire: Ouattara pris au piège! Soro Guillaume supplante en 24h le congrès du RHDP

L'actualité politique Ivoirienne à vite tourné en moins de 24 heures après que les rideaux soient tombés sur le 1er congrès du RHDP tenu ce samedi 26 janvier au stade Houphouet Bigny d'Abidjan. Guillaume Soro à, lui seul su faire taire les échos de ce grand congrès qui a drainé un beau monde.Toujours démentir la marque de communication du clan Soro
Conseil de sécurité de l'ONU

Présidentielle en RDC - Les Occidentaux payent le prix de leur hypocrisie

Le 10 janvier dernier, après une curieuse et très longue attente que certains ont jugé surréaliste, la commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RD Congo a rendu son verdict : Félix Tshisekedi est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle avec 38,57% des suffrages contre 34,8% pour son adversaire Martin Fayulu et 23,8% pour Ramazani Shadary. Des résultats qui sèment le doute et ne rassurent ni à l’intérieur ni à l’extérieur du pays.
Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.