Rwanda: un scandale international qui ne choque personne.

La tragédie des hutus rwandais ne date pas d'hier.| Image d'archives|Source DR

Voici un scandale international qui ne choque personne. Les « organisations des droits de l'Homme » sont muettes, les États occidentaux violent au grand jour toutes les conventions internationales qui protègent des personnes acquittées devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR). Même la cour européenne des droits de l'Homme tourne le dos à ces Rwandais, qui ont été emprisonnés pendant dix, treize, quatorze ou quinze ans pour rien. Le FPR, les médias occidentaux et plusieurs organisations internationales des droits de l'Homme les avaient accusés d'avoir planifié le génocide dans leur pays. Avant même d'être arrêtés, ils étaient déjà tous ou quasiment tous condamnés. Ce sont des Hutus Rwandais. Ils étaient présumés coupables alors qu'en démocratie, on a coutume de dire qu'avant d'être jugé, on bénéficie de la présomption d'innocence. Eux n'ont pas eu ce privilège. A partir de 1994, être Hutu, même si l'on n'était pas présent au Rwanda pendant les massacres, on était présumé coupable. 

C'est ainsi que l'histoire officielle a traité 85% de la population rwandaise, c'est-à-dire l'équivalent de 85% de la population, française, belge, allemande, américaine, etc. Finalement, le TPIR n'a pas réussi à prouver l'existence d'un plan de génocide. Ils n'ont pas été indemnisés d'avoir passé une décennie ou plus en prison pour une mauvaise ou pour une bonne blague. Pour les vainqueurs de la guerre civile rwandaise, le plan d'un génocide existe, ils l'ont vu, ils en ont la preuve mais cette fameuse preuve n'a jamais été présentée devant le TPIR. C'est un peu comme les preuves des « escadrons de la mort » en Côte d'Ivoire et les prétendus massacres de Gbagbo fabriqués de toutes pièces par Ocampo. Tout le monde en parle mais elles sont invisibles, introuvables, inexistantes. Vous connaissez l'adage : « Malheur aux vaincus » ! Avec la justice internationale, il ne faut jamais être du « mauvais côté » ! Les Hutus étaient du « mauvais côté ». Ils ont été vaincus par Kagame et ils avaient la communauté internationale contre eux. Ils ont payé et continuent de payer une dette qu'ils n'ont jamais contractée. Leur seul tort : ils sont Hutus et perdants de la guerre civile de 1994. Même acquittés de tous les chefs d'accusations, ils restent des parias ou des individus qui seraient susceptibles de « troubler l'ordre public ». C'est ce qui figure souvent sur les documents officiels que délivrent très fièrement des services consulaires, des ministères de l'intérieur ou des Affaires étrangères, de France, de Belgique, du Canada, des États-Unis, d'Allemagne, des Pays-Bas, de Grande-Bretagne, etc. Être Hutu Rwandais est une galère sans nom au Rwanda et à l'étranger. Il suffit que n'importe quel débile mental se pointe dans un service administratif pour dire : « celui-là a commis le génocide en 1994 », même si sa famille est française, belge, allemande, etc. Il est d'office suspecté et mis en « observation » pendant un an, trois ans, cinq ans, ça dépend. Il n'a droit à rien et ne peut rejoindre sa famille ni en Europe ni en Amérique. Diplômé, ancien ministre, ingénieur, peu importe. C'est un Hutu. Pis, si Paul Kagame écrit pour dire que celui qui a été acquitté par le TPIR ou qui n'a jamais été recherché par ce dernier a quand-même « commis un génocide » ou qu'il est « recherché par le gouvernement rwandais », la France, la Belgique, l'Allemagne, exécute la demande du criminel de guerre, parfois avec un peu de zèle. C'est le dictateur africain qui dicte sa loi aux Occidentaux, moyennant quelques kilogrammes de diamants ou de coltan. C'est bien pour entretenir des « relations amicales ». 

Conclusion, il faut cessez d'être Hutu, trouver le moyen pour dire qu'on est Tutsi et victime du génocide. Ce sera mieux. Mais attention, si on réussi à devenir Tutsi, par la grâce du Saint-esprit, il ne faut ni dénoncer ni s'opposer, parce que là, ce ne sera plus le risque de « trouble à l'ordre public », ce sera plutôt la « menace à la sécurité d’État ». Alors il vous reste à trouver le moyen de devenir HUTUSI. Ça, c'est pas garantie !

 

Charles Onana

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.