Rwanda: un scandale international qui ne choque personne.

La tragédie des hutus rwandais ne date pas d'hier.| Image d'archives|Source DR

Voici un scandale international qui ne choque personne. Les « organisations des droits de l'Homme » sont muettes, les États occidentaux violent au grand jour toutes les conventions internationales qui protègent des personnes acquittées devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR). Même la cour européenne des droits de l'Homme tourne le dos à ces Rwandais, qui ont été emprisonnés pendant dix, treize, quatorze ou quinze ans pour rien. Le FPR, les médias occidentaux et plusieurs organisations internationales des droits de l'Homme les avaient accusés d'avoir planifié le génocide dans leur pays. Avant même d'être arrêtés, ils étaient déjà tous ou quasiment tous condamnés. Ce sont des Hutus Rwandais. Ils étaient présumés coupables alors qu'en démocratie, on a coutume de dire qu'avant d'être jugé, on bénéficie de la présomption d'innocence. Eux n'ont pas eu ce privilège. A partir de 1994, être Hutu, même si l'on n'était pas présent au Rwanda pendant les massacres, on était présumé coupable. 

C'est ainsi que l'histoire officielle a traité 85% de la population rwandaise, c'est-à-dire l'équivalent de 85% de la population, française, belge, allemande, américaine, etc. Finalement, le TPIR n'a pas réussi à prouver l'existence d'un plan de génocide. Ils n'ont pas été indemnisés d'avoir passé une décennie ou plus en prison pour une mauvaise ou pour une bonne blague. Pour les vainqueurs de la guerre civile rwandaise, le plan d'un génocide existe, ils l'ont vu, ils en ont la preuve mais cette fameuse preuve n'a jamais été présentée devant le TPIR. C'est un peu comme les preuves des « escadrons de la mort » en Côte d'Ivoire et les prétendus massacres de Gbagbo fabriqués de toutes pièces par Ocampo. Tout le monde en parle mais elles sont invisibles, introuvables, inexistantes. Vous connaissez l'adage : « Malheur aux vaincus » ! Avec la justice internationale, il ne faut jamais être du « mauvais côté » ! Les Hutus étaient du « mauvais côté ». Ils ont été vaincus par Kagame et ils avaient la communauté internationale contre eux. Ils ont payé et continuent de payer une dette qu'ils n'ont jamais contractée. Leur seul tort : ils sont Hutus et perdants de la guerre civile de 1994. Même acquittés de tous les chefs d'accusations, ils restent des parias ou des individus qui seraient susceptibles de « troubler l'ordre public ». C'est ce qui figure souvent sur les documents officiels que délivrent très fièrement des services consulaires, des ministères de l'intérieur ou des Affaires étrangères, de France, de Belgique, du Canada, des États-Unis, d'Allemagne, des Pays-Bas, de Grande-Bretagne, etc. Être Hutu Rwandais est une galère sans nom au Rwanda et à l'étranger. Il suffit que n'importe quel débile mental se pointe dans un service administratif pour dire : « celui-là a commis le génocide en 1994 », même si sa famille est française, belge, allemande, etc. Il est d'office suspecté et mis en « observation » pendant un an, trois ans, cinq ans, ça dépend. Il n'a droit à rien et ne peut rejoindre sa famille ni en Europe ni en Amérique. Diplômé, ancien ministre, ingénieur, peu importe. C'est un Hutu. Pis, si Paul Kagame écrit pour dire que celui qui a été acquitté par le TPIR ou qui n'a jamais été recherché par ce dernier a quand-même « commis un génocide » ou qu'il est « recherché par le gouvernement rwandais », la France, la Belgique, l'Allemagne, exécute la demande du criminel de guerre, parfois avec un peu de zèle. C'est le dictateur africain qui dicte sa loi aux Occidentaux, moyennant quelques kilogrammes de diamants ou de coltan. C'est bien pour entretenir des « relations amicales ». 

Conclusion, il faut cessez d'être Hutu, trouver le moyen pour dire qu'on est Tutsi et victime du génocide. Ce sera mieux. Mais attention, si on réussi à devenir Tutsi, par la grâce du Saint-esprit, il ne faut ni dénoncer ni s'opposer, parce que là, ce ne sera plus le risque de « trouble à l'ordre public », ce sera plutôt la « menace à la sécurité d’État ». Alors il vous reste à trouver le moyen de devenir HUTUSI. Ça, c'est pas garantie !

 

Charles Onana

Videos

Analyses et Opinions

Gouvernement Tshibala - RD Congo

Bienvenue en République médiocratique du Congo

Depuis la dernière sortie médiatique du cardinal Laurent Mosengwo ─ « Il est temps que les médiocres dégagent et que règnent la paix et la justice en RDC» a-t-il martelé ─, un mot revient sur toutes les lèvres et les statuts Facebook : médiocre.
De droit à gauche : Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsiou

Congo Brazza: Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsilou dans le collimateur de l’audit présidentiel

C’est l’histoire d’un pays qui n’a jamais pris le temps de s’auto-examiner. Un pays qui a depuis plusieurs années profité de la richesse de son sous-sol et de son pétrole pour nourrir à coup de milliards de CFA, Président, famille présidentielle, ministres et dirigeants de sociétés d’Etat. Mais, cette histoire a fini par jouer un mauvais tour à ces enfants gâtés de la république. 
Vue de l'avenue des Champs Elysée, Paris | France

Réponse à ceux qui n’aiment pas la France

Devais-je en 2015, manifester place de la Republique et être « Charlie » pour être reconnu comme un « vrai » français? Aurais-je dû battre le pavé sur les Champs Elysée, ce 9 décembre, pour dire au revoir à Johnny Hallyday, l’idole des jeunes, devenus depuis des cinquantenaires, afin de prouver mon attachement à la France?
Paul Kagame et Benjamin Netanyahu

Paul Kagame, les migrants subsahariens de Libye et l’Afrique

Les images de migrants subsahariens vendus comme esclaves en Libye ont suscité l’indignation sur le continent africain. Quelques jours après la diffusion de ces images d'horreur, le Rwanda a annoncé vouloir accueillir près de 30 000 migrants sur son territoire. Si certains observateurs ont salué l’initiative, d’autres se sont montrés plus prudents et se sont interrogés sur le sens de cette annonce.
L'ex-ministre Alain Akouala Atipault

Franc CFA, politique africaine, émergence économique : grand entretien avec le ministre congolais Alain Akouala

Entrepreneur spécialisé dans le textile, Alain Akouala Atipault a été ministre au gouvernement de la République du Congo pendant quinze ans avant de revenir à la vie civile. Il a occupé les portefeuilles de ministre de la Communication, chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, puis ministre des Zones Economiques Spéciales.
L’ancien Président du Zimbabwe, Robert Mugabe.

Opinion : Pourquoi à mes yeux Mubage reste un héros

Il faut se féliciter d'avoir vu ces hommes agir. Il faut que l'humanité garde en mémoire le combat de cette génération qui a combattu la colonisation, un crime contre l'humanité. Après plus de 90 ans de barbaries perpétrées par l'empire Britannique, ces jeunes (Mugabe et les siens) ont réussi à mettre fin à l'ignominie des envahisseurs. 
L'Ambassadeur Gilles Huberson remet ses lettres de créance au Président ivoirien, Alassane Ouattara

Côte d’Ivoire : Gilles Huberson place la coopération économique au cœur de son action diplomatique

Le nouvel ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, présenté comme un expert dans les questions sécuritaires s’est entre autres attelé depuis sa prise de fonction il y a juste deux mois aux grandes questions économiques. En ligne de mire l’agriculture, et le contrat de déversement et de développement.Dans l’action de la coopération bilatérale que compte mener le nouvel ambassadeur en Côte d’Ivoire, outre les missions traditionnelles de la diplomatie, figure, le Contrat de désendettement et de développement