Rwanda : Quand l’histoire semble contester les « victoires » électorales de Paul Kagame

Sans surprise, Paul Kagame a été « réélu » président du Rwanda avec près de 99 % des voix. En Occident et dans certains milieux panafricains, c’est silence radio. On croirait que Kagame, n’est pas un « bourreur » des urnes au même titre que les Sassou Nguesso de ce monde que certains panafricains n’ont pas hésité à vouer aux gémonies. On l'a déjà compris: pour une groupe d'Africains prétendant lutter contre l'impérialisme français en Afrique, Kagame, la marionnette des impérialistes anglo-saxons, est préférable aux autres chefs d'État africains pro-français. Fermons la parenthèse et revenons à nos moutons. Peut-on accorder un quelconque crédit à l’«élection» de Paul Kagame?

 

Petit retour en arrière pour tenter de répondre à cette question.

 

Le 1er octobre 1990, le Rwanda est envahi par des rebelles tutsis venus d’Ouganda et dirigés par Fred Rwigema. Paul Kagame, qui se trouve alors en formation militaire aux États-Unis, organise l’assassinat de son ami et de certains de ses proches collaborateurs et prend la tête du mouvement (le FPR- Front patriotique rwandais) quelque temps après. La guerre fait rage. Pour désamorcer la crise, des pourparlers sont initiés sous les auspices de l’OUA et des Nations Unies, à Arusha, en Tanzanie. Après des mois d’affrontements et de négociations, les partis parviennent à s’entendre sur la formation d’un gouvernement d’union nationale et l’organisation des élections générales pour mettre définitivement fin au conflit. C’est la naissance des fameux accords d’Arusha, signés le 4 août 1993. Même si ces accords font la part belle au FPR, Kagame, lui, n’est pas disposé à les appliquer. Pourquoi? Parce que les élections générales à venir, selon le principe « un homme = une voix », donnent de facto le pouvoir à l’écrasante majorité hutue qui représente à l’époque 85% de la population — une réalité démographique qui n'a pas vraiment changé. Kagame ne peut risquer un tel pari.

 

 

 

Dans son mouvement, certains n’hésiteront pas à dire : « Habyarimana (le président hutu du pays) avait les urnes, nous, nous avions les armes. » Pour faire dérailler le processus de paix et reprendre les hostilités, le FPR se livre à des actes de sabotage sans précédent : attentats à la bombe, empoisonnement de l’eau potable consommée par les déplacés de guerre, massacres massifs des populations dans les zones sous son contrôle, sabotage des infrastructures publiques, assassinats des leaders politiques indésirables, etc. Le 6 avril 1994, Kagame donne l’ordre d’abattre l’avion qui transporte le président Habyarimana et ses collaborateurs. Alors que la confusion règne dans le pays, ses hommes stationnés au nord décident de faire mouvement vers le sud.

 

 

 

Le 7 avril, c’est le début des massacres de masse dans tout le pays. C’est l’histoire des cents jours du génocide des hutus et du massacre massif des tutsis. Paul Kagame, avec le soutien des USA, de la Grande-Bretagne, du Canada et d’Israël, s’empare du pouvoir trois mois plus tard, le 4 juillet. Depuis, le monsieur a décidé, étonnamment, d’organiser les élections dans son pays. En 2003, il est « élu » avec 95% des voix, en 2010 avec 93%, et aujourd’hui avec 99%. Comment cet homme qui rejetait avec force la voie des urnes est-il devenu un « fervent » défenseur des élections après sa prise de pouvoir dans le sang? Les Rwandais dont il se méfiait à l’époque des accords d’Arusha ont-ils changé d’avis, au point de lui accorder 99% des voix? À chacun de répondre...

 

 

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.
Des manifestants brandissent des pancartes appelant à libérer Hajar Raissouni, journaliste marocaine condamnée à un an de prison pour "avortement illégal" et relations sexuelles hors mariage, à Rabat, le 2 octobre 2019. (STRINGER / AFP)

Maroc : le collectif des "Hors-la-loi" demande l'arrêt des poursuites liées aux mœurs

Un collectif auteur d'un manifeste "Hors-la-loi" signé par 10 000 personnes a demandé au parquet marocain de suspendre l'application de "lois liberticides" punissant de prison le sexe hors-mariage, l'adultère et l'avortement. Le manifeste des "Hors-la loi" a été publié le 23 septembre au moment du procès d'Hajar Raïssouni, une journaliste condamnée le 30 septembre à un an de prison ferme pour "avortement illégal" et "débauche" (sexe hors mariage) et dont les proches ont dit à l'AFP qu'elle ferait appel.