Remède contre le coronavirus : "il faut soutenir la démarche malgache par principe" affirme Patrick Mbeko

President malgache Andry Rajoelina

Madagascar dit avoir trouvé un remède contre le coronavirus, le « Covid-Organics », traitement à base de plantes médicinales, mais l’OMS indique pour sa part qu'il n'existe pour l'heure « aucune preuve » que le remède peut « prévenir ou guérir » du coronavirus. Tout le monde en parle, mais le doute subsiste sur l’efficacité du produit. Pour de nombreux Africains en tout cas, le « Covid-Organics » est le « remède miracle » tant attendu, n’en déplaise à l’OMS et aux Occidentaux qui émettent des réserves sur l’efficacité de ce produit préparé à partir d’herbes médicinales, dont Artemisia annua, autrement dit l’artemisia.

De mon point de vue, la démarche malgache doit être soutenue, non pas aveuglement mais par principe. Des études plus poussées doivent être menées pour s’assurer de l’efficacité de ce produit. Quand bien même les vertus curatives de la pharmacopée traditionnelle sont bien connues, il n'en demeure pas moins qu'on est dans le domaine de la science et non du charlatanisme, et c’est de la vie des millions de gens dont il est question ici. Certaines questions ne doivent pas être abordées ni traitées avec émotion et légèreté.

Donc disais-je, il faut soutenir la démarche malgache par principe. Les choses ne sont pas encore très claires. Personnellement, j’accorde le bénéfice du doute aux scientifiques malgaches, mais à la lumière de ce que j’observe, notamment en ce qui a trait aux résultats des tests cliniques relatifs au « Covid-Organics », je me garde de verser dans un triomphalisme hâtif. Les pays africains doivent se mobiliser autour d’une solution africaine. Tous les scientifiques du continent doivent mutualiser leurs efforts pour que du choc des intelligences africaines jaillisse une solution africaine à cette pandémie qui traumatise le monde entier. Madagascar a fait un pas. Il faut poursuivre sur la même lancée en se gardant, du moins pour le moment, de crier sur les toits du monde entier qu’on a le remède miracle. Les choses doivent se faire dans les règles de l’art et avec la plus grande rigueur. Il ne faudrait pas donner aux autres l’impression que les scientifiques africains ne sont pas sérieux. Ça nous prend des « grands sorciers » de la science, des Cheith Anta Diop de la science pharmacologique pour relever le défi. Nous les avons.

Pour le reste, je crois que les Africains ne doivent rejeter ni accepter à l’aveuglette tout ce que dit l’OMS ou les prétendus « grands scientifiques » occidentaux. Il faut juger sur pièce. On prend ce que l’on estime être bon et on rejette ce que l’on estime être problématique. Il faut éviter les postures du genre : l’OMS, ce sont des vilains sorciers. C'est très caricatural. Oui, cette organisation est top politisée pour que l'on ingurgite à l’aveuglette tout ce qu’elle débite. Mais reste que dans certains cas, elle s’est révélée nécessaire.

Idem pour les scientifiques occidentaux qui disent tout et rien. Toujours juger sur pièce, et surtout ne pas se laisser impressionner par des titres pompeux. La science n’a certes pas de parti pris; elle exige la rigueur de la pensée, du calcul et de l’expérimentation. Mais il n’empêche que les scientifiques, eux, restent le produit d’un écosystème et des idéologies qui façonnent la société dans laquelle ils évoluent. Partant de cette réalité, on ne saurait prendre pour argent comptant tout ce que disent les « scientifiques » au nom de la science. Ce serait suicidaire. Hier, il y en a qui ont contribué à l’extermination des « races » jugées « inférieures » au nom de la science. Donc vigilance tous azimuts...

Bref. Dans tout ça, il appartient aux Africains d’être sérieux, rigoureux et de se doter des structures importantes dans le domaine de la recherche scientifique. Faire du bruit, c’est bien. Mais bosser SÉRIEUSEMENT, c’est toujours mieux.

Si le continent s’était doté des centres de recherche dignes de ce nom, ses enfants n’auraient même pas eu à s’interroger sur ce que les autres pensent d’eux. Aujourd’hui, les Chinois, les Russes et d’autres peuples du monde, qui ont privilégié la recherche scientifique aux invectives émotives anti-occidentales, se passent volontiers de ce que pensent l’Occident et ses experts à leur sujet. La pandémie du COVID-19 a montré à la face du monde que certains pays industrialisés, prétendues grandes puissances devant l'Éternel et Allah, ont beaucoup à apprendre des moins puissants qu’eux. Le respect, on l’impose par sa façon d’être et de faire. Parfois on trouve des réponses à l’arrogance des autres dans notre propre comportement. La puissance et le respect s’acquièrent par le sérieux et la rigueur que l’on met dans son travail et ses entreprises.

Aux scientifiques africains de prouver à la face du monde que l’Afrique n’est pas seulement le berceau de l’humanité et de la science, mais que c’est aussi de là que l’assassinat du COVID-19 sera constaté... Pour le plus grand bien d’une humanité traumatisée...

Patrick Mbeko

 

Videos

Analyses et Opinions

Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.