RDC -Tribune de Patrick Mbeko : Nous sommes aussi coupables

Manifestation à Kinshasa / juillet 2016/ Image d'illustration

J’ai toujours été extrêmement critique à l’égard de l’Occident et de certains pays africains, notamment le Rwanda et l’Ouganda, à cause de leur implication directe dans la tragédie que connaît la République à démocratiser du Congo depuis près de 20 ans maintenant. Mais au fil des ans, j’ai fini par réaliser que nous sommes, nous Congolais, aussi coupables que ceux qui nous font la guerre, nous tuent et nous pillent.

En effet, les Congolais ont pris part à tous les complots auxquels leur pays a été confronté : de la première agression armée extérieure (de 1996) au pillage systématique des ressources naturelles en passant par la légitimation de l’imposture au sommet de l’État, on retrouve des Congolais. Si le compte est bon, on parle de plus de 6 000 000 de vies fauchées et des centaines de milliers de femmes violées (selon l’ONU). À qui la faute ? « Aux étrangers », diront en chœur la plupart de nos compatriotes. Oui. Mais nous sommes les premiers coupables. Le sorcier du quartier ne peut manger un enfant de la famille sans l’aide d’un membre de la fratrie, dit-on en Afrique. Certains de nos frères ont vendu leur âme aux forces étrangères qui agressent notre pays; ils sont prêts à toutes les compromissions, pourvu qu’on leur jette quelques billets verts et qu’on leur promette des postes. L’actuel ministre de la Défense du Rwanda, James Kabarebe, l’un des artisans de la déstabilisation du Congo et des massacres des Congolais et des Hutus rwandais, l’a dit un jour : « Donnez-leur des postes et des dollars, ils trahiront leur sang ». C’est dire.

Après 20 ans d’agression, de tueries, de viols et de pillages des ressources naturelles, on peut dire que le Congo et les Congolais ont résisté et ont évité à leur pays l’éclatement. Ils ont déjoué les pronostics de ceux qui, à Washington, Londres, Bruxelles et Kigali, avaient parié sur la balkanisation de la RDC. Mais cette résistance n’a pas empêché le pays et son peuple de sombrer dans un incroyable et indescriptible océan d’anti-valeurs et de médiocrité.

Ce qui choque le plus, ce n’est pas tant cette médiocrité ambiante qui gangrène la société congolaise et une partie de sa diaspora, mais bien le fait que cela ne choque plus, que les gens s’y soient adaptés au point d’en faire une norme ! Résultat : nous avons des candidats à la magistrature suprême qui sont des faussaires, et des brigands, des délinquants qui postulent sans sourciller à la députation nationale, dans l’indifférence quasi-totale du peuple. L’imbécilisation des esprits conduit certains à trouver des excuses à cela au nom de la faillite d’une partie de l’intelligentsia congolaise. «Les intellectuels ont détruit le pays», disent-ils pour justifier la bêtise. Est-ce parce que certains « intellectuels » ont trahi leur mission qu’il faille laisser les délinquants, les brigands, les vauriens et autres margoulins envahir l’espace public et les institutions de la République et détruire le peu de dignité qui nous reste comme peuple ? Doit-on agoniser sous le poids de cette médiocratie sans réagir ? La réponse est NON. Nous n’allons plus laisser les imposteurs, les délinquants et les voyous sacrifier les nôtres sur l’autel de leurs ambitions personnelles.

Il n’y aura plus de complaisance à ce sujet. Parce que le Congolais, faut-il le dire, est d’une complaisance démoniaque. On ferme les yeux quand l’auteur du forfait est de la même ethnie, quand c’est un ami, un frère, un cousin ou la tante de la fille qui a épousé l’oncle du grand frère de l’autre. On soutient des imposteurs et des bandits parce que ce sont des proches; on fait montre de laxisme face à leurs mensonges, à leur imposture, aux meurtres et aux détournements de deniers publics dont ils se rendent coupables. On leur trouve des excuses pour des actes que l’on critique et réprime sévèrement ailleurs. Ton ami ou ton frère complote avec l’étranger, mais c’est ce dernier que tu accuses de tous les maux; il profite de sa position d’autorité pour tuer, tu accuses Paul Kagame; il dilapide les deniers publics, tu accuses Joseph Kabila; il se laisse corrompre par des hommes d’affaires étrangers, tu accuses le pouvoir de détruire le pays; il présente un faux diplôme ou un faux passeport en prétendant vouloir briguer la magistrature suprême au pays, tu accuses l’Esprit saint.

En outre, on prend des arrangements avec le mal au nom des accointances tribales, amicales, politiques et j’en passe. Pourquoi faire la leçon aux Kabilistes quand on ferme les yeux ou on fait semblant ne pas voir les actes de banditisme posés par certains opposants ? Ou l’on critique et on rejette le mal d’où qu’il vienne ou on se tait. Le laxisme et la complaisance, deux maux qui font d’énormes dégâts chez les Congolais. La faute revient toujours au camp d’en face. On peut reprocher bien de choses aux Occidentaux, mais une chose est certaine : ils respectent leurs institutions et ne lésinent pas sur les moyens pour mettre hors d’état de nuire tout délinquant qui nuirait au bon fonctionnement de celles-ci. Sont-ils parfaits ? NON. Mais on ne peut qu’apprécier le sérieux avec lequel ils traitent leurs affaires. C’est ce qui nous manque au Congo et dans une bonne partie de l’Afrique. Nous sommes aussi coupables.

Je ne suis pas pour l’abolition de la peine de mort. Aux grands maux, les grands moyens. Pour sortir ce Congo à démocratiser et à démédiocriser de sa calamiteuse situation, il nous faudrait impérativement une dictature éclairée; un mélange de Vladimir Poutine et de Rodrigo Duterte (président philippin). Puisqu'il y a des nègres qui semblent encore adorer la chicote, pourquoi les priver de leur droit ? 6000 000 de morts. Ça suffit! On ne va quand même pas sacrifier d’autres millions de vies congolaises à cause de quelques délinquants sans scrupules.

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.
Travail des enfants dans les mines en République Démocratique du Congo

Les enfants du Congo sont toujours au fond des mines

Le président de l'Union africaine, les dirigeants de la RDC, les organisations des droits de l'Homme ou de l'enfant défendent les enfants du Congo. Ils les défendent tellement que cela se voit et s'entend. Il semble que d'autres préfèrent prier, prier, et encore prier mais ça ne change rien.
Paul Kagame reçu en 2017 par Benjamin Netanyahu

Israël-Rwanda : les masques tombent

En 1994, lorsque les populations rwandaises, fuyant l'avancée du FPR de Paul Kagame qui s'apprête à prendre le pouvoir à Kigali, se déversent massivement au Congo-Zaïre, toutes les organisations humanitaires ne parlent que de la crise humanitaire sans précédent et du génocide. Personne ne demande ce qui est à l'origine de cette crise ni pourquoi le Congo-Zaïre en devient la cible. Très vite, les autorités israéliennes décident de lancer une opération humanitaire à Goma sous le nom de code « Internes of hope » (Médecins de l'espoir).
Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la RDC reçu par Didier Reynders ministre des affaires étrangères en Belgique

Dossier élection présidentielle en RDC : Adolphe Muzito en Belgique, la faute politique

Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la République Démocratique du Congo, candidat invalidé pour la présidentielle du 23 décembre, a choisi la Belgique pour une tournée politique qui a le parfum d’une absence de conscience historique.
L'opposant congolais Jean-Pierre Bemba du Mouvement de libération du Congo (MLC) lors d'une conférence de presse à Kinshasa, le 3 août 2018.

Dossier Présidentielle en RDC: Jean-Pierre Bemba, le résultat d’une absence de stratégie

À quatre mois de l’élection présidentielle, l’opposition congolaise vient d’encaisser un nouveau coup dur. Après la non-candidature de Moise Katumbi, c’est au tour du Président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, de voir son dossier invalidé par la commission électorale nationale indépendante (CENI) et confirmé par la cour constitutionnelle. Au regard des différentes réactions politiques qui ont suivi la décision de la cour constitutionnelle, on peut s’interroger sur la stratégie mise en place par le MLC.
Manifestation à Kinshasa / juillet 2016/ Image d'illustration

RDC -Tribune de Patrick Mbeko : Nous sommes aussi coupables

J’ai toujours été extrêmement critique à l’égard de l’Occident et de certains pays africains, notamment le Rwanda et l’Ouganda, à cause de leur implication directe dans la tragédie que connaît la République à démocratiser du Congo depuis près de 20 ans maintenant. Mais au fil des ans, j’ai fini par réaliser que nous sommes, nous Congolais, aussi coupables que ceux qui nous font la guerre, nous tuent et nous pillent.
Jean-Pierre Bemba, Président du MLC et candidat à l'élection présidentielle en RDC

Dossier élection présidentielle en RDC : L’invalidation de JP Bemba arrange bien de gens au sein de l’opposition congolaise

L’invalidation de la candidature de Jean-Pierre Bemba par la CENI a suscité de nombreuses réactions. Grincement de dents au Mouvement de la Libération du Congo, sourire en coin du côté de la majorité présidentielle (PPRD et FCC), posture attentiste et gênée à l’UNC de Vital Kamerhe, immense joie chez les Tshisekedistes de l'UDPS.