RDC: À quand la démocratie?

LE PAYS EST RÉGI PAR LE NÉOCOLONIALISME DEPUIS L’ÉLIMINATION POLITIQUE ET PHYSIQUE DE PATRICE LUMUMBA. LES HOMMES POLITIQUES, JOSEPH KASA-VUBU, MOÏSE TSHOMBE, ALBERT KALONJI, MOBUTU, LAURENT-DÉSIRÉ KABILA ET JOSEPH KABILA, SONT PARTISANS DU SYSTÈME NÉOCOLONIALISTES. ILS ONT ÉTÉ PLACÉS AU POUVOIR PAR LA VOLONTÉ DES PUISSANCES ET DE LEURS MULTINATIONALES. DE CE FAIT, LES CANDIDATS À LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE NE SERAIENT-ILS PAS – TOUS ET TANT QU’ILS SONT – CANDIDATS POTENTIELS AU POUVOIR DICTATORIAL OCTROYÉ PAR CES PUISSANCES QU’ÉTIENNE TSHISEKEDI QUALIFIAIT, DE SON VIVANT, DE « DÉCIDEURS » ? CONGO, UNE NÉOCOLONIE Le 14 septembre 1960, date du premier coup d’État, le Congo bascule dans le néocolonialisme. La révocation de Patrice Lumumba par Joseph Kasa-Vubu, acte précédant ce coup d’État, est décidée sous pression de la Belgique, des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne. Les signes de la dictature ne tardent pas à se manifester : le Premier ministre Patrice Lumumba est assigné à résidence, arrêté et livré au Katanga pour être, plus tard, exécuté sans procès ni levée de son immunité parlementaire. Ses partisans connaîtront le même sort. Joseph Kasa-Vubu ne fait aucun droit à la demande des députés nationalistes de dissoudre le Parlement et de convoquer les élections anticipées pour solliciter une nouvelle légitimité. Puisque que, par la révocation de Patrice Lumumba et la disparition de ce dernier, Joseph Kasa-Vubu ne jouit d’aucune légitimité politique – si ce n’est par la force – et ne peut dès lors se prévaloir d’un pouvoir issu de la victoire électorale de Patrice Lumumba et des nationalistes congolais opposés au néocolonialisme.

 

Le 24 novembre 1965, Mobutu opère son deuxième coup d’État avec l’appui principal des États-Unis, renverse Joseph Kasa-Vubu, le condamne à la déportation, à une mort à petit feu et force Moïse Tshombe de prendre le chemin de l’exil. Il sera auréolé du titre d’ « homme providentiel » par le cardinal Joseph-Albert Malula. Il régnera sans partage du pouvoir, par des élections sans concurrents politiques, par des scores électoraux staliniens, des décrets, des ordonnances et par une Constitution sur mesure. 

 

Dans les jours suivant ce coup d’État, Mobutu proclame la prise de pouvoir par le haut-commandement de l’Armée Nationale Congolaise (ANC) pour mettre fin au chaos politique et parle, par moments, de passation de pouvoir (dictatorial issu du Coup d’État du 14 septembre 1960). Les archives conservent des traces à ce propos.

 

En avril 1997, une deuxième passation de pouvoir a lieu sous le patronage de Bill Clinton, président des États-Unis qui le somme, par ultimatum, de quitter le pouvoir au profit de Laurent-Désiré Kabila gratifié du titre de « Libérateur », malgré leur méfiance à son égard.

 

En janvier 2001, Laurent-Désiré Kabila, après 4 ans de pouvoir et un règne par des décrets comme son prédécesseur à ses débuts, est assassiné pour être remplacé par Joseph Kabila soutenu par les États-Unis et leurs alliés, notamment la Belgique. Louis Michel alors ministre belge des affaires étrangères le proclame l’« espoir du Congo ». À son tour, le nouveau dirigeant se maintiendra au pouvoir par des élections truquées aux résultats contestés par les opposants, les membres de la société civile et par les évêques de l’église catholique. Aujourd’hui, le plus jeune dirigeant de l’histoire du Congo à accéder à la magistrature suprême, garde le pouvoir hors mandat et par une interprétation de la Constitution au nom du plus fort.

 

Il s’avère, à la lumière de cette brève lecture de l’histoire politique de notre pays, que les dirigeants accèdent au pouvoir ou le quitent, d’une manière ou d’une autre, par la volonté de grandes puissances fidèles aux principes du néocolonialisme et non par la volonté du peuple privé ainsi de son pouvoir souverain. Dans ce cas, qui de Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, Moïse Katumbi, Sindika Dokolo, Freddy Matungulu, Honoré Ngbanda, Martin Fayulu, Noël Tshiani, Ne Muanda Nsemi ou autre dirigeant qui pourra accéder au fauteuil présidentiel de la république démocratique du Congo sans faire des courbettes au néocolonialisme et aux multinationales minières ou à ce système opposé aux intérêts du peuple congolais ?

 

Par Joseph Anganda

Videos

Analyses et Opinions

©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.