RDC: À quand la démocratie?

LE PAYS EST RÉGI PAR LE NÉOCOLONIALISME DEPUIS L’ÉLIMINATION POLITIQUE ET PHYSIQUE DE PATRICE LUMUMBA. LES HOMMES POLITIQUES, JOSEPH KASA-VUBU, MOÏSE TSHOMBE, ALBERT KALONJI, MOBUTU, LAURENT-DÉSIRÉ KABILA ET JOSEPH KABILA, SONT PARTISANS DU SYSTÈME NÉOCOLONIALISTES. ILS ONT ÉTÉ PLACÉS AU POUVOIR PAR LA VOLONTÉ DES PUISSANCES ET DE LEURS MULTINATIONALES. DE CE FAIT, LES CANDIDATS À LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE NE SERAIENT-ILS PAS – TOUS ET TANT QU’ILS SONT – CANDIDATS POTENTIELS AU POUVOIR DICTATORIAL OCTROYÉ PAR CES PUISSANCES QU’ÉTIENNE TSHISEKEDI QUALIFIAIT, DE SON VIVANT, DE « DÉCIDEURS » ? CONGO, UNE NÉOCOLONIE Le 14 septembre 1960, date du premier coup d’État, le Congo bascule dans le néocolonialisme. La révocation de Patrice Lumumba par Joseph Kasa-Vubu, acte précédant ce coup d’État, est décidée sous pression de la Belgique, des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne. Les signes de la dictature ne tardent pas à se manifester : le Premier ministre Patrice Lumumba est assigné à résidence, arrêté et livré au Katanga pour être, plus tard, exécuté sans procès ni levée de son immunité parlementaire. Ses partisans connaîtront le même sort. Joseph Kasa-Vubu ne fait aucun droit à la demande des députés nationalistes de dissoudre le Parlement et de convoquer les élections anticipées pour solliciter une nouvelle légitimité. Puisque que, par la révocation de Patrice Lumumba et la disparition de ce dernier, Joseph Kasa-Vubu ne jouit d’aucune légitimité politique – si ce n’est par la force – et ne peut dès lors se prévaloir d’un pouvoir issu de la victoire électorale de Patrice Lumumba et des nationalistes congolais opposés au néocolonialisme.

 

Le 24 novembre 1965, Mobutu opère son deuxième coup d’État avec l’appui principal des États-Unis, renverse Joseph Kasa-Vubu, le condamne à la déportation, à une mort à petit feu et force Moïse Tshombe de prendre le chemin de l’exil. Il sera auréolé du titre d’ « homme providentiel » par le cardinal Joseph-Albert Malula. Il régnera sans partage du pouvoir, par des élections sans concurrents politiques, par des scores électoraux staliniens, des décrets, des ordonnances et par une Constitution sur mesure. 

 

Dans les jours suivant ce coup d’État, Mobutu proclame la prise de pouvoir par le haut-commandement de l’Armée Nationale Congolaise (ANC) pour mettre fin au chaos politique et parle, par moments, de passation de pouvoir (dictatorial issu du Coup d’État du 14 septembre 1960). Les archives conservent des traces à ce propos.

 

En avril 1997, une deuxième passation de pouvoir a lieu sous le patronage de Bill Clinton, président des États-Unis qui le somme, par ultimatum, de quitter le pouvoir au profit de Laurent-Désiré Kabila gratifié du titre de « Libérateur », malgré leur méfiance à son égard.

 

En janvier 2001, Laurent-Désiré Kabila, après 4 ans de pouvoir et un règne par des décrets comme son prédécesseur à ses débuts, est assassiné pour être remplacé par Joseph Kabila soutenu par les États-Unis et leurs alliés, notamment la Belgique. Louis Michel alors ministre belge des affaires étrangères le proclame l’« espoir du Congo ». À son tour, le nouveau dirigeant se maintiendra au pouvoir par des élections truquées aux résultats contestés par les opposants, les membres de la société civile et par les évêques de l’église catholique. Aujourd’hui, le plus jeune dirigeant de l’histoire du Congo à accéder à la magistrature suprême, garde le pouvoir hors mandat et par une interprétation de la Constitution au nom du plus fort.

 

Il s’avère, à la lumière de cette brève lecture de l’histoire politique de notre pays, que les dirigeants accèdent au pouvoir ou le quitent, d’une manière ou d’une autre, par la volonté de grandes puissances fidèles aux principes du néocolonialisme et non par la volonté du peuple privé ainsi de son pouvoir souverain. Dans ce cas, qui de Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, Moïse Katumbi, Sindika Dokolo, Freddy Matungulu, Honoré Ngbanda, Martin Fayulu, Noël Tshiani, Ne Muanda Nsemi ou autre dirigeant qui pourra accéder au fauteuil présidentiel de la république démocratique du Congo sans faire des courbettes au néocolonialisme et aux multinationales minières ou à ce système opposé aux intérêts du peuple congolais ?

 

Par Joseph Anganda

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.