RDC: Pourquoi les ambassades congolaises vendent-elles les passeports bien au-delà du prix officiel?

Encore un scandale financier qui éclabousse les dirigeants Congolais. L'enquête menée par l'agence de presse américaine Reuters révèle un montage permettant au clan Kabila de se servir dans la grosse enveloppe des recettes des ventes de passeports. S'il est à se questionner sur les bénéficiers d'une partie du prix de ce document de circulation – vendu 185 $ (environs 174 €) dont 65 $ pour l'Etat congolais – une autre interrogation s'impose également à nous. Pourquoi les ambassades congolaises vendent-elles les passeports bien au-delà du prix officiel? 

Le passeport congolais est un sésame qui vaut de l'or. Les candidats à l'acquisition de ce document de circulation sont également nombreux. Dans un pays qui compte selon les estimations un peu plus de 70 millions d'habitants, le marché du passeport biométrique ferait le bonheur de tout entrepreneur et d'une administration en mal de recettes. 

Dans la restauration, il est dit, "un tour dans les toilettes d'un restaurant te donnera une idée sur la propreté de la cuisine." Cette expression populaire peut également être appliquée aux ambassades. "Il suffit de visiter une ambassade pour apprécier la gestion du pays qu'elle représente." La situation des ambassades de la RD Congo est presque un cas d'école. Avec bâtiments délabrés, personnel vieillissant, tracasseries administratives, corruption passive ou bakchich. Ces édifices transpirent la déliquescence de l'administration congolaise. 

Alors que tout est quasiment dit sur les dérives de la gestion des recettes que générées la vente des passeports congolais. Il est à s'étonner sur les prix appliqués par les ambassades. En effet, il existe une disparité entre les villes d'achat du fameux sésame.  

Les cas de Paris, Bruxelles et Anvers  

Dans la capitale parisienne, le prix du passeport est à 240 €. Soixante-six euros (66 €) au-dessus du prix officiel. Depuis l'informatisation des démarches administratives avec un paiement en ligne par carte bancaire, l'ambassade installée sur les bords de la seine se targue d'une transparence sans failles. Mais le mécontentement est tous les jours grandissante du côté des Congolais victimes de lenteurs quant à la délivrance de leurs passeports. 

"À  Paris, ils ont décidé de tout mettre sur Internet comme si mes parents qui ont plus de 60 ans allaient réussir à se connecter et suivre la procédure. Heureusement, que mes frères et moi sommes là pour les aider. Ont-ils pensé aux personnes ne métrisant pas les ordinateurs?" Dénonce un Congolais dans la salle d'attente de l'ambassade. 

Dans la salle les langues ne tardent pas à exprimer leur indignation.  "J'ai attendu trois semaines voire un mois pour recevoir "une attestation d'attente".  Et une autre d'ajouter "Aujourd'hui cela fait trois mois que j'attends mon passeport qui n'arrive toujours pas de Kinshasa.

En Belgique, le cas de l'ambassade à Bruxelles et le consulat à Anvers étonne par leur prix. Un passeport est facturé 300 € (126 € au-dessus du prix officiel) dans la capitale belge alors qu'à Anvers le tarif est de 280 € ( 106 € au-dessus du prix officiel). L'écart entre les deux représentations ne trouve pas de réponse. Mais pour certains les prix en vaut la chandelle. "J'ai besoin d'un passeport pour le renouvellement de ma carte de séjour. Je suis prêt à payer ce qu'il faut "sans exagération bien sure" tant que j'ai le document dans un délai raisonnable. J'ai accepté de payer 300 euros parce qu'ici "l'attestation d'attente" vous ai remise surplace. Et on garantit la délivrance du passeport en moins de deux mois." Explique notre interlocuteur.  

Contactées par Œil d'Afrique, ces trois ambassades ont refusé de répondre à nos questions. L'effet Reuters sûrement. Il est à s'interroger sur l'origine des écarts de prix entre l'officiel et ceux qui sont appliqués par les trois ambassades. Est-ce pour la gestion administrative des ambassades, Les salaires des diplomates, des engagés locaux ou le règlement des factures ? De même que l'on peut se questionner les moyens alloués par le gouvernement de la RDC aux représentations diplomatiques à travers le monde afin de travailler dans les meilleures conditions et obtenir les résultats diplomatiques escomptés.  

Que penser du silence des chancelleries? Il est important pour écarter toutes suspicions que les responsables des chancelleries congolaises à l'étranger s'expliquent sur l'utilisation de ce surplus.  

Roger Musandji Nzanza 

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.