RDC: Pourquoi les ambassades congolaises vendent-elles les passeports bien au-delà du prix officiel?

Encore un scandale financier qui éclabousse les dirigeants Congolais. L'enquête menée par l'agence de presse américaine Reuters révèle un montage permettant au clan Kabila de se servir dans la grosse enveloppe des recettes des ventes de passeports. S'il est à se questionner sur les bénéficiers d'une partie du prix de ce document de circulation – vendu 185 $ (environs 174 €) dont 65 $ pour l'Etat congolais – une autre interrogation s'impose également à nous. Pourquoi les ambassades congolaises vendent-elles les passeports bien au-delà du prix officiel? 

Le passeport congolais est un sésame qui vaut de l'or. Les candidats à l'acquisition de ce document de circulation sont également nombreux. Dans un pays qui compte selon les estimations un peu plus de 70 millions d'habitants, le marché du passeport biométrique ferait le bonheur de tout entrepreneur et d'une administration en mal de recettes. 

Dans la restauration, il est dit, "un tour dans les toilettes d'un restaurant te donnera une idée sur la propreté de la cuisine." Cette expression populaire peut également être appliquée aux ambassades. "Il suffit de visiter une ambassade pour apprécier la gestion du pays qu'elle représente." La situation des ambassades de la RD Congo est presque un cas d'école. Avec bâtiments délabrés, personnel vieillissant, tracasseries administratives, corruption passive ou bakchich. Ces édifices transpirent la déliquescence de l'administration congolaise. 

Alors que tout est quasiment dit sur les dérives de la gestion des recettes que générées la vente des passeports congolais. Il est à s'étonner sur les prix appliqués par les ambassades. En effet, il existe une disparité entre les villes d'achat du fameux sésame.  

Les cas de Paris, Bruxelles et Anvers  

Dans la capitale parisienne, le prix du passeport est à 240 €. Soixante-six euros (66 €) au-dessus du prix officiel. Depuis l'informatisation des démarches administratives avec un paiement en ligne par carte bancaire, l'ambassade installée sur les bords de la seine se targue d'une transparence sans failles. Mais le mécontentement est tous les jours grandissante du côté des Congolais victimes de lenteurs quant à la délivrance de leurs passeports. 

"À  Paris, ils ont décidé de tout mettre sur Internet comme si mes parents qui ont plus de 60 ans allaient réussir à se connecter et suivre la procédure. Heureusement, que mes frères et moi sommes là pour les aider. Ont-ils pensé aux personnes ne métrisant pas les ordinateurs?" Dénonce un Congolais dans la salle d'attente de l'ambassade. 

Dans la salle les langues ne tardent pas à exprimer leur indignation.  "J'ai attendu trois semaines voire un mois pour recevoir "une attestation d'attente".  Et une autre d'ajouter "Aujourd'hui cela fait trois mois que j'attends mon passeport qui n'arrive toujours pas de Kinshasa.

En Belgique, le cas de l'ambassade à Bruxelles et le consulat à Anvers étonne par leur prix. Un passeport est facturé 300 € (126 € au-dessus du prix officiel) dans la capitale belge alors qu'à Anvers le tarif est de 280 € ( 106 € au-dessus du prix officiel). L'écart entre les deux représentations ne trouve pas de réponse. Mais pour certains les prix en vaut la chandelle. "J'ai besoin d'un passeport pour le renouvellement de ma carte de séjour. Je suis prêt à payer ce qu'il faut "sans exagération bien sure" tant que j'ai le document dans un délai raisonnable. J'ai accepté de payer 300 euros parce qu'ici "l'attestation d'attente" vous ai remise surplace. Et on garantit la délivrance du passeport en moins de deux mois." Explique notre interlocuteur.  

Contactées par Œil d'Afrique, ces trois ambassades ont refusé de répondre à nos questions. L'effet Reuters sûrement. Il est à s'interroger sur l'origine des écarts de prix entre l'officiel et ceux qui sont appliqués par les trois ambassades. Est-ce pour la gestion administrative des ambassades, Les salaires des diplomates, des engagés locaux ou le règlement des factures ? De même que l'on peut se questionner les moyens alloués par le gouvernement de la RDC aux représentations diplomatiques à travers le monde afin de travailler dans les meilleures conditions et obtenir les résultats diplomatiques escomptés.  

Que penser du silence des chancelleries? Il est important pour écarter toutes suspicions que les responsables des chancelleries congolaises à l'étranger s'expliquent sur l'utilisation de ce surplus.  

Roger Musandji Nzanza 

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?