RDC : Moise Katumbi passera t-il la frontière en homme libre ?

Moise Katumbi à la frontière de la RDC et la Zambie. le 3/08/2018

Le retour de Moise Katumbi en RD Congo s'est soldé par un blocage à la frontière. Le président d'Ensemble MK et ses lieutenants ont finalement passé la nuit à Kasumbalesa côté zambien. 

En RDC, la journée de vendredi 3 août 2018 a été marqué par la tentative d'entrer au Congo par l'ancien gouverneur de la province du Katanga. En séjour en Afrique du Sud, ce dernier avait décidé de revenir sur ses terres par avion jusqu'en Zambie puis faire les trois heures de route restant en voiture.

Mais arrivée à la frontière, Moise Katumbi accompagné par une foule acquise à sa cause n'a pu faire autrement qu'attendre dans les locaux de l'immigration zambienne, la réponse des autorités congolaise. "Une réponse qui n'est toujours pas venue." dit Francis Kalombo.

Interrogé tard dans la nuit par Oeil d'Afrique, Francis Kalombo, l'ancien député national et proche conseiller de Moise Katumbi, explique les raisons qui les ont conduits à passer la nuit en Zambie. 

"Nous sommes des légalistes. Nous n'avons pas voulu tomber dans le piège de Kinshasa qui voudrait nous voir traverser la frontière comme des fraudeurs. Nous avons effectué toutes les démarches nécessaires afin d'être en règle. Le Gouverneur Moise Katumbi a présenté son passeport congolais semi-biometrique. C'est aux autorités congolaises de lui délivrer un laissé-passé afin qu'il puisse bénéficier d'un nouveau passeport biométrique." explique monsieur Kalombo.

Arrestation possible

Moise Katumbi risque t-il une arrestation une fois la frontière de la RDC franchie ? Selon Alexi Tambwe Mwamba, ministre de la Justice congolais, le président d'Ensemble MK est sous le coup d'une décision du procureur général de la république.

"Nous avons appris que monsieur katumbi a annoncé son retour. C'est une bonne chose. Le parquet l'attend. Il va retrouver les dossiers judiciaires qui sont les siens comme il les avait laissés. En tout cas, le parquet général a envoyé un mandat de prise de corps qui sera exécuté dès qu'il rentre sur le territoire national. Il sera donc arrêté et présenté à un officier du ministère public." affirme le garde des Sceaux congolais.

De son côté, Francis Kalombo s'étonne du traitement réservé à son leader.

"S'ils considèrent Moise Katumbi comme un fugitif alors pouquoi l’empêchent-ils d'entrer dans le pays? Alors que sous d'autres cieux, on paie pour retrouver les fugitifs." puis de contester la possible arrestation de l'ancien gouverneur. "Moise Katumbi ne peut être arrêté puisqu'il avait fait appel de sa condamnation. Et la décision du Procureur général de la république concernant les condamnations par défaut est très claire. On ne peut plus emprisonner une personne ayant fait appel. C'est la jurisprudence en cours." conclu l'ancien député, avocat au barreau de Kinshasa.

La frontière entre la RDC et la Zambie étant fermée, la journée de samedi risque d'être de nouveau très mouvementé. Des nombreux transporteurs et autres privées se retrouver pris dans le piege d'une affaire qui les dépasse et porte atteinte à leurs activités.

Moise Katumbi n'a plus que 4 jours pour se présenter à la commission électorale nationale indépendante (CENI) pour déposer sa candidature à la présidence prévue le 23 décembre prochain.

 

Roger MusandjiOeil d'Afrique

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?