RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public. Réalisant qu’il venait d’ouvrir une brèche susceptible de servir l’accusation, le dircab s’est vite ressaisi en nuançant ses propos, tout en faisant savoir au passage que la question était « tendancieuse ». Ambiance !

Si Vital Kamerhe semble s’être assez bien défendu, il n’en demeure pas moins qu’il a quand même « flanché » à certains moments. Notamment lorsqu’on lui a demandé s’il connaissait les deux autres prévenus qui étaient à ses côtés : Djammal Samih, le sujet libanais à la tête de deux sociétés commerciales et Jeannot Muhima, chargé du service Import – Export de la Présidence de la République. S’agissant du libanais, Kamerhe n’a pas répondu directement par l’affirmative ou par la négative, se contentant d’expliquer qu’il rencontre des milliers de gens dans le cadre de ses fonctions, etc. C’est mauvais signe. Un enquêteur qui voit ça se pose des questions sur la crédibilité du suspect. S’agissant de l’autre monsieur, Jeannot Muhima, Vital Kamerhe a déclaré qu’il ne le connaît que de nom, qu’il ne l’avait jamais vu auparavant, qu’il traitait avec lui via « les annotations sur les documents », pour reprendre ses propos. Peut-être. Mais ce qui est interpellant dans les déclarations de Vital Kamerhe, c’est sa manière de parler de M. Muhima. En effet, il a parlé de ce dernier comme s’il parlait d’un ami. Il l’a appelé par son prénom (« Je ne touche pas l’argent; je ne fais pas de transfert pour Jeannot... »); ce qui est curieux pour quelqu’un qu’on prétend n’avoir jamais vu et avec lequel on entretient des rapports STRICTEMENT professionnels !

Qu’à cela ne tienne, le premier round du procès n’a pas été riche d’enseignement. Toutefois, il a permis, pour qui sait lire entre les lignes et sait « déchiffrer » les postures, d’anticiper ce qui se dessine pour l’avenir. Vital Kamerhe est déterminé. Sa sortie de ce lundi avait un but : faire comprendre à tous ceux qui ont pris part au fameux programme des 100 jours qu’il ne se laissera pas faire, qu’il est prêt à tout balancer pour sauver son honneur et sa peau. Il a été clair et a cité des noms. Autant dire que le message était loin d'être « subliminal ». La suite ?

 

Sans jouer le diseur de bonne aventure, je pense que Vital Kamerhe et son équipe vont articuler leur stratégie en fonction des signaux que le pouvoir va envoyer. C'est un calculateur. Bien que déterminé, il n’est pas assez stupide pour faire du « rentrer dedans » sans mesurer les conséquences qu’une telle posture pourrait avoir sur la suite des évènements. Dans la Tshibilie, mieux vaut menacer de tout déballer sans nécessairement franchir la ligne rouge. Après tout, ce procès est avant tout politique et tout peut arriver si Kamerhe se permet d'égratigner tout le monde sur son passage. Comme par exemple un mariage de circonstance entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi pour en finir une fois pour toutes avec le tonitruant directeur de cabinet. Si ce n'est déjà fait bien entendu...

 

Par Patrick Mbeko 

 

Videos

Analyses et Opinions

Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.