RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.

Dans mon précédent billet, j’avais souligné que « Vital Kamerhe et son équipe vont articuler leur stratégie en fonction des signaux que le pouvoir va envoyer. » C’est ce qui a semblé se dessiner au regard du procès de ce 25 mai. À la nuance près que l’équipe de la défense a articulé sa stratégie en fonction de la posture affichée par la poursuite. Donc le ministère public.

En analysant la posture et le discours de Vital Kamerhe, on constate que le directeur de cabinet ne répond pas directement aux questions qui lui sont posées, se contentant d’épiloguer sur des points qui n’ont pas nécessairement de rapport direct avec celles-ci. On appelle ça la «stratégie de l’esquive».

Ce qui est particulièrement intéressant dans le procès de ce lundi, c’est que Vital Kamerhe répondait aux questions sans vraiment s’adresser à la Cour. En fait, toute la stratégie argumentative du dircab était tournée vers le public. Il savait que le procès était filmé, que les Congolais le suivaient avec attention. Conscient d’avoir été crucifié sur la place publique avant même le début du procès, Vital s’est employé à démontrer qu’il est victime d’un acharnement injustifié. Et sur ce point, force est de reconnaître que son argumentation sur les raisons de sa détention à la prison de Makala a fait mouche.

En effet, quand Vital Kamerhe pose la question de savoir pourquoi il est toujours détenu à la prison centrale, le ministère public botte en touche. Aux yeux du public, le dircab marque un point. Quand, face à une équipe de l’accusation mal préparée, le même dircab épilogue longuement avec assurance sans nécessairement répondre aux questions qui lui sont posées, il marque un autre point aux yeux des Congolais, lesquels sont mystifiés par son verbe et l’assurance qu’il affiche. Enchainer des mots savants qui ne veulent rien dire avec autorité impressionne toujours les masses populaires. Je suis persuadé que la plupart des Congolais, qui ont suivi le procès de ce lundi, ont été «mystifiés» par un Kamerhe, qui s'est amusé à «convoquer» les caméras de la RTNC pour filmer les «preuves» qu’il présentait. En voyant cela, le Congolais qui est devant son écran se dit une seule chose : « Ahh alakisi ba epreves na ye hein. Aza na ye innocent, batika ye kaka... »

En outre, la stratégie de défense de Vital Kamerhe a comporté deux volets communicationnels : l’un destiné à faire comprendre aux Congolais qu’il est innocent et que son procès est politique, l’autre destiné à faire comprendre aux tenants du pouvoir qu’il ne tombera pas seul, au cas où...

Dans l’ensemble, le directeur de cabinet de Félix Tshisekedi s’est bien défendu, exposant au passage les lacunes du ministère public. À vrai dire, il a eu en face de lui des gens très mal préparés. Les procureurs se sont montrés tellement déterminés à avoir la tête de Vital Kamerhe qu’ils ont été très peu regardants dans leur manière de traiter le dossier. À travers leurs interventions, on peut bien voir qu’ils n’ont pas la maîtrise de certaines notions relatives au fonctionnement des institutions de la République. Et à chaque fois que l’occasion s'est présentée, Kamerhe n'a pas manqué de le leur faire savoir, à la manière d’un professeur qui corrige ses élèves.

Mais attention ! La poursuite n’a pas encore dit son dernier mot. À voir comment l’équipe Kamerhe s’est agitée lorsque le ministère public a annoncé la convocation à la barre de l’épouse du dircab (Amida Shatur) et de sa fille, on peut d'ores et déjà dire que ça promet...

Pour le reste, j’ai été très frappé par le caractère médiocre du procès. On a l’impression d’assister à un maboke, où des hommes en toges noires jouent leur partition... souvent de manière assez bizarre. On se croirait dans une République bananière...

Patrick Mbeko

 

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.