RDC: l'ONU et l'Occident prêts à soutenir Kabila un an de plus?

Le président Joseph Kabila à la tribune de l'ONU

Plus grand pays d'Afrique sub-saharienne convoité pour ses richesses minières, pivot instable du continent avec son arc de neuf frontières, la République démocratique du Congo a tenté de rassurer ses partenaires occidentaux avec l'annonce dimanche d'un calendrier électoral prévoyant des élections en décembre 2018.

Mais le mandat du président Joseph Kabila a expiré depuis le 20 décembre 2016 et il s'était déjà engagé à organiser des élections fin 2017.

- Pourquoi n'organiser les élections qu'en 2018 ? -

Réponse des autorités: pour organiser des élections crédibles malgré la situation sécuritaire. Réponse des opposants: Kabila et ses proches "s'accrochent" au pouvoir pour "piller" le Congo.

Les contraintes existent dans ce pays immense (2,3 millions de km2, 70 à 80 millions d'habitants), qui n'a jamais connu d'alternance politique pacifique.

Outre les enjeux logistiques (acheminement du matériel électoral), la commission électorale a insisté dimanche sur la difficulté d'enregistrer près de 45 millions d'électeurs dans le contexte actuel (violences armées, 3,8 millions de déplacés internes...).

"Des agents de la Céni (commission électorale) ont été décapités", a avancé son président Corneille Nangaa, au sujet des violences dans le Kasaï (centre) et la rébellion Kamwina Nsapu, du nom d'un chef traditionnel tué en août 2016 après s'être révolté contre les autorités de Kinshasa.

"Ce calendrier fantaisiste est une manœuvre de plus d'un régime prédateur qui veut s'accrocher indéfiniment au pouvoir (...). Avec sa famille et ses proches, ils (ndlr: Kabila et les siens) continuent leur pillage du Congo", a réagi auprès de l'AFP un des principaux opposants, Moïse Katumbi. Cette opposition demande le départ de Kabila au 31 décembre de cette année, en vertu d'un accord pouvoir-opposition signé fin 2016.

- Les Nations unies et l'Occident prêts à soutenir Kabila un an de plus ? -

"Les élections doivent être organisées en 2018 , la RDC ne doit pas compter sur le soutien des États-Unis et de la communauté internationale". L'ambassadrice américaine auprès des Nations unies Nikki Haley avait lancé cette mise en garde lors de sa visite il y a dix jours dans ce pays qui accueille la plus pléthorique et la plus onéreuse des missions de l'ONU (plus d'un milliard de dollars par an, quelque 18.000 personnes).

L'émissaire de Donald Trump a été entendue puisque la commission électorale évoquait encore récemment des élections en mars-avril 2019 ("504 jours" après la fin du recensement).

La France, qui a la réputation de "tenir le stylo" des textes onusiens sur la question congolaise (dont la prochaine résolution prévue en mars), a semblé prendre acte avec prudence du nouveau calendrier, en évoquant lundi matin "une équipe coordonnée d’experts pour appuyer la préparation des élections". "No comment", indique pour sa part l'ambassade des États-Unis à Kinshasa.

Ancienne puissance coloniale, la Belgique, serait partagée au sommet entre le Premier ministre, Charles Michel, qui a rencontré le président Kabila à New York en septembre, et le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, tenu à l'écart par Kinshasa pour sa proximité supposée avec l'opposition.

- Kabila va-t-il rester au pouvoir jusqu'en janvier 2019 ? -

Dans l'est du pays, les groupes armés congolais ne semblent plus être en mesure de menacer le régime, avec d'éventuels soutiens étrangers, selon le scenario du renversement du maréchal Mobutu en 1997 par les AFDL de "Kabila père" (l'ex-président Laurent-Désiré), soutenu par le nouveau "tutsi power" du Rwanda de Paul Kagame.

Sur le plan politique, c'est certes l'union sacrée entre les deux leaders du Rassemblement de l'opposition (Rassop), Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi. Mais Tshisekedi "fils" ne semble pas être en mesure de mobiliser les foules comme son père, le leader historique de l'opposition Étienne Tshisekedi, décédé à Bruxelles le 1er février. Chaque manifestation est sévèrement réprimée comme lundi dernier à Goma (au moins cinq morts dont un policier), suscitant l'alarme des défenseurs des droits de l'homme - et la peur des populations.

Ex-gouverneur du Katanga, riche homme d'affaires, président du célèbre "TP Mazembe", l'un des grands clubs de football africains, Moïse Katumbi affirme qu'il jouit d'une popularité sans égale dans tout le pays. Mais il se trouve en exil de fait à Bruxelles après sa condamnation dans une obscure affaire immobilière. Il annonce son retour en décembre, sans préciser comment il peut éviter d'aller en prison.

Le rapport de force semble être donc encore favorable au président Kabila. A défaut d'être populaire et de pouvoir compter sur une armée 100% fiable, il peut s'appuyer sur les autres organes sécuritaires de l’État (garde présidentielle, renseignements....), et son entourage proche.

Videos

Analyses et Opinions

Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?
Thomas Sankara avec Blaise Compaoré

15 octobre 1987, Thomas Sankara aurait-il voulu quitter la scène en étant assassiné ?

Thomas Sankara est mort « assassiné » le 15 octobre 1987. Et c’est Blaise Compaoré qui a tué son ami, suivant le récit des deux Libériens, deux proches de Taylor, et qui dit Charles Taylor pense indubitablement à la CIA. Les deux Libériens ont été présents au moment de l’assassinat de Sankara, quand Compaoré vidait son arme sur son ami de plus de 30 ans. Sankara était pourtant armé ce jour-là, mais l’homme a toujours été armé, Il l’était aussi quand Blaise et le général Gilbert Diendéré ont fait leur irruption dans le bureau où il se trouvait.
Faustin-Archange Touadéra, Président de la Centrafrique

Sommet de la Francophonie : les dessous du mini sommet sur la RCA .

Se sentant démarquer par Moscou à Bangui, Paris essaie de rabattre ses cartes pour ne pas perdre totalement la place sur le terrain. L’enjeu est à la fois géopolitique et géostratégique et prend les allures d’une guerre Froide entre Moscou et Paris qui utilise ses anciens relais du pré-carré pour faire barrage à Moscou.
Candidats à l'élection présidentielle 2018 au Cameroun

Lettre de Charles ONANA aux dirigeants camerounais et aux responsables de l'opposition

Le Cameroun traverse actuellement une crise majeure qui peut conduire à l'embrasement du pays si elle n'est pas gérée avec toute l'intelligence nécessaire de la part du pouvoir et de l'opposition. C'est la première fois depuis l'accession à l'indépendance que la contestation du pouvoir en place risque d'entraîner le Cameroun, déjà en proie à l'insécurité, à la dérive. 
Image d'illustration

L’Art comme l’Afrique : Réponse à Jacque ATTALI

Je viens de lire le texte Jacques Attali intitulé « Et l’Afrique ? » dans lequel l’intellectuel français broge une image sur l’absence de l’art en Afrique subsaharienne. Sans remettre en cause les qualités intellectuelles de l’auteur qui sont indiscutables, le fil conducteur de son argumentation est principalement le manque de logique.
Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.