RDC: joue t-on le jeu de Kabila lorsqu'on tient à certaines vérités?

Nikki Haley, l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, et le président Joseph Kabila les yeux dans les yeux, lors de leur entretien, le 27/10/2017 à Kinshasa.

J’ai eu une discussion assez corsée avec un membre de l’opposition qui m’a reproché de « faire le jeu du pouvoir » en critiquant constamment l’opposition.Ce compatriote n’est pas le seul à tenir ce genre de discours. Certains sont allés jusqu’à affirmer que je travaille « en sous-main » pour le pouvoir.  Quand on entend ce genre de raisonnement, on réalise à quel point la partisanerie est un poison et comment elle ronge certains esprits dans notre pays. On ne peut pas réfléchir librement, sans être accusé de faire partie ou d’être jaloux d’un parti ou d’un leader. Les gens semblent oublier que le rôle du penseur et/ou de l’intellectuel ou encore de l’observateur honnête est de dire la vérité et de ne pas avoir de parti pris.  Si Joseph Kabila, que je ne porte pas dans mon cœur, fait quelque chose de bien, je ne peux ni ne dois affirmer le contraire. Je ne peux pas accuser mon ennemi d’un crime qu’il n’a pas commis; je ne peux pas dire des choses pour simplement plaire. Oui, il m’est arrivé de ne pas sortir une information sensible pour ne pas nuire à certaines personnes ou à une cause. Mais de là à critiquer pour critiquer, salir pour le plaisir de salir, ça NON. Nous devons faire l’effort d’être objectifs dans nos analyses et jugements.  Les Congolais qui me suivent attendent de moi des analyses honnêtes et non partisanes; ils veulent être éclairés et non intoxiqués. Je ne suis pas le guide de tous ces gens qui me suivent, mais bien leur serviteur. Je n’ai donc pas le droit de leur raconter des sornettes pour plaire à qui que ce soit.  Ce n'est pas parce qu'une chaîne du pouvoir (Télé 50) a passé en boucle une réflexion que j'ai faite sur les jeunes de la Lucha la semaine dernière que je suis devenu un membre de ce régime. L’opposition congolaise doit reconnaître ses fautes, ses erreurs tactiques, elle doit faire un travail sérieux d’introspection au lieu de se cramponner dans la bêtise. Elle ne peut pas accuser le régime d’être le seul responsable des manœuvres qu’elle a cautionnées en âme et conscience. Elle ne peut pas déclarer aujourd’hui que « Joseph Kabila est illégitime » après lui avoir redonné cette « légitimité » en signant l’accord 31 décembre. Elle ne peut pas faire semblant d'exiger les élections le 31 décembre prochain, alors que l'accord qu'elle a signé laisse la porte ouverte à un autre glissement. Dire que la Kabilie est en meilleure posture à cause de l'opposition, ce n'est pas jouer le jeu du pouvoir, mais être objectif. Depuis le 31 décembre 2016, Kingakati résonne du rire puissant du Rais, a nous de trouver d'autres solutions... Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.
Des manifestants brandissent des pancartes appelant à libérer Hajar Raissouni, journaliste marocaine condamnée à un an de prison pour "avortement illégal" et relations sexuelles hors mariage, à Rabat, le 2 octobre 2019. (STRINGER / AFP)

Maroc : le collectif des "Hors-la-loi" demande l'arrêt des poursuites liées aux mœurs

Un collectif auteur d'un manifeste "Hors-la-loi" signé par 10 000 personnes a demandé au parquet marocain de suspendre l'application de "lois liberticides" punissant de prison le sexe hors-mariage, l'adultère et l'avortement. Le manifeste des "Hors-la loi" a été publié le 23 septembre au moment du procès d'Hajar Raïssouni, une journaliste condamnée le 30 septembre à un an de prison ferme pour "avortement illégal" et "débauche" (sexe hors mariage) et dont les proches ont dit à l'AFP qu'elle ferait appel. 
Guillaume Soro

Côte d’Ivoire: Guillaume Soro candidat à la présidentielle de 2020

C’était un secret de polichinelle, c’est désormais public. Guillaume Soro est candidat à la présidentielle ivoirienne de 2020. L’ancien président de l’Assemblée nationale, devenu opposant au régime d’Alassane Ouattara, l’a annoncé lors d’une réunion avec des sympathisants de la diaspora à Valence en Espagne samedi.
Le président français Emmanuel Macron

Macron l’Africain : le soufflé est retombé.

Emmanuel Macron est probablement le président français dont l’élection a suscité un espoir général au sein des populations africaines, toutes générations confondues. Deux ans après, elles sont partagées entre désenchantement et interrogations.
Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.