Dossier Présidentielle en RDC: Jean-Pierre Bemba, le résultat d’une absence de stratégie

L'opposant congolais Jean-Pierre Bemba du Mouvement de libération du Congo (MLC) lors d'une conférence de presse à Kinshasa, le 3 août 2018.

À quatre mois de l’élection présidentielle, l’opposition congolaise vient d’encaisser un nouveau coup dur. Après la non-candidature de Moise Katumbi, c’est au tour du Président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, de voir son dossier invalidé par la commission électorale nationale indépendante (CENI) et confirmé par la cour constitutionnelle. Au regard des différentes réactions politiques qui ont suivi la décision de la cour constitutionnelle, on peut s’interroger sur la stratégie mise en place par le MLC.

Les politiciens congolais ont de ceci de particulier qu’ils sont systématiquement dans une position défensive et en réaction aux coups reçus. Au lendemain de l’annonce de l’arrêt de la cour constitutionnelle, interrogée par RFI, la secrétaire générale du MLC, madame Eve Bazaiba déclare : « Ce n’est pas un choc. C’était prévisible. En tant que légaliste, nous nous devions absolument utiliser toutes les voies de droit. Demain matin, je vais convoquer une réunion extraordinaire du bureau politique du MLC et les décisions seront connus. »

 

De son côté, Jean-Pierre Bemba s’est exprimé au micro de France 24. Bien que la décision de la cour constitutionnelle soit irrévocable, le Président du MLC invoque des recours possibles. « Les recours sont possibles pour autant que l’on soit dans un pays qui respecte l’Etat de droit. Mais dans notre pays la notion d’état de droit n’existe plus depuis bien longtemps. Mais bien sûr, les recours sont possibles au niveau de l’Union Africaine. » explique t-il.

 

Ces réactions posent problème à ceux qui se sont empressés dès l’annonce de l’acquittement de Bemba par la CPI, à soutenir sa candidature pour la présidentielle. En effet, Jean-Pierre Bemba et les siens ont fait le choix de participer à ce qu’ils qualifient de parodie d’élection. Ils ont fait le choix de participer à un processus qui n’a d’inclusivité que l’apparence. Moise Katumbi n’a pu revenir au Congo. Il n’a pu s’enrôler et déposer sa candidature. Pourtant, Jean-Pierre Bemba et les siens semblent ne s’être préparés à ce qu’ils qualifient de « prévisible ». 

 

Annoncée depuis une quinzaine de jours, l’invalidation possible de la candidature de Jean-Pierre Bemba à la présidentielle a alimenté les débats. Tout le monde y est allé de son expertise. Les hommes de droit, les analystes politiques, les commentateurs de la politique congolaise, ont souligné la possibilité de voir le leader du MLC invalidé. Bizarrement, du côté de l’intéressé, on a misé sur le légalisme. Ils ont fait le choix de reposer leur sort sur une haute cour qu’ils accusent d’être aux ordres du Président Kabila. 

 

Déboussolé, pris dans le piège du respect des textes de lois. Le MLC s’est réveillé sonné comme un boxeur après un uppercut. Madame Bazaiba n’ayant préparé aucune autre option que la validation de son candidat n’a pu proposer autres choses que la convocation du bureau politique de son mouvement. 

 

Reclus en vase-clos, les cadres de la politique Congolaise aiment passer dans les médias occidentaux mais ne les regardent pas et apprennent peu de leurs homologues étrangers. Qui peut imaginer un vide communicationnelle face à la mise en examen d’une autorité de premier plan ? Qui est ce secrétaire général qui s’hasarderait devant la presse sans éléments de langages, sans discours préparé ? 

 

Le MLC n’avait jamais été préparé à la sortie de prison de son Président. Bien que le dossier présentait des insuffisances, Jean-Pierre Bemba et ses lieutenants n’ont pas eu la clairvoyance de prévoir les possibles difficultés qu’ils auront à surmonter. Emporté par la ferveur populaire, marquée lors de son retour en RDC, Bemba s’était vu intouchable. La faute est peut-être de s’être vu comme le candidat pouvant crédibiliser un processus électoral en souffrance depuis plusieurs années.

 

Roger Musandji

 

 

Videos

Analyses et Opinions

Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.