Dossier Présidentielle en RDC: Jean-Pierre Bemba, le résultat d’une absence de stratégie

L'opposant congolais Jean-Pierre Bemba du Mouvement de libération du Congo (MLC) lors d'une conférence de presse à Kinshasa, le 3 août 2018.

À quatre mois de l’élection présidentielle, l’opposition congolaise vient d’encaisser un nouveau coup dur. Après la non-candidature de Moise Katumbi, c’est au tour du Président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, de voir son dossier invalidé par la commission électorale nationale indépendante (CENI) et confirmé par la cour constitutionnelle. Au regard des différentes réactions politiques qui ont suivi la décision de la cour constitutionnelle, on peut s’interroger sur la stratégie mise en place par le MLC.

Les politiciens congolais ont de ceci de particulier qu’ils sont systématiquement dans une position défensive et en réaction aux coups reçus. Au lendemain de l’annonce de l’arrêt de la cour constitutionnelle, interrogée par RFI, la secrétaire générale du MLC, madame Eve Bazaiba déclare : « Ce n’est pas un choc. C’était prévisible. En tant que légaliste, nous nous devions absolument utiliser toutes les voies de droit. Demain matin, je vais convoquer une réunion extraordinaire du bureau politique du MLC et les décisions seront connus. »

 

De son côté, Jean-Pierre Bemba s’est exprimé au micro de France 24. Bien que la décision de la cour constitutionnelle soit irrévocable, le Président du MLC invoque des recours possibles. « Les recours sont possibles pour autant que l’on soit dans un pays qui respecte l’Etat de droit. Mais dans notre pays la notion d’état de droit n’existe plus depuis bien longtemps. Mais bien sûr, les recours sont possibles au niveau de l’Union Africaine. » explique t-il.

 

Ces réactions posent problème à ceux qui se sont empressés dès l’annonce de l’acquittement de Bemba par la CPI, à soutenir sa candidature pour la présidentielle. En effet, Jean-Pierre Bemba et les siens ont fait le choix de participer à ce qu’ils qualifient de parodie d’élection. Ils ont fait le choix de participer à un processus qui n’a d’inclusivité que l’apparence. Moise Katumbi n’a pu revenir au Congo. Il n’a pu s’enrôler et déposer sa candidature. Pourtant, Jean-Pierre Bemba et les siens semblent ne s’être préparés à ce qu’ils qualifient de « prévisible ». 

 

Annoncée depuis une quinzaine de jours, l’invalidation possible de la candidature de Jean-Pierre Bemba à la présidentielle a alimenté les débats. Tout le monde y est allé de son expertise. Les hommes de droit, les analystes politiques, les commentateurs de la politique congolaise, ont souligné la possibilité de voir le leader du MLC invalidé. Bizarrement, du côté de l’intéressé, on a misé sur le légalisme. Ils ont fait le choix de reposer leur sort sur une haute cour qu’ils accusent d’être aux ordres du Président Kabila. 

 

Déboussolé, pris dans le piège du respect des textes de lois. Le MLC s’est réveillé sonné comme un boxeur après un uppercut. Madame Bazaiba n’ayant préparé aucune autre option que la validation de son candidat n’a pu proposer autres choses que la convocation du bureau politique de son mouvement. 

 

Reclus en vase-clos, les cadres de la politique Congolaise aiment passer dans les médias occidentaux mais ne les regardent pas et apprennent peu de leurs homologues étrangers. Qui peut imaginer un vide communicationnelle face à la mise en examen d’une autorité de premier plan ? Qui est ce secrétaire général qui s’hasarderait devant la presse sans éléments de langages, sans discours préparé ? 

 

Le MLC n’avait jamais été préparé à la sortie de prison de son Président. Bien que le dossier présentait des insuffisances, Jean-Pierre Bemba et ses lieutenants n’ont pas eu la clairvoyance de prévoir les possibles difficultés qu’ils auront à surmonter. Emporté par la ferveur populaire, marquée lors de son retour en RDC, Bemba s’était vu intouchable. La faute est peut-être de s’être vu comme le candidat pouvant crédibiliser un processus électoral en souffrance depuis plusieurs années.

 

Roger Musandji

 

 

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?