Dossier Présidentielle en RDC: Jean-Pierre Bemba, le résultat d’une absence de stratégie

L'opposant congolais Jean-Pierre Bemba du Mouvement de libération du Congo (MLC) lors d'une conférence de presse à Kinshasa, le 3 août 2018.

À quatre mois de l’élection présidentielle, l’opposition congolaise vient d’encaisser un nouveau coup dur. Après la non-candidature de Moise Katumbi, c’est au tour du Président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, de voir son dossier invalidé par la commission électorale nationale indépendante (CENI) et confirmé par la cour constitutionnelle. Au regard des différentes réactions politiques qui ont suivi la décision de la cour constitutionnelle, on peut s’interroger sur la stratégie mise en place par le MLC.

Les politiciens congolais ont de ceci de particulier qu’ils sont systématiquement dans une position défensive et en réaction aux coups reçus. Au lendemain de l’annonce de l’arrêt de la cour constitutionnelle, interrogée par RFI, la secrétaire générale du MLC, madame Eve Bazaiba déclare : « Ce n’est pas un choc. C’était prévisible. En tant que légaliste, nous nous devions absolument utiliser toutes les voies de droit. Demain matin, je vais convoquer une réunion extraordinaire du bureau politique du MLC et les décisions seront connus. »

 

De son côté, Jean-Pierre Bemba s’est exprimé au micro de France 24. Bien que la décision de la cour constitutionnelle soit irrévocable, le Président du MLC invoque des recours possibles. « Les recours sont possibles pour autant que l’on soit dans un pays qui respecte l’Etat de droit. Mais dans notre pays la notion d’état de droit n’existe plus depuis bien longtemps. Mais bien sûr, les recours sont possibles au niveau de l’Union Africaine. » explique t-il.

 

Ces réactions posent problème à ceux qui se sont empressés dès l’annonce de l’acquittement de Bemba par la CPI, à soutenir sa candidature pour la présidentielle. En effet, Jean-Pierre Bemba et les siens ont fait le choix de participer à ce qu’ils qualifient de parodie d’élection. Ils ont fait le choix de participer à un processus qui n’a d’inclusivité que l’apparence. Moise Katumbi n’a pu revenir au Congo. Il n’a pu s’enrôler et déposer sa candidature. Pourtant, Jean-Pierre Bemba et les siens semblent ne s’être préparés à ce qu’ils qualifient de « prévisible ». 

 

Annoncée depuis une quinzaine de jours, l’invalidation possible de la candidature de Jean-Pierre Bemba à la présidentielle a alimenté les débats. Tout le monde y est allé de son expertise. Les hommes de droit, les analystes politiques, les commentateurs de la politique congolaise, ont souligné la possibilité de voir le leader du MLC invalidé. Bizarrement, du côté de l’intéressé, on a misé sur le légalisme. Ils ont fait le choix de reposer leur sort sur une haute cour qu’ils accusent d’être aux ordres du Président Kabila. 

 

Déboussolé, pris dans le piège du respect des textes de lois. Le MLC s’est réveillé sonné comme un boxeur après un uppercut. Madame Bazaiba n’ayant préparé aucune autre option que la validation de son candidat n’a pu proposer autres choses que la convocation du bureau politique de son mouvement. 

 

Reclus en vase-clos, les cadres de la politique Congolaise aiment passer dans les médias occidentaux mais ne les regardent pas et apprennent peu de leurs homologues étrangers. Qui peut imaginer un vide communicationnelle face à la mise en examen d’une autorité de premier plan ? Qui est ce secrétaire général qui s’hasarderait devant la presse sans éléments de langages, sans discours préparé ? 

 

Le MLC n’avait jamais été préparé à la sortie de prison de son Président. Bien que le dossier présentait des insuffisances, Jean-Pierre Bemba et ses lieutenants n’ont pas eu la clairvoyance de prévoir les possibles difficultés qu’ils auront à surmonter. Emporté par la ferveur populaire, marquée lors de son retour en RDC, Bemba s’était vu intouchable. La faute est peut-être de s’être vu comme le candidat pouvant crédibiliser un processus électoral en souffrance depuis plusieurs années.

 

Roger Musandji

 

 

Videos

Analyses et Opinions

Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.
Travail des enfants dans les mines en République Démocratique du Congo

Les enfants du Congo sont toujours au fond des mines

Le président de l'Union africaine, les dirigeants de la RDC, les organisations des droits de l'Homme ou de l'enfant défendent les enfants du Congo. Ils les défendent tellement que cela se voit et s'entend. Il semble que d'autres préfèrent prier, prier, et encore prier mais ça ne change rien.
Paul Kagame reçu en 2017 par Benjamin Netanyahu

Israël-Rwanda : les masques tombent

En 1994, lorsque les populations rwandaises, fuyant l'avancée du FPR de Paul Kagame qui s'apprête à prendre le pouvoir à Kigali, se déversent massivement au Congo-Zaïre, toutes les organisations humanitaires ne parlent que de la crise humanitaire sans précédent et du génocide. Personne ne demande ce qui est à l'origine de cette crise ni pourquoi le Congo-Zaïre en devient la cible. Très vite, les autorités israéliennes décident de lancer une opération humanitaire à Goma sous le nom de code « Internes of hope » (Médecins de l'espoir).
Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la RDC reçu par Didier Reynders ministre des affaires étrangères en Belgique

Dossier élection présidentielle en RDC : Adolphe Muzito en Belgique, la faute politique

Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la République Démocratique du Congo, candidat invalidé pour la présidentielle du 23 décembre, a choisi la Belgique pour une tournée politique qui a le parfum d’une absence de conscience historique.
L'opposant congolais Jean-Pierre Bemba du Mouvement de libération du Congo (MLC) lors d'une conférence de presse à Kinshasa, le 3 août 2018.

Dossier Présidentielle en RDC: Jean-Pierre Bemba, le résultat d’une absence de stratégie

À quatre mois de l’élection présidentielle, l’opposition congolaise vient d’encaisser un nouveau coup dur. Après la non-candidature de Moise Katumbi, c’est au tour du Président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, de voir son dossier invalidé par la commission électorale nationale indépendante (CENI) et confirmé par la cour constitutionnelle. Au regard des différentes réactions politiques qui ont suivi la décision de la cour constitutionnelle, on peut s’interroger sur la stratégie mise en place par le MLC.
Manifestation à Kinshasa / juillet 2016/ Image d'illustration

RDC -Tribune de Patrick Mbeko : Nous sommes aussi coupables

J’ai toujours été extrêmement critique à l’égard de l’Occident et de certains pays africains, notamment le Rwanda et l’Ouganda, à cause de leur implication directe dans la tragédie que connaît la République à démocratiser du Congo depuis près de 20 ans maintenant. Mais au fil des ans, j’ai fini par réaliser que nous sommes, nous Congolais, aussi coupables que ceux qui nous font la guerre, nous tuent et nous pillent.
Jean-Pierre Bemba, Président du MLC et candidat à l'élection présidentielle en RDC

Dossier élection présidentielle en RDC : L’invalidation de JP Bemba arrange bien de gens au sein de l’opposition congolaise

L’invalidation de la candidature de Jean-Pierre Bemba par la CENI a suscité de nombreuses réactions. Grincement de dents au Mouvement de la Libération du Congo, sourire en coin du côté de la majorité présidentielle (PPRD et FCC), posture attentiste et gênée à l’UNC de Vital Kamerhe, immense joie chez les Tshisekedistes de l'UDPS.