Dossier Présidentielle en RDC: Jean-Pierre Bemba, le résultat d’une absence de stratégie

L'opposant congolais Jean-Pierre Bemba du Mouvement de libération du Congo (MLC) lors d'une conférence de presse à Kinshasa, le 3 août 2018.

À quatre mois de l’élection présidentielle, l’opposition congolaise vient d’encaisser un nouveau coup dur. Après la non-candidature de Moise Katumbi, c’est au tour du Président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, de voir son dossier invalidé par la commission électorale nationale indépendante (CENI) et confirmé par la cour constitutionnelle. Au regard des différentes réactions politiques qui ont suivi la décision de la cour constitutionnelle, on peut s’interroger sur la stratégie mise en place par le MLC.

Les politiciens congolais ont de ceci de particulier qu’ils sont systématiquement dans une position défensive et en réaction aux coups reçus. Au lendemain de l’annonce de l’arrêt de la cour constitutionnelle, interrogée par RFI, la secrétaire générale du MLC, madame Eve Bazaiba déclare : « Ce n’est pas un choc. C’était prévisible. En tant que légaliste, nous nous devions absolument utiliser toutes les voies de droit. Demain matin, je vais convoquer une réunion extraordinaire du bureau politique du MLC et les décisions seront connus. »

 

De son côté, Jean-Pierre Bemba s’est exprimé au micro de France 24. Bien que la décision de la cour constitutionnelle soit irrévocable, le Président du MLC invoque des recours possibles. « Les recours sont possibles pour autant que l’on soit dans un pays qui respecte l’Etat de droit. Mais dans notre pays la notion d’état de droit n’existe plus depuis bien longtemps. Mais bien sûr, les recours sont possibles au niveau de l’Union Africaine. » explique t-il.

 

Ces réactions posent problème à ceux qui se sont empressés dès l’annonce de l’acquittement de Bemba par la CPI, à soutenir sa candidature pour la présidentielle. En effet, Jean-Pierre Bemba et les siens ont fait le choix de participer à ce qu’ils qualifient de parodie d’élection. Ils ont fait le choix de participer à un processus qui n’a d’inclusivité que l’apparence. Moise Katumbi n’a pu revenir au Congo. Il n’a pu s’enrôler et déposer sa candidature. Pourtant, Jean-Pierre Bemba et les siens semblent ne s’être préparés à ce qu’ils qualifient de « prévisible ». 

 

Annoncée depuis une quinzaine de jours, l’invalidation possible de la candidature de Jean-Pierre Bemba à la présidentielle a alimenté les débats. Tout le monde y est allé de son expertise. Les hommes de droit, les analystes politiques, les commentateurs de la politique congolaise, ont souligné la possibilité de voir le leader du MLC invalidé. Bizarrement, du côté de l’intéressé, on a misé sur le légalisme. Ils ont fait le choix de reposer leur sort sur une haute cour qu’ils accusent d’être aux ordres du Président Kabila. 

 

Déboussolé, pris dans le piège du respect des textes de lois. Le MLC s’est réveillé sonné comme un boxeur après un uppercut. Madame Bazaiba n’ayant préparé aucune autre option que la validation de son candidat n’a pu proposer autres choses que la convocation du bureau politique de son mouvement. 

 

Reclus en vase-clos, les cadres de la politique Congolaise aiment passer dans les médias occidentaux mais ne les regardent pas et apprennent peu de leurs homologues étrangers. Qui peut imaginer un vide communicationnelle face à la mise en examen d’une autorité de premier plan ? Qui est ce secrétaire général qui s’hasarderait devant la presse sans éléments de langages, sans discours préparé ? 

 

Le MLC n’avait jamais été préparé à la sortie de prison de son Président. Bien que le dossier présentait des insuffisances, Jean-Pierre Bemba et ses lieutenants n’ont pas eu la clairvoyance de prévoir les possibles difficultés qu’ils auront à surmonter. Emporté par la ferveur populaire, marquée lors de son retour en RDC, Bemba s’était vu intouchable. La faute est peut-être de s’être vu comme le candidat pouvant crédibiliser un processus électoral en souffrance depuis plusieurs années.

 

Roger Musandji

 

 

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.