RDC: hémorragie d'exclusion dans les partis politique

De droite à gauche: Bruno Tshibala, Joseph Olenga Nkoy, Valentin Mubake, Freddy Kita, Lissanga Bonganga. Montage Oeil d'Afrique

Tout comme le nombre de Parti politique en perpétuelle augmentation, le nombre de membres suspendus ou exclus connaît une accélération peu ordinaire. Les partis d'opposition en RD Congo s'illustrent par une cascade d'exclusions de membres pas toujours respectueux de la ligne officielle.

Les résultats de l'élection législative qui ont eu lieu en novembre 2011 vont amorcer une série de ce que l'on qualifie de autoexclusion. Candidat malheureux à l'élection présidentielle, Etienne Tshisekedi se dit floué par un scrutin qui a manqué de transparence. Couplée avec la Présidentielle, la législative nationale se voit également dénoncée. Les candidats "élus" sous la bannière de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) d'Etienne Tshisekedi sont invités à ne pas reconnaître ces résultats et de ne pas siéger au parlement.

La bande à Samy Badibanga

Difficile décision pour ces candidats qui ont pour la majorité d'entre eux souscrits à des crédits pour financer la campagne. Élus sans nul doute parce qu'ils étaient des représentants de l'UDPS, ils sont pris au piège de l'appareil politique. Alors qu'il est encore conseiller spécial d'Etienne Tshisekedi, Samy Badibanga et une vingtaine d'élus constituent un groupe parlementaire et siègent contre l'avis du Président de l'UDPS. L'autoexclusion est constatée.

L'hémorragie 

Il a fallu attendre l'union des partis politiques de l'opposition congolais pour assister au désastre. À l'île de Gorée au Sénégal, le Front Citoyen voit le jour. Un regroupement de toutes les forces luttant contre le pouvoir de Joseph Kabila. L'UDPS, l'UNC, l'ECIDE, le G7 et plusieurs mouvements citoyens sont de la partie. 

Ce mariage d'intérêt ne va pas résister à l'appel d'un gouvernement d'union nationale. En effet, le dialogue à la Cité de l'Union Africaine avec L'ancien Premier ministre du Togo, Edem Kodjo va porter la première estocade. Une des personnes qui va représenter aux yeux d'une frange de la population le visage de la division et de la trahison est le Président de l'UNC Vital Kamerhe. Il s'auto-exclut avec tous ses compagnons dont Samy Badibanga qui finit par être nommé Premier ministre.

La mort de Etienne Tshisekedi accentue la crise interne au sein du Rassemblement. Le leader incontesté disparu, le balle des chauves peut commencer. 

Olenga Nkoy et Bruno Tshibala rejoints par Roger Lumbala contestent la succession du Président de l'UDPS. Il est question de revoir les nominations de Felix Tshisekedi et Pierre Lumbi respectivement à la tête du Rassemblement et du Conseil des suivis de l'Accord (du 31 décembre). Un second Rassemblement est créé avec comme Président Olenga Nkoy. Bruno Tshibala prend pour sa part le conseil de suivi. Un comportement insubordination qui fait constater à Felix Tshisekedi, l'autoexclusion du Rassemblement par les concernés. De même qu'à l'UDPS, le secrétaire général Jean-Marc Kabund informe l'opinion de l'exclusion de Bruno Tshibala encore secrétaire général adjoint du mouvement.

Valentin Mubake et Lisanga Bonganga finissent également par intégrés pour des faits quasi identiques, la liste de ces hauts cadres qui s'auto-exclut de leur parti politique.

L'absence d'un leader a fini par révéler les failles d'un regroupement de personnes dont les intérêts profonds semblent être aux antipodes de ceux dont ils prétendent se battre. Alors que le peuple en question réclame la consolidation de la démocratie, ces partis font preuve d'absence totale de liberté d'opinion. Ceux qui s'opposent à la ligne officielle sont débarqués, la procédure menant à l'exclusion n'est pas respectée et l'ultime décision est prise loin du conseil de discipline. Une situation qui tranche avec le discours servit à longueur de journée.

Les politiciens congolais aiment dire qu'il faut s'inspirer de ce qui se fait en Occident. La France qui sert d'exemple à plusieurs d'entre eux s'emploie à montrer une diversité dans le débat politique. 11 candidats pour l'élection présidentielle dont trois candidats(Melenchon, Hamon, Macron) viennent du parti Socialiste. Au sein des partis on observe également l'existence de plusieurs courants. Chez Les Républicains, il y a les Sarkozystes, les Fillionistes, le courant Le Maire... Toutes ces personnes peuvent prendre position hors de la ligne officielle de leur famille politique sans risquer l'exclusion. L'opposition congolaise devrait se souvenir de cette phrase: Il y a politique là où il y a conflit assumé et appelé à être géré.

Roger Musandji Nzanza

 

 

 

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.