RDC: hémorragie d'exclusion dans les partis politique

De droite à gauche: Bruno Tshibala, Joseph Olenga Nkoy, Valentin Mubake, Freddy Kita, Lissanga Bonganga. Montage Oeil d'Afrique

Tout comme le nombre de Parti politique en perpétuelle augmentation, le nombre de membres suspendus ou exclus connaît une accélération peu ordinaire. Les partis d'opposition en RD Congo s'illustrent par une cascade d'exclusions de membres pas toujours respectueux de la ligne officielle.

Les résultats de l'élection législative qui ont eu lieu en novembre 2011 vont amorcer une série de ce que l'on qualifie de autoexclusion. Candidat malheureux à l'élection présidentielle, Etienne Tshisekedi se dit floué par un scrutin qui a manqué de transparence. Couplée avec la Présidentielle, la législative nationale se voit également dénoncée. Les candidats "élus" sous la bannière de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) d'Etienne Tshisekedi sont invités à ne pas reconnaître ces résultats et de ne pas siéger au parlement.

La bande à Samy Badibanga

Difficile décision pour ces candidats qui ont pour la majorité d'entre eux souscrits à des crédits pour financer la campagne. Élus sans nul doute parce qu'ils étaient des représentants de l'UDPS, ils sont pris au piège de l'appareil politique. Alors qu'il est encore conseiller spécial d'Etienne Tshisekedi, Samy Badibanga et une vingtaine d'élus constituent un groupe parlementaire et siègent contre l'avis du Président de l'UDPS. L'autoexclusion est constatée.

L'hémorragie 

Il a fallu attendre l'union des partis politiques de l'opposition congolais pour assister au désastre. À l'île de Gorée au Sénégal, le Front Citoyen voit le jour. Un regroupement de toutes les forces luttant contre le pouvoir de Joseph Kabila. L'UDPS, l'UNC, l'ECIDE, le G7 et plusieurs mouvements citoyens sont de la partie. 

Ce mariage d'intérêt ne va pas résister à l'appel d'un gouvernement d'union nationale. En effet, le dialogue à la Cité de l'Union Africaine avec L'ancien Premier ministre du Togo, Edem Kodjo va porter la première estocade. Une des personnes qui va représenter aux yeux d'une frange de la population le visage de la division et de la trahison est le Président de l'UNC Vital Kamerhe. Il s'auto-exclut avec tous ses compagnons dont Samy Badibanga qui finit par être nommé Premier ministre.

La mort de Etienne Tshisekedi accentue la crise interne au sein du Rassemblement. Le leader incontesté disparu, le balle des chauves peut commencer. 

Olenga Nkoy et Bruno Tshibala rejoints par Roger Lumbala contestent la succession du Président de l'UDPS. Il est question de revoir les nominations de Felix Tshisekedi et Pierre Lumbi respectivement à la tête du Rassemblement et du Conseil des suivis de l'Accord (du 31 décembre). Un second Rassemblement est créé avec comme Président Olenga Nkoy. Bruno Tshibala prend pour sa part le conseil de suivi. Un comportement insubordination qui fait constater à Felix Tshisekedi, l'autoexclusion du Rassemblement par les concernés. De même qu'à l'UDPS, le secrétaire général Jean-Marc Kabund informe l'opinion de l'exclusion de Bruno Tshibala encore secrétaire général adjoint du mouvement.

Valentin Mubake et Lisanga Bonganga finissent également par intégrés pour des faits quasi identiques, la liste de ces hauts cadres qui s'auto-exclut de leur parti politique.

L'absence d'un leader a fini par révéler les failles d'un regroupement de personnes dont les intérêts profonds semblent être aux antipodes de ceux dont ils prétendent se battre. Alors que le peuple en question réclame la consolidation de la démocratie, ces partis font preuve d'absence totale de liberté d'opinion. Ceux qui s'opposent à la ligne officielle sont débarqués, la procédure menant à l'exclusion n'est pas respectée et l'ultime décision est prise loin du conseil de discipline. Une situation qui tranche avec le discours servit à longueur de journée.

Les politiciens congolais aiment dire qu'il faut s'inspirer de ce qui se fait en Occident. La France qui sert d'exemple à plusieurs d'entre eux s'emploie à montrer une diversité dans le débat politique. 11 candidats pour l'élection présidentielle dont trois candidats(Melenchon, Hamon, Macron) viennent du parti Socialiste. Au sein des partis on observe également l'existence de plusieurs courants. Chez Les Républicains, il y a les Sarkozystes, les Fillionistes, le courant Le Maire... Toutes ces personnes peuvent prendre position hors de la ligne officielle de leur famille politique sans risquer l'exclusion. L'opposition congolaise devrait se souvenir de cette phrase: Il y a politique là où il y a conflit assumé et appelé à être géré.

Roger Musandji Nzanza

 

 

 

Videos

Analyses et Opinions

©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.