RDC: hémorragie d'exclusion dans les partis politique

De droite à gauche: Bruno Tshibala, Joseph Olenga Nkoy, Valentin Mubake, Freddy Kita, Lissanga Bonganga. Montage Oeil d'Afrique

Tout comme le nombre de Parti politique en perpétuelle augmentation, le nombre de membres suspendus ou exclus connaît une accélération peu ordinaire. Les partis d'opposition en RD Congo s'illustrent par une cascade d'exclusions de membres pas toujours respectueux de la ligne officielle.

Les résultats de l'élection législative qui ont eu lieu en novembre 2011 vont amorcer une série de ce que l'on qualifie de autoexclusion. Candidat malheureux à l'élection présidentielle, Etienne Tshisekedi se dit floué par un scrutin qui a manqué de transparence. Couplée avec la Présidentielle, la législative nationale se voit également dénoncée. Les candidats "élus" sous la bannière de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) d'Etienne Tshisekedi sont invités à ne pas reconnaître ces résultats et de ne pas siéger au parlement.

La bande à Samy Badibanga

Difficile décision pour ces candidats qui ont pour la majorité d'entre eux souscrits à des crédits pour financer la campagne. Élus sans nul doute parce qu'ils étaient des représentants de l'UDPS, ils sont pris au piège de l'appareil politique. Alors qu'il est encore conseiller spécial d'Etienne Tshisekedi, Samy Badibanga et une vingtaine d'élus constituent un groupe parlementaire et siègent contre l'avis du Président de l'UDPS. L'autoexclusion est constatée.

L'hémorragie 

Il a fallu attendre l'union des partis politiques de l'opposition congolais pour assister au désastre. À l'île de Gorée au Sénégal, le Front Citoyen voit le jour. Un regroupement de toutes les forces luttant contre le pouvoir de Joseph Kabila. L'UDPS, l'UNC, l'ECIDE, le G7 et plusieurs mouvements citoyens sont de la partie. 

Ce mariage d'intérêt ne va pas résister à l'appel d'un gouvernement d'union nationale. En effet, le dialogue à la Cité de l'Union Africaine avec L'ancien Premier ministre du Togo, Edem Kodjo va porter la première estocade. Une des personnes qui va représenter aux yeux d'une frange de la population le visage de la division et de la trahison est le Président de l'UNC Vital Kamerhe. Il s'auto-exclut avec tous ses compagnons dont Samy Badibanga qui finit par être nommé Premier ministre.

La mort de Etienne Tshisekedi accentue la crise interne au sein du Rassemblement. Le leader incontesté disparu, le balle des chauves peut commencer. 

Olenga Nkoy et Bruno Tshibala rejoints par Roger Lumbala contestent la succession du Président de l'UDPS. Il est question de revoir les nominations de Felix Tshisekedi et Pierre Lumbi respectivement à la tête du Rassemblement et du Conseil des suivis de l'Accord (du 31 décembre). Un second Rassemblement est créé avec comme Président Olenga Nkoy. Bruno Tshibala prend pour sa part le conseil de suivi. Un comportement insubordination qui fait constater à Felix Tshisekedi, l'autoexclusion du Rassemblement par les concernés. De même qu'à l'UDPS, le secrétaire général Jean-Marc Kabund informe l'opinion de l'exclusion de Bruno Tshibala encore secrétaire général adjoint du mouvement.

Valentin Mubake et Lisanga Bonganga finissent également par intégrés pour des faits quasi identiques, la liste de ces hauts cadres qui s'auto-exclut de leur parti politique.

L'absence d'un leader a fini par révéler les failles d'un regroupement de personnes dont les intérêts profonds semblent être aux antipodes de ceux dont ils prétendent se battre. Alors que le peuple en question réclame la consolidation de la démocratie, ces partis font preuve d'absence totale de liberté d'opinion. Ceux qui s'opposent à la ligne officielle sont débarqués, la procédure menant à l'exclusion n'est pas respectée et l'ultime décision est prise loin du conseil de discipline. Une situation qui tranche avec le discours servit à longueur de journée.

Les politiciens congolais aiment dire qu'il faut s'inspirer de ce qui se fait en Occident. La France qui sert d'exemple à plusieurs d'entre eux s'emploie à montrer une diversité dans le débat politique. 11 candidats pour l'élection présidentielle dont trois candidats(Melenchon, Hamon, Macron) viennent du parti Socialiste. Au sein des partis on observe également l'existence de plusieurs courants. Chez Les Républicains, il y a les Sarkozystes, les Fillionistes, le courant Le Maire... Toutes ces personnes peuvent prendre position hors de la ligne officielle de leur famille politique sans risquer l'exclusion. L'opposition congolaise devrait se souvenir de cette phrase: Il y a politique là où il y a conflit assumé et appelé à être géré.

Roger Musandji Nzanza

 

 

 

Videos

Analyses et Opinions

Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.
Félix Tshisekedi ait reçu Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis, venu, accompagné de l’ambassadeur

Diplomatie des USA en RDC : Féliciter Tshisekedi, reconnaitre l'opposant Fayulu et laisser Kabila dans la sphère d'influence

LES ÉTATS-UNIS ONT FAIT LE CHOIX, AU NOM DE REALPOLITIK ET DE LEURS INTÉRÊTS, DE COUPER LA POIRE EN TROIS : FÉLICITER FÉLIX TSHISEKEDI PAR LE POIGNET DE MAIN DE PETER PHAM, RECONNAÎTRE MARTIN FAYULU ET SA RÉSISTANCE PACIFIQUE POUR LA VÉRITÉ DES URNES ET LAISSER JOSEPH KABILA DANS LA SPHÈRE DE L’INFLUENCE POLITIQUE AU CONGO.UN COMMUNIQUÉ DU SEMBLANT
Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.