RDC: Félix Tshisekedi va-t-il céder à la tentation de la primature?

Félix Tshisekedi lors de la signature de l’accord politique conclu le 31 décembre à Kinshasa, RDC. © John Bompengo/

Lorsque Corneille Nangaa, le président de la CENI, affirme sur Africa 24 qu’ à la signature de l’accord du 31 décembre, tous les acteurs politiques présents savaient qu’il allait être difficile d’organiser les trois scrutins en une seule séquence, il ne ment pas; lorsqu’il déclare sur la même chaîne que la date de l’organisation des élections a été fixée « en fonction des ingrédients politiques », il ne raconte pas des sornettes non plus. En effet, tous les participants au dialogue piloté par la CENCO savaient que les élections n’allaient pas avoir lieu en décembre. Si du côté du pouvoir, on était prêt à tout, y compris faire des beaux yeux à l’opposition pour obtenir le glissement, du côté du RASSOP, on a joué le jeu parce qu’on était certain d’arracher la primature. Or c’était sans compter avec le pouvoir qui n’avait pas encore dévoiler toutes ses cartes. Dans cette affaire, la Kabilie, qui fait face à de fortes pressions extérieures, mise sur le RASSOP pour arriver à ses fins. Le glissement n’est que la première étape d’une stratégie qui devrait aboutir à la pérennisation du pouvoir kabiliste. Tout le débat — et l’agitation — entourant l’organisation des élections avant la fin de l’année est un leurre, un épais écran de fumée destiné à endormir les Congolais; les enjeux sont ailleurs et le RASSOP en est conscient.

 

Dans certaines chancelleries occidentales, le « double-jeu » du Rassemblement a surpris. Les plus déçus dans l’histoire, ce sont les Américains. Un responsable de l’administration Obama devait confier : « Nous avons marché avec l’opposition congolaise pendant des semaines et des mois, et à la fin, nous nous sommes aperçus que nous faisions du sur place ». Il y a quelques mois, un diplomate européen n’avait pas manqué de faire observer que «Kabila connaît son opposition mieux que la plupart des ambassadeurs qui font pression sur lui ».

 

Du côté du pouvoir en tout cas, on avance lentement mais surement. Après avoir réussi à obtenir le glissement et à diviser l’opposition, la Kabilie compte désormais mettre en branle la troisième phase de son plan qui consiste à confier la primature à Félix Tshilombo. Le fils Tshisekedi va-t-il céder à la tentation? Au sein du RASSOP, certains estiment que OUI, au nom du respect de l’accord de la Saint-Sylvestre. À Kingakati, on est tenté de se frotter les mains, mais on attend… sourire en coin…

 

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.