RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.

Même si en sous-main on manœuvre pour lui trouver la meilleure des parades qui lui permettraient de s’éterniser à la tête du pays. Certaines mauvaises langues à Kinshasa affirment même que la Constitution a été « mirindisée » — c’est-à-dire interprétée grossièrement dans le but de permettre à Joseph Kabila de briguer un troisième mandat—, mais l’opération semble avoir échoué. Du moins pour le moment.

Entre-temps, ça «complote» pas mal en Occident et dans la sous-région, où la crise sociopolitique congolaise inquiète au plus haut point. Les réunions s’enchaînent au nom de la République à démocratiser du Congo sans les Congolais. Les quelques diplomates contactés sont peu bavards, se contentant de répéter que « la communauté internationale tient à ce qu’il y ait une passation de pouvoir pacifique, ordonnée et dans les délais prévus en RDC ».

Du côté de la SADC, on tient le même langage. Mais tout porte à croire qu’on se prépare à tous les scénarios. « Personne ne se fait d’illusion sur les intentions de M. Kabila. Il faut donc se préparer à toutes les éventualités », confie un haut responsable de l’opposition angolaise ayant vécu au Congo. Du côté de Paul Kagame, l’allié en chef de Joseph Kabila, ça bouge aussi. On raconte que Luanda aurait convaincu Kigali de lâcher l’homme de Kingakati en échange de... Et ce n’est pas tout. Selon une source digne de foi, l’Angola aurait aussi manœuvré en coulisse pour court-circuiter l’accord « secret » que Kabila aurait conclu avec Félix Tshisekedi pour en faire son premier ministre. C’est Kabila lui-même qui aurait confié le « petit secret » aux chefs d’État réunis au sommet extraordinaire de la SADC qui s’était tenu à Luanda en avril dernier. D’aucuns se rappelleront cette étonnante déclaration de Moise Katumbi au journal Le Soir : « Lorsque Kabila raconte aux autres chefs d’État qu’en septembre Félix pourrait le rejoindre, c’est tout à fait faux ». En réalité, il y avait une part de vérité dans l’histoire. Mais depuis, Félix a dû reculer. La pression était trop forte pour s’autoriser un flirt avec le pouvoir, qui n’a pas hésité de son côté à retarder l’organisation des obsèques d’Étienne Tshisekedi tel que prévu dans le fameux accord.

Désormais, Tshisekedi fils et Soriano fils ne jurent que par une transition sans Kabila. Et les élections ? Tout le monde en parle, mais personne n’y croit vraiment. De Bruxelles à Paris en passant par certains pays africains, les Dupondt congolais de l’opposition évoquent la déesse transition avec une insistance suspecte. « Ils n’ont jamais voulu les élections », lâche un Kingakatien furax. Depuis quelque temps, l’atmosphère dans ce « paradis » perdu situé à 80 kilomètres de Kinshasa est lourde. « Le boss est très nerveux ces derniers temps », chuchote un homme du sérail. Ce qui n’est pas du tout nouveau. Il y a quelques mois, un autre proche collaborateur du raïs confiait : « La situation est très tendue, le chef crie sur tout le monde... »

En tout cas, pour Félix Tshisekedi et son partenaire in crime Moise Katumbi, l’heure est à la mobilisation pour une transition dekabilisée. Ce qu’ils n’ont pas obtenu par les conciliabules avec le pouvoir, ils comptent désormais l’obtenir en faisant les yeux doux aux faiseurs de rois congolais. «C’est à l’étranger que tout va se jouer», confie un Katumbiste confiant comme Jacques, le petit frère du Christ. Pour lui, ce que fait son chef n’est pas de la prostitution politique, mais plutôt du lobbying.

 

Et le souverain primaire congolais ?

 

Il devra attendre. D’autant plus que l’idée d’une transition dekabilisée commence à faire son petit chemin, au grand plaisir des Dupondt congolais de l’opposition qui se voient déjà califes à la place du calife kingakatien. Mais attention! La partie ne jouera pas qu’à deux. C’est ainsi qu’apparut dans le décor, contre toute attente, celui qui regarde sans regarder, sourit sans sourire, et surtout calcule sans calculer : le président de l’UNC Vital Kamerhe. Gracieuseté d’un pays de la sous-région. La guerre de succession ou d’accession au trône qui se dessine risque d’être «sanglante ». Ce n’est pas Martin Fayulu qui dira le contraire...

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.