RDC : En décidant de ne pas être candidat à sa propre succession Joseph Kabila consolide la démocratie congolaise.

Le président congolais, Joseph Kabila, lors du conférence de presse, le 26 janvier 2018, à Kinshasa. © REUTERS/Kenny Katombe

Ainsi, va la vie en République démocratique du Congo. Il y a eu le 24 avril 1990 et il y aura désormais le 8 août 2018. De même qu'Il y a eu les Présidents Joseph Kassavubu, Mobutu Sese Seko, Laurent Désiré Kabila , Joseph Kabila, au soir du 23 décembre prochain les Congolais découvriront le nouveau nom de celui qui aura la lourde charge de mener durant les cinq prochaines années la destinée de cette nation. 

Respect de la constitution 

C’est à quelques heures de la clôture du dépôt de candidatures pour la présidentielle que Joseph Kabila a de nouveau démontré qu’il reste le maître des horloges. En effet, le président congolais a fait monté la tension et s’est sans doute amusé des spéculations qui ont animé les rues congolaises et ici et là dans le monde, dans l’attente du choix présidentiel. Emmanuel Ramazani Shadari sera en effet le candidat de la majorité sortante. 

Alors que le choix du dauphin paraissait acté. Les plus septiques voyaient toujours le président congolais aller contre le sens de l’histoire. Pourtant le message de ce président peu enclin avec la communication à outrance n’a jamais changé. « Je respecterais la constitution de mon pays. » disait-il aux journalistes l’interrogeant sur son avenir politique. Lors de ses discours sur l’Etat de la Nation, il avait trouvé une autre formule qui devait pourtant éclairer l’opinion. « Mon sort est scellé par la constitution ». Puis à une journaliste trop instante, il demanda qu’on lui offre la constitution congolaise afin qu’elle trouve la réponse à sa question. À sa famille politique, il avait promis de ne pas les conduire vers « un suicide collectif ».

La démocratie est un long chemin dont le succès repose sur des Hommes capables de s'effacer face à l'intérêt général. En choisissant de ne pas être candidat à sa propre succession, le président congolais Joseph Kabila est en phase de réussir une sortir par la grande porte et léguer aux générations futures l'entrée de la République démocratique du Congo dans le club des pays africains ayant connu une alternance démocratique.

À l’écoute 

« Le dossier de candidature à la présidentielle ne se prépare pas en un jour. À cet instant, le dauphin a déjà été notifié et attend impatiemment l’heure de sa présentation. » écrit sur Twitter le jeune député national Patrick Muyaya. 

Effectivement, Joseph Kabila et les siens ont longuement mûri cette réflexion et le choix d’Emmanuel Ramazani Shadari aura été un des secrets les mieux gardé de la majorité présidentielle.

Le futur départ de Joseph Kabila soulignera la force d’un peuple désirant vivre une réelle démocratie. Il soulignera également le sens du sacrifice des Congolais si souvent montrés du doigt par les ennemis du Congo. Joseph Kabila aura tenu ses engagements et respecté la constitution de son pays. Il aura également fait le choix d'écouter les aspirations congolaises désireuses d'une alternance dans la paix. 

Alors quand dans le camp présidentiel l'heure est à la célébration, les oppositions se félicitent d'un choix qui semblerait leur ouvrir la route de la présidence. Emmanuel Ramazani Shadari, fraîchement porté par Joseph Kabila pour defendre le Front Commun pour le Congo, une plateforme dont ce dernier est l'autorité morale, aura également la lourde charge de défendre le bilan du président congolais. Un bilan contrasté, souvent contesté mais qui ne pourra manquer de souligner l’encrage de "la démocratie électorale" en République démocratique du Congo.

Roger Musandji

Oeil d'Afrique 

Videos

Analyses et Opinions

Thomas Sankara avec Blaise Compaoré

15 octobre 1987, Thomas Sankara aurait-il voulu quitter la scène en étant assassiné ?

Thomas Sankara est mort « assassiné » le 15 octobre 1987. Et c’est Blaise Compaoré qui a tué son ami, suivant le récit des deux Libériens, deux proches de Taylor, et qui dit Charles Taylor pense indubitablement à la CIA. Les deux Libériens ont été présents au moment de l’assassinat de Sankara, quand Compaoré vidait son arme sur son ami de plus de 30 ans. Sankara était pourtant armé ce jour-là, mais l’homme a toujours été armé, Il l’était aussi quand Blaise et le général Gilbert Diendéré ont fait leur irruption dans le bureau où il se trouvait.
Faustin-Archange Touadéra, Président de la Centrafrique

Sommet de la Francophonie : les dessous du mini sommet sur la RCA .

Se sentant démarquer par Moscou à Bangui, Paris essaie de rabattre ses cartes pour ne pas perdre totalement la place sur le terrain. L’enjeu est à la fois géopolitique et géostratégique et prend les allures d’une guerre Froide entre Moscou et Paris qui utilise ses anciens relais du pré-carré pour faire barrage à Moscou.
Candidats à l'élection présidentielle 2018 au Cameroun

Lettre de Charles ONANA aux dirigeants camerounais et aux responsables de l'opposition

Le Cameroun traverse actuellement une crise majeure qui peut conduire à l'embrasement du pays si elle n'est pas gérée avec toute l'intelligence nécessaire de la part du pouvoir et de l'opposition. C'est la première fois depuis l'accession à l'indépendance que la contestation du pouvoir en place risque d'entraîner le Cameroun, déjà en proie à l'insécurité, à la dérive. 
Image d'illustration

L’Art comme l’Afrique : Réponse à Jacque ATTALI

Je viens de lire le texte Jacques Attali intitulé « Et l’Afrique ? » dans lequel l’intellectuel français broge une image sur l’absence de l’art en Afrique subsaharienne. Sans remettre en cause les qualités intellectuelles de l’auteur qui sont indiscutables, le fil conducteur de son argumentation est principalement le manque de logique.
Eric Zemmour face à Hapsatou Sy - Capture d'écran C8

Les Français d’origine africaine versent dans la victimisation en lieu et place de s’organiser

Éric Zemmour peut tenir des propos désobligeants voire racistes à l’égard des Noirs et des Arabes français, il sera toujours invité dans les médias français, au nom de la liberté d’expression par les mêmes qui ont juré de ne plus jamais inviter l’humoriste Dieudonné parce qu’il aurait tenu des propos antisémites.
Travail des enfants dans les mines en République Démocratique du Congo

Les enfants du Congo sont toujours au fond des mines

Le président de l'Union africaine, les dirigeants de la RDC, les organisations des droits de l'Homme ou de l'enfant défendent les enfants du Congo. Ils les défendent tellement que cela se voit et s'entend. Il semble que d'autres préfèrent prier, prier, et encore prier mais ça ne change rien.
Paul Kagame reçu en 2017 par Benjamin Netanyahu

Israël-Rwanda : les masques tombent

En 1994, lorsque les populations rwandaises, fuyant l'avancée du FPR de Paul Kagame qui s'apprête à prendre le pouvoir à Kigali, se déversent massivement au Congo-Zaïre, toutes les organisations humanitaires ne parlent que de la crise humanitaire sans précédent et du génocide. Personne ne demande ce qui est à l'origine de cette crise ni pourquoi le Congo-Zaïre en devient la cible. Très vite, les autorités israéliennes décident de lancer une opération humanitaire à Goma sous le nom de code « Internes of hope » (Médecins de l'espoir).