RDC : En décidant de ne pas être candidat à sa propre succession Joseph Kabila consolide la démocratie congolaise.

Le président congolais, Joseph Kabila, lors du conférence de presse, le 26 janvier 2018, à Kinshasa. © REUTERS/Kenny Katombe

Ainsi, va la vie en République démocratique du Congo. Il y a eu le 24 avril 1990 et il y aura désormais le 8 août 2018. De même qu'Il y a eu les Présidents Joseph Kassavubu, Mobutu Sese Seko, Laurent Désiré Kabila , Joseph Kabila, au soir du 23 décembre prochain les Congolais découvriront le nouveau nom de celui qui aura la lourde charge de mener durant les cinq prochaines années la destinée de cette nation. 

Respect de la constitution 

C’est à quelques heures de la clôture du dépôt de candidatures pour la présidentielle que Joseph Kabila a de nouveau démontré qu’il reste le maître des horloges. En effet, le président congolais a fait monté la tension et s’est sans doute amusé des spéculations qui ont animé les rues congolaises et ici et là dans le monde, dans l’attente du choix présidentiel. Emmanuel Ramazani Shadari sera en effet le candidat de la majorité sortante. 

Alors que le choix du dauphin paraissait acté. Les plus septiques voyaient toujours le président congolais aller contre le sens de l’histoire. Pourtant le message de ce président peu enclin avec la communication à outrance n’a jamais changé. « Je respecterais la constitution de mon pays. » disait-il aux journalistes l’interrogeant sur son avenir politique. Lors de ses discours sur l’Etat de la Nation, il avait trouvé une autre formule qui devait pourtant éclairer l’opinion. « Mon sort est scellé par la constitution ». Puis à une journaliste trop instante, il demanda qu’on lui offre la constitution congolaise afin qu’elle trouve la réponse à sa question. À sa famille politique, il avait promis de ne pas les conduire vers « un suicide collectif ».

La démocratie est un long chemin dont le succès repose sur des Hommes capables de s'effacer face à l'intérêt général. En choisissant de ne pas être candidat à sa propre succession, le président congolais Joseph Kabila est en phase de réussir une sortir par la grande porte et léguer aux générations futures l'entrée de la République démocratique du Congo dans le club des pays africains ayant connu une alternance démocratique.

À l’écoute 

« Le dossier de candidature à la présidentielle ne se prépare pas en un jour. À cet instant, le dauphin a déjà été notifié et attend impatiemment l’heure de sa présentation. » écrit sur Twitter le jeune député national Patrick Muyaya. 

Effectivement, Joseph Kabila et les siens ont longuement mûri cette réflexion et le choix d’Emmanuel Ramazani Shadari aura été un des secrets les mieux gardé de la majorité présidentielle.

Le futur départ de Joseph Kabila soulignera la force d’un peuple désirant vivre une réelle démocratie. Il soulignera également le sens du sacrifice des Congolais si souvent montrés du doigt par les ennemis du Congo. Joseph Kabila aura tenu ses engagements et respecté la constitution de son pays. Il aura également fait le choix d'écouter les aspirations congolaises désireuses d'une alternance dans la paix. 

Alors quand dans le camp présidentiel l'heure est à la célébration, les oppositions se félicitent d'un choix qui semblerait leur ouvrir la route de la présidence. Emmanuel Ramazani Shadari, fraîchement porté par Joseph Kabila pour defendre le Front Commun pour le Congo, une plateforme dont ce dernier est l'autorité morale, aura également la lourde charge de défendre le bilan du président congolais. Un bilan contrasté, souvent contesté mais qui ne pourra manquer de souligner l’encrage de "la démocratie électorale" en République démocratique du Congo.

Roger Musandji

Oeil d'Afrique 

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?