RDC: Doit-on porter un « nom griffé » pour pour être apprécié ou aimé ?

Sindika Dokolo, initiateur du mouvement citoyen "Les Congolais Debout"

Dans l’une de ses chansons (Feu de l’amour), l’artiste JB Mpiana aborde la question du rapport du Kinois — et par extension du Congolais — aux autres. Il explique qu’à Kinshasa, pour être apprécié ou aimé, tu dois porter un « nom griffé »; autrement dit, tu dois venir d’une famille connue (riche) et qui a la côte. Il fait observer que ceux qui ne sont pas dans cette situation n’existent tout simplement pas; ils sont parfois obligés de mentir pour se faire accepter dans la société.

En observant la vague de soutien apportée au mouvement de notre frère Sindika Dokolo, je n’ai pu m’empêcher de penser à cette chanson de JB Mpiana. Parce qu’au fond, si Sindika est soutenu par certains compatriotes, ce n’est pas parce qu’il a un projet de société sérieux ou a proposé quelque de nouveau aux Congolais, NON; c’est avant tout parce qu’il porte le nom Dokolo et est le gendre du dictateur angolais Dos Santos. Ces éléments suffisent à faire de lui la coqueluche de certains d’entre nous, surtout les compatriotes du Kongo central. Solidarité régionale oblige. Je ne dis pas que le compatriote Sindika n’est pas un homme intelligent, loin de là, mais une chose est sûre : chez la plupart de nos compatriotes, ce ne sont pas les idées qui priment, mais bien le nom, le carnet d’adresse et le compte en banque.

Au pays, on court après les t-shirts et les billets de franc congolais distribués par des politicards sans scrupules, et dans la diaspora, on court après le nom d’un gosse de riche connu ou des politicards sans scrupules. Nous ne sommes pas vraiment différents de ceux qui sont restés au pays. C’est la même mentalité du bilanda-landa sans raison sérieuse. Nous ne sommes pas en Amérique latine où la plupart des leaders adulés par les masses populaires sont issus de la base, connaissent la souffrance du peuple et se battent pour lui redonner sa dignité confisquée par les puissances impériales et leurs marionnettes locales.

Chez les Congolais, l’apparence compte beaucoup; à plus forte raison la fortune et les biens matériels qui peuvent faire d’une famille normale une «famille griffée». Je parie que si l’on mettait en face de Sindika Dokolo (voire Moise Katumbi ou Olivier Kamitatu) une tête très bien faite et ayant un projet béton pouvant sortir le pays de sa calamiteuse situation, les gens préféreraient quand même suivre le métis. Après tout, il est riche et est le gendre de Dos Santos. C'est suffisant. Et qui n’aimerait pas être à sa place? En fait, notre rapport aux biens matériels est problématique; beaucoup sont prêts à toutes les compromissions pour accumuler des biens et des richesses et ainsi « devenir quelqu’un » dans la société, comme on dit en Afrique. Nous avons beaucoup à apprendre de la vie.

Le modèle occidental nous a terriblement aliénés et corrompus. Quand certains d’entre nous recherchent la dignité dans l’accumulation des biens et des richesses, d’autres peuples privilégient les valeurs morales qui font leur dignité. Si nous ne changeons pas, nous demeurerons alors les esclaves consentants et éternels de ceux qui se sont faits les chantres des visées libérales et mercantilistes dans notre pays.

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.
Royal Maroc

La Compagnie Royal Air Maroc va-t-elle prioriser le rapatriement des citoyens marocains & Africains ?

Sa Majesté le Roi du Maroc considère à juste titre que la vie des marocains a plus de valeur  que les intérêts économiques du pays, il conviendrait d’espérer que la compagnie nationale Royal Air Maroc en fasse de même quand les vols internationaux seront à nouveau ouverts à sa clientèle.
©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.