RDC – Corneille Nangaa: « les politiques parlent de tout sauf des élections »

Corneille Nangaa, Président de la CENCI

Le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Corneille Nangaa a répondu ce mercredi aux questions des internautes lors de la #NewsForum organisée par le site congolais Actualité.cd. Un exercice qui a conduit M.Naanga à s’exprimer sur le débat qui anime l’actualité de la RDC. 

 

L’avis du Président de la Ceni sur les différents dialogues qui ont eu lieu ces derniers mois au Congo était attendu. Dans un pays où tout le monde à un avis sur tous, Corneille Nangaa a choisi le « parler vrai », face à un public de plus en plus exigeant et précis dans les questions.  

 

Pour Corneille Nangaa: « Les hommes politiques parlent de tout sauf des élections. » Pourtant, la question de l’élection présidentielle est bien la raison qui a conduit le Congo à vivre les tristes événements de septembre 2016. C’est encore la non-organisation de la présidentielle qui a conduit certains à dialoguer, à éviter à la République de basculer dans l’inconnu. Alors pourquoi ces politiciens ne parlent-ils pas des élections? 

 

Kabila n’a pas de dauphin – Pour la Majorité Présidentielle, il est difficile de parler d’un sujet aussi sensible tant que l’après Kabila n’a pas encore été traité. La question du dauphin est régulièrement balayée par les ténors du mouvement. Aubin Minaku, secrétaire général de la MP, s’est toujours employé à brouiller les pistes. « Ce n’est ni le moment ni le contexte de désigner de dauphin… Nous présenterons des candidats dans toutes les élections… » Difficile de croire à un tel engagement quand on sait que les 250 partis constituant la Majorité Présidentielle ont uniquement Joseph Kabila comme dénominateur commun. Le départ de se dernier sonnera à coup sûr la fin de cette union.  

 

Alors, tant que Joseph Kabila n’aura pas clairement précisé ses intentions, aucun membre de la MP n’osera aborder publiquement le sujet. « À l’heure actuelle, parler d’élections signifierait que nous avons trouvé le moyen d’aider le Président Kabila à rester en Place. Or, le projet de révision constitutionnelle ne prend pas. Il nous est impossible d’organiser un référendum sur le sujet. Le risque est trop important. » déclare un membre de la MP ayant requis l’anonymat. 

 

Du côté de l’opposition, le temps est à la guerre du leadership. Tombée dans le piège du dialogue, de la solution magique de crises politiques en Afrique, le Rassemblement semble rajouter à sa peine la guerre des egos. Leader incontesté de l’opposition Etienne Tshisekedi s’en est allé sans avoir orchestré sa succession. Son Parti l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et le Rassemblement des forces sociales acquises au changement n’arrivent pas à se trouver un nouveau leader.  

 

Etranger au Rassemblement – Moïse Katumbi qui pouvait prendre le relais d’Etienne Tshisekedi, éprouve des difficultés à mettre la main cet héritage. En interne des voix s’élèvent pour contester la tentative de récupération. Pour Lisanga Bonganga, c’est « Moïse Katumbi qui est étranger au Rassemblement. » Exilé en Europe, loin des discussions directes, M.Katumbi mise sur Felix Tshisekedi pour réussir à fédérer au tour de lui. 

 

Mais Felix Tshisekedi est de son côté pris par son projet personnel. Être le Premier Ministre issu du dialogue de la Saint-Sylvestre. Un désir loin de faire l’unanimité dans les rangs du Rassemblement aujourd’hui divisé en deux branches. De même que du côté du président Kabila, qui selon Valentin Mubake, secrétaire général adjoint de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) – n’apprécie par l’impatience de Felix Tshisekedi et n’a pas pour l’heure l’intention d’en faire un Premier ministre. 

 

Au Congo, les enjeux dépendent de la place d’où s’expriment les hommes politiques.  Alors que d’autres luttent pour préserver leurs acquis, d’autres luttent pour avoir leur part du gâteau. Le tout se faisant sous la promesse d’un profond désir d’élections d’ici à la fin de l’année. 

 

Roger Musandji Nzanza 

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.