RDC – Corneille Nangaa: « les politiques parlent de tout sauf des élections »

Corneille Nangaa, Président de la CENCI

Le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Corneille Nangaa a répondu ce mercredi aux questions des internautes lors de la #NewsForum organisée par le site congolais Actualité.cd. Un exercice qui a conduit M.Naanga à s’exprimer sur le débat qui anime l’actualité de la RDC. 

 

L’avis du Président de la Ceni sur les différents dialogues qui ont eu lieu ces derniers mois au Congo était attendu. Dans un pays où tout le monde à un avis sur tous, Corneille Nangaa a choisi le « parler vrai », face à un public de plus en plus exigeant et précis dans les questions.  

 

Pour Corneille Nangaa: « Les hommes politiques parlent de tout sauf des élections. » Pourtant, la question de l’élection présidentielle est bien la raison qui a conduit le Congo à vivre les tristes événements de septembre 2016. C’est encore la non-organisation de la présidentielle qui a conduit certains à dialoguer, à éviter à la République de basculer dans l’inconnu. Alors pourquoi ces politiciens ne parlent-ils pas des élections? 

 

Kabila n’a pas de dauphin – Pour la Majorité Présidentielle, il est difficile de parler d’un sujet aussi sensible tant que l’après Kabila n’a pas encore été traité. La question du dauphin est régulièrement balayée par les ténors du mouvement. Aubin Minaku, secrétaire général de la MP, s’est toujours employé à brouiller les pistes. « Ce n’est ni le moment ni le contexte de désigner de dauphin… Nous présenterons des candidats dans toutes les élections… » Difficile de croire à un tel engagement quand on sait que les 250 partis constituant la Majorité Présidentielle ont uniquement Joseph Kabila comme dénominateur commun. Le départ de se dernier sonnera à coup sûr la fin de cette union.  

 

Alors, tant que Joseph Kabila n’aura pas clairement précisé ses intentions, aucun membre de la MP n’osera aborder publiquement le sujet. « À l’heure actuelle, parler d’élections signifierait que nous avons trouvé le moyen d’aider le Président Kabila à rester en Place. Or, le projet de révision constitutionnelle ne prend pas. Il nous est impossible d’organiser un référendum sur le sujet. Le risque est trop important. » déclare un membre de la MP ayant requis l’anonymat. 

 

Du côté de l’opposition, le temps est à la guerre du leadership. Tombée dans le piège du dialogue, de la solution magique de crises politiques en Afrique, le Rassemblement semble rajouter à sa peine la guerre des egos. Leader incontesté de l’opposition Etienne Tshisekedi s’en est allé sans avoir orchestré sa succession. Son Parti l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et le Rassemblement des forces sociales acquises au changement n’arrivent pas à se trouver un nouveau leader.  

 

Etranger au Rassemblement – Moïse Katumbi qui pouvait prendre le relais d’Etienne Tshisekedi, éprouve des difficultés à mettre la main cet héritage. En interne des voix s’élèvent pour contester la tentative de récupération. Pour Lisanga Bonganga, c’est « Moïse Katumbi qui est étranger au Rassemblement. » Exilé en Europe, loin des discussions directes, M.Katumbi mise sur Felix Tshisekedi pour réussir à fédérer au tour de lui. 

 

Mais Felix Tshisekedi est de son côté pris par son projet personnel. Être le Premier Ministre issu du dialogue de la Saint-Sylvestre. Un désir loin de faire l’unanimité dans les rangs du Rassemblement aujourd’hui divisé en deux branches. De même que du côté du président Kabila, qui selon Valentin Mubake, secrétaire général adjoint de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) – n’apprécie par l’impatience de Felix Tshisekedi et n’a pas pour l’heure l’intention d’en faire un Premier ministre. 

 

Au Congo, les enjeux dépendent de la place d’où s’expriment les hommes politiques.  Alors que d’autres luttent pour préserver leurs acquis, d’autres luttent pour avoir leur part du gâteau. Le tout se faisant sous la promesse d’un profond désir d’élections d’ici à la fin de l’année. 

 

Roger Musandji Nzanza 

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?