RDC – Corneille Nangaa: « les politiques parlent de tout sauf des élections »

Corneille Nangaa, Président de la CENCI

Le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Corneille Nangaa a répondu ce mercredi aux questions des internautes lors de la #NewsForum organisée par le site congolais Actualité.cd. Un exercice qui a conduit M.Naanga à s’exprimer sur le débat qui anime l’actualité de la RDC. 

 

L’avis du Président de la Ceni sur les différents dialogues qui ont eu lieu ces derniers mois au Congo était attendu. Dans un pays où tout le monde à un avis sur tous, Corneille Nangaa a choisi le « parler vrai », face à un public de plus en plus exigeant et précis dans les questions.  

 

Pour Corneille Nangaa: « Les hommes politiques parlent de tout sauf des élections. » Pourtant, la question de l’élection présidentielle est bien la raison qui a conduit le Congo à vivre les tristes événements de septembre 2016. C’est encore la non-organisation de la présidentielle qui a conduit certains à dialoguer, à éviter à la République de basculer dans l’inconnu. Alors pourquoi ces politiciens ne parlent-ils pas des élections? 

 

Kabila n’a pas de dauphin – Pour la Majorité Présidentielle, il est difficile de parler d’un sujet aussi sensible tant que l’après Kabila n’a pas encore été traité. La question du dauphin est régulièrement balayée par les ténors du mouvement. Aubin Minaku, secrétaire général de la MP, s’est toujours employé à brouiller les pistes. « Ce n’est ni le moment ni le contexte de désigner de dauphin… Nous présenterons des candidats dans toutes les élections… » Difficile de croire à un tel engagement quand on sait que les 250 partis constituant la Majorité Présidentielle ont uniquement Joseph Kabila comme dénominateur commun. Le départ de se dernier sonnera à coup sûr la fin de cette union.  

 

Alors, tant que Joseph Kabila n’aura pas clairement précisé ses intentions, aucun membre de la MP n’osera aborder publiquement le sujet. « À l’heure actuelle, parler d’élections signifierait que nous avons trouvé le moyen d’aider le Président Kabila à rester en Place. Or, le projet de révision constitutionnelle ne prend pas. Il nous est impossible d’organiser un référendum sur le sujet. Le risque est trop important. » déclare un membre de la MP ayant requis l’anonymat. 

 

Du côté de l’opposition, le temps est à la guerre du leadership. Tombée dans le piège du dialogue, de la solution magique de crises politiques en Afrique, le Rassemblement semble rajouter à sa peine la guerre des egos. Leader incontesté de l’opposition Etienne Tshisekedi s’en est allé sans avoir orchestré sa succession. Son Parti l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et le Rassemblement des forces sociales acquises au changement n’arrivent pas à se trouver un nouveau leader.  

 

Etranger au Rassemblement – Moïse Katumbi qui pouvait prendre le relais d’Etienne Tshisekedi, éprouve des difficultés à mettre la main cet héritage. En interne des voix s’élèvent pour contester la tentative de récupération. Pour Lisanga Bonganga, c’est « Moïse Katumbi qui est étranger au Rassemblement. » Exilé en Europe, loin des discussions directes, M.Katumbi mise sur Felix Tshisekedi pour réussir à fédérer au tour de lui. 

 

Mais Felix Tshisekedi est de son côté pris par son projet personnel. Être le Premier Ministre issu du dialogue de la Saint-Sylvestre. Un désir loin de faire l’unanimité dans les rangs du Rassemblement aujourd’hui divisé en deux branches. De même que du côté du président Kabila, qui selon Valentin Mubake, secrétaire général adjoint de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) – n’apprécie par l’impatience de Felix Tshisekedi et n’a pas pour l’heure l’intention d’en faire un Premier ministre. 

 

Au Congo, les enjeux dépendent de la place d’où s’expriment les hommes politiques.  Alors que d’autres luttent pour préserver leurs acquis, d’autres luttent pour avoir leur part du gâteau. Le tout se faisant sous la promesse d’un profond désir d’élections d’ici à la fin de l’année. 

 

Roger Musandji Nzanza 

Videos

Analyses et Opinions

Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.
Des manifestants brandissent des pancartes appelant à libérer Hajar Raissouni, journaliste marocaine condamnée à un an de prison pour "avortement illégal" et relations sexuelles hors mariage, à Rabat, le 2 octobre 2019. (STRINGER / AFP)

Maroc : le collectif des "Hors-la-loi" demande l'arrêt des poursuites liées aux mœurs

Un collectif auteur d'un manifeste "Hors-la-loi" signé par 10 000 personnes a demandé au parquet marocain de suspendre l'application de "lois liberticides" punissant de prison le sexe hors-mariage, l'adultère et l'avortement. Le manifeste des "Hors-la loi" a été publié le 23 septembre au moment du procès d'Hajar Raïssouni, une journaliste condamnée le 30 septembre à un an de prison ferme pour "avortement illégal" et "débauche" (sexe hors mariage) et dont les proches ont dit à l'AFP qu'elle ferait appel. 
Guillaume Soro

Côte d’Ivoire: Guillaume Soro candidat à la présidentielle de 2020

C’était un secret de polichinelle, c’est désormais public. Guillaume Soro est candidat à la présidentielle ivoirienne de 2020. L’ancien président de l’Assemblée nationale, devenu opposant au régime d’Alassane Ouattara, l’a annoncé lors d’une réunion avec des sympathisants de la diaspora à Valence en Espagne samedi.
Le président français Emmanuel Macron

Macron l’Africain : le soufflé est retombé.

Emmanuel Macron est probablement le président français dont l’élection a suscité un espoir général au sein des populations africaines, toutes générations confondues. Deux ans après, elles sont partagées entre désenchantement et interrogations.
Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.