RDC – Corneille Nangaa: « les politiques parlent de tout sauf des élections »

Corneille Nangaa, Président de la CENCI

Le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Corneille Nangaa a répondu ce mercredi aux questions des internautes lors de la #NewsForum organisée par le site congolais Actualité.cd. Un exercice qui a conduit M.Naanga à s’exprimer sur le débat qui anime l’actualité de la RDC. 

 

L’avis du Président de la Ceni sur les différents dialogues qui ont eu lieu ces derniers mois au Congo était attendu. Dans un pays où tout le monde à un avis sur tous, Corneille Nangaa a choisi le « parler vrai », face à un public de plus en plus exigeant et précis dans les questions.  

 

Pour Corneille Nangaa: « Les hommes politiques parlent de tout sauf des élections. » Pourtant, la question de l’élection présidentielle est bien la raison qui a conduit le Congo à vivre les tristes événements de septembre 2016. C’est encore la non-organisation de la présidentielle qui a conduit certains à dialoguer, à éviter à la République de basculer dans l’inconnu. Alors pourquoi ces politiciens ne parlent-ils pas des élections? 

 

Kabila n’a pas de dauphin – Pour la Majorité Présidentielle, il est difficile de parler d’un sujet aussi sensible tant que l’après Kabila n’a pas encore été traité. La question du dauphin est régulièrement balayée par les ténors du mouvement. Aubin Minaku, secrétaire général de la MP, s’est toujours employé à brouiller les pistes. « Ce n’est ni le moment ni le contexte de désigner de dauphin… Nous présenterons des candidats dans toutes les élections… » Difficile de croire à un tel engagement quand on sait que les 250 partis constituant la Majorité Présidentielle ont uniquement Joseph Kabila comme dénominateur commun. Le départ de se dernier sonnera à coup sûr la fin de cette union.  

 

Alors, tant que Joseph Kabila n’aura pas clairement précisé ses intentions, aucun membre de la MP n’osera aborder publiquement le sujet. « À l’heure actuelle, parler d’élections signifierait que nous avons trouvé le moyen d’aider le Président Kabila à rester en Place. Or, le projet de révision constitutionnelle ne prend pas. Il nous est impossible d’organiser un référendum sur le sujet. Le risque est trop important. » déclare un membre de la MP ayant requis l’anonymat. 

 

Du côté de l’opposition, le temps est à la guerre du leadership. Tombée dans le piège du dialogue, de la solution magique de crises politiques en Afrique, le Rassemblement semble rajouter à sa peine la guerre des egos. Leader incontesté de l’opposition Etienne Tshisekedi s’en est allé sans avoir orchestré sa succession. Son Parti l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et le Rassemblement des forces sociales acquises au changement n’arrivent pas à se trouver un nouveau leader.  

 

Etranger au Rassemblement – Moïse Katumbi qui pouvait prendre le relais d’Etienne Tshisekedi, éprouve des difficultés à mettre la main cet héritage. En interne des voix s’élèvent pour contester la tentative de récupération. Pour Lisanga Bonganga, c’est « Moïse Katumbi qui est étranger au Rassemblement. » Exilé en Europe, loin des discussions directes, M.Katumbi mise sur Felix Tshisekedi pour réussir à fédérer au tour de lui. 

 

Mais Felix Tshisekedi est de son côté pris par son projet personnel. Être le Premier Ministre issu du dialogue de la Saint-Sylvestre. Un désir loin de faire l’unanimité dans les rangs du Rassemblement aujourd’hui divisé en deux branches. De même que du côté du président Kabila, qui selon Valentin Mubake, secrétaire général adjoint de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) – n’apprécie par l’impatience de Felix Tshisekedi et n’a pas pour l’heure l’intention d’en faire un Premier ministre. 

 

Au Congo, les enjeux dépendent de la place d’où s’expriment les hommes politiques.  Alors que d’autres luttent pour préserver leurs acquis, d’autres luttent pour avoir leur part du gâteau. Le tout se faisant sous la promesse d’un profond désir d’élections d’ici à la fin de l’année. 

 

Roger Musandji Nzanza 

Videos

Analyses et Opinions

©J.M. Giordano / SOPA Imag/SIPA;

Le racisme : une plaie congénitale des USA

Toute société construite sur les fondements de l'exclusion d'une partie de la population est productrice de violence sous diverses formes, et son existence demeure gangrenée par des convulsions sociales permanentes.
Capture d'écran de la vidéo de l'arrestation qui a conduit au meurtre de George Floyd par un policier blanc de Minneapolis

Noirs tués par des policiers blancs aux États-Unis. Tout est avant tout question de rapport de force

Une autre vidéo d’un policier blanc américain tuant un Noir comme si de rien n’était. Une de plus diront certains. Eh oui une de plus ! Et comme d’habitude, ça va marcher, manifester et crier leur colère, sans plus. C’est à ce genre de spectacle que les Noirs américains nous ont habitués à chaque fois qu’un des leurs est tué par un policier blanc.
Gorille à dos argenté © Kiki Lawanda

Le Soft Power au Congo - Brazzaville : un levier de puissance et de développement

Une réflexion du Think Tank A.C.C. (Ateliers Citoyens du Congo)Le Soft Power est la puissance de séduction et de persuasion d’un Etat. L’attractivité de la culture, la force de la diplomatie publique, le rayonnement du modèle politico-économique et de ses valeurs propres sont vecteurs du soft power d'un pays.Le Congo, sans avoir mis en place une vraie stratégie pour se doter de ce pouvoir d’adhésion, a de nombreux atouts pour faire figure de leader du Soft Power en Afrique centrale.
Vital Kamerhe

RDC : les leçons du deuxième round du procès Vital Kamerhe

Le deuxième round du procès opposant le ministère public congolais à Vital Kamerhe a été beaucoup plus intéressant que le premier round. En regardant le film du procès, j’ai vu un Vital Kamerhe sûr de lui comme d’habitude, combattif, mais pas nécessairement porté à en découdre, comme il y a trois semaines. La « surdose » d’arrogance du premier face-à-face a laissé place à une petite dose de retenue qui, de temps à autre, a laissé libre cours à une certaine impudence.
Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba arrêté pour faux et usage de faux

La séparation des pouvoirs et la problématique de la question de l'immunité parlementaire à l'épreuve en RDC

La présidente de la chambre basse du parlement de la RDC, Jeannine Mabunda hausse le ton et monte au créneau pour interpeller le ministère public afin de procéder à la suspension des poursuites engagées contre un député en pleine session. Jean-Jacques Mamba, député du MLC de Jean-Pierre Bemba auteur d'une pétition a été arrêté ce matin puis présenté illico presto devant un juge qui a décidé de l' assigner e
Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019.
Vital Kamerhe, Directeur du cabinet du président Felix-Antoine Tshisekedi

RDC : Les leçons du premier round du procès Vital Kamerhe

Le premier jour du procès Kamerhe laisse apparaître la stratégie que compte adopter la défense du directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. En regardant le film du procès, j’ai vu un Kamerhe sûr de lui, combattif et prêt à en découdre. Ça promet. J’ai également observé un Kamerhe un peu hésitant lorsque le ministère public a voulu avoir des précisions sur son rôle dans le programme des 100 jours. A-t-il agi en tant que directeur de cabinet, superviseur ou les deux ? s’est interrogé le ministère public.