Réponse à ceux qui n’aiment pas la France

Vue de l'avenue des Champs Elysée, Paris | France

Devais-je en 2015, manifester place de la Republique et être « Charlie » pour être reconnu comme un « vrai » français? Aurais-je dû battre le pavé sur les Champs Elysée, ce 9 décembre, pour dire au revoir à Johnny Hallyday, l’idole des jeunes, devenus depuis des cinquantenaires, afin de prouver mon attachement à la France?

Je n’ai jamais été lecteur de Charlie Hebdo. Je ne suis pas de ceux qui se cachent derrière une forme de presse décidée à s’acharner, à stigmatiser une population, mener une lutte idéologique, imposée une pensée le tout dissimulé sous la casquette de la satire.

Tout comme je ne suis pas fan de Charlie Hebdo, je ne suis pas non plus fan de la musique de Johnny Hallyday. J’ai comme beaucoup eu à écouter au passage, à la radio ou à la télévision les tubes de Johnny, mais je n’ai jamais aimé ce qu’il chantait. J’ose espérer que j’ai encore le droit d’avoir un avis sur la qualité de la musique que nous proposait monsieur Hallyday.

Dire cela, ne m’empêche nullement d’avoir une pensée profonde pour les familles des victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo et celle de Johnny Hallyday. Que leurs âmes reposent en paix.

Alors que penser de ceux qui n’ont pas été place de la madeleine? Que dire de cette France « black-blanc-beur » qui n’a pas colorée les images des chaînes de télévisions?

Cette France est celle qui a permis aux chaînes de battre des records d’audiences. Elle a accompagné la star qu’était Johnny en silence, dans le recueillement. Cette France que d’autres voudraient la limitée au 9-3 n’a pas besoin de chanter « Allumer le feu », « Le Pénitencier » ou « Marie » pour obtenir une soit disante reconnaissance de l’assimilation de la culture française.

Nous, les Nzanza, les Nguyen, les Mohamed, les Nzuzi, les Djibril, les Aymeric, les Pierre... avons choisi de ne pas profiter de la peine d’une famille pour faire comme les vautours de la bien-pensante, alors que le corps de Johnny n’est pas encore mis en terre. Nous ne sommes pas partisans de la haine.

Roger Musandji Nzanza

 

Videos

Analyses et Opinions

Le président de la RDCongo, Joseph Kabila, à Kinshasa. 26 janvier 2018 | AFP | THOMAS NICOLON

Présidentielle en RDC: Kabila chef de file d'une coalition électorale

Le président congolais Joseph Kabila, que ses adversaires accusent de vouloir briguer un troisième mandat contre la Constitution, a été désigné "autorité morale" d'une plate-forme électorale présentée jeudi en conseil des ministres, selon un compte-rendu de l'exécutif diffusé vendredi.
Joseph Kabila et Emmerson Mnangagwa, le 27 février 2018 à Kinshasa. © DR / Présidence RDC

RDC : Est-ce à l’étranger que tout se jouera?

Partira ou ne partira pas? C’est la question que de nombreux Congolais et observateurs de la scène politique RDCienne se posent à propos de Joseph Kabila. Dans le camp du pouvoir, on jure par tous les dieux que le chef de l’État congolais va respecter la Constitution.
Ces dirigeants africains qui rêvent secrètement (ou pas) de rester au pouvoir

Troisième mandat présidentiel, nouveau jeu de certains Présidents Africains.

En accédant à la magistrature suprême, ils jurent tous fidélité aux textes qui leur ont permis d’être à la tête de leur nation. Pourtant, certains présidents africains semblent avoir découvert des nouveaux jeux leur permettant de continuer une partie qui se joue uniquement en deux manches. 
Mamoudou Gassama, sauveur enfant de 4 ans.

Humeur : Mamoudou Gassama, Africain et héroïque

Si nous n'avions pas été dans l'ère des réseaux sociaux, son exploit nous aurait été conté comme dans nos légendes africaines mettant en scène la bravoure de nos héros.Sauf que nous sommes en France. En 2018 et que chacun est équipé d'un smartphone. Un outil grâce ou a cause duquel plus rien ne sera jamais comme avant. Mamoudou Gassama en se réveillant ce matin du 27 mai 2018 était à mille lieux de s'imaginer en héros mondial a la tombée de la nuit. 
Le général Mokoko, ex-candidat à la présidentielle de 2016, à Brazzaville

Congo Brazza : Que peut- on retenir du procès du Général Jean Marie Michel Mokoko ?

Nous venons tous de suivre ce procès qui ne cesse de faire couler beaucoup d'encres tant au niveau national qu'international. La condamnation ne peut être une fatalité si l'on s'appuie sur l'histoire évenementielle de la politique africaine des années cinquante à ce jour.
L'ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018 / Florence Morice

Procès Mokoko : que veut Denis Sassou Nguesso ?

Les différends entre deux chevaliers se réglaient lors d’un face-à-face dont l’issue incertaine, avait l’avantage de déterminer sans équivoque le vainqueur. C’est en cette règle que le Général Jean-Marie Michel Mokoko a cru lorsqu’il s’était lancé dans la campagne présidentielle de 2016. Je te dois. Tu me dois.
Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, en visite officielle au Burundi, passant les troupes en revue avec son homologue Christian Nkurunziza le 13 avril 2018 à Bujumbura. © DR – DCP Burundi

Ali Bongo intensifie son action diplomatique en Afrique Centrale

Ali Bongo Ondimba était en fin de semaine dernière en visite officielle au Burundi. Le chef de l’Etat gabonais, qui est également le président en exercice de la CEEAC, s’est montré ces derniers mois très actif sur le plan diplomatique, notamment en Afrique Centrale. Voici pourquoi.