Réponse à ceux qui n’aiment pas la France

Vue de l'avenue des Champs Elysée, Paris | France

Devais-je en 2015, manifester place de la Republique et être « Charlie » pour être reconnu comme un « vrai » français? Aurais-je dû battre le pavé sur les Champs Elysée, ce 9 décembre, pour dire au revoir à Johnny Hallyday, l’idole des jeunes, devenus depuis des cinquantenaires, afin de prouver mon attachement à la France?

Je n’ai jamais été lecteur de Charlie Hebdo. Je ne suis pas de ceux qui se cachent derrière une forme de presse décidée à s’acharner, à stigmatiser une population, mener une lutte idéologique, imposée une pensée le tout dissimulé sous la casquette de la satire.

Tout comme je ne suis pas fan de Charlie Hebdo, je ne suis pas non plus fan de la musique de Johnny Hallyday. J’ai comme beaucoup eu à écouter au passage, à la radio ou à la télévision les tubes de Johnny, mais je n’ai jamais aimé ce qu’il chantait. J’ose espérer que j’ai encore le droit d’avoir un avis sur la qualité de la musique que nous proposait monsieur Hallyday.

Dire cela, ne m’empêche nullement d’avoir une pensée profonde pour les familles des victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo et celle de Johnny Hallyday. Que leurs âmes reposent en paix.

Alors que penser de ceux qui n’ont pas été place de la madeleine? Que dire de cette France « black-blanc-beur » qui n’a pas colorée les images des chaînes de télévisions?

Cette France est celle qui a permis aux chaînes de battre des records d’audiences. Elle a accompagné la star qu’était Johnny en silence, dans le recueillement. Cette France que d’autres voudraient la limitée au 9-3 n’a pas besoin de chanter « Allumer le feu », « Le Pénitencier » ou « Marie » pour obtenir une soit disante reconnaissance de l’assimilation de la culture française.

Nous, les Nzanza, les Nguyen, les Mohamed, les Nzuzi, les Djibril, les Aymeric, les Pierre... avons choisi de ne pas profiter de la peine d’une famille pour faire comme les vautours de la bien-pensante, alors que le corps de Johnny n’est pas encore mis en terre. Nous ne sommes pas partisans de la haine.

Roger Musandji Nzanza

 

Videos

Analyses et Opinions

Le président français Emmanuel Macron

Macron l’Africain : le soufflé est retombé.

Emmanuel Macron est probablement le président français dont l’élection a suscité un espoir général au sein des populations africaines, toutes générations confondues. Deux ans après, elles sont partagées entre désenchantement et interrogations.
Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.