Réponse à ceux qui n’aiment pas la France

Vue de l'avenue des Champs Elysée, Paris | France

Devais-je en 2015, manifester place de la Republique et être « Charlie » pour être reconnu comme un « vrai » français? Aurais-je dû battre le pavé sur les Champs Elysée, ce 9 décembre, pour dire au revoir à Johnny Hallyday, l’idole des jeunes, devenus depuis des cinquantenaires, afin de prouver mon attachement à la France?

Je n’ai jamais été lecteur de Charlie Hebdo. Je ne suis pas de ceux qui se cachent derrière une forme de presse décidée à s’acharner, à stigmatiser une population, mener une lutte idéologique, imposée une pensée le tout dissimulé sous la casquette de la satire.

Tout comme je ne suis pas fan de Charlie Hebdo, je ne suis pas non plus fan de la musique de Johnny Hallyday. J’ai comme beaucoup eu à écouter au passage, à la radio ou à la télévision les tubes de Johnny, mais je n’ai jamais aimé ce qu’il chantait. J’ose espérer que j’ai encore le droit d’avoir un avis sur la qualité de la musique que nous proposait monsieur Hallyday.

Dire cela, ne m’empêche nullement d’avoir une pensée profonde pour les familles des victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo et celle de Johnny Hallyday. Que leurs âmes reposent en paix.

Alors que penser de ceux qui n’ont pas été place de la madeleine? Que dire de cette France « black-blanc-beur » qui n’a pas colorée les images des chaînes de télévisions?

Cette France est celle qui a permis aux chaînes de battre des records d’audiences. Elle a accompagné la star qu’était Johnny en silence, dans le recueillement. Cette France que d’autres voudraient la limitée au 9-3 n’a pas besoin de chanter « Allumer le feu », « Le Pénitencier » ou « Marie » pour obtenir une soit disante reconnaissance de l’assimilation de la culture française.

Nous, les Nzanza, les Nguyen, les Mohamed, les Nzuzi, les Djibril, les Aymeric, les Pierre... avons choisi de ne pas profiter de la peine d’une famille pour faire comme les vautours de la bien-pensante, alors que le corps de Johnny n’est pas encore mis en terre. Nous ne sommes pas partisans de la haine.

Roger Musandji Nzanza

 

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?