Réponse à ceux qui n’aiment pas la France

Vue de l'avenue des Champs Elysée, Paris | France

Devais-je en 2015, manifester place de la Republique et être « Charlie » pour être reconnu comme un « vrai » français? Aurais-je dû battre le pavé sur les Champs Elysée, ce 9 décembre, pour dire au revoir à Johnny Hallyday, l’idole des jeunes, devenus depuis des cinquantenaires, afin de prouver mon attachement à la France?

Je n’ai jamais été lecteur de Charlie Hebdo. Je ne suis pas de ceux qui se cachent derrière une forme de presse décidée à s’acharner, à stigmatiser une population, mener une lutte idéologique, imposée une pensée le tout dissimulé sous la casquette de la satire.

Tout comme je ne suis pas fan de Charlie Hebdo, je ne suis pas non plus fan de la musique de Johnny Hallyday. J’ai comme beaucoup eu à écouter au passage, à la radio ou à la télévision les tubes de Johnny, mais je n’ai jamais aimé ce qu’il chantait. J’ose espérer que j’ai encore le droit d’avoir un avis sur la qualité de la musique que nous proposait monsieur Hallyday.

Dire cela, ne m’empêche nullement d’avoir une pensée profonde pour les familles des victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo et celle de Johnny Hallyday. Que leurs âmes reposent en paix.

Alors que penser de ceux qui n’ont pas été place de la madeleine? Que dire de cette France « black-blanc-beur » qui n’a pas colorée les images des chaînes de télévisions?

Cette France est celle qui a permis aux chaînes de battre des records d’audiences. Elle a accompagné la star qu’était Johnny en silence, dans le recueillement. Cette France que d’autres voudraient la limitée au 9-3 n’a pas besoin de chanter « Allumer le feu », « Le Pénitencier » ou « Marie » pour obtenir une soit disante reconnaissance de l’assimilation de la culture française.

Nous, les Nzanza, les Nguyen, les Mohamed, les Nzuzi, les Djibril, les Aymeric, les Pierre... avons choisi de ne pas profiter de la peine d’une famille pour faire comme les vautours de la bien-pensante, alors que le corps de Johnny n’est pas encore mis en terre. Nous ne sommes pas partisans de la haine.

Roger Musandji Nzanza

 

Videos

Analyses et Opinions

Travail des enfants dans les mines en République Démocratique du Congo

Les enfants du Congo sont toujours au fond des mines

Le président de l'Union africaine, les dirigeants de la RDC, les organisations des droits de l'Homme ou de l'enfant défendent les enfants du Congo. Ils les défendent tellement que cela se voit et s'entend. Il semble que d'autres préfèrent prier, prier, et encore prier mais ça ne change rien.
Paul Kagame reçu en 2017 par Benjamin Netanyahu

Israël-Rwanda : les masques tombent

En 1994, lorsque les populations rwandaises, fuyant l'avancée du FPR de Paul Kagame qui s'apprête à prendre le pouvoir à Kigali, se déversent massivement au Congo-Zaïre, toutes les organisations humanitaires ne parlent que de la crise humanitaire sans précédent et du génocide. Personne ne demande ce qui est à l'origine de cette crise ni pourquoi le Congo-Zaïre en devient la cible. Très vite, les autorités israéliennes décident de lancer une opération humanitaire à Goma sous le nom de code « Internes of hope » (Médecins de l'espoir).
Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la RDC reçu par Didier Reynders ministre des affaires étrangères en Belgique

Dossier élection présidentielle en RDC : Adolphe Muzito en Belgique, la faute politique

Adolphe Muzito, ancien Premier ministre de la République Démocratique du Congo, candidat invalidé pour la présidentielle du 23 décembre, a choisi la Belgique pour une tournée politique qui a le parfum d’une absence de conscience historique.
L'opposant congolais Jean-Pierre Bemba du Mouvement de libération du Congo (MLC) lors d'une conférence de presse à Kinshasa, le 3 août 2018.

Dossier Présidentielle en RDC: Jean-Pierre Bemba, le résultat d’une absence de stratégie

À quatre mois de l’élection présidentielle, l’opposition congolaise vient d’encaisser un nouveau coup dur. Après la non-candidature de Moise Katumbi, c’est au tour du Président du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, de voir son dossier invalidé par la commission électorale nationale indépendante (CENI) et confirmé par la cour constitutionnelle. Au regard des différentes réactions politiques qui ont suivi la décision de la cour constitutionnelle, on peut s’interroger sur la stratégie mise en place par le MLC.
Manifestation à Kinshasa / juillet 2016/ Image d'illustration

RDC -Tribune de Patrick Mbeko : Nous sommes aussi coupables

J’ai toujours été extrêmement critique à l’égard de l’Occident et de certains pays africains, notamment le Rwanda et l’Ouganda, à cause de leur implication directe dans la tragédie que connaît la République à démocratiser du Congo depuis près de 20 ans maintenant. Mais au fil des ans, j’ai fini par réaliser que nous sommes, nous Congolais, aussi coupables que ceux qui nous font la guerre, nous tuent et nous pillent.
Jean-Pierre Bemba, Président du MLC et candidat à l'élection présidentielle en RDC

Dossier élection présidentielle en RDC : L’invalidation de JP Bemba arrange bien de gens au sein de l’opposition congolaise

L’invalidation de la candidature de Jean-Pierre Bemba par la CENI a suscité de nombreuses réactions. Grincement de dents au Mouvement de la Libération du Congo, sourire en coin du côté de la majorité présidentielle (PPRD et FCC), posture attentiste et gênée à l’UNC de Vital Kamerhe, immense joie chez les Tshisekedistes de l'UDPS.
Le président congolais, Joseph Kabila, lors du conférence de presse, le 26 janvier 2018, à Kinshasa. © REUTERS/Kenny Katombe

RDC : En décidant de ne pas être candidat à sa propre succession Joseph Kabila consolide la démocratie congolaise.

Ainsi, va la vie en République démocratique du Congo. Il y a eu le 24 avril 1990 et il y aura désormais le 8 août 2018. De même qu'Il y a eu les Présidents Joseph Kassavubu, Mobutu Sese Seko, Laurent Désiré Kabila , Joseph Kabila, au soir du 23 décembre prochain les Congolais découvriront le nouveau nom de celui qui aura la lourde charge de mener durant les cinq prochaines années la destinée de cette nation. Respect de la constitution