Quel est le prix que Moïse Katumbi est prêt à payer pour la RDC au delà de sa fortune personnelle?

L’opposant congolais Moïse Katumbi

Moïse Katumbi annonce son retour imminent en RDC. C’est l’information de ce vendredi 16 juin pour tous ceux qui s’intéressent à la question congolaise. L’opposant congolais devrait rentrer dans son pays après une année d’exil entre Paris, Bruxelles et Londres. Pourtant, ce n’est pas la première fois que Katumbi annonce un retour en RDC. L’homme se dit inquiet pour sa sécurité. Peut-on faire de la politique de salon pour arriver au pouvoir? 

 

« Je vais rentrer dans mon pays. J’ai reçu la lettre du haut commissariat et le Congo a désormais l’obligation de me protéger. Je suis candidat et ils doivent garantir ma sécurité. » explique l’ex-gouverneur du Katanga en conférence de presse dans les bureaux parisiens de son avocat Dupond Moretti. Répondant aux questions des journalistes sur la date de son retour, il dit avec un sourire en coin. « Le temps que de finir mes valises et dire au revoir à des amis. »

 

En effet, il n’y a pas plus imminent.  Monsieur Katumbi est candidat à la prochaine présidentielle depuis qu’il a quitté Joseph Kabila et son parti le PPRD. Une décision qualifiée de courageuse par l’opposition heureuse de voir Joseph Kabila perdre un allié de la trempe de Katumbi. Aux yeux de la majorité présidentielle cela est une trahison sans grand effet. Le ministre de la Communication Lambert Mende, spécialiste du bon mot, s’interrogera sur ce départ. « Une créature peut-elle faire peur à son créateur? »  Une allusion qui frôle le blasphème. Au PPRD, on se frotte les mains. Tant les fanatiques de ce tribun sont nombreux. Si Katumbi ne fait pas peur à Kabila, il ne lui facilite pas la tâche non plus. Sous estimé par ces anciens camarades, Moise Katumbi fait jouer ses réseaux et sa fortune pour dénoncer le non-respect de la constitution par le président congolais et la non-organisation des différentes élections prévues en 2016. Face à une opposition enfin structurée Joseph Kabila a cédé sans perte de pouvoir. Il a obtenu le prolongement de son mandat d’une année grâce au dialogue national et la signature de l’accord du 31 décembre dit de la Saint-Sylvestre. Dès lors, le compteur de point s’emballe. Katumbi ne cesse de gagner les batailles au niveau international. Une série de sanctions européennes et américaines contre plus hauts cadres de la Kabilie.  

 

Pourtant Moïse Katumbi ne parvient pas à gagner les galons d’un chef. Il n’arrive pas à convaincre sur sa capacité à porter l’uniforme de chef des armées. Non, Katumbi n’est pas Jean-Pierre Bemba qui avait par le choix des armes montrer son jusqu’au-boutiste. Non, Katumbi se dit « légaliste« . Condamné pour 3 ans de prison dans une sombre affaire d’expropriation immobilière, l’ex-gouverneur réussit à sortir du pays et conteste la sentence auprès des juridictions internationales. Une condamnation qui a depuis perdu de sa substance avec l’exil de la juge Ramazani. Elle a dénoncé à son tour les fortes pressions du parquet pour voir Katumbi condamné. L’ex-gouverneur a à son tour dépose une plainte au près du Haut commissariat des droits de l’homme à l’ONU pour dénoncer l’acharnement de la RDC sur sa personne et sa famille.   

 

Moïse Katumbi n’a pas confiance dans les autorités congolaises. Il craint pour sa vie et les siens. Il se dit victime d’une tentative d’empoisonnement.  N’avait-il pas mesuré les dangers dans le combat qu’il allait livrer? Faire de la politique en RDC est un chemin qui a vu nombres d’opposants connaître la case prison. Alors, le candidat déclaré à la présidentielle veut des garanties avant un retour devant ses électeurs. Alors, le candidat déclaré à la présidentielle veut des garanties avant un retour devant ses électeurs. Il demande une protection de la Monusco, une force militaire onusienne installée en RDC avec plus de 20 000 hommes. Ainsi, ce retour imminent ne se fera pas dans les heures à venir. Selon son avocat, il faudra maintenant attendre la réponse de la Monusco pour voir monsieur Katumbi dans un avion à destination de la RDC. Puis laissé échapper une date. « Ce retour serait-il possible entre le 26 et le 28 juin? » interroge Dupont Moretti. Katumbi sourire aux lèvres ne bronche pas. 

 

Au-delà de sa fortune Moïse Katumbi se doit de retourner au Congo et de faire fasse aux autorités de ce pays. Il doit se payer la veste d’un opposant qui affronte sans la moindre retenue ses adversaires. Moïse Katumbi fait campagne en Occident pour un changement en RDC. Mais la grande question est de savoir jusqu’au l’homme de Lubumbashi est prêt à aller pour obtenir ce changement? Qui est vraiment Moise Katumbi? Un excellent homme d’affaires qui veut saisir l’opportunité que lui offre la tête d’un Congo malade comme un Donald Trump aux USA ou est-il un homme politique avec une vision permettant à son pays de vider son pays des pilleurs tout azimut. De toutes ces interrogations, la principale demeure à savoir jusqu’au l’homme de Lubumbashi est prêt à aller pour obtenir ce changement. Est-il disposé à faire de la prison comme l’on fait Nelson Mandela en Afrique du Sud, Abdoulaye Wade au Sénégal, Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, Etienne Tshisekedi sous Mobutu ou encore Jean-Marie Michel Mokoko au Congo Brazza?  

 

Pour autant la case prison ne devrait pas être le chemin officiel pour tout candidat à la magistrature suprême. L’Afrique a depuis une décennie des références ( Ghana, Nigeria, Tanzanie, Bénin, Sénégal….) en terme d’alternance politique qui devraient inspirer les ennemis de la démocratie. 

 

Pour l’heure Moïse Katumbi se refuse un affrontement direct avec son ancien chef. Il livre un combat de lobbying visant à affaiblir internationalement le pouvoir de Kinshasa. Mais sous les tropiques, les prisonniers politiques d’hier une fois sortaient, obtiennent facilement le commandement suprême. Le retour annoncé de Katumbi donnera la réponse à ces interrogations.  

 

Roger Musandji Nzanza  Oeil D’Afrique 

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.