Quel est le prix que Moïse Katumbi est prêt à payer pour la RDC au delà de sa fortune personnelle?

L’opposant congolais Moïse Katumbi

Moïse Katumbi annonce son retour imminent en RDC. C’est l’information de ce vendredi 16 juin pour tous ceux qui s’intéressent à la question congolaise. L’opposant congolais devrait rentrer dans son pays après une année d’exil entre Paris, Bruxelles et Londres. Pourtant, ce n’est pas la première fois que Katumbi annonce un retour en RDC. L’homme se dit inquiet pour sa sécurité. Peut-on faire de la politique de salon pour arriver au pouvoir? 

 

« Je vais rentrer dans mon pays. J’ai reçu la lettre du haut commissariat et le Congo a désormais l’obligation de me protéger. Je suis candidat et ils doivent garantir ma sécurité. » explique l’ex-gouverneur du Katanga en conférence de presse dans les bureaux parisiens de son avocat Dupond Moretti. Répondant aux questions des journalistes sur la date de son retour, il dit avec un sourire en coin. « Le temps que de finir mes valises et dire au revoir à des amis. »

 

En effet, il n’y a pas plus imminent.  Monsieur Katumbi est candidat à la prochaine présidentielle depuis qu’il a quitté Joseph Kabila et son parti le PPRD. Une décision qualifiée de courageuse par l’opposition heureuse de voir Joseph Kabila perdre un allié de la trempe de Katumbi. Aux yeux de la majorité présidentielle cela est une trahison sans grand effet. Le ministre de la Communication Lambert Mende, spécialiste du bon mot, s’interrogera sur ce départ. « Une créature peut-elle faire peur à son créateur? »  Une allusion qui frôle le blasphème. Au PPRD, on se frotte les mains. Tant les fanatiques de ce tribun sont nombreux. Si Katumbi ne fait pas peur à Kabila, il ne lui facilite pas la tâche non plus. Sous estimé par ces anciens camarades, Moise Katumbi fait jouer ses réseaux et sa fortune pour dénoncer le non-respect de la constitution par le président congolais et la non-organisation des différentes élections prévues en 2016. Face à une opposition enfin structurée Joseph Kabila a cédé sans perte de pouvoir. Il a obtenu le prolongement de son mandat d’une année grâce au dialogue national et la signature de l’accord du 31 décembre dit de la Saint-Sylvestre. Dès lors, le compteur de point s’emballe. Katumbi ne cesse de gagner les batailles au niveau international. Une série de sanctions européennes et américaines contre plus hauts cadres de la Kabilie.  

 

Pourtant Moïse Katumbi ne parvient pas à gagner les galons d’un chef. Il n’arrive pas à convaincre sur sa capacité à porter l’uniforme de chef des armées. Non, Katumbi n’est pas Jean-Pierre Bemba qui avait par le choix des armes montrer son jusqu’au-boutiste. Non, Katumbi se dit « légaliste« . Condamné pour 3 ans de prison dans une sombre affaire d’expropriation immobilière, l’ex-gouverneur réussit à sortir du pays et conteste la sentence auprès des juridictions internationales. Une condamnation qui a depuis perdu de sa substance avec l’exil de la juge Ramazani. Elle a dénoncé à son tour les fortes pressions du parquet pour voir Katumbi condamné. L’ex-gouverneur a à son tour dépose une plainte au près du Haut commissariat des droits de l’homme à l’ONU pour dénoncer l’acharnement de la RDC sur sa personne et sa famille.   

 

Moïse Katumbi n’a pas confiance dans les autorités congolaises. Il craint pour sa vie et les siens. Il se dit victime d’une tentative d’empoisonnement.  N’avait-il pas mesuré les dangers dans le combat qu’il allait livrer? Faire de la politique en RDC est un chemin qui a vu nombres d’opposants connaître la case prison. Alors, le candidat déclaré à la présidentielle veut des garanties avant un retour devant ses électeurs. Alors, le candidat déclaré à la présidentielle veut des garanties avant un retour devant ses électeurs. Il demande une protection de la Monusco, une force militaire onusienne installée en RDC avec plus de 20 000 hommes. Ainsi, ce retour imminent ne se fera pas dans les heures à venir. Selon son avocat, il faudra maintenant attendre la réponse de la Monusco pour voir monsieur Katumbi dans un avion à destination de la RDC. Puis laissé échapper une date. « Ce retour serait-il possible entre le 26 et le 28 juin? » interroge Dupont Moretti. Katumbi sourire aux lèvres ne bronche pas. 

 

Au-delà de sa fortune Moïse Katumbi se doit de retourner au Congo et de faire fasse aux autorités de ce pays. Il doit se payer la veste d’un opposant qui affronte sans la moindre retenue ses adversaires. Moïse Katumbi fait campagne en Occident pour un changement en RDC. Mais la grande question est de savoir jusqu’au l’homme de Lubumbashi est prêt à aller pour obtenir ce changement? Qui est vraiment Moise Katumbi? Un excellent homme d’affaires qui veut saisir l’opportunité que lui offre la tête d’un Congo malade comme un Donald Trump aux USA ou est-il un homme politique avec une vision permettant à son pays de vider son pays des pilleurs tout azimut. De toutes ces interrogations, la principale demeure à savoir jusqu’au l’homme de Lubumbashi est prêt à aller pour obtenir ce changement. Est-il disposé à faire de la prison comme l’on fait Nelson Mandela en Afrique du Sud, Abdoulaye Wade au Sénégal, Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, Etienne Tshisekedi sous Mobutu ou encore Jean-Marie Michel Mokoko au Congo Brazza?  

 

Pour autant la case prison ne devrait pas être le chemin officiel pour tout candidat à la magistrature suprême. L’Afrique a depuis une décennie des références ( Ghana, Nigeria, Tanzanie, Bénin, Sénégal….) en terme d’alternance politique qui devraient inspirer les ennemis de la démocratie. 

 

Pour l’heure Moïse Katumbi se refuse un affrontement direct avec son ancien chef. Il livre un combat de lobbying visant à affaiblir internationalement le pouvoir de Kinshasa. Mais sous les tropiques, les prisonniers politiques d’hier une fois sortaient, obtiennent facilement le commandement suprême. Le retour annoncé de Katumbi donnera la réponse à ces interrogations.  

 

Roger Musandji Nzanza  Oeil D’Afrique 

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?