Quand vous militez contre un système, prenez toujours le temps d'observer l'attitude de ceux qui l'ont façonné

Etudiants africains / Source: Camille Millerand

Quand vous militez contre un système ou prétendez le combattre, prenez toujours le temps d'observer ou d'analyser sérieusement l'attitude de ceux qui l'ont façonné. C'est seulement en faisant cet exercice que vous saurez si vous menez ou non le bon combat. Parfois nous croyons mener le bon combat, alors que nous faisons exactement ce que l'adversaire attend de nous, tout en nous faisant croire le contraire.

Je me souviens d'une discussion que j'ai eue, il y a quelques années, avec un groupe de jeunes africains sur la question du terrorisme. Les frères se mirent à « louanger » les attentats suicides contre les intérêts occidentaux au nom de la lutte contre l'impérialisme. Pour la plupart de ces jeunes, les Africains devraient s’inspirer des intégristes musulmans qui se font sauter un peu partout contre les intérêts occidentaux. L’un d’entre eux me demanda : « M. Mbeko, pourquoi les Africains ne font pas comme les Arabes (c'est-à-dire se faire sauter là où il y a les intérêts occidentaux)? »

Quand j’étais jeune activiste, je pensais exactement comme eux; j’avais des convictions et pensais pouvoir changer le monde. Mais avec l’âge et en me familiarisant avec les affaires d’État, j’ai changé ma manière de voir les choses. Certains entretiens que j’ai eus avec les hommes de pouvoir m’ont fait prendre conscience de la réalité; cette réalité qui est souvent aux antipodes de ce qu’on peut croire. Mes convictions n’ont jamais changé, mais ma compréhension du fonctionnement du monde a beaucoup évolué et m’a permis de mieux orienter mes choix et mes combats. On croit mener des grands combats, alors qu’on ne fait que nourrir la bête.

À ce jeune qui me demandait pourquoi les Africains n’imitaient pas les intégristes musulmans, je lui répondis simplement ceci : « Si ces "fous de Dieu" ne se faisaient pas exploser, les Occidentaux auraient organisé des attentats contre leurs propres intérêts à leur place. Laissez-moi vous apprendre ceci: les Occidentaux les adorent...» Surpris par ma réponse, un autre jeune du groupe demanda pourquoi je disais de telles choses. Je lui rétorquai : « Il arrive aussi au voleur de crier au voleur et au diable de chasser les démons. » Ce monde est vraiment rempli de mystère. Je vois des jeunes africains se mobiliser sur des questions importantes, je les vois rejeter l'ordre néocolonial sous toutes ses formes, et je les vois aussi nourrir la bête sans le savoir. En fait, nombreux sont ceux qui militent pour une Afrique digne et souveraine, en faisant exactement ce que les "petites mains" du capitalisme sorcier attendent d'eux. C'est ce qui m'inquiète. Parfois la détermination, la fougue de la jeunesse et les connaissances livresques ne suffisent pas. Ce monde est rempli de mystère...

Videos

Analyses et Opinions

Donald Trump et Barack Obama, le jour de leur passation de pouvoir, le 20 janvier 2017

Le grand péché de Donald Trump n’est pas son côté raciste, mais bien ses «carences» sur le plan communicationnel

Les propos de Donald Trump sur Haïti et les pays africains ─ « des pays de merde » aurait-il déclaré ─ ont suscité un torrent d’indignation à travers le monde, et on peut le comprendre. Mais ce qui est frappant, c’est que pas grand monde ne s’indigne lorsque les Noirs sont abattus comme des lapins par la police blanche américaine; pas grand monde ne s'est indigné lorsque 120.
Gouvernement Tshibala - RD Congo

Bienvenue en République médiocratique du Congo

Depuis la dernière sortie médiatique du cardinal Laurent Mosengwo ─ « Il est temps que les médiocres dégagent et que règnent la paix et la justice en RDC» a-t-il martelé ─, un mot revient sur toutes les lèvres et les statuts Facebook : médiocre.
De droit à gauche : Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsiou

Congo Brazza: Jean-Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Claude Alphonse Nsilou dans le collimateur de l’audit présidentiel

C’est l’histoire d’un pays qui n’a jamais pris le temps de s’auto-examiner. Un pays qui a depuis plusieurs années profité de la richesse de son sous-sol et de son pétrole pour nourrir à coup de milliards de CFA, Président, famille présidentielle, ministres et dirigeants de sociétés d’Etat. Mais, cette histoire a fini par jouer un mauvais tour à ces enfants gâtés de la république. 
Vue de l'avenue des Champs Elysée, Paris | France

Réponse à ceux qui n’aiment pas la France

Devais-je en 2015, manifester place de la Republique et être « Charlie » pour être reconnu comme un « vrai » français? Aurais-je dû battre le pavé sur les Champs Elysée, ce 9 décembre, pour dire au revoir à Johnny Hallyday, l’idole des jeunes, devenus depuis des cinquantenaires, afin de prouver mon attachement à la France?
Paul Kagame et Benjamin Netanyahu

Paul Kagame, les migrants subsahariens de Libye et l’Afrique

Les images de migrants subsahariens vendus comme esclaves en Libye ont suscité l’indignation sur le continent africain. Quelques jours après la diffusion de ces images d'horreur, le Rwanda a annoncé vouloir accueillir près de 30 000 migrants sur son territoire. Si certains observateurs ont salué l’initiative, d’autres se sont montrés plus prudents et se sont interrogés sur le sens de cette annonce.
L'ex-ministre Alain Akouala Atipault

Franc CFA, politique africaine, émergence économique : grand entretien avec le ministre congolais Alain Akouala

Entrepreneur spécialisé dans le textile, Alain Akouala Atipault a été ministre au gouvernement de la République du Congo pendant quinze ans avant de revenir à la vie civile. Il a occupé les portefeuilles de ministre de la Communication, chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, puis ministre des Zones Economiques Spéciales.
L’ancien Président du Zimbabwe, Robert Mugabe.

Opinion : Pourquoi à mes yeux Mubage reste un héros

Il faut se féliciter d'avoir vu ces hommes agir. Il faut que l'humanité garde en mémoire le combat de cette génération qui a combattu la colonisation, un crime contre l'humanité. Après plus de 90 ans de barbaries perpétrées par l'empire Britannique, ces jeunes (Mugabe et les siens) ont réussi à mettre fin à l'ignominie des envahisseurs.