Quand vous militez contre un système, prenez toujours le temps d'observer l'attitude de ceux qui l'ont façonné

Etudiants africains / Source: Camille Millerand

Quand vous militez contre un système ou prétendez le combattre, prenez toujours le temps d'observer ou d'analyser sérieusement l'attitude de ceux qui l'ont façonné. C'est seulement en faisant cet exercice que vous saurez si vous menez ou non le bon combat. Parfois nous croyons mener le bon combat, alors que nous faisons exactement ce que l'adversaire attend de nous, tout en nous faisant croire le contraire.

Je me souviens d'une discussion que j'ai eue, il y a quelques années, avec un groupe de jeunes africains sur la question du terrorisme. Les frères se mirent à « louanger » les attentats suicides contre les intérêts occidentaux au nom de la lutte contre l'impérialisme. Pour la plupart de ces jeunes, les Africains devraient s’inspirer des intégristes musulmans qui se font sauter un peu partout contre les intérêts occidentaux. L’un d’entre eux me demanda : « M. Mbeko, pourquoi les Africains ne font pas comme les Arabes (c'est-à-dire se faire sauter là où il y a les intérêts occidentaux)? »

Quand j’étais jeune activiste, je pensais exactement comme eux; j’avais des convictions et pensais pouvoir changer le monde. Mais avec l’âge et en me familiarisant avec les affaires d’État, j’ai changé ma manière de voir les choses. Certains entretiens que j’ai eus avec les hommes de pouvoir m’ont fait prendre conscience de la réalité; cette réalité qui est souvent aux antipodes de ce qu’on peut croire. Mes convictions n’ont jamais changé, mais ma compréhension du fonctionnement du monde a beaucoup évolué et m’a permis de mieux orienter mes choix et mes combats. On croit mener des grands combats, alors qu’on ne fait que nourrir la bête.

À ce jeune qui me demandait pourquoi les Africains n’imitaient pas les intégristes musulmans, je lui répondis simplement ceci : « Si ces "fous de Dieu" ne se faisaient pas exploser, les Occidentaux auraient organisé des attentats contre leurs propres intérêts à leur place. Laissez-moi vous apprendre ceci: les Occidentaux les adorent...» Surpris par ma réponse, un autre jeune du groupe demanda pourquoi je disais de telles choses. Je lui rétorquai : « Il arrive aussi au voleur de crier au voleur et au diable de chasser les démons. » Ce monde est vraiment rempli de mystère. Je vois des jeunes africains se mobiliser sur des questions importantes, je les vois rejeter l'ordre néocolonial sous toutes ses formes, et je les vois aussi nourrir la bête sans le savoir. En fait, nombreux sont ceux qui militent pour une Afrique digne et souveraine, en faisant exactement ce que les "petites mains" du capitalisme sorcier attendent d'eux. C'est ce qui m'inquiète. Parfois la détermination, la fougue de la jeunesse et les connaissances livresques ne suffisent pas. Ce monde est rempli de mystère...

Videos

Analyses et Opinions

Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, en visite officielle au Burundi, passant les troupes en revue avec son homologue Christian Nkurunziza le 13 avril 2018 à Bujumbura. © DR – DCP Burundi

Ali Bongo intensifie son action diplomatique en Afrique Centrale

Ali Bongo Ondimba était en fin de semaine dernière en visite officielle au Burundi. Le chef de l’Etat gabonais, qui est également le président en exercice de la CEEAC, s’est montré ces derniers mois très actif sur le plan diplomatique, notamment en Afrique Centrale. Voici pourquoi.
Alep | REUTERS/Omar Sanadik

Syrie : La diplomatie des moutons de Panurge.

Le président syrien Bachar al-Assad est accusé d’avoir utilisé des armes chimiques il y a une dizaine de jours contre la population de la ville de Douma dans la Ghouta orientale. C’est pour répondre à cette attaque que les Etats-Unis de Donald Trump, suivies par la France et la Grande-Bretagne, ont lancé dans la nuit de vendredi à samedi des frappes contre des cibles militaires du régime syrien.
Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié le 10 avril au palais présidentiel d'Abidjan. © Présidence Côte d'Ivoire

Rencontre Ouattara - Bédié : Décryptage d'un rendez-vous présidentiel

La rencontre qui semblait impossible a fini par avoir lieu. Le Président Ivoirien Alassane Ouattara a reçu Henri Kona Bédié, président du PDCI-RDA. Décryptage d'un rendez-vous présidentiel.La dernière rencontre des hommes avait eu il y a près de six mois. Ado et Bédié s'étaient alors entretenus le 31 octobre 2017, à la résidence abidjanaise du présidnet du PDCI-RDA.
Vladimir Poutine devra faire un choix entre la Syrie et Israël

Géopolitique: Poutine devra faire un choix entre la Syrie et Israël

C’est en observant ce qui se passe en Syrie qu’on réalise à quel point les questions géopolitiques peuvent être complexes. La Russie et l’Iran soutiennent la Syrie face aux États-Unis et leurs valets européens.
Le président nigérian Muhammadu Buhari

Le président nigérian Muhammadu Buhari candidat pour un second mandat

Le président nigérian Muhammadu Buhari a officiellement annoncé lundi son intention de se présenter pour un second mandat lors des élections générales prévues en février 2019, mettant un terme à des mois de spéculations dans le pays le plus peuplé d'Afrique."Le président Buhari vient d'annoncer son intention d'obtenir l'investiture du All progressive Congress (APC) et de concourir pour un second mandat aux élections de 2019", a annoncé le compte officiel Twitter de la présidence.  
Le président Congolais, Denis Sassou Nguesso

Congo Brazza : s’achemine-t-on vers une opération mains propres ?

À l’orée de la venue du FMI, qui avait exigé du Congo, une lutte accrue contre la corruption, nos sources nous indiquent une vaste opération de mise aux arrêts de plusieurs cadres et hauts fonctionnaires soupçonnés de corruption. Le Président Congolais Denis Sassou Ngeusso a-t-il cédé aux exigences du FMI ou est-ce une façon de plaire aux bailleurs ? 
L'avocat français Eric Dupont-Moretti / Le Président congolais Denis Sassou Nguesso | Montage Oeil d'Afrique

Congo /Brazza: l'avocat Eric Dupont-Moretti décline l’offre de Brazzaville

Contacté par le Régime de Brazzaville qui dépêcha Mr Obili le conseiller juridique du Président Sassou qui ne ménagea aucun effort pour convaincre Maître Moretti à prendre en main la défense de l’Etat Congolais dans l’affaire du procès contre le général Mokoko, Dupont Moretti a décliné l’offre .