Quand vous militez contre un système, prenez toujours le temps d'observer l'attitude de ceux qui l'ont façonné

Etudiants africains / Source: Camille Millerand

Quand vous militez contre un système ou prétendez le combattre, prenez toujours le temps d'observer ou d'analyser sérieusement l'attitude de ceux qui l'ont façonné. C'est seulement en faisant cet exercice que vous saurez si vous menez ou non le bon combat. Parfois nous croyons mener le bon combat, alors que nous faisons exactement ce que l'adversaire attend de nous, tout en nous faisant croire le contraire.

Je me souviens d'une discussion que j'ai eue, il y a quelques années, avec un groupe de jeunes africains sur la question du terrorisme. Les frères se mirent à « louanger » les attentats suicides contre les intérêts occidentaux au nom de la lutte contre l'impérialisme. Pour la plupart de ces jeunes, les Africains devraient s’inspirer des intégristes musulmans qui se font sauter un peu partout contre les intérêts occidentaux. L’un d’entre eux me demanda : « M. Mbeko, pourquoi les Africains ne font pas comme les Arabes (c'est-à-dire se faire sauter là où il y a les intérêts occidentaux)? »

Quand j’étais jeune activiste, je pensais exactement comme eux; j’avais des convictions et pensais pouvoir changer le monde. Mais avec l’âge et en me familiarisant avec les affaires d’État, j’ai changé ma manière de voir les choses. Certains entretiens que j’ai eus avec les hommes de pouvoir m’ont fait prendre conscience de la réalité; cette réalité qui est souvent aux antipodes de ce qu’on peut croire. Mes convictions n’ont jamais changé, mais ma compréhension du fonctionnement du monde a beaucoup évolué et m’a permis de mieux orienter mes choix et mes combats. On croit mener des grands combats, alors qu’on ne fait que nourrir la bête.

À ce jeune qui me demandait pourquoi les Africains n’imitaient pas les intégristes musulmans, je lui répondis simplement ceci : « Si ces "fous de Dieu" ne se faisaient pas exploser, les Occidentaux auraient organisé des attentats contre leurs propres intérêts à leur place. Laissez-moi vous apprendre ceci: les Occidentaux les adorent...» Surpris par ma réponse, un autre jeune du groupe demanda pourquoi je disais de telles choses. Je lui rétorquai : « Il arrive aussi au voleur de crier au voleur et au diable de chasser les démons. » Ce monde est vraiment rempli de mystère. Je vois des jeunes africains se mobiliser sur des questions importantes, je les vois rejeter l'ordre néocolonial sous toutes ses formes, et je les vois aussi nourrir la bête sans le savoir. En fait, nombreux sont ceux qui militent pour une Afrique digne et souveraine, en faisant exactement ce que les "petites mains" du capitalisme sorcier attendent d'eux. C'est ce qui m'inquiète. Parfois la détermination, la fougue de la jeunesse et les connaissances livresques ne suffisent pas. Ce monde est rempli de mystère...

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?