Procès Mokoko : que veut Denis Sassou Nguesso ?

L'ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018 / Florence Morice

Les différends entre deux chevaliers se réglaient lors d’un face-à-face dont l’issue incertaine, avait l’avantage de déterminer sans équivoque le vainqueur. C’est en cette règle que le Général Jean-Marie Michel Mokoko a cru lorsqu’il s’était lancé dans la campagne présidentielle de 2016. 

Je te dois. Tu me dois.

Dans cette bataille entre le président sortant, candidat à sa propre succession et son général, un pacte de non-agression venait d’être rompu. En effet, si le Président Dénis Sassou Nguesso a toujours vu la carrière du Général Mokoko comme une dette dont ce dernier lui devait, Mokoko de son côté n’a jamais oublié son soutien et protection lors de la conférence nationale souveraine (CNS) au citoyen Sassou Nguesso. 

Si les différentes nominations du Général Mokoko à la tête de plusieurs missions de maintien de la paix dans son pays tout comme à l’extérieur dans le cadre des missions conjointes Union Africaine - Nations Unies en Côte d’Ivoire, République Centrafricaine et au Mali, ont toujours été soutenus par Brazzaville. Pour sa part, Mokoko peut également revendiquer le retour aux premières loges de la politique nationale de Sassou Nguesso alors assigné à résidence et mal mené lors des débats lors du CNS.

Alors que le Président Sassou Nguesso avait manœuvré pour obtenir une énième modification de la constitution afin d’être de nouveau candidat à sa propre succession. La candidature du Général est venue perturber la bonne marche du plan présidentiel. Jean-Marie Mokoko est perçu par le clan Sassou comme un déserteur. Un homme qui ose contester le leadership de Dénis Sassou Nguesso, l’enfant d’Oyo sur les Mbochis.

La case prison

Sous les tropiques, au-delà d’une probité sans faille, il faut surtout veiller à ne pas passer pour un traître. Car la réponse réservée à toutes personnes qui se détournent de la ligne officielle est sans appel. C’est la case prison. 

Qui a gagné l’élection présidentielle de 2016 ? Si la bataille des urnes a donné officiellement la victoire au Denis Sassou Nguesso, Jean-Marie Michel Mokoko est considéré par plusieurs observateurs comme le vrai vainqueur de ce rendez-vous démocratique. Une pression de plus que Sassou Nguesso ne pouvait accepter de laisser dans l’arène politique. Alors, on prive Mokoko du titre du leader de l’opposition et fini par lui reprocher de trouble à l’ordre publique et d’atteinte à la sûreté de l’Etat. 

La machine judiciaire lancée contre celui qui a osé s’opposer au leader des Mbochis tourne à plein régime. Deux ans d’emprisonnement pour permettre l’instruction de se constituer un dossier. 

Puis est venu le temps du procès de la honte. Le procès qui dépeint les limites mêmes de la justice congolaise. Un procès spectacle qui a de nouveau trahi le caractère politique des accusations. Qui peut aujourd’hui croire en l’impartialité des juges présents devant l’accusé Mokoko ?

15 ans de prison

Le procureur de la République n’a pas eu à chercher très loin pour demander une peine de 15 années de prison pour le Général Jean-Marie Michel Mokoko. Le palais avait déjà décidé. De même que les juges qui ne pourront s’écarter des réquisitions du procureur.

Évincer Mokoko de la prochaine bataille politique que va se livrer les Nguesso semble être belle et bien la motivation première de ce procès. Le Président Sassou Nguesso s’emploie à créer un boulevard pour son fils Dénis Christel Sassou Nguesso déjà en ordre de bataille pour 2021. Mais plusieurs hommes de l’ombre dont les neuves du Président n’ont pas encore accepté cette idée. De même que le peuple congolais qui refuse l’installation d’une monarchie républicaine.

Oeil d'Afrique

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.