Procès Mokoko : que veut Denis Sassou Nguesso ?

L'ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018 / Florence Morice

Les différends entre deux chevaliers se réglaient lors d’un face-à-face dont l’issue incertaine, avait l’avantage de déterminer sans équivoque le vainqueur. C’est en cette règle que le Général Jean-Marie Michel Mokoko a cru lorsqu’il s’était lancé dans la campagne présidentielle de 2016. 

Je te dois. Tu me dois.

Dans cette bataille entre le président sortant, candidat à sa propre succession et son général, un pacte de non-agression venait d’être rompu. En effet, si le Président Dénis Sassou Nguesso a toujours vu la carrière du Général Mokoko comme une dette dont ce dernier lui devait, Mokoko de son côté n’a jamais oublié son soutien et protection lors de la conférence nationale souveraine (CNS) au citoyen Sassou Nguesso. 

Si les différentes nominations du Général Mokoko à la tête de plusieurs missions de maintien de la paix dans son pays tout comme à l’extérieur dans le cadre des missions conjointes Union Africaine - Nations Unies en Côte d’Ivoire, République Centrafricaine et au Mali, ont toujours été soutenus par Brazzaville. Pour sa part, Mokoko peut également revendiquer le retour aux premières loges de la politique nationale de Sassou Nguesso alors assigné à résidence et mal mené lors des débats lors du CNS.

Alors que le Président Sassou Nguesso avait manœuvré pour obtenir une énième modification de la constitution afin d’être de nouveau candidat à sa propre succession. La candidature du Général est venue perturber la bonne marche du plan présidentiel. Jean-Marie Mokoko est perçu par le clan Sassou comme un déserteur. Un homme qui ose contester le leadership de Dénis Sassou Nguesso, l’enfant d’Oyo sur les Mbochis.

La case prison

Sous les tropiques, au-delà d’une probité sans faille, il faut surtout veiller à ne pas passer pour un traître. Car la réponse réservée à toutes personnes qui se détournent de la ligne officielle est sans appel. C’est la case prison. 

Qui a gagné l’élection présidentielle de 2016 ? Si la bataille des urnes a donné officiellement la victoire au Denis Sassou Nguesso, Jean-Marie Michel Mokoko est considéré par plusieurs observateurs comme le vrai vainqueur de ce rendez-vous démocratique. Une pression de plus que Sassou Nguesso ne pouvait accepter de laisser dans l’arène politique. Alors, on prive Mokoko du titre du leader de l’opposition et fini par lui reprocher de trouble à l’ordre publique et d’atteinte à la sûreté de l’Etat. 

La machine judiciaire lancée contre celui qui a osé s’opposer au leader des Mbochis tourne à plein régime. Deux ans d’emprisonnement pour permettre l’instruction de se constituer un dossier. 

Puis est venu le temps du procès de la honte. Le procès qui dépeint les limites mêmes de la justice congolaise. Un procès spectacle qui a de nouveau trahi le caractère politique des accusations. Qui peut aujourd’hui croire en l’impartialité des juges présents devant l’accusé Mokoko ?

15 ans de prison

Le procureur de la République n’a pas eu à chercher très loin pour demander une peine de 15 années de prison pour le Général Jean-Marie Michel Mokoko. Le palais avait déjà décidé. De même que les juges qui ne pourront s’écarter des réquisitions du procureur.

Évincer Mokoko de la prochaine bataille politique que va se livrer les Nguesso semble être belle et bien la motivation première de ce procès. Le Président Sassou Nguesso s’emploie à créer un boulevard pour son fils Dénis Christel Sassou Nguesso déjà en ordre de bataille pour 2021. Mais plusieurs hommes de l’ombre dont les neuves du Président n’ont pas encore accepté cette idée. De même que le peuple congolais qui refuse l’installation d’une monarchie républicaine.

Oeil d'Afrique

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?