Procès Mokoko : que veut Denis Sassou Nguesso ?

L'ex-candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018 / Florence Morice

Les différends entre deux chevaliers se réglaient lors d’un face-à-face dont l’issue incertaine, avait l’avantage de déterminer sans équivoque le vainqueur. C’est en cette règle que le Général Jean-Marie Michel Mokoko a cru lorsqu’il s’était lancé dans la campagne présidentielle de 2016. 

Je te dois. Tu me dois.

Dans cette bataille entre le président sortant, candidat à sa propre succession et son général, un pacte de non-agression venait d’être rompu. En effet, si le Président Dénis Sassou Nguesso a toujours vu la carrière du Général Mokoko comme une dette dont ce dernier lui devait, Mokoko de son côté n’a jamais oublié son soutien et protection lors de la conférence nationale souveraine (CNS) au citoyen Sassou Nguesso. 

Si les différentes nominations du Général Mokoko à la tête de plusieurs missions de maintien de la paix dans son pays tout comme à l’extérieur dans le cadre des missions conjointes Union Africaine - Nations Unies en Côte d’Ivoire, République Centrafricaine et au Mali, ont toujours été soutenus par Brazzaville. Pour sa part, Mokoko peut également revendiquer le retour aux premières loges de la politique nationale de Sassou Nguesso alors assigné à résidence et mal mené lors des débats lors du CNS.

Alors que le Président Sassou Nguesso avait manœuvré pour obtenir une énième modification de la constitution afin d’être de nouveau candidat à sa propre succession. La candidature du Général est venue perturber la bonne marche du plan présidentiel. Jean-Marie Mokoko est perçu par le clan Sassou comme un déserteur. Un homme qui ose contester le leadership de Dénis Sassou Nguesso, l’enfant d’Oyo sur les Mbochis.

La case prison

Sous les tropiques, au-delà d’une probité sans faille, il faut surtout veiller à ne pas passer pour un traître. Car la réponse réservée à toutes personnes qui se détournent de la ligne officielle est sans appel. C’est la case prison. 

Qui a gagné l’élection présidentielle de 2016 ? Si la bataille des urnes a donné officiellement la victoire au Denis Sassou Nguesso, Jean-Marie Michel Mokoko est considéré par plusieurs observateurs comme le vrai vainqueur de ce rendez-vous démocratique. Une pression de plus que Sassou Nguesso ne pouvait accepter de laisser dans l’arène politique. Alors, on prive Mokoko du titre du leader de l’opposition et fini par lui reprocher de trouble à l’ordre publique et d’atteinte à la sûreté de l’Etat. 

La machine judiciaire lancée contre celui qui a osé s’opposer au leader des Mbochis tourne à plein régime. Deux ans d’emprisonnement pour permettre l’instruction de se constituer un dossier. 

Puis est venu le temps du procès de la honte. Le procès qui dépeint les limites mêmes de la justice congolaise. Un procès spectacle qui a de nouveau trahi le caractère politique des accusations. Qui peut aujourd’hui croire en l’impartialité des juges présents devant l’accusé Mokoko ?

15 ans de prison

Le procureur de la République n’a pas eu à chercher très loin pour demander une peine de 15 années de prison pour le Général Jean-Marie Michel Mokoko. Le palais avait déjà décidé. De même que les juges qui ne pourront s’écarter des réquisitions du procureur.

Évincer Mokoko de la prochaine bataille politique que va se livrer les Nguesso semble être belle et bien la motivation première de ce procès. Le Président Sassou Nguesso s’emploie à créer un boulevard pour son fils Dénis Christel Sassou Nguesso déjà en ordre de bataille pour 2021. Mais plusieurs hommes de l’ombre dont les neuves du Président n’ont pas encore accepté cette idée. De même que le peuple congolais qui refuse l’installation d’une monarchie républicaine.

Oeil d'Afrique

Videos

Analyses et Opinions

Domingos Simões Pereira / DR

Entretien avec Domingos Simões Pereira : "le mécanisme international de sanctions contre tous ceux qui entravent la loi doit être appliqué"

C’est dans un grand hôtel parisien que le rendez-vous est fixé pour un entretien avec Domingos Simoes Pereira, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle en Guinée-Bissau. En France pour une tournée politico-médiatique, celui qui aurait selon les résultats de la Commission électorale nationale recueilli 46% contre 54% pour Umaro Sissoco 
Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la décentralisation en RDC et leader de la communauté Banyamulenge

RDC : Les « Banyamulenge ». Qui sont-ils réellement ?

La question des « Banyamulenge » a toujours suscité des débats passionnés en RDC. Il faut que les Congolais et la Communauté internationale comprennent une chose : ceux qu’on appelle « Banyamulenge » sont des Tutsis rwandais arrivés au Congo suite à la Révolution sociale hutue qui a conduit à la chute de la monarchie tutsie au Rwanda, en 1959.

IRAN vs États-Unis : la colère des Mollahs

Au lendemain de la riposte de Téhéran à l’assassinat du général Qassem Soleimani, Donald Trump a livré un discours dans lequel il a joué l’apaisement, se félicitant du fait que les 22 missiles iraniens tirés sur deux bases américaines en Irak n’avaient fait aucune victime. Pour la plupart des analystes occidentaux, l’Iran voulait tout simplement « bluffer ».
Les congolais refusent la balkanisation de leur pays.

Le projet de balkanisation de la RDC n'est pas une vue de l'esprit

Ces derniers temps, plusieurs personnalités congolaises sont montées au créneau pour attirer l’attention sur le risque de balkanisation de la RD Congo, relançant le débat sur cette thèse. Les Rwandais, par la voix du secrétaire d’État Olivier Nduhungirehe, parlent de « théorie du complot ». Mêmement du côté de CACH et de ses sympathisants devenus foncièrement allergiques à toute critique adressée à leur nouvel allié, Paul Kagame.
Des billets de 5.000, 2.000 et 500 francs CFA, en 2017. — Crédit ISSOUF SANOGO / AFP

F. CFA, ECO et présence française au Sahel: c'est aux Africains de prendre leurs responsabilités


Ce sont les chefs d'État africains qui ont décidé de passer du Franc CFA à l’Éco, mais c'est Emmanuel Macron que certains Africains accusent de tous les maux. Alors qu’il a été décidé que la France ne nommera plus aucun représentant au conseil d'administration et au comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la commission bancaire de l'UMOA, il y a toujours de l’agitation dans l’air.
Felix Tshisekedi face à la diaspora congolaise de France. 12/11/2019 à Paris

Félix Tshisekedi à Paris ou l’image d’un président qui refuse de devenir Président

En écoutant Félix Tshisekedi s’exprimer devant des membres de la diaspora congolaise de France réunis ce 11 novembre à l’hôtel pullman de Paris, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur les facultés intellectuelles et morales de celui qui préside par procuration à la destinée de la RD Congo. En l’écoutant, on a du mal à croire que ce monsieur est le président de tous les Congolais.
Louis Magloire Keumayou © Capture d'écran de France 24

Sommet Russie-Afrique:une rencontre «plus sécuritaire qu’économique» (analyste)

La ville russe de Sotchi va accueillir du 22 au 24 octobre prochain le tout premier sommet Russie-Afrique, une rencontre, certes placée sous le signe du renforcement des relations entre les deux entités, mais qui sera « plus sécuritaire qu’économique », a confié l’éditorialiste camerounais, Louis Magloire Keumayou.