Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”. Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement au préalable bien lu, réfléchi et approuvé.

Quant au leader, il a vocation d’engager son mouvement vis-à-vis des tiers, si il est bon leader son congrès c’est lui qui le nomme et il lui obéit au doigt et à l’œil en rapport avec la vision qu’il leur a déjà vendu au départ. Le leader tient son mouvement, il le bride, il lui donne une direction, il imprime sa marque, il gère, “la base” qui n’est rien d’autre que “la masse”, cette dernière a comme seule vocation.....”suivre” et cela s’appelle de la discipline.

Le Président Kabila n’a pas suivi “sa base”, sinon on ne parlerait pas élections en ce moment-ci, on parlerait constitution révisée voire suspendue, on parlerait nouveau mandat pour lui. Il a démontré qu’il est un leader et a choisi un chemin différent des appels de sirène.

Le Président Mobutu n’a pas suivi sa base non plus alors qu’il s’ouvrît au multipartisme, sinon on parlerait MPR aujourd’hui, mokakoswa et djalelo ancienne version.

Ne pas avoir gérer....les tares se font voir...., on ne connaît pas la valeur d’une “signature”....

Imaginez-là sur un décret présidentiel nommant le commandement militaire mais retirée à cause de la base 24h plus tard, vous aurez une guerre civile ou une succession de tentatives de coup d’états en réaction, déstabilisant les institutions pour très longtemps.

Imaginez-là accordant l’amnéstie à certains de nos frères et sœurs dans nos prisons mais retirée à cause de la base, vous aurez briser des familles en attente, des décennies durant.

Imaginez-là déclarant une région zone sinistrée mais retirée à cause de la base, des milliers de congolais ne seront jamais indemnisés et ne recevront jamais l’aide publique.

Imaginez-là scellant les engagements internationaux stratégiques pour la paix du monde devant le concert des autres nations respectées par les pairs, mais retirée à cause de la base....je vous laisse imaginer la suite avec les catastrophes qui s’en suivraient.

Je dis quoi à mes enfants, moi ? Quand on signe un document c’est par défaut “sous réserves” et qu’une signature ne vaut rien ? Légèreté !!!!

Nous ne sommes pas suffisamment entrés dans l’histoire selon N. Sarkozy, vous vous êtes offusqués? La preuve....le théâtre de mangobo de ces dernières 48h, repassez-le 6 siècles plus tôt, qui aurait su que Kimpa Vita a existé si celui qui eut à signer sur un pan de notre histoire avait retirée sa signature donc n’avait pas écrit du tout?Qui aurait cru que Simon Kimbangu fit ce que nous connaissons aujourd’hui ? Qu’en est-is des actions de nos héros d’indépendance? De l’héroïsme d’Anuarite Nengapeta ou de la quasi hegemonie du royaume Kongo dans ce qui est aujourd’hui l’Afrique centrale ?

Je suis choqué et scandalisé par ce spectacle qui nous concerne tous....amis du FCC, de la société civile ou de l’opposition plurielle. Nous avons tous été insultés, salis et ridiculisés par des gens qui disent “tenons bon, nous vaincrons”...36 ans durant mais sans bilan de leur propre action et qui n’ont pas su démocratiser leurs propres pratiques à eux mêmes.

Scandale !!!!

 

 

Yves Kabongo

 

Videos

Analyses et Opinions

Le président français Emmanuel Macron

Macron l’Africain : le soufflé est retombé.

Emmanuel Macron est probablement le président français dont l’élection a suscité un espoir général au sein des populations africaines, toutes générations confondues. Deux ans après, elles sont partagées entre désenchantement et interrogations.
Jérémy Lissouba, Clément Mouamba, et Christel Sassou Nguesso © Oeildafrique.com

Congo - Jérémy Lissouba : s’en prendre à Clément Mouamba, c’est bien ; à Christel Sassou-Nguesso, c’est mieux

Les réseaux sociaux l’encensent, le chérissent. De pestiféré, le député UPADS de Dolisie, Jérémy Lissouba, est devenu en un instant le chouchou des Congolais pour avoir bousculé le premier ministre Clément Mouamba. Décryptage.
Felix Tshisekedi sur France 24.

Interview exclusive de Felix Tshisekedi sur France 24 et RFI, la presse congolaise ne mérite pas ça.

Sept mois d'attente pour finalement aller chercher la parole présidentielle dans un média occidental et non national. Après tous ces mois de silence, le nouveau président congolais Felix Tshisekedi a surpris par son choix. Il a réservé sa première sortie médiatique à France 24 et à RFI. Et la presse nationale tant en ébullition depuis plusieurs années ? Elle devra attendre que France Média Monde ait vidée les questions d'actualité.
Photo : @Presidence_RDC/Twitter

Pourquoi Sylvertre Ilunga Ilunkamba a été désigné Premier Ministre en RDC ?

LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO A ENFIN UN NOUVEAU PREMIER MINISTRE DEPUIS LE 20 MAI. SON NOM : SYLVESTRE ILUNGA ILUNKAMBA. MAIS POURQUOI LUI ET POUR QUOI FAIRE ? TENTATIVES DE RÉPONSE.
Photo d'un quartier de Malabo, le 16 mai 2019 | AFP | Samuel Obiang

En Guinée équatoriale, les plus pauvres attendent toujours leurs logements sociaux

Beaucoup de gens qui vivaient autrefois dans des taudis habitent aujourd'hui un logement digne, comme ici", s'enthousiasme un sénateur de Guinée équatoriale, qui habite un logement social à Buena Esperanza, un quartier de Malabo.Murs en crépi blanc et toits en tôle rouge ou bleue, dans ce quartier de la capitale, des centaines de petites maisons identiques se succèdent à perte de vue.
Carte des otages dans le Sahel

Otages français au Burkina Faso : Interdit d’interdire le tourisme dans le Sahel.

Depuis le retour des touristes français qui avaient été pris en otage dans le Parc béninois de la Pendjari, avant d’être ensuite libérés au Burkina Faso, une polémique est née autour de l’idée que les voyageurs français ne respectent pas scrupuleusement les consignes du Quai d’Orsay, qui leur indique les endroits dans le monde où il est parfois dangereux de se rendre.
Le président Paul Buya

Cameroun : Une dictature sous cloche.

Ces dernières semaines, le monde entier a vu deux armées et deux populations civiles se débarrasser pacifiquement de dirigeants dont elles ne voulaient plus : Abdelaziz Bouteflika (Algérie) puis Omar al-Bashir (Soudan). Mieux que le prétendu Printemps arabe, qui avait commencé en Tunisie, avant d’atteindre l’Egypte et la Libye, il s’est agi cette fois-ci de soulèvements endogènes. Les populations ont exprimé leur ras-le-bol, et l’armée les a aidées à renverser des dirigeants qui avaient fini par croire qu’ils avaient fusionné avec leurs fauteuils présidentiels.