Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”. Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement au préalable bien lu, réfléchi et approuvé.

Quant au leader, il a vocation d’engager son mouvement vis-à-vis des tiers, si il est bon leader son congrès c’est lui qui le nomme et il lui obéit au doigt et à l’œil en rapport avec la vision qu’il leur a déjà vendu au départ. Le leader tient son mouvement, il le bride, il lui donne une direction, il imprime sa marque, il gère, “la base” qui n’est rien d’autre que “la masse”, cette dernière a comme seule vocation.....”suivre” et cela s’appelle de la discipline.

Le Président Kabila n’a pas suivi “sa base”, sinon on ne parlerait pas élections en ce moment-ci, on parlerait constitution révisée voire suspendue, on parlerait nouveau mandat pour lui. Il a démontré qu’il est un leader et a choisi un chemin différent des appels de sirène.

Le Président Mobutu n’a pas suivi sa base non plus alors qu’il s’ouvrît au multipartisme, sinon on parlerait MPR aujourd’hui, mokakoswa et djalelo ancienne version.

Ne pas avoir gérer....les tares se font voir...., on ne connaît pas la valeur d’une “signature”....

Imaginez-là sur un décret présidentiel nommant le commandement militaire mais retirée à cause de la base 24h plus tard, vous aurez une guerre civile ou une succession de tentatives de coup d’états en réaction, déstabilisant les institutions pour très longtemps.

Imaginez-là accordant l’amnéstie à certains de nos frères et sœurs dans nos prisons mais retirée à cause de la base, vous aurez briser des familles en attente, des décennies durant.

Imaginez-là déclarant une région zone sinistrée mais retirée à cause de la base, des milliers de congolais ne seront jamais indemnisés et ne recevront jamais l’aide publique.

Imaginez-là scellant les engagements internationaux stratégiques pour la paix du monde devant le concert des autres nations respectées par les pairs, mais retirée à cause de la base....je vous laisse imaginer la suite avec les catastrophes qui s’en suivraient.

Je dis quoi à mes enfants, moi ? Quand on signe un document c’est par défaut “sous réserves” et qu’une signature ne vaut rien ? Légèreté !!!!

Nous ne sommes pas suffisamment entrés dans l’histoire selon N. Sarkozy, vous vous êtes offusqués? La preuve....le théâtre de mangobo de ces dernières 48h, repassez-le 6 siècles plus tôt, qui aurait su que Kimpa Vita a existé si celui qui eut à signer sur un pan de notre histoire avait retirée sa signature donc n’avait pas écrit du tout?Qui aurait cru que Simon Kimbangu fit ce que nous connaissons aujourd’hui ? Qu’en est-is des actions de nos héros d’indépendance? De l’héroïsme d’Anuarite Nengapeta ou de la quasi hegemonie du royaume Kongo dans ce qui est aujourd’hui l’Afrique centrale ?

Je suis choqué et scandalisé par ce spectacle qui nous concerne tous....amis du FCC, de la société civile ou de l’opposition plurielle. Nous avons tous été insultés, salis et ridiculisés par des gens qui disent “tenons bon, nous vaincrons”...36 ans durant mais sans bilan de leur propre action et qui n’ont pas su démocratiser leurs propres pratiques à eux mêmes.

Scandale !!!!

 

 

Yves Kabongo

 

Videos

Analyses et Opinions

Vital Kamerhe et Felix Tshisekedi

Présidentielle en RDC - Une signature est la preuve irrefutable d’un engagement

Question d’éducation de base à la maison : quand on donne sa parole, on s’y tient. Quand on signe un document, la signature n’est pas “rétirable” au gré des vagues, des humeurs ou des odeurs de quelques pneus brûlés par une dizaine d’inciviques. ”retirer sa signature” est un acte lâche, ignoble, immoral et malhonnête qui s’apparente à du parjure. C’est pour ça que les chinois ont inventé l’encre, pour que l’écrit traverse le temps et que l’avenir s’en souvienne, “verba volant, scripta manent”.
De gauche à droite, plusieurs leaders de l'opposition congolaise: Vital Kamerhe, Felix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba, lors d'une réunion à Bruxelles le 4 septembre 2018. © © AFP/John Thys

Désignation du candidat commun de l'opposition : le «conciliabule» de la discorde

Qui de Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Félix Tshisekedi, Freddy Matungulu sera le candidat commun de l’opposition ? La question est sur toutes les lèvres. Les oracles se perdent en conjecture, quand la boule de cristal du célèbre féticheur mort-mort refuse de s’allumer. Appelés en renfort, les marabouts du Bénin et de Côte d’Ivoire ont fini par jeter l’éponge. Même Yahvé aurait choisi, dit-on, de détourner le regard.
Emmanuel Ramazani Shadary, candidat à la présidentielle en RDC

RDC : Entrer dans l'histoire par le Haut

Tribune - Chaque pays, évidemment, regarde le Monde du haut de son clocher. Et le paysage de la République Démocratique du Congo, observé de ce point de vue, semble enthousiasmant avec la possibilité pour le peuple Congolais de se choisir ses dirigeants le 23 décembre 2018.
Manifestation à Yaoundé. / Image d'archives / Reuters

Les Camerounais sont-ils inaptes à s’occuper de leur pays ?

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du dimanche 7 octobre 2018, certaines voix moquent l’incapacité des Camerounais à chasser Paul Biya, leur vieux président âgé de 85 ans – dont 36 passés au Palais présidentiel d’Étoudi – du pouvoir. Une légende sans aucun fondement objectif.
De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.
Migrants montant dans un bateau. Image d'archives

[Tribune] Migrants, notre dernière chance de survie

Ce qu’on appelle « crise migratoire » est une expérience humaine. C’est un test d’humanité. C’est notre dernière chance de survie.
La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, devenue secrétaire générale de l'OIF

Qui est Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’OIF ?

La ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été désignée secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en dépit des critiques émanant d’organisations de défense des droits de l’Homme. Mais qui est cette femme à qui le Canada, la France et le Québec ont apporté leur soutien?